Recherche du mot clé « 14 juillet » (10 résultats)


Bien que ce soit un sujet aussi délicat qu’effrayant, l’éventualité qu’éclate une guerre civile en France est non seulement devenue réelle, mais les probabilités qu’un tel évènement se produise ne cessent de croitre à chaque nouveau drame estampillé - à tort ou raison - de terrorisme islamiste par les porte-parole officiels.

Les attentats terroristes - ou présentés comme tels - se succèdent sur notre sol, depuis une attaque à Joué-lès-Tours fin 2014, suivis de ceux contre Charlie Hebdo et l’Hyper Cacher, trois militaires agressés au couteau à Nice, en avril 2015, un soldat attaqué et blessé à l’aéroport d’Orly et une femme de 32 ans assassinée dans une église de Villejuif, un attentat en Isère en juin 2015, l’attentat du train Thalys en août 2015, une série de sept attaques à Paris et ...

Nouveau rebondissement dans l'affaire de l'attentat de Nice, et qui fait suite à une publication précédente mentionnant que l'état demande la destruction des vidéos du drame à la mairie, demande que la ville de Nice a refusée. En effet, la cheffe du Centre de Supervision Urbain (CSU) de Nice affirme avoir subi des pressions de la part du ministère de l'Intérieur qui lui aurait ordonné d'indiquer la présence des policiers nationaux sur deux points du dispositif de sécurité, policiers qui n'apparaissent... nulle part à l’écran...

Cet évènement survient alors qu'une polémique oppose depuis plusieurs jours Christian Estrosi, président (LR) de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur et maire adjoint de Nice, à Bernard Cazeneuve, le ministre de l'Intérieur, sur le nombre de fonctionnaires de po...

Maladresse de la part du gouvernement ou intention délibérée de leur part de supprimer toute pièce à conviction qui lui serait potentiellement nuisible, on peut se poser la question...

Il n'est pas question ici de la suppression des preuves, puisque la Justice en a évidemment fait une copie de sauvegarde, mais demander la suppression d'environs 24 heures de vidéos qui ont enregistrées le drame de la soirée du 14 juillet à Nice peut sembler pour le moins curieux. L'état voudrait alimenter les thèses complotistes qu'il ne s'y prendrait pas autrement.

Cela a-t-il un rapport avec la récente polémique entre Bernard Cazeneuve et Christian Estrosi à propos du dispositif de sécurité inexistant ce fameux soir ? En effet, le dispositif policier en place à Nice a été pointé du doigt par le quoti...


C’est sans surprise que le principe de démocratie vient une nouvelle fois d’être piétinée au nom d’un néolibéralisme accru et d’une régression sociale sans précédent. Pour la troisième fois, l’article 49 alinéa 3 de la Constitution a été utilisé afin de faire taire toute contestation concernant un projet de loi travail pourtant rejeté à 70% par la population ainsi que par les syndicats, exception faite de la CFDT qui, sans étonnement, s’est rangé du côté du patronat.

Nous sommes donc pour la première fois face à une loi adoptée sans pour autant avoir été votée une seule fois à l’Assemblée nationale, une première ! Un énième 49-3 qui engage ainsi de nouveau la « responsabilité » du gouvernement, cette même responsabilité qu’il n’assume pourtant pas quand cela concerne les tragédies des ...


Après ma récente publication sur la tragédie survenue à Nice le soir du 14 juillet, celle-ci étant à mes yeux suffisamment complète et éloquente, je ne désirais pas revenir sur ce sujet, mais des éclaircissements importants découverts sur Le club des médecins blogueurs m’amène à penser que la thèse d’un déséquilibré mental se confirme.

Très loin de moi l’idée de déresponsabiliser cet ignoble personnage de ses actes, mais plutôt de mettre du plomb dans l’aile à la théorie officielle d’une « radicalisation expresse », ou encore d’un « djihad minute », et qui tente maladroitement de justifier des mesures inefficaces et couvrir la responsabilité de nos dirigeants. J’ai mentionné dans mon dernier article le témoignage d’un psychologue qui avait diagnostiqué en 2004 un début de psychose chez M...