Vers une nouvelle conscience : des scientifiques lèvent le voile


Ne voyez pas dans la publication de cet article un penchant de ma part pour les théories occultes ou une quelconque relation avec une croyance divine, mais cette approche scientifique de l'évolution de notre conscience me paraît réaliste et assez convaincante.

17 raisons d'appeler à son émergence. Ils sont astrophysiciens, biologistes, psychiatres, philosophes, enseignants, artistes, maîtres zen ou pionniers de l'écologie. Tous estiment qu'il est temps d'évoluer vers une nouvelle conscience, de soi et du monde. L'INREES (Institut de recherche sur les expériences extraordinaires - wiki)leur donne la parole dans le hors-série n°1 d'Inexploré.

Et si vous oubliez tout ce que vous pensiez savoir des lois qui régissent le vivant ? XVIIe siècle, Newton décrit le monde comme un ensemble d'objets mécaniques et délimités, Descartes réduit le réel à ce qui est observable et mesurable - l'homme y compris. Emerge alors en Occident la représentation d'un univers fragmenté, déterministe, quantifiable. Tout devient maîtrisable, exploitable, consommable. Au nom de quoi faire voler en éclat ces conceptions ? De la science elle-même. Depuis cent ans, des physiciens lèvent le voile sur de nouvelles dimensions.

Trinh Xuan Thuan, astrophysicien :

« Après avoir dominé la pensée occidentale pendant trois cents ans, la vision newtonienne a fait place à celle d'un monde holistique, indéterminé et débordant de créativité. L'avènement de la physique quantique et de la théorie du chaos a introduit les principes d'incertitude, d'imprévisibilité, d'influence entre l'observateur et le réel observé.

Les atomes forment un monde de potentialités ou de possibilités, plutôt que de choses et de faits. Des phénomènes de mécanique quantique ne peuvent se comprendre avec les références classiques. Pourquoi par exemple, quand on sépare de plusieurs kilomètres deux photons qui étaient associés, l'un continue de savoir ce que fait l'autre, sans aucune communication ? Cela pose problème si on suppose que la réalité est morcelée et localisée sur chacune des particules. Le paradoxe n'a plus cours si on admet que les deux photons font partie d'une réalité globale, quelle que soit la distance qui les sépare. Ils sont interdépendants : chaque partie porte en elle la totalité, et de chaque partie dépend tout le reste. »

La réalité de cette nouvelle physique est multidimensionnelle, son univers constitué de matière, de flux d'énergie et d'information. Et si c'était le cas à tous les niveaux du vivant ? En biologie du cerveau, par exemple.

Jean Becchio, médecin généraliste, président de l'Association française d'hypnose :

« Dans les années 50-60, on pensait tout connaître du cerveau. Quarante ans plus tard, on est perdu ! La matière grise n'est plus considérée comme aussi primordiale : elle ne serait que le récepteur d'informations captées depuis l'extérieur, puis envoyées dans la substance blanche, où elles rencontrent d'autres informations issues du monde intérieur, de la mémoire, des émotions, des apprentissages... On vient aussi de trouver qu'il y a des neurones miroirs partout dans le cerveau, qui jouent un rôle important dans les phénomènes de sympathie, d'empathie et de compassion. Cette découverte fait évoluer la conception très robotique de l'humain ; il est d'abord un être relié aux autres. Le cerveau n'est plus étudié comme une boîte isolée, mais dans sa relation avec son entourage. »
Autre découverte de taille : le cerveau ne produirait pas la conscience.

Pim Van Lommel, cardiologue, spécialiste des expériences de mort imminente :

« Dans l'étude que j'ai menée sur des patients ayant survécu à un arrêt cardiaque, 18% rapportent une expérience d'expansion de conscience au moment où ils étaient en mort cérébrale. Ils ont perçu leur réanimation, peuvent avoir vu des souvenirs de leur vie entière, interagi avec des proches décédés... Des millions de gens dans le monde ont vécu ces phénomènes - 9 millions aux USA, 20 millions en Europe. Notre étude (la plus importante à ce jour) met en échec les explications matérialistes - manque d'oxygène, hallucinations, rêves, etc. Elle prouve que le cerveau ne crée pas la conscience ; il n'est que le catalyseur qui rend possible son expérience - comme le poste de télévision n'est qu'une interface pour accéder aux émissions. La véritable conscience est non locale, plus vaste que ce que nous percevons dans la vie quotidienne, et capable de survivre au corps physique. »
Il existerait donc une conscience supérieure à la conscience ordinaire... Une hypothèse en voie de validation scientifique.

Roger Nelson, directeur du Global Consciousness Project, chercheur en parapsychologie à l'Université de Princeton :

« Nos expérimentations ont montré que les gens étaient capables, par la pensée, d'influer sur le contenu d'une séquence de nombres aléatoire. L'effet est ténu, pas suffisant pour ouvrir une porte de garage à distance, mais assez pour comprendre que l'esprit n'est pas confiné à la boîte crânienne et peut entrer en relation directe avec différents aspects du monde. Nos capteurs détectent aussi un changement lorsque les gens se retrouvent en communion, à l'occasion d'un événement fort. L'interaction des consciences individuelles induit un échange d'information et la création d'une cohérence de champ, qui n'existait pas auparavant, qu'on appelle la conscience de groupe. Nous avons plus de 400 enregistrements de ce type ; à partir de ce seuil, les critères scientifiques admettent la réalité d'un phénomène. »
Il serait même possible, par cette conscience non locale, d'accéder à des informations affranchies de l'espace et du temps.

Stephan A. Schwartz, chercheur principal sur le cerveau, l'esprit et la guérison à l'Institut Samueli (USA) :

« Les expériences que nous avons menées prouvent, protocoles scientifiques et données statistiques à l'appui, que nous avons la capacité de décrire des choses, des lieux ou des gens éloignés, comme s'ils étaient sous nos yeux. Nous pouvons également décrire un événement qui ne s'est pas encore produit. Les données recueillies sont de deux types : des impressions de sens - par le goût, le toucher, les odeurs - et une impression de connaissance : je ne sais pas comment, mais je sais que c'est vrai. Il n'y a rien de surnaturel là-dedans : vous vous ouvrez simplement à cette part non locale de votre conscience qui n'est pas limitée par le temps et l'espace. Cette compétence se développe, à condition d'en avoir la volonté. L'intention est un point clé. »
De quoi chambouler profondément nos visions du monde et de nous-mêmes. Comme l'ont pressenti nombre de sagesses traditionnelles, notre identité profonde ne serait pas nos corps ni nos esprits individuels, mais cette conscience connectée à un grand tout.

Lynne McTaggart, journaliste scientifique :

« Lorsque les particules subatomiques conversent, elles échangent de l'énergie. Quand vous multipliez cette infime quantité par tous les échanges entre toutes les particules de l'univers, vous obtenez une incroyable quantité d'énergie dans un espace vide. Ce champ permet de comprendre qu'il n'y aurait pas des objets séparés, mais un lien, c'est-à-dire une connexion si intriquée, si essentielle et si profonde qu'il est impossible de dire où une chose s'arrête et où l'autre commence. Notre environnement nous crée autant que nous le créons. C'est un processus coopératif, qui doit nous inciter à dépasser la polarisation terrible que nous observons aujourd'hui, et vivre selon une image plus organique et plus holistique. »
Sortir du sentiment de maîtrise absolue, retrouver le sens de la globalité, de l'humilité et des responsabilités... Dans le rapport à soi, d'abord, la manière dont on s'envisage et dont on se soigne.

Thierry Janssen, médecin psychothérapeute :

« En parallèle d'une médecine de plus en plus technologique, émerge un paradigme de santé issu de cultures traditionnelles, qui insistent davantage sur la prévention et, lorsqu'il s'agit de soigner, le font de manière globale, en ne réduisant pas la personne à un corps-machine. Il me paraît absolument pertinent de considérer l'humain comme un être indivisible, dont les pensées influencent le fonctionnement biologique et dont le fonctionnement biologique influence la pensée, sans tomber dans l'idée que toutes les pathologies sont causées par des conflits psychologiques et que la résolution de ceux-ci suffiraient à guérir. Dans une perspective intégrative, l'idéal serait de soigner les patients avec empathie, en développant des relations de respect, en les considérant comme des individus multidimensionnels, tout en profitant des merveilleux outils que la technologie nous offre. »
Evolution, aussi, dans notre rapport aux autres, ce que l'on inculque et ce que l'on transmet.

Antonella Verdiani, docteure en sciences de l'éducation, à l'initiative du Printemps de l'éducation :

« Aujourd'hui, l'école est source d'inégalités car basée sur la compétition et non sur la coopération. Elle ne table pas sur l'échange et le partage des connaissances, mais sur un rapport autoritaire, qui n'autorise pas les enfants (et ils ne se l'autorisent pas eux-mêmes) à devenir auteurs de leurs propres vies. Notre époque n'a plus besoin des petits soldats de l'ère industrielle. Lorsque l'enseignant se positionne avec ouverture, en tant que guide et accompagnant, cela change totalement la donne. L'éducation intégrale, fondée sur le libre progrès de l'enfant, dans un cadre bienveillant, part du principe qu'il existe chez l'enfant une connaissance quasi-innée. Si on lui fait confiance, il sait très vite où il doit aller. Il faut stimuler le questionnement, les éveiller à leurs propres réponses. Y compris en matière existentielle, une dimension qui existe bel et bien chez les enfants. »
Autres aspect fondamental : notre rapport à la nature.

Pierre Rabhi, pionnier de l'agro-écologie, fondateur du mouvement Colibris :

« Au lieu de prendre conscience de la beauté infinie de la planète et de considérer la Terre comme une oasis perdue dans un désert sidéral dont nous sommes totalement dépendants, nous continuons de la sinistrer, en agissant comme si ses ressources étaient inépuisables, comme si nous pouvions nous affranchir de cette nature que nous appelons « environnement », comme si nous n'en faisions pas partie. Si des extraterrestres nous observaient, ils concluraient que nous avons des aptitudes mais que nous sommes inintelligents ! Tant que nous ne modifierons pas notre regard, nous serons dans cette dichotomie, dans ce dualisme totalement artificiel. A partir du moment où je suis à l'école de la nature, je ne cherche plus à m'imposer à elle, à la dominer ni à l'empoisonner, je suis à son écoute, j'observe son processus et je le respecte. Etymologiquement, humus, humanité, humilité, c'est la même chose. »
Jusqu'à notre rapport à l'univers, en prenant la mesure que nous n'en sommes qu'un des composants.

Morvan Salez, chercheur en astrophysique :

« Grâce à l'amélioration de la technologie, on trouve de plus en plus de systèmes planétaires très semblables au nôtre. Environ 780 exoplanètes ont été détectées de manière certaine, plus de 2000 sont en attente de confirmation. Les très importants progrès effectués dans la compréhension de notre propre écosystème ont aussi permis de découvrir que les bactéries sont absolument partout, dans des régions où l'on pensait que c'était impossible. Pour arriver à la biosphère actuelle à partir de molécules organiques inertes, il a fallu des mécanismes incroyablement subtils. Face à ce constat, on peut considérer que les paramètres de l'univers sont tels que si on laisse le temps agir à partir de bons ingrédients de départ, des formes de vie sont vouées à apparaître, peut-être très différentes de la nôtre. Nous dire que nous ne sommes pas seuls, c'est un électrochoc, qui peut remodeler en profondeur notre conception de nous-mêmes et de notre place au sein du cosmos. »
Cette évolution n'est pas un luxe : si on ne change rien, la planète court à sa perte, et nous avec. La crise actuelle n'est-elle pas révélatrice d'un besoin criant de retrouver un supplément d'âme, un sens et une cohérence ?

Frédéric Lenoir, philosophe :

« Les derniers grands succès de la littérature et du cinéma, tels que l'Alchimiste, le Seigneur des Anneaux, Harry Potter ou Avatar, réhabilitent les mythes, la magie, l'imaginaire. Preuve qu'on crève dans un rationalisme desséchant et que les gens ont besoin de rêver, de se relier au monde à travers des symboles, des archétypes. L'âme n'a pas suivi la croissance du corps matériel de l'humanité. Pourquoi ? Parce que nous ne la cultivons pas. On a aujourd'hui de plus en plus d'outils qui nous permettent de comprendre, de discerner, mais on ne sait pas bien s'en servir. Nous avons besoin de rééquilibrer notre cerveau. De plus en plus d'individus sont en quête d'une expérience intérieure qui touche leur coeur, leur vie. Ils sont à la recherche d'un éveil, d'un changement de conscience. Je crois que l'existence a un sens et que chacun peut le trouver, s'il le veut. »
Pas seulement en acceptant un nouveau paradigme scientifique - qui ne serait alors qu'une idéologie de plus. Au-delà des théories, certaines expériences sensibles ouvrent sur une perception, intime, d'un autre réel : une musique que l'on écoute, un film que l'on regarde, une poésie que l'on lit, un paysage que l'on contemple...

Jean François Clervoy, astronaute :

« La Terre vue de l'espace, c'est très beau ! On en a les larmes aux yeux, on en tombe amoureux. Et on s'aperçoit que la couche d'atmosphère est fine comme du papier à cigarettes ; notre vie ne tient qu'à ce filet ! Tous les astronautes reviennent des vols spatiaux bien plus sensibles au fait que la Terre est un vaisseau spatial en soi, aux ressources limitées. L'espace enrichit : sur le plan sensoriel, émotionnel, spirituel, existentiel. Quand on voit la beauté de l'univers, on se demande pourquoi c'est aussi beau, pourquoi on est si ému. Lorsqu'on regarde la Terre par le hublot, en apesanteur, on oublie qu'on a un corps, on a l'impression qu'on est simplement une conscience qui flotte, qui a le pouvoir de voir. Je crois que l'univers n'est pas limité à la matière, aux couleurs que je vois, aux émotions que je perçois. Il y a quelque chose de supérieur. »
Un quelque chose qu'il est possible d'explorer en lâchant la raison individuelle - et les postures sociales - pour laisser vibrer cette justesse d'intuition qui sommeille en nous.

Jan Kounen, cinéaste :

« Créer est un processus très intuitif. Tout à coup, une histoire résonne en moi et ne me quitte plus. Cette intuition compte beaucoup dans mes choix. Avant de prendre une décision, je surveille les signaux qui m'indiquent, physiquement et psychiquement, que je ne suis pas dans la peur, dans la détresse artistique. Sinon, la décision restera liée à l'énergie qui l'a fait naître. La pensée est créatrice, elle est liée à un monde énergétique que l'on nourrit, et qui nous alimente en retour. Je pense qu'il existe à l'intérieur de nous une intelligence plus efficace que notre seule intelligence mentale, laquelle est limitée par notre culture, notre vocabulaire, nos modèles, etc. Dans le monde indigène, l'imaginaire est un outil, qui permet d'accéder à des réalités différentes, qui toutes peuvent donner des informations importantes. »
Y compris en psychothérapie, où de nouvelles méthodes explorent l'invisible, au-delà de l'ego.

Olivier Chambon, psychiatre :

« Focusing, cohérence cardiaque, hypnose, TIPI... Ces techniques travaillent sur le monde de l'âme, du rêve, de l'imaginal, qui amène des compréhensions dépassant les connaissances habituelles. Lorsque la conscience est attirée vers l'ego, celui-ci la rétrécit, la ratatine et la conditionne. C'est en allant chercher des choses extérieures à lui qu'on permet à l'ego de trouver des voies de transformation qu'il ne trouve pas en lui-même. On apprend à faire attention à des choses inconnues, irrationnelles, éphémères, imprévues, incontrôlées. En voyage chamanique sous hypnose ou en EMDR, on accède à des parties du soi oubliées, des souvenirs qu'on ignorait avoir, des énergies nouvelles, ainsi qu'à un espace de pardon, de compréhension et de confiance, où l'on peut se voir et voir les autres sans juger ni blâmer. On obtient alors un rééquilibrage à tous les niveaux : physique, émotionnel, mental et spirituel. »
Mais la prise de conscience ne suffit pas. Elle doit se cultiver au quotidien.

Thich Nhat Hanh, maître zen :

« Pour que la paix, la joie de vivre, l'amour et l'espoir puissent émerger, il faut prendre soin de l'instant présent, être conscient d'être vivant, qu'on est en train de marcher sur la planète Terre, d'entrer en contact avec les merveilles de la vie. Cela s'acquiert par une pleine conscience nourrie à chaque instant, de la concentration sur le présent, et une bonne gestion de ce moment. Réorganiser sa vie quotidienne, sa manière de travailler, de manger, de dormir, de respirer... Etre capable de préserver la paix, la compréhension et la compassion dans n'importe quelle situation, est une pratique spirituelle. Une fois qu'on est habité par cette vision juste, on existe en tant qu'être véritable, solide, libre et joyeux, et on peut avoir une influence sur le monde. Il n'y a pas de cloison étanche entre le soi et le non-soi. Chaque énergie que vous émettez en termes de pensée, de parole et d'acte, a un effet sur tout le cosmos. »
Exemple très concret avec la MBSR, une méthode de réduction du stress par la pleine conscience, implantée dans 550 hôpitaux aux Etats-Unis (et 200 ailleurs dans le monde).

Jon Kabat-Zinn, professeur de médecine, concepteur du programme :

« Le MBSR met de l'énergie sous forme d'attention dans ce qui va en nous, plutôt que dans ce qui ne va pas. Le patient devient acteur de sa santé, en entrant en contact avec le paysage de son être. En habitant le moment présent, qu'il soit plaisant ou non, sans rien prendre personnellement, sans créer une narration sur sa douleur, on finit par voir les idées et les opinions pour ce qu'elles sont : des habitudes de l'esprit, qui ne sont pas la vérité. Je ne suis pas ma douleur, je ne suis pas mes pensées, je ne suis pas mon cancer. Sans médicament ni chirurgie, juste avec la pleine conscience cultivée comme un muscle, la MBSR permet de réduire durablement les symptômes. Ce type de pratique change non seulement l'activité cérébrale, mais la structure du cerveau. Et il n'est pas le seul à être plastique : vos chromosomes, vos cellules, tout en vous est capable de changer en fonction de la façon dont vous mangez, dont vous aimez, dont vous faites de l'exercice, du temps que vous prenez pour le calme et l'attention méditative. »
Direction le pays des Bisounours et de l'amour rose bonbon ? Non. Le but n'est pas de vivre perché bien au chaud sur un petit nuage, mais au contraire de trouver en soi la lucidité et la force de cerner la réalité sous toutes ces facettes, même les plus sombres, et passer à l'action contre tout ce qui nous désincarne, faute de sens et d'âme.

Fabrice Midal, fondateur de l'Ecole occidentale de méditation :

« On n'a jamais rendu les hommes heureux en les gavant de sucreries ! Seule la vérité apaise réellement le coeur humain. Si nous ne l'affrontons pas, nous ferons de la spiritualité un rêve de plus. Impossible de s'asseoir et de méditer un moment sans rencontrer la souffrance. Mais à mesure qu'on s'y engage, la conscience s'ouvre et devient assez vaste pour soutenir les défis et les difficultés. L'important n'est pas d'avoir les solutions toutes faites, mais d'ouvrir notre champ de vision et notre capacité à faire face. La spiritualité doit chercher à comprendre le pire, afin de trouver des manières justes d'y répondre. La méditation donne le courage de revenir à l'essentiel. Elle montre un autre rapport à tout, fondé sur l'attention et la bienveillance. Partout où il y a l'être humain, il y a la possibilité d'un acte gratuit qu'on ne peut commander, instrumentaliser ni pronostiquer. C'est cela qu'il nous faut reconnaître, préserver et cultiver. »



Commentaires

Ajouter un commentaire


Autres articles dans la catégorie « Evènements sociaux Science »