Articles publiés le mercredi 01 juin 2016 (3 résultats)

Les articles témoignant d'un effondrement monétaire global, ou plus simplement d'un crash systémique ne datent pas d'hier et sont de plus en plus nombreux, témoignant de l'état alarmant d'une finance mondiale qui vit ses derniers instants.

Dans une spéculation effrénée tous azimuts pour engranger toujours plus de bénéfices, ce système capitaliste totalement déconnecté de la réalité finit d'épuiser ses possibilités, telle une orange que l'on a pressée encore et encore, jusqu'à ce que plus une goutte de jus n'en sorte. C'est une réalité, et tout économiste compétent ne peut le nier.

Nombreuses sont les personnes qui attendent et espèrent cet effondrement synonyme d'un possible nouveau départ, et de la fin de l'emprise d'un monstre tentaculaire qui asservit et appauvrit le monde, mais co...


Le concept de vie privée ne sera bientôt plus qu'un terme vide de sens, rendu obsolète dans une société de consommation ou les géants de l'industrie pourront accéder sans vergogne aux moindres recoins de votre vie intime pour conditionner votre existence.

A moins d'être suivi(e) par un médecin pour qui le mot « éthique » possède encore un sens, il en sera fini de la confidentialité de votre état de santé, ou de votre anonymat face aux organismes de recherche. Pire encore, car il est question ici d'autoriser des organismes à but lucratif à vos données personnelles de santé !

Le ministère de la Santé se veut rassurant, puisqu'il annonce qu'un comité scientifique sera en charge d'analyser les demandes d'accès à vos données, et j'imagine bien sûr qu'il ne sera nullement fait mention de l'orig...

Produire et produire encore, limiter les pertes à défaut de pouvoir augmenter les bénéfices, et ce coûte que coûte, au mépris total des règles élémentaires et consignes de sécurité établies, tels sont les principes des groupes industriels.

Ces mêmes groupes dont les PDG défendent ardemment la fameuse Loi travail, n'hésitant pas à bafouer les droits élémentaires des ouvriers en grève, et à mettre volontairement en situation de danger ceux n'ayant voulu ou pu suivre les mouvements syndicaux. Nous pouvons donc en conclure que pour ces grands patrons, la mise en danger des salarié(e)s est nécessaire pour délivrer ces pauvres français « pris en otage ».

Parmi ces groupes, nous trouvons Total, pour qui « La sécurité au cœur de ses activités », et qui prétend sur son site internet, en total(...