Recherche du mot clé « David Hughes » (4 résultats)

Les réserves de gaz de schiste aux Etats-Unis seraient finalement 96% inférieures à ce qu'avait initialement estimé l'Energy Information Administration, rendant caduc le nouveau rêve américain. Je l'avais annoncé à maintes reprises dans le passé, et les chiffres sont la. Et dire que le traité transatlantique veut nous imposer cette technologie, qui, en plus d'être dangereuse, est vouée à l'échec. Le veilleur
 
Le nouveau rêve américain ? redevenir les rois du pétrole - n'était bien qu'un rêve : l'EIA (Energy Information Administration) a ramené sur terre les espoirs de trouver en quantité énorme du gaz et du pétrole de schiste en Californie en diminuant les estimations de 2011 de... 96% ! Au lieu de contribuer activement à l'autonomie énergétique souhaitée par les Etats-Unis, cette réserv...

La récente mise en garde des dirigeants européens par Vladimir Poutine sur un possible arrêt d'approvisionnement en gaz continue de faire couler de l'encre, et malgré le silence médiatique habituel, les têtes pensantes en Europe commencent à sérieusement s'inquiéter des répercussions que cela pourrait avoir au vu de la situation explosive Ukrainienne qui ne s'apaise toujours pas.
 
Vous pensez peut être (à tort) que vous ne serez que peu affecté par de telles mesures, et qu'en telles circonstances, l'Europe aurait un « plan de secours » en vue de pallier à cette pénurie gazière qu'imposerait le géant Gazprom ? Il n'en est rien comme vous allez le voir à la lecture de cet article de Ria novosti...
 
vivre sans gaz russe
 
Bien que les représentants de l'UE évitent d'évoquer la situation qui po...

L'extraction du gaz de schiste, tout comme son homologue le pétrole de schiste n'est qu'une immense bulle spéculative, et comme toute bulle, son avenir est d'éclater dans un laps de temps généralement assez court.

Il faut savoir que chaque puit fournit dès le début de l'extraction la plus grande partie de son gaz, la production diminue donc rapidement, obligeant les compagnies à forer sans cesse d'autres puits, car creuser plus profond n'est pas rentable. Pour mieux comprendre les enjeux économiques de cette bulle, je vous recommande la lecture de « Gaz de schiste : L'affaire Chesapeake fait trembler Wall Street ». Le veilleur

Etats-Unis, c'est là que le boom des gaz de schiste a commencé. C'est là aussi que le déclin semble s'amorcer. Les champs de Barnett et de Haynesville, dans le Sud ...


Ah, les miracles promis par le gaz de schiste, « la manne extraordinaire sous nos pieds » vantée par la patronne du Medef, la promesse d'une Amérique indépendante pour cent ans ! Ô, châteaux en Espagne, lubies fantasmagoriques, rêves insensés ! Mais le songe creux d'une énergie inépuisable s'évapore comme le méthane, les faits commencent à dissiper les discours mensongers de ceux qui ne veulent rien changer.
 
Le 8 mai, on a appris que deux compagnies gazières, Talisman Energy et Marathon Oil, se retiraient de l'exploration du gaz de schiste en Pologne. Pourquoi ? Parce qu'elles n'ont pas trouvé suffisamment de gaz, qui se révèle ne pas être aussi aisé à extraire qu'aux Etats-Unis. Sur 43 puits creusés jusqu'à présent en Pologne, seuls 12 ont produit du gaz. La Pologne, à qui l'on avait p...