Un Navy Seal contredit la version officielle de la mort de Ben Laden


Un membre des Navy Seals qui a participé au raid contre Oussama Ben Laden en 2011 livre dans un ouvrage à paraître un récit de l'opération contredisant certains détails révélés par les autorités américaines au lendemain de l'opération phare de la présidence de Barack Obama.
 
Dans No Easy Day, dont la sortie a été avancée du 11 au 4 septembre, sous le pseudonyme de Mark Bowen (sa véritable identité a été révélée par la chaîne Fox News), il raconte dans le détail l'opération, selon des extraits publiés mercredi par le Huffington Post et par l'agence AP. Le chef d'Al-Qaida a été tué dans sa résidence d'Abbottabad au Pakistan le 1er mai 2011. L'administration Obama a laissé filtrer de nombreux détails sur le raid selon lesquels il avait tenté de résister et avait été abattu dans sa chambre. Elle avait ensuite reconnu qu'il était désarmé.
 
Owen livre un compte-rendu quelque peu différent : Ben Laden n'a pas été abattu dans sa chambre. Il raconte avoir monté les escaliers de la maison vers la chambre de Ben Laden à la suite d'un autre Seal quand, « à moins de cinq marches du palier », il a « entendu des coups de feu tirés avec un silencieux. Pop, pop ». C'était son collègue qui avait ouvert le feu. « Je ne pouvais pas dire, d'où je me trouvais, si les tirs avaient touché leur cible ou pas. » L'homme qui avait passé sa tête dans l'encadrement de la porte « a disparu dans la chambre sombre », poursuit-il.
 
« BEN LADEN ÉTAIT DÉSARMÉ »
 
Mark Owen écrit avoir vu, une fois entré dans la chambre, « du sang et de la matière cérébrale s'épancher sur le côté de son crâne ». Le corps de Ben Laden tressautait encore. Owen et un autre Seal ont alors « pointé leur visée laser sur sa poitrine et tiré plusieurs coups », jusqu'à ce que le corps ne bouge plus. Interrogés par l'AFP, des responsables américains ont refusé de revenir sur les détails de l'opération.
 
« Ben Laden était désarmé, c'est vrai. Mais l'équipe sortait juste d'un échange de tirs [...]. Ensuite, il y a cette personne [Ben Laden] qui passe sa tête en travers de la porte », a toutefois reconnu un responsable de la défense. Ben Laden était bien désarmé mais il ne s'agissait en aucun cas d'une exécution selon lui. Un fusil d'assaut Kalachnikov et un pistolet russe non chargés ont été retrouvés dans la chambre.
 
Elément qui pourrait s'avérer embarrassant pour les Etats-Unis ? qui assurent avoir traité la dépouille d'Oussama Ben Laden avec respect ?, Mark Owen raconte qu'un membre du commando était assis sur la poitrine du chef d'Al-Qaida étendu sur le plancher de l'hélicoptère lors du vol de retour. L'un des deux Blackhawks modifiés ayant été accidenté lors de l'opération, les soldats ont dû se tasser dans l'appareil restant et il n'était pas question d'abandonner le corps de l'ennemi numéro un des Etats-Unis, qu'il fallait encore formellement identifier.
 
Sans confirmer la réalité de cet épisode, un ancien membre de ces troupes d'élite a expliqué à l'AFP qu'il arrivait à des membres des forces spéciales de s'asseoir sur le corps de leurs collègues tués en raison du manque d'espace. Pour lui, il ne s'agit en aucun cas d'atteindre à la dignité de la dépouille mais de contraintes logistiques.
 
Contrairement à ce que prévoit la règle militaire, l'ouvrage n'a pas été soumis au Pentagone ni à la CIA avant publication pour s'assurer qu'il ne révélait pas d'éléments classifiés. La maison d'édition Dutton, qui espère déjà un best-seller avec une première impression de 300.000 exemplaires, a souligné que le livre avait été revu « par un ancien avocat des forces spéciales » pour s'en assurer. Le Pentagone et la CIA ont depuis obtenu copie du manuscrit et le passaient toujours en revue mercredi, selon le lieutenant-colonel Stephen Warren, un porte-parole du Pentagone.
 
Lire aussi : D'anciens membres de la CIA accusent Obama d'avoir exploité la mort de Ben Laden



Commentaires

Ajouter un commentaire


Autres articles dans la catégorie « Evènements sociaux Actions militaires »