Recherche du mot clé « ge de glace » (14 résultats)

De nos jours, et bien que ces découvertes ne soient plus d'actualité, la science peine toujours à apporter une explication cohérente au très étrange « mystère des mammouths gelés » découverts en Sibérie, dont certains retrouvés presque intacts, parfois même figés alors qu'ils étaient en train de s'alimenter.

Si la « théorie de la surfusion » semble être à l'heure actuelle admise par certains, elle ne peut selon moi s'appliquer qu'à un nombre limité d'individus piégés et ne peut apporter une explication convaincante au vu du nombre de mammouths découverts et de leur répartition sur une zone importante.

Évidemment, d'autres théories parfois pour le moins farfelues ont vu le jour. Pour certains, les mammouths sont des animaux qui habitent actuellement l'intérieur de la Terre et gèlent su...


Je publie ici un nouvel article de Jacques Henry, qui conforte la perspective de plus en plus évidente d'un refroidissement global de notre planète. Tout comme le veilleur, cet ancien chercheur au CNRS à la retraite dénonce régulièrement la fable du réchauffement climatique anthropique en bon « climatosceptique ».

Il tente dans ce billet de nous alerter sur les conséquences futures de la baisse d'activité solaire en cours, alors que contre toute logique scientifique, les organismes officiels dans leur ensemble continuent de nier tout lien de cause à effet entre l'activité du soleil et notre climat.

Pour rappel, le précédent « minimum de Maunder » remonte à la période de 1645 à 1715 (Petit âge glaciaire), et à l'époque les hivers étaient tellement rudes que certains fleuves d'Europe, c...

Les modèles alarmistes du GIEC concernant la fonte glaciaire du Groenland viennent une nouvelle fois de prendre du plomb dans l'aile.

Bien que l'organisme scientifique gouvernemental n'ait de cesse d'incriminer un réchauffement climatique pour justifier leurs observations impliquant une fonte des glaciers - et plus particulièrement celle de la calotte glaciaire du Groenland -, une nouvelle étude vient mettre à mal leurs théories à ce sujet.

Il n'est pas question ici de calculs mathématiques complexes et difficiles à appréhender du commun des mortels pour comprendre quel est le coupable de cette fonte. Reste à savoir comment les scientifiques du GIEC vont réagir face à cette découverte. Vont-ils l'inclure dans leurs modèles climatiques ou bien tout bonnement censurer l'information déran...

Une nouvelle découverte vient encore une fois de mettre à mal le « fait établi » selon lequel les plus anciennes civilisations remonteraient de -3400 à -4500 ans. Une nouvelle fois également, malgré de solides preuves démontrant le caractère exceptionnel de la découverte, il est déconcertant de constater le comportement de certains personnages qui semblent s'opposer à la suite des recherches... Le veilleur

« Tout ce que nous avons appris sur les origines de la civilisation peut être erroné », dit Danny Natawidjaja, Ph.D., géologue senior au Centre de recherche pour Géotechnique à l'Institut indonésien des sciences. « Les vieilles histoires sur Atlantis et autres grandes civilisations perdues de la préhistoire, longtemps repoussées comme des mythes par les archéologues, commencent à êtr...

Les bruyants et impressionnants vêlages de glaciers aux pôles semblaient contribuer majoritairement à la perte de masse des calottes glaciaires : c'est ce que l'on pensait jusqu'ici. Faux, affirme une équipe américaine. La fonte des plateformes glaciaires serait plutôt provoquée par les courants océaniques.
 
L'Antarctique est une immense calotte où la glace est en perpétuel mouvement. Par endroits, les s'écoulent depuis le continent sur la mer et forment d'immenses plateformes glaciaires flottantes. Il en existe dix principales en Antarctique, dont deux ayant une superficie de l'ordre de celle de la France. Aux extrémités de ces plaques, les icebergs se forment. Jusqu'alors, la principale cause de perte de masse de la calotte glaciaire était attribuée aux impressionnants vêlages de glaci...