Recherche du mot clé « Criigen » (4 résultats)

Des scientifiques dénoncent, dans une lettre ouverte, les obstacles dressés par les industriels et les Etats contre la recherche indépendante.
 
Le site d'information « Independent Science News » a décidé de prendre part au débat sur les OGM. Le 2 octobre, il a publié une « lettre ouverte » de soutien au chercheur français Gilles-Eric Séralini, auteur d'une étude sur la toxicité du maïs OGM NK 603 sur les rats (lien), qui a déclenché une vive polémique dans la communauté scientifique et les médias.
 
Le texte, intitulé « Séralini et la science », rédigé par sept chercheurs internationaux, signé par une vingtaine d'autres et traduit en français (lien), profite de l'affaire Séralini pour pointer les nombreux obstacles auxquels se heurtent les scientifiques qui souhaitent mener des études indé...

Salutaire pour les uns, l'étude de Séralini est tombée comme un cheveu sur la soupe (transgénique) pour les défenseurs des OGM qui n'ont pas mâché leurs mots. Comment s'organise leur contre-attaque ? Décryptage.
 
Des rats aux corps déformés par la tumeur. Les images tirées de l'étude du Comité de recherche et d'information indépendantes sur le génie génétique (Criigen) dirigée par Gilles-Eric Séralini ont fait le tour du monde. Et déchainé les passions, en Europe - où les associations se battent pour un bannissement pur et simple des cultures et de la consommation d'OGM - comme aux Etats-Unis - où le débat sur l'affichage obligatoire des aliments transgéniques fait rage [1]. L'étude du professeur Séralini est venu confirmer les craintes de certains et agacer les défenseurs de la transgen...


Des chercheurs français ont étudié secrètement, pendant deux ans, 200 rats nourris au maïs transgénique. Tumeurs, pathologies lourdes... une hécatombe. Et une bombe pour l'industrie OGM.
 
C'est une véritable bombe que lance, ce 19 septembre à 15 heures, la très sérieuse revue américaine « Food and Chemical Toxicology » - une référence en matière de toxicologie alimentaire - en publiant les résultats de l'expérimentation menée par l'équipe du français Gilles-Eric Séralini, professeur de biologie moléculaire à l'université de Caen. Une bombe à fragmentation : scientifique, sanitaire, politique et industrielle. Elle pulvérise en effet une vérité officielle : l'innocuité du maïs génétiquement modifié.
 
Lourdement toxique et souvent mortel
 
Même à faible dose, l'OGM étudié se révèle lourdement ...

Pas valable. Les experts européens ont décrété que l'argumentation de la France pour interdire la culture de cette céréale n'avait pas de fondement scientifique. L'UE pourrait ordonner à Paris de lever le moratoire.
 
Fraîchement arrivé au ministère de l'Agriculture, Stéphane Le Foll a rappelé ce mercredi sur LCI, être « contre les organismes génétiquement modifiés ». François Hollande avait déjà pris position avant l'élection pour le maintien du moratoire qui suspend la culture du maïs MON810. « Nous ferons tout pour le maintenir », a confirmé le nouveau ministre de l'Agriculture.
 
Deux jours plus tôt, la Commission européenne annonçait qu'elle pourrait ordonner à la France de lever l'interdiction visant les souches de maïs génétiquement modifiées du géant américain Monsanto. L'Union euro...