Vous n'aimez pas les journalistes ? Sachez qu'ils vous détestent aussi !


Bien que le métier ait probablement encore de beaux jours devant lui, le nombre de personnes mécontentes de la qualité journaliste des instances médiatiques officielles ne cesse de croître. Si le terme « Journalope » fait partie des appellations les plus répandues, bien d'autres noms d'oiseaux sont utilisés sur le web, et ça ne semble pas pas prêt de s'arrêter.

Il faut dire qu'entre informations parfois non vérifiés, propagandes gouvernementales pitoyables et quantité de copier/coller en provenance de l'AFP (agence france presse), la désignation est souvent méritée. Si toutefois l'apogée de cette haine du scribouillard se situe dans les milieux dits « conspirationnistes », ou encore « complotistes », il n'en reste pas moins qu'une frange plus que significative de la population accorde de moins en moins sa confiance aux journalistes.

Eh bien sachez que si vous faites vous aussi parti des révolutionnaires de l'information et que votre soif de vérité n'a d'égal que votre haine du messager officiel, sachez que ces derniers en ont autant à votre service comme le dévoile cette information trouvée sur slate.fr

Le Veilleur

Le secret le mieux gardé des rédactions, c’est que les journalistes détestent leurs lecteurs

Dans un billet sur Medium, deux entrepreneurs qui ont rencontré des centaines de reporters et responsables de médias racontent les remarques qu’ils ont entendues, souvent méprisantes, à l’encontre de leur audience.

Les lecteurs sont bêtes. Il faut leur acheter un cerveau.
(...)
Les commentaires ? On les met pas en valeur. Ils sont en général pas intéressants. Bah oui je veux dire, tu vois ce que c’est, les commentaires, en général.
(...)
Les gens sont stupides. Ils ne lisent pas les articles et après ils t’envoient un e-mail pour te dire un truc totalement faux.

Si vous n’êtes pas journaliste, vous n’avez pas dû entendre souvent ce genre de remarques. Elles sont pourtant courantes dans les rédactions [1]. Les journalistes ou rédactrices/rédacteurs en chef qui les lâchent ne pensent pas toujours ce qu’ils disent: ils le disent parfois par énervement, après avoir reçu un e-mail désagréable ou lu un commentaire à côté de la plaque. Et, de fait, certains commentaires le sont vraiment, en vertu de ce qu’on appelle l’effet Dunning-Kruger, un biais cognitif selon lequel les moins qualifiés dans un domaine surestiment leurs compétences.

Il n’empêche. Une forme de méfiance, quand ce n’est pas carrément du dédain ou de la haine, s’est installée chez nombre de journalistes.

Bonnes intentions

Ce dédain est même enseigné. Un journaliste d’un magazine, professeur dans une école de journalisme, a par exemple expliqué à ses élèves, pour leur faire comprendre qu’il fallait être didactique, que les lecteurs font partie des « 95% de Français profondément idiots » que le pays compterait. Un autre n’oubliait jamais de répéter que le lecteur moyen était proche de la caissière de chez Monoprix.

Pour être parfaitement honnête, il est vrai qu’il est parfois tentant, pour les apprentis journalistes, de composer des articles qui ressemblent à leurs dissertations de khâgneux, lorsqu’on leur demande un papier « à la manière du Parisien ». Et les propos des tuteurs de ces jeunes pousses sont souvent pleins de bonnes intentions : rendre accessible à tous l’information et ne pas la réserver à une élite savante.

Mais les métaphores et les chiffres brandis par les enseignants-journalistes transpirent, pour certains, autre chose qu’une simple aspiration à freiner les ardeurs philosophicolittéraires de leurs ouailles.

Il ne faut pas prendre les gens pour des cons, mais il ne faut pas oublier qu’ils le sont.

, une des phrases « cultes » des Inconnus (du sketch sur les publicitaires), représente bien l’état d’esprit de certains d’entre eux.

« Trous du cul »

C’est contre cet état d’esprit que partent en guerre Jennifer Brandel et Andrew Haeg, auteurs d’un post sur Medium intitulé « Il y a un problème d’ampleur dont aucun média ne parle » (« A serious problem the news industry does not talk about »). La première est journaliste et directrice de Hearken, une start-up qui offre des modules de « curiosité et de vote », permettant aux lecteurs de proposer les sujets qu’ils espèrent voir traiter et de voter ensuite pour ceux qu’ils veulent vraiment lire. Le deuxième est fondateur de GroundSource, qui permet d’échanger au sein d’une communauté d’intérêt.

Jennifer Brandel et Andrew Haeg racontent avoir posé des centaines de fois la même question (« Que pensez-vous de vos lecteurs, auditeurs, téléspectateurs ? ») et selon eux la réponse généralement entendue est « assez troublante ».

Une certaine culture journalistique alimente le dédain à l’égard des personnes que nous sommes censées servir, c’est-à-dire notre audience. [...] Ce dédain va de l’expression d’une gêne légère à leur encontre à la haine pure et simple.

, écrivent-ils.

Dans les deux tiers des réunions que j’ai eues avec des rédactions, il y avait quelqu’un pour dire (et la plupart du temps quelqu’un avec des responsabilités) que, « si nous donnions à notre audience ce qu’elle désire, elle nous demanderait de la merde » ou que « notre lectorat n’est pas très intelligent »

, raconte Jennifer Brandel. L’un d’eux, responsable d’un média « très primé » selon elle, aurait même affirmé qu’il ne s’agissait que d’une bande « d’idiots et de trous du cul ».

Mécanismes névrotiques

Andrew Haeg a fini par se rendre compte que cette opinion était « très largement partagée, peut-être même majoritaire ». Mais, pour les auteurs, ce n’est pas étonnant : si le seul moment pendant lequel les journalistes sont en contact avec leurs lecteurs est le moment où ils reçoivent une critique, ils développent des mécanismes psychologiques à leur encontre pour protéger leur ego. L’inventeur de la psychanalyse appellerait cela des « défenses névrotiques ».

Par Aude Lorriaux

Article complet sur slate.fr

Notes

[1] Elles ne sont certes pas unanimes, et je reconnais volontiers que le titre de cet article est délibérément provocateur.



Commentaires 2

avatar de Golden Awaken
  • Par Golden Awaken | site 0 0
  • Salut Le Veilleur. Au lieu de se recentrer sur leur ego, ces journalistes pourraient peut être se pencher sur les raisons pourquoi ils sont de moins en moins suivis (tout en restant relatif). Le comité Orwell commence cette réflexion (quoique insuffisante) et prouve Ô combien nos médias sont malades (pour ne pas dire autre chose...). La seule réponse raisonnée qui me vient à l'esprit est de faire nous mêmes nos propres recherches. La vérité n'étant jamais d'un seul coté d'une pièce, il faut que ceux qui se lancent dans cette démarche aient une ouverture d'esprit et surtout laissent cet ennemi qu'est l'Ego (je sais mieux que quiconque...). En ces temps où l’information n’a jamais été aussi facile d’accès et présente dans notre quotidien, elle n’en reste pour le moins difficile à vérifier (http://followyourintuition.forum... ). Enfin pour terminer, je vous invite à consulter le manifeste d'Albert Camus où il y définit « les quatre commandements du journaliste libre » : lucidité, refus, ironie et obstination. (Le manifeste censuré de Camus (Le Monde)(Mars 2012) http://www.lemonde.fr/afrique/ar... ).

    Bien Amicalement, Golden Awaken

avatar de Le-veilleur
  • Par Le-veilleur (Admin) 0 0
  • Salut Golden Je ne sais si le réel problème provient de l'égo, peut être déjà devraient ils plus souvent creuser leurs sujets à l'aide de sources contradictoires au lieu de se contenter aveuglément de celles « officiellement reconnues ». Peut être faudrait il aussi pour cela que les médias qui les emploient ne soient pas les propriétés d'hommes d'affaire en quête de profit ou pouvoir. On peut également se questionner sur l'amour qu'ils portent à leur métier et se demander quelles sont leurs motivations ? La reconnaissance, le fric ou cette passion que même les instituteurs ont perdu : Le plaisir d'apprendre et transmettre aux autres, la quête de vérité... J'imagine que c'est ce système qui veut ça, et toutes ces valeurs disparaissent peu à peu, devenues obsolètes Merci pour tes liens, je vais aller voir ca

Ajouter un commentaire


Autres articles dans la catégorie « Evènements sociaux Divers »