Un ancien agent de la CIA dénonce le « Le dossier Pegasus »


Au fond, cela ne surprendra personne. Voir ces révélations couchées par écrit comme cela la sainte alliance du fric et du démon sera pour certains insupportable. Ces écrits datent de 1997, mais personne ne les avait traduits en français. J'avais espéré l'aide d'autres bloggers bien connus, pour valider la traduction, mais depuis 48 heures, pas de signe de vie.

Aussi je me risque à vous passer ces révélations avec une ou deux traductions « brutes de fonderie » qui peuvent sembler abruptes. En tout cas, je peux vous assurer que cela m'a pris un temps certain, et que j'ai fait mon maximum. En fait, tout est parti de la « scopolamine », en réaction à l'affaire Holmes, sur la piste d'Isabelle (conscience du peuple) qui a tout pointé à l'origine. Vous allez voir c'est énorme, moi-même j'ai halluciné au cours de la traduction. Bon voyage au coeur de l'autre côté du miroir.
 
Amicalement, Folamour et Chalouette (crashdebug).
 
Un ancien agent de la CIA, sous profonde couverture, devient un dénonciateur en grand danger. Ses allégations choquantes exposent des noms de personnes puissantes qui contrôlent le commerce international des drogues dans les lieux très hauts placés.
 
Partie 1
 
L'Agent sous couverture profonde de la CIA depuis 25 ans, contrôleur des forces spéciales de combats aériens, pilote de l'US Army aux commandes des missions classées au cours de l'invasion américaine de la Grenade, l'Iran-Contra Pilote qui faisait voler des expéditions de cocaïne étiquetées comme des fournitures médicales, et membre de l'« équipe de tueurs » ultrasecrète, internationale du G7 - « Pegasus »... C'est l'histoire extraordinaire de Gene « Chip » Tatum.
 
Des sensibles, et très secrètes (et jusque-là largement inconnues) Forces d'opérations spéciales et clandestines au Cambodge, à l'errance de la CIA; jusqu'aux activités « Black Ops » à la Grenade et jusqu'à l'« entreprise » Iran-Contra d'Oliver North, ainsi que l'appartenance à une organisation internationale « de tueurs en équipe », Gene « Chip » Tatum a tout vu, tout fait et dit maintenant tout cela.
 
Tatum prétend savoir où les squelettes sont enterrés. Surtout, il est conscient que son témoignage implique le service et les anciens présidents américains, ainsi que toute une liste de fonctionnaires gouvernementaux de haut niveau et d'autres dans un tourbillon d'activités néfastes - y compris l'assassinat, le chantage, la coercition, l'utilisation d'armes à feu, le blanchiment d'argent sale, le trafic de cocaïne, et la traite des êtres humains.
 
Tatum, un Floridien dégingandé, devenu dénonciateur après son arrestation sur une accusation de trahison au début des années 1995. La charge était à la fois étonnante et manifestement ridicule, elle a été plus tard supprimée et remplacée par une accusation de fraude ? ce qui est une réduction drastique. Mais il a été toutefois reconnu coupable, et a été condamné à purger une peine de 15 mois. En Mars 1996, un supplément de peine a été ajouté, il a été accusé de « complot en vue de détournement ». Reconnu coupable à nouveau, il a été incarcéré à Jesup, un établissement correctionnel fédéral, en Georgie, où il purge une peine de 27 mois. L'intérêt de la presse qui a suivi, a été entraîné suite à un article paru dans le Tampa Tribune, le 4 mai 1996.
 
De nombreuses questions continuent de peser sur la conduite du procès. Son avocat de la défense a refusé d'appeler l'un des 80 témoins que Tatum avait désignés pour sa défense. Plus tard, son avocat a librement avoué avoir été mis sous pression par l'US Department of Defense. Tatum a dit que le premier chef d'accusation avait été mis en place pour le discréditer après sa « démission » de l'« opération Pegasus ». Il considère le deuxième chef d'accusation avec plus de scepticisme et inquiétude.
 
La démission de Tatum de Pegasus a suivi son refus de « neutraliser » une figure politique de premier plan aux Etats-Unis, présent dans les élections américaines présidentielles de 1992. Tatum déclare qu'il ne participera pas « à des assassinats, ou des types d'assassinats ou quoi que ce soit, sur des citoyens américains ». Il poursuit en expliquant que, en 1994, dans une conférence téléphonique impliquant Oliver North, Félix Rodríguez et feu William Colby de la CIA, il a été averti de remettre des documents compromettants et les bandes qu'il avait accumulés pour sa « retraite ». Il observe avec ironie que s'il l'avait fait, il aurait probablement été rapidement « terminé » d'une façon « extrême » ce qui est une spécialité de l'équipe Pegasus dont il était autrefois un membre.
 
Luttant contre cette demande, Tatum s'est porté volontaire pour plaider coupable face à une inculpation de crime fabriquée, et à purger une peine de 12 mois - de sorte que sa crédibilité serait endommagée s'il se décidait un jour à parler. Son incarcération pour le deuxième chef d'accusation - et surtout pour la peine de six mois de sa femme, Nancy - l'a amené à parler de sa vie, où pendant près de 30 ans il a servi dans « l'ombre » opératoire, afin de révéler et de détruire la structure de commande de Pegasus. Il s'agit d'une histoire extraordinaire.
 
« OPERATION RED ROCK »
 
Tatum a écrit à propos de son début de carrière dans l'armée, et de son implication dans une opération hautement sensible et classifiée, dans un manuscrit inédit intitulé « Opération Red Rock ». Il a rejoint l'Armée de l'Air en Février 1970, où il est passé par l'école de sauts de l'armée, et il a suivi la formation à l'évasion et à la fraude, et l'entraînement dans la jungle, puis l'école de survie en mer et l'école de plongée où il a été affecté, avec six autres personnes, aux « contrôleurs de combat » (l'équivalent des forces spéciales de l'US Air Force). Il a reçu le béret de couleur bourgogne signe distinctif des forces spéciales. De là, il a été affecté à la base aérienne de Tinker, en Oklahoma, puis à Fort Bragg, en Caroline du Nord - la maison des « Bérets verts » - pour la formation en explosifs C4 et au plastique, aux mines, et à la guerre nucléaire, biologique et chimique, ainsi qu'à l'endoctrinement dans les opérations électroniques et psychologique.
 
Posté en Asie du Sud-est dans la classe des premiers aviateurs (A1C) en Décembre 1970, il a été affecté comme opérateur radio au contrôle aérien avancé (FAC) sur les avions attachés à la Task Force Alpha à Nakhon Phanom, en Thaïlande. En peu de temps il a été recruté (involontaire « bénévole ») sur « l'équipe Red Rock». L'équipe était composée de huit Bérets verts de l'armée américaine, trois US Navy SEALs et de deux « cow-boys » - un euphémisme pour les spécialistes paramilitaires de la CIA. Avec Tatum attaché, l'équipe Red Rock s'est élevée à 14 personnes au total, et était sur le point d'être chargée d'une opération qui est venue directement de la Maison Blanche.
 
En Janvier 1971, l'équipe a reçu un dernier briefing du général Alexander Haig, qui avait volé avec le chef de la CIA à Saigon William Colby - surnommé par l'équipe en tant que « M. Peepers » en raison de sa ressemblance avec un personnage bien connu dans une série TV sitcom. Haig et Colby tirèrent les grandes lignes du plan, en soulignant l'importance de sa classification extrême. Le président Nixon, cherchant désespérément à réprimer les émeutes intérieures au cours d'une guerre de plus en plus impopulaire, a demandé de retirer tout le personnel américain du Sud-est asiatique. Le retrait serait - et, en fin de compte, finalement fait - pour provoquer un vide militaire, conduisant rapidement à la défaite des forces sud-vietnamiennes.
 
Au cours de ces années-là, Nixon a également provoqué l'exécution d'une « guerre secrète » au Cambodge et au Laos. Avec au Laos, une diminution du nombre de membres de la tribu Meo, en collaboration avec le personnel des Etats-Unis employé sous couverture par la CIA en tant que société propriétaire de « Air America », qui se battait contre les forces nord-vietnamiennes au sol. Un modèle très semblable se produisait au Cambodge, au milieu des craintes graves que la « théorie des dominos » se produirait si une de ces deux nations venait à tomber pour les Vietnamiens communistes du Nord. Nixon espère que le vide causé par le retrait des forces secrètes des Etats-Unis pourrait être comblé par les forces cambodgiennes indigènes. Lon Nol, le dirigeant cambodgien, continuait obstinément à résister aux ouvertures diplomatiques de Nixon, étant soucieux de couvrir ses paris et réalistes quant à ses chances de survie en tant que Khmers rouges, les forces vietnamiennes étaient préparées à continuer à essaimer, sans être gênées par la puissance aérienne américaine.
 
Un plan avait été élaboré au plus haut niveau de l'administration Nixon. L'équipe Red Rock devait entrer dans la capitale du Cambodge, Phnom Penh, dans le secret, et attaquer l'aéroport et les installations militaires et civiles, faire des ravages autant que possible. Le plan prévoyait pour l'équipe de les parachuter dans les faubourgs de Phnom Penh.
 
Transportant avec eux des sapeurs « NVA* » pris désarmés et vivants, les sapeurs seraient « sacrifiés » pour laisser leurs corps à être découverts par les forces cambodgiennes. Furieux Lon Nol assumerait que le Nord-Vietnam était à blâmer. Il était alors à espérer qu'un tel acte rigidifierait l'épine dorsale de Lon Nol. Avec nul part où aller, la marionnette des Etats-Unis chercherait de toute urgence du matériel américain pour renforcer ses forces afin de continuer la bataille.
 
Les membres de l'équipe n'ont pas été informés que, eux aussi, devaient être sacrifiés par leur président, afin d'assurer que le mot de l'opération n'ait jamais atteint la lumière du jour. Un détachement de membres de la tribu montagnarde (« des Yards »), à la solde de la CIA, avait été affecté à la liquidation de chaque membre de l'équipe, et devait aussi se débarrasser des corps. L'attaque a réussi, mais les soupçons sur l'équipe des « Yards » a déjoué la trahison. Grâce à leurs connaissances des tactiques de « fuite et d'évasion », l'équipe a décidé de randonner jusqu'à la frontière vietnamienne et à l'arrière, jusqu'à être en sécurité avec les forces américaines.
 
Les victimes ont éclairci leurs numéros jusqu'à ce que huit d'entre eux soient restés. Bientôt ceux-ci, aussi, ont été capturés par des habitués « NVA* » et ont subi des tortures hideuses aux mains des interrogateurs chinois et russes. En fin de compte, seulement Tatum et un membre de l'équipe ont survécu à l'épreuve.
 
En convalescence, Tatum a été informé par le chef de poste de la CIA, William Colby, qu'il serait à l'avenir, conservé à proximité de « l'Agence ». Recruté dans la CIA, la porte béante de futures opérations « noires » craquait ouverte. La vie ne serait jamais la même pour Chip Tatum.
 
AGENT SOUS COUVERTURE PROFONDE DE LA CIA
 
Pendant les 10 années suivantes, les activités clandestines de Tatum ont été variées. Pendant un certain temps, il a travaillé sur la Base Air Force de Homestead, où il était NCIOC de la tour récepteur et de la station MARS. Ce fut la base qui était alors utilisée par le président Nixon pour ses fréquentes visites à la Key Biscayne, en Floride, « Maison Blanche ». Une grande partie de cette période reste cachée derrière une épaisse couverture de la classification.
 
Puis il a été en poste dans le nord de l'Italie, chargé de visiter les villes frontalières de la Yougoslavie et de l'Italie. Colby a estimé que comme un jeune homme de l'Armée de l'Air, Tatum pourrait être « approché » dans ces villes pour des « informations ». L'idée était de prendre contact avec des agents étrangers et secrètement recueillir des informations sur eux et leurs opérations. Plus tard, il a été chargé à l'époque d'infiltrer la Yougoslavie en vue de recueillir des renseignements sur les successeurs potentiels du président yougoslave Tito.
 
Tatum a également été envoyé à la recherche de prisonniers de guerre américains disparus au Vietnam, et ailleurs en Asie du Sud-Est.
 
En 1976, Tatum a opéré à partir de Lamar au Colorado, dans un établissement de communications appelé Olab. Son contact était Don Holmes, le président de la Vallée -. Dans un régime d'épargne et de banques de prêt. Tatum a agi comme son courrier, et faisait la navette entre Lamar et Springfield, toujours dans le Colorado, avec des fichiers de transaction. De là, il a été transféré à MacDill à la base Air Force de Tampa, en Floride.
 
Peu avant sa mise en poste à MacDill, Tatum a reçu un appel de Colby lui disant qu'il avait démissionné de son poste de directeur, du Central Intelligence, et qu'il recommandait à Tatum de démissionner de ses activités clandestines à la CIA. Colby a poursuivi en disant que rester actif sans Colby pour le protéger pourrait le placer en « péril », car il avait des ennemis puissants à Washington. Cet avertissement visait Nixon, Kissinger et Haig, ainsi que le rôle que Tatum avait eu, et sa survie dans l'« Opération Red Rock ».
 
Tatum a pris bonne note de l'avertissement et a démissionné. Plus tard, en 1979, il a demandé et obtenu l'entrée dans un programme de réserve de l'US Air Force. Laissant le service militaire actif, il s'installe à Gunnison, au Colorado, et a pris une position avec Bo Calloway, propriétaire de la butte huppé de la zone de ski. La nomination a été organisée par Colby.
 
Au cours des années 1980, il a reçu la visite de deux hommes qui l'ont informé qu'il avait été réactivé, mais dans l'armée américaine au lieu de la Force aérienne. Il a été envoyé à l'Ecole de vol des Etats-Unis pour la formation au pilotage sur les ailes à géométrie variable à Fort Rucker. De là, il a été affecté au bataillon de l'aviation des 160e / Forces Spéciales à Fort Campbell, au Kentucky. Peu de temps après, le 160e régiment a été combiné avec d'autres pour former la Force opérationnelle 160.
 
C'est dans cette unité que Tatum a joué le rôle de « Spooky » dans l'invasion américaine de la Grenade. Une photo de lui debout devant son hélicoptère de combat MD-500 Defender sur la plage de tête à la Grenade, est apparue avec un reportage dans le Courier-Journal. De Louisville Tatum dira seulement de cet épisode qu'il « n'était pas là », dans le même sens qu'il « n'était pas au Cambodge ».
 
A cette époque, il était attaché à l'aile de l'armée américaine de l'air du 160e à Fort Campbell. Non seulement l'hélicoptère Hughes n'était pas dans l'inventaire de l'armée, mais le 160e n'a pas d'existence officielle. Jim Malone, du djd du Courier-Journal de Louisville, trouve cela extraordinaire. Il dispose de documents montrant que le 160e régiment était stationné à Fort Campbell, même si les fonctionnaires du Pentagone continuent à le nier - comme ils nient le rôle du régiment à la Grenade. Malone, dans une conversation téléphonique avec cet écrivain, a indiqué que le 160e est maintenant stationné à Fort Bragg, en Caroline du Nord - la maison des Forces spéciales, des célèbres les Bérets verts. Leur mission est de faire voler « des équipes Delta » sur les missions secrètes, a ajouté Malone.
 
LE TRAIN DE LA COCAÏNE CONTRA
 
En 1983, Colby a établi le contact à nouveau, indiquant à Tatum, qu'il sera prochainement contacté par « un homme appelé North ». Comme Tatum devait le découvrir plus tard, ce n'était autre que le lieutenant-colonel Oliver North - l'architecte de la campagne d'Amérique centrale Contra nicaraguayenne. Outre le combat d'une guerre secrète, North était également l'homme qui faisait le lien dans une grande partie, vers un travail beaucoup, beaucoup plus sale...
 
Les années « Contragate » regorgent de comptes bien documentés de ventes en gros illicites d'armes et de dope de contrebande. La série exposée publiée à l'automne 1996 par le San Jose Mercury-Post, intitulée « L'Alliance Sombre », pointe ouvertement du doigt la CIA et l'administration Reagan qu'elle accuse de fermer les yeux sur la contrebande de cocaïne massive. En outre, la série d'articles affirme que l'explosion du « crack » à Los Angeles est entièrement le résultat des salauds de dirigeants Contra colporteurs de dope, qui ont fait de grandes fortunes personnelles avec leurs activités. Aujourd'hui, la thèse officielle n'en reste pas moins que les Contras ont été des « freelance » sans la connaissance ou le consentement de leurs « gestionnaires » de la CIA ou de North ou cette soi-disant « Enterprise ». En dépit de ces affirmations, des montagnes de preuves tangibles vont dans une direction différente. Une entrée dans le journal intime de North va dans ce sens, qui montre sa connaissance des envois de cocaïne.
 
En contraste frappant avec ces dénégations, Tatum dit que l'« Entreprise » de North, non seulement mettait en place des usines de cocaïne et faisait « fonctionner » les cartels colombiens, mais qu'il était également responsable d'avoir orchestré les expéditions massives de stupéfiants aux Etats-Unis. Et de manière significative, et qu'il n'est pas le seul à faire ces accusations. Un certain nombre de ceux qui sont impliqués dans les opérations du colonel North se sont fait connaître par la suite et ont avoué. La quasi-totalité de ces « dénonciateurs » ont été pourchassés et emprisonnés. Certains sont morts, tandis que d'autres ont fui. Tatum affirme que le tout Contra, a également été utilisé par un groupe extrêmement secret appelée « Pegasus ».
 
Au cours de Février 1985, Tatum pilotait des vols (Medevac) vers « Dustoff » pour la compagnie médicale de l'armée américaine du 3/498th, stationnés à Fort Stewart, en Georgie.qui était conduite par deux équipes de personnel d'équipages dont Tatum, qui ont été ensuite transférés à la base aérienne de Palmerola, au Honduras. Chaque vol se composait d'un pilote, copilote, médecin et chef d'équipe. Une fois familiarisés, ils ont assumé la mission d'évacuation sanitaire pour la Force opérationnelle interarmées Bravo. Auparavant, en 1984, Tatum a infiltré le 3/498th sur les instructions de Lt Col Oliver North qui avait établi des contacts sous le nom de code « Jake » (North avait le « contrôle » du régiment de l'air du 160e et était également très impliqué avec la planification tactique des missions « Black Ops » dans l'invasion Grenade).
 
Le 15 Février 1985, lors d'un vol à La Ceiba, au Honduras, il a été chargé de communiquer avec son « gestionnaire » local, le major Felix Rodríguez - plus tard, pour prouver une figure majeure de l'enquête Iran-Contra. Rodríguez a informé Tatum qu'en plus de son job « Medevac », il devait soutenir les missions secrètes « Pegasus ». Il a dit que ceux-ci, aurait priorité sur ses autres fonctions. Il lui a également été donné sa « chaîne de commandement » : trois personnes, dont n'importe lequel pourrait autoriser des missions Pegasus.
 
En plus d'Oliver North et Félix Rodríguez, Tatum devrait désormais prendre des ordres de Amiram Nir, un ancien agent du Mossad et conseiller du vice-président Bush. Le soutien de l'aviation pour des missions Pegasus était exploité à partir de la base aérienne de Ilopango au Honduras (maison mère de la compagnie aérienne de la CIA « Corporate Air Service »), ainsi que de nombreux camps de Contra situés dans les jungles et les montagnes le long de la frontière entre le Honduras et le Nicaragua. 3Une caractéristique commune de toutes les missions futures de Pegasus était le transport « de grands refroidisseurs blancs à l'intérieur et l'extérieur des camps Contra ».
 
Le 26 Février 1985, Tatum et son équipage ont été chargés de piloter deux individus à l'un des grand camps Contra, à la frontière du Honduras. Son carnet de vol indique les noms des deux personnes qui son Bill Cooper et Buzz Sawyer, qui ont tous deux travaillé pour « Coporate Air Service ». Après une réunion entre agents de la CIA et les dirigeants Contra, il a été donné àTatum une glacière scellée, marquée « vaccin », pesant environ 200 livres, et il a été chargé de le livrer à un transport C-130 de l'USAF à l'aéroport La Mesa au Honduras. Deux membres d'équipage s'occupèrent du déchargement du refroidisseur mais accidentellement il a chuté, et ils ont brisé le sceau. À l'intérieur il y avait plus de 100 sachets de cocaïne. Tatum a refermé le refroidisseur et plus tard il a regardé comment il a été transféré à bord du C-130, vers l'extérieur à destination de Panama...
 
À son retour à la base aérienne de Palmerola au Honduras, Tatum a téléphoné au Col North pour l'informer de sa découverte. North a répondu que c'était « un trophée de guerre» et que les « sandinistes font de la fabrication de cocaïne et de la vente pour financer l'armée ». North a clôturé la conversation en disant que « la cocaïne a été retenue pour les tribunaux du monde en tant que preuve » contre les sandinistes.
 
Cet incident aussi bizarre a frappé Tatum, et lui a rappelé fortement des missions antérieures datant de 1983-1984, quand il était stationné à Fort Campbell, Kentucky, en tant que pilote d'opérations spéciales. Régulièrement, il transbordait des refroidisseurs blancs, marqués comme « Fournitures médicales », à la base Air Force de Little Rock, dans l'Arkansas. À deux reprises, il a effectué la manoeuvre sur des refroidisseurs similaires à Mena Aéroport, Arkansas. Les livraisons de refroidisseurs médicaux à Little Rock AFB ont été reprises par le Dr Dan Lasater - un proche confident de l'époque du gouverneur de l'Arkansas, Bill Clinton.
 
A l'heure actuelle, près de deux ans plus tard, Tatum a décidé de documenter sa découverte afin de préserver sa « retraite ». Par la suite, il a documenté tous les vols Pegasus sur le revers de ses carnets de vol.
 
Ce fut un moment difficile pour Tatum, car il avait trois balles pour jongler en même temps. D'une part, il volait classé en service actif pour des missions pour l'armée américaine, de l'autre, il volait pour des missions de la CIA organisées par Mil. Le groupe A (CIA), situé à l'ambassade à Tegucigalpa, au Honduras et, troisièmement, il volait pour des missions Pegasus sous le contrôle de William Colby, Oliver North et George Bush suite à son recrutement dans Pegasus par Colby en 1986.
 
Tatum a complété de nombreuses missions au cours de sa rotation à partir du Honduras. Reprenant le transport de refroidisseurs, contenant de la cocaïne, a été un événement régulier. Extraordinairement, cela comprenait l'infiltration de l'espace aérien du Nicaragua (Tatum dit que cela n'était pas difficile d'infiltrer n'importe quel pays et que les « puissances étrangères » pourraient tuer pour savoir comment cela se faisait), et l'atterrissage à la base aérienne de Bluefields avec des livraisons pour le placement à bord de C-123s civils et C-130. Cette mission a été suivie par un bref passage en Colombie, où il a été chargé d'assister la Drug Enforcement Administration dans la « guerre contre la drogue », seulement pour découvrir que la DEA a été fortement engagée dans le trafic de stupéfiants.
 
LA LISTE DU « BOSS HOG »
 
L'un des individus les plus flamboyants impliqués dans le sentier de la cocaïne de la Colombie, à travers le Honduras jusqu'au Panama, et jusqu'aux Etats-Unis, était Barry Seal. Seal qui a volé un assortiment d'avions, pour le déchargement des livraisons d'armes en Amérique du Sud, et le ramassage les livraisons de cocaïne pour leur vol de retour vers les Etats-Unis au nom de l'entreprise du colonel North. Sa base principale des opérations a été l'Aéroport de Mena, en Arkansas.
 
Un « actif » de la CIA, Seal a été arrêté plus tard et il est devenu un informateur de la DEA. Avant son assassinat en 1986 ? qui aurait été commis par un escadron de la mort de Medellín pour se venger de certaines informations sur eux - Seal s'est ouvertement vanté qu'il avait des informations pouvant mettre en cause des responsables gouvernementaux de haut niveau, y compris, le vice-président Bush, d'affaires d'entreprises de trafics de stupéfiants.
 
Tatum aurait bientôt l'occasion de rencontrer Seal Barry et de devenir de ces amis proches. Tatum se souvient avoir été présent lors d'une rencontre entre Oliver North, Félix Rodríguez, Amiram Nir et le général Alvarez du Honduras, où North a déclaré que le vice-président Bush avait déclaré que son fils Jeb allait « arranger quelque chose en Colombie ». Cette conversation a porté sur les activités de plus en plus notoires de Barry Seal. Lorsque Tatum a entendu plus tard que Seal était mort, il a immédiatement compris qui était derrière le meurtre. La discussion a également précisé que le vice-président Bush, le gouverneur Clinton et ses trois respectifs « gestionnaires » étaient jusqu'aux genoux dans l'entreprise de la cocaïne et en charge de faire de l'argent.
 
Inconnu à tous ceux qui étaient présents, Seal avait déjà fourni à Tatum une liste de noms de ces fonctionnaires gouvernementaux de haut niveau, très impliqués ou responsables du contrôle de l'entreprise de stupéfiants. Seal les appelait « Les Patrons Porcs ». Tatum a gardé cette liste comme un secret bien gardé jusqu'à ces dernières semaines. La liste cite les noms de famille seulement, et elle est reproduite ci-dessous, comme je l'ai reçue, complétée avec des fautes d'orthographe écrites. J'ai apposé leurs noms et titres complets entre parenthèses.
 
« LES PATRONS PORCS » - ETATS-UNIS
 
 • Casey (William Casey, directeur central du renseignement)
 • Clair-George (Clair Elroy George, chef de l'Equipe spéciale de la CIA en Amérique centrale)
 • Bush (vice-président George Bush)
 • Kissinger (le Dr Henry Kissinger, le président, Kissinger Associates, ex-secrétaire d'Etat américain, l'ancien conseiller de sécurité nationale)
 • Haig (le général Alexander Haig, ancien secrétaire d'Etat)
 • Greg (Donald Gregg, ancien conseiller de sécurité nationale du vice-président Bush, Ambassadeur pour la Corée et a allégué commune "contrôleur" de Panama Manuel Noriega, avec William Casey)
 • Clairage (Duane "Dewey" Clarradge, la CIA)
 • Fernandez (Joseph Fernandez, de la CIA au Costa Rica station en chef)
 • Du Nord (Lt colonel Oliver North, du National Security Council aide)
 • Singlaub (John Singlaub, la CIA opérateur secrète)
 • Colby (William Colby, directeur central du renseignement, 1973-76)
 • Secord (Richard V. Secord, considéré comme un dispositif «brillant» CIA noir)
 • Weld (William Weld, la tête de la Division criminelle, Département américain de la Justice ; a contribué au «blocage» des enquêtes du Sénat en stupéfiants, selon le témoignage de l'ancien Sénat spéciale enquêteur, Jack Blum)
 • Rodriguez (Felix Rodríguez, officier de la CIA avec une connexion à proximité de vice-président Bush)
 • Peroot (général Peroot, la Defense Intelligence Agency)
 
La plupart, sinon la totalité de ces noms sont bien connus des enquêteurs sur le Contragate et ces journalistes qui couvrent cette histoire. Les allégations concernant l'implication de l'ancien président George Bush dans le business de la cocaïne ne sont en aucun cas nouvelles - elles abondent à foison. Le fait que Bush a gracié un certain nombre de ses plus proches conseillers, qui ont été confrontés à des poursuites pénales et un possible emprisonnement, à la fin de la veille de Noël 1992, quelques semaines seulement avant l'inauguration de Bill Clinton, a laissé un goût amer dans la bouche de nombreuses personnes. Si des poursuites avaient eu lieu, ils auraient clairement pointé du doigt vers le Président lui-même.
 
PEGASUS : LE BLANCHIMENT D'ARGENT SALE
 
Mais l'histoire de Tatum nous emmène encore plus loin le long de la route sombre du pouvoir, de la cupidité et de la corruption. Au cours de l'année l986, il avait quitté le Honduras et avait mis en en place une entreprise de blanchiment d'argent sale à Watertown, dans l'état de New York, à proximité de la base principale de la 10th Mountain Division de l'Armée de terre à Fort Drum. L'emplacement a été choisi avec soin. Avec l'accès aux lignes téléphoniques pour les communications sécurisées de Fort Drum, il a été affecté à un aéronef à voilure fixe Cherokee-140, utilisé pour expédier du personnel et des fournitures à la frontière canadienne sous la couverture radar. Son mandat auprès de ces entreprises a duré de 1986 jusqu'en 1990. Il s'agissait d'une pure opération Pegasus.
 
C'était à Watertown que Tatum a été muni d'une couverture civile sous la forme de trois entreprises de construction : American National Home Builders, American Constructors et American HomesLe financement a été fourni par Henry Hyde, un politicien républicain de l'Illinois bien connu de la CIA, l'homme de l'« argent noir ». Hyde a fourni une ligne de crédit de 250.000 US $ auprès de la Watertown Key Bank. Bien que Tatum ait été répertorié comme le président dans les trois sociétés, en réalité, toutes étaient sous le contrôle de Ben Whittaker, un avocat de Rochester New York. Whittaker, Tatum dit, qu'il est étroitement associé avec Tony Wilson, de la famille Wilson, qui appartient à Xerox Corporation. Ils sont extrêmement riches et sont les « amis des Rothschild et Rockefeller ». En outre, il a également été étroitement associé à South Eastern US Investment Group (SEUS) - une banque d'investissement à Savannah, Georgie - de 1985 à 1989. Un autre propriétaire, avec qui il a été impliqué dans le développement, était Irving Place, un organisme de service d'Irving Bank et de Trust Company. Des revenus de la cocaïne ont été blanchis par l'intermédiaire de ces sociétés par une utilisation ingénieuse de prêts à la construction.
 
En réponse à une question demandant pourquoi l'« argent liée à la drogue » a été placé dans « l'Arkansas, le Colorado et l'Ohio », Tatum explique simplement qu'il ne sait pas pourquoi, en ajoutant que « cela a été fait avant que je n'arrive. Je suppose que les lois bancaires, et si oui ou non les gens de Bush avaient dans sa poche des gens dans ces domaines. » Il explique en effet que le personnage principal impliqué dans l'exercice de blanchiment dans l'Arkansas était « Jack Stephens ». Jackson Stephens, est propriétaire de la Worthen Bank & Trust Company, qui est étroitement aligné avec le président Bill Clinton. Tatum pense que « ... Clinton a reçu l'argent et qu'il l'a divisé entre Stephens et [Dan] Lasater pour le faire nettoyer. La société de Stephens [Banque Worthen] a été utilisée comme le garant, en fournissant des « lignes d'entrepôt » de crédit. »
 
Développant ce thème plus en détail, Tatum explique que l'entreprise recevait la drogue en échange des armes à feu qu'ils ont fournis aux Contras. Le produit brut, sous la forme de feuilles de coca, était fourni par les Colombiens et pressé en grandes balles cubiques, puis expédiés au Nicaragua et au Honduras. Tout le « produit » a été pré-vendu et la livraison aux Etats-Unis était « garantie... ».
 
Cela a finalement abouti à des produits dont la vente était prépayée au Panama, sous le contrôle de Noriega. Une partie de cet argent a été lavé par les banques et autres sociétés d'exploitation au Panama et ailleurs. Le reste a été envoyé en Arkansas, et dans l'Ohio et le Colorado. Par la suite, l'argent sale a été blanchi à travers des prêts de construction ayant un poste permanent des « takeouts » était organisées par les banques et les prêteurs hypothécaires. Ceux-ci, ont à leur tour, été vendus plus tard à Fannie Mae et Freddie Mac ? sur des valeurs mobilières hypothécaires fédéraux négociables des Etats-Unis qui sont négociés au niveau mondial sur une base quotidienne. Chaque « cycle » de cette buanderie a duré de six mois à un an. Le résultat était de l'argent sale transformé en de l'argent bien propre, soit de la monnaie américaine.
 
Ce système n'était pas arbitraire ou accidentel. Un premier « banc d'essai » avait été un petit prêteur hypothécaire résidentiel du nom de Carl I. Brown (CIB), au Kansas. D'autres étaient plus grandes, et d'autres encore étaient devenues nationales. Tous ont finalement été destinés à être achetés par une banque (propriétaire) du Japon dans un délai précis, en 1996, dans le cadre des plans de Pegasus en cours. Eric Brown, le fils du fondateur de la CIB, a été fortement impliqué dans ces activités. Trois autres sociétés ont été impliquées, à la connaissance de Tatum : US Homes, Pulte Homes et Richmond Homes. Tout est devenu une réussite, « Fournissant le rêve américain... » ? comme le dit le vice-président Bush dans un meeting en 1987 ».
 
PEGASUS : ASSASSINAT & NEUTRALISATION
 
Tatum est allé considérablement plus loin en donnant des détails supplémentaires en ce qui concerne le rôle de Pegasus, a ce qu'il en connaît. Il croit que Pegasus a été créé durant les années Eisenhower comme un groupe secret à l'intérieur de la CIA pour espionner cette agence au nom du Président. À un certain point ? qui est considéré comme après l'assassinat du président Kennedy - Pegasus est allé AWOL depuis le control direct du gouvernement des Etats-Unis et est entré sous la direction d'un conseil d'administration international, dont Tatum allègue maintenant qu'il inclut George Bush et Henry Kissinger.
 
Les administrateurs de Pegasus se réunissent une fois par an en conclave secret à la suite des réunions du G7. Le groupe a une « représentation » d'un certain nombre d'agences de renseignement à travers le monde. Ce qui inclus l'US Drug Enforcement Administration (DEA), la Central Intelligence Agency (CIA), le Bureau of Alcohol, Tobacco and Firearms (ATF) ainsi que des agents britanniques, israéliens, turcs et danois du renseignement, ainsi que quelques « autres personnes qui exerçaient des fonctions différentes pour Pegasus ». Tatum, explique que la mission de Pegasus, est « d'aligner les leaders mondiaux et les financiers à nos [US] politiques et nos normes ».
 
Une des tâches Pegasus de Tatum inclus de faire voler des équipes d'« Archer » (équipes de tueurs de quatre hommes) dans son hélicoptère jusqu'à leur point d'insertion. Il affirme que Enrique Bermudez a été assassiné en 1991 par une équipe Pegasus, ajoutant qu'il « a été abattu dans le dos dans la tête tout en marchant dans la rue ... à d'environ 150 mètres ». Bermudez, connu sous le nom « Commandant Trois Huit Zéro » était le dirigeant de la Contra. Tatum a eu deux côtes cassées quand il a été sous le feu d'armes légères lors de l'assassinat.
 
Après la guerre du Nicaragua, Bermudez a cherché une position de premier plan dans le nouveau gouvernement. Rejeté par le président Chamorro, le « commandant 380 » a essayé de faire pression sur George Bush pour qu'il intercède en sa faveur, en menaçant de dénoncer le rôle de Bush dans l'entreprise de trafic de cocaïne. Selon Tatum, Bush a ordonné sa « disposition ».
 
Un autre assassinat Pegasus était celui du général Gustavo Martinez (Dr Gus) Alvarez, le commandant en chef « coopérant » des Forces armées du Honduras. Alvarez a été assassiné en 1989, suite à sa demande d'une plus grande répartition des bénéfices de la cocaïne.
 
Tatum décrit également son implication dans l'assassinat de Amiram Nir, l'ex-agent du Mossad israélien qui agissait sous le nom supposé de Pat Weber. Nir devait témoigner à la sous-commission du Sénat et l'on craignait qu'il révèle la vérité. Il périt, après que son avion se soit fait abattre par les missiles de l'hélicoptère de Tatum.
 
Une autre « neutralisation » pour le moins le bizarre, c'est celle d'une personne qui doit rester anonyme pour des raisons diverses - mais dont le nom est connu de cet écrivain ? il a subi une expérience qui est à la fois horrible et effrayante. Les lecteurs sont avertis que ce qui suit n'est pas du tout agréable. Pour des raisons de facilité, je vais appeler cette personne "M. X» ou, tout simplement, "X".
 
M. X était un chef de file de l'un des plus grands groupe soutenu par les contra-CIA Il a récemment témoigné devant le Comité de renseignement du Sénat américain. Autrefois, X a été cadre supérieur dans une filiale sud-américaine de boissons douce américaine. Au cours de son audition au Sénat, il a nié toute connaissance de participation de la CIA dans le trafic de stupéfiants, ajoutant que l'apologie de telles activités aurait été étrangères à son mode de vie. Pas du tout, dit Tatum. M. X avait été recruté à la CIA par le directeur d'alors William avec l'aide d'Oliver North.
 
En 1990, quand le chef de file du Nicaragua Daniel Ortega a annoncé qu'il y aurait « des élections libres », X était en extase. Il a commencé à s'agiter et a demandé au président Bush de s'assurer qu'il lui soit donné une place prépondérante dans le nouveau gouvernement - en échange de ses années de dur labeur et d'engagement envers la CIA et l'« Entreprise ». La pression était venue sous une forme que le président Bush ne pouvait pas ignorer. S'il n'aidait pas son ami X, il savait que ce dernier avait une connaissance intime de sa participation au commerce de la dope et qu'il allait le rendre public. Cette menace a quitté Bush avec un goût amer. Une équipe Pegasus a donc été attribuée pour le « neutraliser » au début de l'année 1990.
 
M. X, Tatum dit : « ... fiancé, lui-même un amoureux des femmes, les grandes blondes, aux larges gros seins étaient ses favorites. Il a été déterminé que, s'il était effectivement neutralisé, [X] pourrait être un atout. Par conséquent, il a été décidé que l'intimidation serait utilisée pour contrôler [X]. »
 
Ils ont choisi d'utiliser la drogue scopolamine, qui a aussi le surnom de « Burundanga » ou « la drogue Voodoo ». La drogue est extraite des gousses d'un arbuste à fleurs qui pousse dans les régions éloignées de l'Amérique du Sud. Dans son état, sous forme de poudre, la scopolamine est « inodore et sans goût ». Lorsqu'elle est correctement administrée, elle provoque « une obéissance absolue » sans que cela soit « observable par les autres ». Surtout, la cible ne pourra se rappeler aucun des événements survenus au cours de la période où elle était sous le charme de la drogue.
 
En décrivant ces détails, Tatum ajoute qu'il est important d'administrer la drogue dans le dosage correct, car il a vu des cibles mourir à cause d'une dose trop élevée. D'autres sont « restés sous l'influence de la Burundanga pendant un maximum de trois semaines ». Le dosage précis peut être obtenu par une ingestion de liquide, la poudre étant facilement soluble. L'ingestion par le biais des cigarettes est également une méthode optimale. Il a une action rapide et ne prend pas plus de 20 minutes pour agir.
 
Tatum dit que X a été invité à passer un week-end de détente dans un hôtel de luxe en tant qu'invité de son ami George Bush. Son hôte pour le week-end était un officier de renseignement de confiance, un vétéran de terrain de 18 ans. La soirée a débuté avec des cocktails et elle a été suivie par un bon repas. « Rien que le meilleur » étaient les ordres.
 
Après le repas, il a été introduit dans la suite une « bombe blonde » fournie par la CIA. M. X avait déjà ingéré une dose de Burundanga pendant un apéritif. X était galant avec la blonde, et les deux sont partis dans la chambre où des caméras vidéo étaient déjà mises en place dans un coin. En peu de temps, la blonde avait X debout, nu, en face d'elle et elle a commencé à se livrer à ses désirs. Pendant tout ce temps, les caméras vidéo ronronnaient. Se dépouillant lentement, la « blonde » a révélé sa virilité dans toute sa splendeur. M. X a été chargé de lui rendre la pareille de la faveur et à pratiquer une fellation. Il était forcé, ces activités intimes étaient enregistrées à 24 images par seconde sur une bande vidéo.
 
Tatum dit que la prostituée masculine a été embauchée dans un bar de New York et a été tuée le soir même.
 
Deux semaines plus tard, X - entièrement ignorant des événements de cette soirée - a été en visite au Nicaragua. Il lui a été présenté une copie de la vidéo, avec des instructions. Tatum dit que X ne pourra jamais permettre que la vidéo soit rendue publique : « Non seulement cela révèle son homosexualité, mais cela révèle aussi sa bestialité et des rituels de culte satanique. » La trame après trame feuilletée par, X aurait pleuré, puis aurait été forcé de se regarder tuer son « amant » homosexuel, puis... s'engager dans des rituels cannibales macabres les plus inimaginables.
 
Neutralisé, M. X est devenu un membre éminent du gouvernement du Nicaragua quelques semaines plus tard.
 
PLANIFICATION DE LA RETRAITE
 
Depuis 1985, quand il a eu connaissance de l'entreprise de trafic de drogue, Tatum a commencé à recueillir des documents, des enregistrements audio et vidéo pour sa « retraite ». Il était parfaitement conscient que la plupart des agents infiltrés en profondeur ne survivent pas longtemps dans ce qui est un jeu très sale à une table de poker à haut-enjeux.
 
Tatum dit que, en 1992, le président Bush lui a demandé de « neutraliser » le candidat à la présidentielle Ross Perot, mais il a refusé de le faire. Tatum a remis une copie d'une cassette incriminante au président Bush, expliquant qu'il ne serait pas libéré - à condition que lui, sa famille et Perot soit gardé saint et sauf. Il a également dit au président que des copies de la bande avaient été placées dans six endroits différents à travers le monde, en disant : « ... si je n'ai pas de contact avec les titulaires de ces capsules dans un certain temps chaque année, ils doivent être envoyés aux adresses sur l'emballage ». Il a fermé la conversation en disant que quand à l'origine d'où il avait placé les paquets, « j'ai donné des instructions explicites que si je demandais de me les renvoyer, il fallait les envoyer aux adresses sur les paquets. » Ce, que Tatum a motivé par le fait que cela permettrait d'éviter l'intimidation ou la torture.

Notes :
 
1. Tatum m'a fourni une variété de documents couvrant sa carrière militaire et au sein de la CIA de 1971 à 1986, alors qu'il a été libéré de l'armée américaine. Ses papiers de décharge présente une série de décorations et de médailles militaires, y compris la campagne de la « Médaille de la Campagne de la République du Vietnam avec dispositif » la « Médaille du service Vietnam » (il y en a beaucoup d'autres). On trouvera en annexe à ces documents un rapport médical, signé par le major Charlie Talbert, qui décrit diverses blessures que Tatum a acquis au cours de sa carrière militaire - et comprend des notations décrivant sa capture et la torture subit dans le Sud-Est asiatique. Les principaux rapports de Talbert sur ces blessures ont été traités en Juin 1972, et il ajoute que les dossiers médicaux de Tatum sont incomplets », comme les détails sur cette question sont classées. J'ai interrogé Tatum à la date qui aurait dû être enregistrée en 1971. Il a répondu, en disant que c'était certainement 1971 et que le médecin militaire n'avait que le niveau « Secret » de sécurité alors que Tatum avait le niveau « Top Secret » de dégagement (confirmé dans d'autres dossiers militaires, daté de 1972, en ma possession). Tatum affirme que cet écart était le résultat d'une erreur typographique de la part du médecin de l'armée.
 
En outre, le rôle secret de Tatum dans la CIA est confirmé par d'autres papiers militaires qui m'ont été fournis. Don un daté de 1974 un ordre de mission de Tatum a été « coupé » par un lieutenant-général de l'USAF (nom censuré) qui était conseiller en chef du renseignement militaire à Joint Chiefs of Staff.
 
D'autres documents concordants, en ma possession, incluant une fiche de paie de l'armée américaine datée de 1985, avec une copie d'un « Formulaire de demande de détenus » sur le bureau du shérif du comté de Hillsborough, montrant que Tatum était détenu sur un motif de « trahison », les papiers d'affectation à la Medac du 3/498th à Fort Campbell, en date du 12 Avril 1984, des copies d'articles de presse des médias décrivant l'attaque de Phnom Penh, un rapport de nouvelles et des photos de Tatum à la Grenade, un Formulaire de demande de mission des forces spéciales aux Etats-Unis du MEDDAC en date du 6 Avril 1985, détaillant le listing des « Patrons Porcs » de Barry Seal, ainsi que des copies papier des journaux de bord de Tatum au cours de sa rotation au Honduras, en outre, soutenu par des photographies des carnets de vol originaux.
 
J'ai aussi une copie d'un message TWIX du commandant des Forces des Etats-Unis, au Honduras (Task Force Bravo), qui indique à ses supérieurs : « ... qu'il est devenu de plus en plus évident au cours des six dernières semaines que Medevac A / C, à l'appui direct de JTFS, qui dans certains cas, sont utilisés pour autre chose que les exigences Medevac et sont contrôlés par d'autres que les fonctionnaires du Medevac. » Tatum dit qu'il a obtenu une copie de ce message de son contrôleur Pegasus.
 
J'ai aussi une copie pleine du livre manuscrit de Tatum de l'opération « Red Rock », avec une lettre qu'il a adressée à William Colby, en date du 6 Mars 1996, qui menace : « Je ne vais pas écrire que sur les missions, mais sur le calendrier du Nouvel Ordre Mondial et les événements prévus, y compris une chronologie. Et je vais citer des noms. »
 
J'ai d'autres documents que je ne suis pas autorisé à révéler, mais qui corroborent les missions en Amérique du Sud.
 
2. Le mot « contact » ne veut pas dire que Don Holmes était un type de la CIA.
 
3. Tatum dit que, jusqu'en 1985, le « soutien aérien » pour Pegasus venait principalement à partir de la base aérienne de Palmerola au Honduras. La base aérienne d'Ilopango de El Salvador avait le soutien « opérationnel ».
 
4. Tatum ajoute qu'il avait des vols limités à la base aérienne de Bluefields, au Nicaragua, mais « surtout que les avions militaires utilisés étaient les C-141S et C-130 de l'US Air Force à Palmerola, La Mesa et San Lorenzo, Honduras. A San Lorenzo, il y avait aussi des aéronefs civils, comprenant des C-123s. »
 
5. En plus de voler avec des aéronefs à voilure à géométrie variable, Tatum a également les compétences pour voler sur de plus petits avions à voilure fixe. Auquel il avait aussi accès à Fort Drum.
 
6. Tatum ajoute à cet égard qu'ils ont été « fournis avec des feuilles et de la pâte appelée "bazooko"... La raison pour cela était qu'ils ne fournissaient pas la pâte assez vite, donc ils avaient besoin des feuilles pour compenser le temps. Les feuilles étaient en provenance du Pérou. »
 
7. J'ai écrit cette phrase sur la base des informations fournies pour moi et aussi extraite d'une longue liste de Question & Réponses préparée par l'auteur Rodney Stich à l'attention de Tatum (et maintenant en ma possession). En examinant cet article pour les erreurs et omissions, Tatum a déclaré : « ... qu'il n'y avait pas d'agent de la DEA des Etats-Unis ou d'agents ATF dans Pegasus ». Cela semble en contradiction avec une précédente réponse à une question de Stich, qui a déclaré, en partie, que la « DEA a été représentée. Nous avons eu des agents de la DEA, des agents ATF. » Naturellement, je voulais que cela soit clarifié et j'ai demandé à Tatum d'expliquer cet amendement tout à fait significatif. Il a répondu, en indiquant qu'« il y avait des missions conjointes, où la DEA et des agents ATF ont été utilisés ... Ils ne faisaient pas officiellement partie de Pegasus ». Nancy Tatum signale que depuis que Chip Tatum était en prison au moment où il a répondu aux questions soumises par Stich, le « malentendu » était de sa faute.
 
8. Tatum ajoute qu'il a également « volé sur des avions à voilure fixe, des multi-moteurs et accessoirement des jets ... Pour les différentes missions » et il ne s'est pas limité à des aéronefs à voilure à géométrie variable.
 
9. Ces blessures sont survenues lors du départ de l'« équipe », six heures après l'assassinat lui-même, quand ils sont passés sous les tirs anti-aériens pendant qu'ils volaient à basse altitude à travers la frontière. Tatum portait deux gilets pare-balles en Kevlar (léger), gilets qui ont absorbé l'impact des obus anti aériens.
 
10. Tatum m'a donné le nom de cet individu, un politicien bien connu. Il a également demandé que je considère l'excision de ce compte de l'article, pour une variété de raisons compréhensibles. J'ai décidé de le garder, car je crois qu'il est à la fois un compte important et hautement significatif.
 
11. J'ai téléphoné et parlé avec Ron Lard, un fonctionnaire au siège de la DEA, en Virginie, pour poser des questions sur les propriétés de la « Burundanga ». Il a été incapable d'en fournir aucune. Cependant, par le biais d'autres sources je peux confirmer que cette drogue est bien connue pour causer à la fois l'amnésie et un état de transe de type « zombie », dans lequel la cible suit toutes les commandes. Le Dr Camilo Uribe, chef de clinique de toxicologie à Bogota, dit : « ... c'est comme de l'hypnotisme version chimique ». Voir le Wall Street Journal, du 3 Juillet 1995.
 
Partie 2
 
L'Ancien de la CIA / DIA sous profonde couverture « Chip » Tatum révèle plus de détails troublants au sujet du haut niveau de contrôle des opérations de la drogue et du fonctionnement du blanchiment d'argent sale mondial.
 
Durant ses 22 ans en tant qu'agent opérationnel sous couverture profonde de la CIA et de la DIA, Gene « Chip » Tatum a vu ou participé à une série remarquable d'opérations secrètes. Tout d'abord dans son esprit viennent les années 1986-92, quand il travaille pour un groupe qu'il a appelé « Pegasus ». Ce groupe a travaillé pour le compte des Etats-Unis et d'autres gouvernements, pour effectuer des tâches allant de la contrebande de stupéfiants à des assassinats.
 
Le nom de « Pegasus » était en fait, une « couverture » et la désignation utilisée par Tatum pour se protéger contre d'éventuelles poursuites. Plus tôt cette année, Tatum a révélé la véritable structure du groupe et a expliqué pourquoi il a senti le besoin de le cacher. Le timing était très important. Dans un message à cet écrivain, Tatum a déclaré : « Il a maintenant été bien au-delà de la loi quinquennale des limites qui auraient pu revenir et le hanter ». Cette date était le 22 Janvier 1997. Le 21 Janvier 1992, j'ai quitté la réunion Jupiter Island dont j'ai parlé plus tôt.
 
Peu d'individus, même maintenant, sont conscients de l'importance de Jupiter Island. Situé sur la côte atlantique de la Floride, à quelques miles au nord de Palm Beach, l'île mesure un demi-mile de large et neuf miles de long. Selon les auteurs Webster Griffin Tarpley et Anton Chaitkin, les résidents de l'île peuvent être vus comme un « Who's Who » de l'establishment anglo-américain. Beaucoup ont des liens étroits avec l'appareil de renseignement, et pas beaucoup, mais quelques-uns, sont, ou ont été, membres de la Skull and Bones Society, un pavillon notoire du secret maçonnique les plus influents formé à l'école de droit de Yale. 1Fait intéressant, un grand nombre des premiers résidents, y compris Averell Harriman et Prescott Bush le père de George W. Bush, étaient de fervents partisans d'Adolf Hitler et son parti national-socialiste avant la Seconde Guerre mondiale. Même dans ces dernières années, George W. Bush a continué d'avoir un travail inachevé avec les nazis domiciliés en Amérique du Sud. Tatum précise surtout lorsque les yeux du monde étaient tournés vers Saddam Hussein et l'Irak au cours de Desert Storm. Mais, cependant, ceci est une autre histoire...
 
Jupiter Island bénéficie d'une hyper-sécurité. Tous les véhicules sont suivis par des capteurs placés dans les routes et toutes les femmes de ménage, les jardiniers ou autres non-résidents doivent par ordonnance effectuer une prise d'empreintes digitales qui est enregistrée. Les résidents eux-mêmes sont soigneusement filtrés avant d'être autorisés à acheter des biens immobiliers (les achats sont le fait, on pense, d'invitation) et une de leurs fonctions principales, en tant que bons résidents, consiste à effectuer une « surveillance » active pour garantir que l'île demeure sécuritaire. C'est ici que Tatum a rencontré et discuté de projets sensibles avec le président puis vice-président Bush et, plus tard, à la résidence de sa mère, Rose Bush.
 
APPAREIL GOUVERNEMENTAL SECRET
 
La structure organisationnelle du fameux groupe Pegasus, tel que décrite par Tatum, demande à être racontée en détail. Les divers ordres présidentiels, qui ont conduit à la formation et au fonctionnement des activités clandestines dans lequel Tatum et d'autres ont participé, sont significatifs car ils constituent un gouvernement secret dans le gouvernement. C'est la puissance qui se cache derrière le visage ouvert d'un gouvernement démocratique. Certains ont appelé cette base de pouvoir « la Pieuvre ». Les activités comprennent le trafic de stupéfiants de haut niveau, les transferts illégaux d'armes ultra-perfectionnées, le blanchiment d'argent sale sur une échelle massive et un nombre impair « de coup au but » ou d'« alignement » afin de garder branlant à coup de genou les individus en ligne droite tendu.
 
C'était en 1981, selon Tatum, que « le Président Reagan a signé la Décision Directive de la Sécurité National n° 3 (NSDD-3) qui a autorisé le vice-président à présider le Groupe de Situation Spécial (SGS) ». Le Groupe de Situation Spécial était une division sous le Conseil Nation de Sécurité (NSC) Une entité formée pour soutenir le SSG a été le Groupe de travail des incidents terroristes (TIWG), créé en Avril 1982 par l'autorité du président Reagan sous la NSDD-30 Ce groupe était composé des représentants qui suivent : Directeur de la Central Intelligence, ministère de la Défense (DoD), le FBI, personnel du NSC et d'autres au besoin.
 
Tatum a expliqué que : « Le but du TIWG est de fournir un soutien opérationnel direct au SSG. Le TIWG a ensuite recommandé au Président que la Terrorism Task Force soit ensuite formée et présidée par le chef du SSG (le vice-président). Reagan a approuvé le NSDD-138 en avril 1984, qui a étendu le bras du TIWG et sa capacité à former des sous-groupes. Le résultat du NSDD-138 a été la formation du sous-groupe d'opérations (OSG). Le Sous-groupe était un select du NSC-DoD-CIA-FBI- et une agence de renseignement étrangère qui a fonctionné de manière à contourner les opérations régulières de renseignement / militaire / services répressifs. L'OSG a été formé en Février 1986. »
 
Ayant révélé le cadre des directives présidentielles nécessaires pour autoriser la conduite de ces opérations clandestines, Tatum a ensuite détaillé le vif du sujet concernant l'OSG : « J'étais un employé pour OSG d'Avril 1986 à Janvier 1992. Lorsque j'ai été placé sous l'autorité de l'OSG, je faisais directement mes rapport à l'OSG, pas à la CIA ou au DIA. Cet appareil de ce « gouvernement secret », construit par Bush de 1981 à 1986, était en mesure de s'appuyer sur des moyens de la CIA, les unités d'opérations spéciales du DoD et le secteur privé. L'Utilisation de la clause du secteur privé, Don Gregg, et le vice-président Bush pour la sécurité nationale, comprenait un représentant de l'Intelligence Service et de l'Intelligence israélienne. À ce jour, j'ai appelé ce groupe « Pegasus » dans une tentative de ne pas divulguer sa véritable identité jusqu'à ce que je sois sain et sauf. Bien que la plupart des missions effectuées par OSG-2 sont classées, l'existence de l'organisation est maintenant déclassifié ».
 
Jusqu'à ce que Tatum ait transmis ces détails, l'existence de plus d'un OSG était inconnue. En fait, Tatum a révélé l'existence de trois OSGs. OSG-1 a été dirigée par Ted Shackley, c'était « le groupe de lutte contre les stupéfiants ». 4OSG-2 était le groupe anti-terrorisme et OSG-3 était « notre » groupe d'« alignement ». Tatum a été posté au OSG-2 qui a été commandé par le colonel Oliver North. Le troisième groupe, OSG-3, a été commandé par Richard Secord. Après l'exposition du rôle d'Oliver North dans le Contragate en 1987, North a démissionné en tant que chef de l'OSG-2 et son poste a été repris par Secord. Tatum a évolué dans le même temps pour commander OSG-3.
 
Tous les trois OSGs obéissent à ces individus qui ont siégé au TIWG. Le général Colin Powell a représenté le ministère de la Défense, William Casey, la CIA, et Donald Gregg, le Conseil national de sécurité. « Des gars du FBI sont entrés et sortis » a dit Tatum. « C'était comme s'ils n'arrivaient pas à trouver quelqu'un », conclut-il. Le représentant du renseignement britannique qui était Sir Colin y figure. Anciennement chef du MI6, Sir Colin fut transféré en 1986 pour devenir « coordonnateur de la sécurité », l'une des premières places au bureau du Cabinet dans le cadre du Premier ministre de Margaret Thatcher. Il a pris sa retraite en 1989. Amiram Nir représentait les intérêts israéliens jusqu'à son assassinat par un « Archer » par une équipe dirigée par Tatum - à la demande d'individus de haut niveau israéliens en 1988. N'importe lequel de ces six personnes pouvait « appeler à une mission ». En outre, George W. Bush pouvait faire de même. D'importance, aussi, était la représentation occasionnelle sur le TIWG de Lord Chalfont. Le lord britannique qui a était conseiller sur les « Mid-East affaires » entre 1986 et 1990.
 
Du moment où Chip Tatum a été recruté à l'OSG, il a été muté au nord de New York où il a établi un certain nombre d'entreprises de couverture. L'une d'elles était Cedar Shores Estates, Inc. Il s'agissait de sa base d'opérations au cours des six prochaines années.
 
Ce n'est peut-être pas de la plus pure coïncidence si le nom de l'entreprise est similaire à celui de Cedar Holdings, une société britannique qui a eu une relation avec l'ancien trésorier du parti conservateur britannique, Lord (Alistair) Mc Alpine. L'auteur Peter Jones, dans un livre inédit, examine en détail les activités de ce groupe d'« éminences grises » conservateur et franc-maçon conduisant. L'auteur n'y a pas eu beaucoup d'intérêt à détailler les connexions des nombreuses entreprises qui, selon lui, ont été impliques dans toutes sortes d'activités sombres. Il s'agissait notamment d'une société appelée Cercle de loisirs qui dispose d'une connexion sinueuse à sir John Cuckney, l'une des figures centrales de l'enquête Scott dans les ventes d'armes à l'Irak.
 
Bien que ces connexions soient pour le moins certes ténues, il convient de noter que l'opération au nord de l'état de New York de Tatum a également impliqué l'expédition des armes les plus sophistiquées à travers la frontière au Canada. Moins connues sont les connexions connexes entre Oliver North et le trafic des armes à feu, et qui ont vu l'argent sale blanchi par les îles britanniques de la Manche et de la BCCI basé à Londres (Banque de Crédit et de Commerce International). Le blanchiment d'argent a été l'une des principales activités du colonel Oliver North.
 
LA PIQURES DES « SUPER BILLETS"
 
Une opération dont Tatum à connaissance concerne les soi-disant « Super Billets » ou la piqûre des « Super Billets ». Des années plus tôt, à la fin des années 60 ou au début des années 70, la CIA avait secrètement fourni au Shah d'Iran un ensemble parfait de plaques d'impression qui pourraient reproduire des billets de 100 $ US sans défaut. Il a également été fourni une presse d'impression à dessin en entaille. Cette vieille imprimerie spéciale à plaque gravée touche le papier avec une force terrible, pour créer la sensation distinctive du relief d'un billet authentique. En outre, a été également donnée au Shah de l'encre et du papier de qualité pour des billets, ce qui lui permet de produire parfaits faux billets en dollars américains. Le Shah s'est ensuite enfui d'Iran et a laissé les plaques et la presse dans sa confusion. Tout le bazar reste assis dans la menthe à Téhéran, selon certains experts.
 
Selon Tatum, un deal a été fait dans le début et le milieu des années 80 entre le vice-président George Bush et Manuel Noriega du Panama, et les dirigeants iraniens. Une somme de 8 milliards de $ US a été déposée dans la Banco Nacional de Panama, au nom du roi colombien de la cocaïne Pablo Escobar et a été « prêté » à George Bush. De cette somme, 4 milliards de US $, ont été expédiés par avion vers l'Iran où il a été échangé à un ratio d'un bon billet pour deux billets contrefaits. Sur le chemin du retour, dans la cargaison du Boeing 707 ont été transporté deux palettes sous film rétractable contenant 4 milliards de dollars chacun. Le 707 est arrivé à la Howard / Albrook Air Force Base au Panama, où les palettes ont été débarquées par des gardes armés de l'armée panaméenne. Les billets contrefaits ont été redéposés sur le compte d'Escobar à la Banque centrale au Panama. En aucun cas, les billets contrefaits ne pourraient être autorisés à quitter la voûte de la banque, de peur de provoquer une dévaluation de la devise américaine avec des fausses notes, des mesures devraient être prises plus tard pour assurer cela.
 
L'autre moitié de la « bonne » monnaie d'Escobar a été placée dans les mains de Nana DeBusia, le petit-fils du leader du premier démocratique Guyanais. DeBusia a été choisi par la CIA, William Casey, pour blanchir les somme massives dans les nombreux comptes bancaires sous les signatures conjointes du vice-président George Bush et du Directeur Casey.
 
La prochaine étape de l'opération était de récupérer les 4 milliards de dollars échangés avec les Iraniens pour les « Super Billets ». Ceci a été facilité par la fourniture d'équipements militaires, armes, munitions et pièces de rechange pour les systèmes d'armes. Cette partie de la transaction a été arrangée par le colonel Oliver North, au nom William Casey de la CIA.
 
Les résultats de ces manoeuvres complexes étaient de deux ordres. D'une part la CIA a acquis 4 milliards de dollars via les ventes d'armes, pour une utilisation dans de futures opérations noires, sans la nécessité de s'appuyer sur la surveillance du Congrès ou de l'autorité. Si, plus tard ils étaient pris, Tatum dit que : « ... la CIA pouvait indiquer que la source de ces fonds était une transaction d'armes avec l'Iran ». Certains de ces fonds ont ensuite été utilisés pour soutenir les Contras, tandis que le reste a disparu dans le trou noir ultrasecret des finances de « l'Entreprise ».
 
Pendant ce temps, Nana DeBusia avait commencé le blanchiment des dollars restants 4.000.000.000 à travers diverses banques, y compris la Banque du Vatican. Pour sa peine, DeBusia avait le droit de prendre une commission de 200 millions de dollars. La somme restante de 3,8 milliards a ensuite été mise au secret en privé, sur des comptes numérotés dans le monde entier, et contrôlés par George Bush et William Casey.
 
L'opération a été complétée à part depuis quelques ratissages qui ont eu lieu au cours des années suivantes :
 
1) En 1989, Pablo Escobar a été ciblé par un programme intensif américano-colombien de campagne de « guerre contre la drogue ». Il a fui dans la clandestinité, craignant pour sa vie. Finalement, en 1993, il a été traqué et tué dans une fusillade avec la police. Un documentaire télévisé britannique a révélé que le « roi de la cocaïne » a été abattu alors qu'il tentait de s'échapper et n'était probablement pas armé. La campagne menée contre Escobar a assuré qu'il ne pouvait pas retirer les 8 milliards de dollars en « Super Billets ». Après sa mort, la quantité et la qualité des envois de cocaïne en provenance de Colombie a immédiatement vaillamment augmenté, donnant un démenti à la « guerre contre la drogue ».
 
2) En outre, en 1989, le général Noriega du Panama a été capturé dans l'invasion américaine du Panama. Noriega a été condamné par la suite et placé dans la prison fédérale des Etats-Unis sous la garde constante afin d'assurer son silence.
 
3) pénultièmes, Nana DeBusia a été inculpé de 32 chefs d'accusation dont la fraude bancaire, et donc réduits au silence.
 
4) Au début, en 1987, DCI William Casey est mort d'une tumeur au cerveau quelques jours avant qu'il puisse assister aux audiences du Sénat sur l'affaire Contragate.
 
Selon Tatum, une seule figure est sorti indemne : George Bush, qui seul a conservé le contrôle de 3,8 milliards de dollars en fonds blanchis. De toute évidence, la CIA a toujours conservé le contrôle de l'équilibre de leurs 4 milliards de dollars faisant partie de l'opération « Piqûre ».
 
Il est d'une importance considérable que cette opération a été corroborée par une autre source dont la crédibilité n'est pas en cause. Cette personne était présente à Téhéran, lors de ces événements, et a ensuite été mutée à un autre endroit sensible à cet égard. En outre, il a aussi été révélé que la Banca Nazionale del Lavoro (BNL) a été fortement impliquée dans la piqûre « Super Billets ». Cette BNL était une partie intrinsèque de la soi-disant « Entreprise »  d'Oliver North en réalité, les OSGs du Groupe de travail des incidents terroristes ne fait aucun doute.
 
Cependant, la question demeure : Qu'est-ce que George Bush avait l'intention de faire avec ses 3,8 milliards de dollars « noirs » ? Quel était le but ultime de l'opération ? Peut-être une partie de l'argent devait être utilisé pour de la graisse et les palmiers, autrement dit pour financer l'offre de Bush à la présidence à l'issue du second mandat du président Reagan. Peut-être qu'il a été utilisé pour financer d'autres projets lucratifs. Peut-être qu'il devait être utilisé pour injecter du muscle financier dans un autre grand projet, dont Tatum a récemment parlé, impliquant le papier du « cadre et de la mission » de George Bush pour un Nouvel Ordre Mondial.
 
Une copie de la « portée » du papier fourni à Tatum par George Bush décrit la formation d'une société dont le but est de « ... fournir un réseau central d'information, des analystes et des stratégies sur une base internationale dans la poursuite d'un ordre mondial et d'une stabilité économique ». La « portée » de la Société comporte quatre caractéristiques :
 
1) La centralisation des services d'information ;
 
2) Analyse des données par région par des analystes spécifiques ;
 
3) Formuler des recommandations fondées sur les rapports des analystes par des experts internationaux ;
 
4) Fournir un plan maître international pour la croissance mondiale et la stabilité économique.
 
La Société doit être une propriété privée avec un conseil d'administration, « composé de douze membres, élus annuellement par des actionnaires ». En outre, il existe cinq départements : « Ressources de données, la gestion des politiques ; gestion économique, la gestion militaire ; gestion de l'environnement ».
 
LA LISTE COMPLETE DES « PATRONS PORCS »
 
Mais c'est dans le domaine du trafic de stupéfiants que Tatum est le plus véhément. La Partie 1 du présent article raconte les noms des personnes des Etats-Unis de haut niveau, donné à Tatum par Barry Adler Seal avant d'être tué en 1986. Seal a appelé cela la liste des « Patrons Porcs » et il comprenait des personnes âgées dans 11 pays différents qui selon, Seal, contrôlaient le réseau mondial des stupéfiants. La liste complète est reproduite in extenso (y compris les fautes d'orthographe), avec la manière dont il a été écrit par Tatum sur le revers d'un carnet de vol.

LE CERCLE COMPLET
 
Dans un sens très réel, l'histoire de Chip Tatum a maintenant bouclé la boucle. En Mars 1996, Tatum a écrit à l'ancien directeur de la CIA, William Colby. Les lecteurs se souviendront que c'était Colby qui a initialement recruté Tatum dans la CIA en 1971 et le mit en tant qu'opérateur de renseignements secrets au sein sa carrière. Depuis ce temps, Tatum a développé un penchant pour le Super Spook-, et Colby, à son tour, a joué le rôle de mentor. Dans sa lettre, Tatum a demandé à Colby d'écrire une préface pour son livre, « Opération Red Rock », qu'il avait terminé seulement deux mois plus tôt. Mais il y avait un autre but, en écrivant à l'ex-DCI.
 
Quatre ans plus tôt, lorsque Tatum a démissionné de son commandement OSG, il s'était porté volontaire pour plaider coupable à une accusation de crime pour le discréditer. Cela faisait partie de la stratégie de survie de Tatum, comme il était au courant que l'on ne pouvait pas démissionner de cette équipe en particulier et rester en vie pendant longtemps. Le fait qu'il avait recueilli un ensemble de preuves (y compris les bandes audio et vidéo et autres documents connexes) comme « assurance-vie », cela donnait du muscle à sa négociation. À cette époque, il n'avait pas prévu de révéler un seul des détails qu'il a fournis aujourd'hui. En l'occurrence, son offre a été prise et il a purgé une peine de prison d'un peu plus d'un an. C'est là que les questions devraient se terminer.
 
Cependant, après avoir purgé sa peine - se conformant ainsi à sa part de l'accord, à la fois Tatum et son épouse, Nancy, ont ensuite été arrêtés et inculpés avec un autre délit. Tatum se mit en colère. Dans sa lettre à Colby, il a déclaré : « J'ai toujours gardé ma parole avec vous, je vous ai dit que j'allais me discréditer moi-même Je n'ai pas besoin de votre aide pour accomplir cela, Mais charger Nancy d'un crime, et s'attendre à ce que je le permette..., est au-delà de ma compréhension. » En colère, il a continué : « Je sais que le Col. North et Rodríguez sont les instigateurs de cela, mais je vous ai averti que je n'allais pas rester assis et laisser faire cela ? » Il a ensuite ajouté: « Je ne vous blâme pas pour cela, je suis déçu que vous ayez permis à l'« écume d'étang de la société » de vous contrôler ! »
 
Il y eut ensuite un avertissement : « Le deuxième livre que j'ai déjà commencé contient mes mouvements, de 1980 à aujourd'hui, je vais non seulement écrire sur les missions, mais sur le calendrier et événements prévus pour le Nouvel Ordre Mondial [Nouvel Ordre Mondial], y compris une chronologie.». Comme fait inquiétant, il a ajouté : « Et je vais citer des noms, vous devez vous détacher de ces personnes ! »
 
Tatum a ensuite poursuivi en décrivant comment il entrerait dans les preuves lors de son procès à venir et il alerte que s'il est rejeté pour des raisons de classification, un « procureur spécial sera nécessaire pour enquêter sur les informations, car la bande vidéo ne raconte pas de mensonges. » Il a ajouté : « J'ai aussi toujours un clip audio d'une réunion ajouté à la vidéo par respect pour vous, j'ai gardé votre nom en dehors à ce point, mais si vous ne vous séparez pas vous-même de ces terroristes, je n'ai pas d'autre choix que de révéler aussi votre implication. De toute façon, le groupe sera exposé par les médias ou par la commission d'enquête. Quoi qu'il en soit, ils n'ont plus de carburant ! Tatum a clôturé la lettre en disant : «. M. Colby -vous avez trop fait pour votre pays pour être disgracié de la manière dont ces hommes le seront ».
 
Moins de deux mois plus tard, l'ex-DCI a été porté disparu. Le lundi 6 mai 1996, le corps de Colby a été retrouvé. Il a été rapporté plus tard que Colby est décédé suite à un accident de « canoë » sur la rivière Wicomico, dans le Maryland. Tatum et bien d'autres (y compris l'auteur) en doute. Tout au long de sa vie, Colby a eu une peur viscérale de l'eau. Il aurait été tout à fait hors de propos pour lui d'entrer volontairement dans une barque, sans parler d'un canot.
 
Malgré cela, la mort de Colby reste officiellement un accident. Cela n'a donc pas étonné particulièrement Tatum, qui a récemment déclaré à cet écrivain : « Je savais que l'OSG était « par balle » quand un de nos objectifs, de 25-ans, a été reporté comme avoir succombé à une crise cardiaque. Son nom était. Al-Jarrah. » Enfin, cependant, c'est une autre histoire.
 
POST-SCRIPTUM
 
A 15 heures le vendredi 4 Avril 1997 - peu de temps après la publication de la partie 1 du présent article Tatum-Chip a été tiré de la sieste de l'après-midi, et il lui a été ordonné de faire un rapport au directeur de sa prison. Il a été informé qu'il allait être libéré, soit après moins de la moitié de sa peine de 27 mois -, avec effet immédiat, suite à une décision de la cour d'appel qui a trouvé que sa condamnation par le juge Adams était illégale.
 
Les Tatum peuvent désormais jouir librement ensemble du soleil et de la cuisine cajun de la Floride, comme Chip tourne son attention pour entamer une nouvelle carrière, sa nouvelle première véritable recherche d'emploi en 26 ans. « Trucs Espions » ne feront donc pas partie de ses efforts de recherche d'emploi. Pendant ce temps, il a écrit et publié ses Chroniques qui détaillent un grand nombre de ses allégations. 1 6
 
Notes :
 
1. Tarpley, Webster Griffin et Chaitkin, Anton, George Bush : The Unauthorized Biography, Executive Intelligence Review, Washington, DC, USA, 1992.
 
2. ibid.
 
3. Les membres permanents supplémentaires étaient le Département d'Etat et de la Federal Emergency Management Agency (FEMA). NSDD-30 a été classé «Secret». Maintenant partie déclassifiés, les sections expurgées nommé membre du personnel du CCS le colonel Oliver North responsabilité "opérations antiterroristes". Cela comprenait ce qu'on appelle "mesures actives" à "dissuader ou d'empêcher une attaque terroriste", et a établi le cadre administratif pour des «projets de la CIA visant à tuer les dirigeants de organisations islamiques radicales". En tant que tel, il était une directive illégale présidentielle. Mes remerciements à Steve Aftergood de la Fédération des scientifiques américains, Washington, DC, pour fournir des extraits de recherche de ces NSDDs et d'autres tirés du livre de Christopher Simpson, les directives nationales de sécurité de l'administrations Reagan et Bush (Westview Press, San Francisco).
 
4. L'implication de Shackley dans l'industrie des stupéfiants est légion. Enfin et surtout, Col Bo Gritz-le plus décoré officier des forces spéciales de l'histoire-a parlé de sa rencontre avec le chef de guerre birmane Khun Sa. Installé dans le centre de la "Triangle d'Or", Khun Sa est l'un des principaux exportateurs mondiaux de l'opium brut. Dans une interview captés par une caméra, le chef de guerre a déclaré que son premier contact dans l'entreprise d'héroïne était de la CIA Ted Shackley très propre. Shackley travaillé en étroite collaboration avec Mafia chef Trafficante Santos, selon Khun Sa.
 
5. Tatum a déclaré qu'il était de routine pour toutes les coopératives OSG pour établir leur propre entreprise "recouvre". Le financement a été fourni comme une ligne de crédit avec la Banque centrale clé de New York, Watertown, Etat de New York, par le républicain Harry Hyde. La société a été formée par l'avocat de Ben Whittaker. La représentation juridique est par O'Hara et Crough à Syracuse, Etat de New York. Tatum a également exploité par un certain nombre d'autres similaires "fronts". Ces structures incluent progressistes, Inc, la capitale Irving Place et développement, et les constructeurs américains d'accueil nationales.
 
6. Tatum m'a fourni un certain nombre de documents de cette société de propriété, y compris les détails de l'incorporation, procès-verbaux du conseil d'administration, les relevés bancaires, la facturation juridiques et des copies de chèques encaissés. En outre, il a également fourni des documents relatifs à d'autres sociétés écrans, il a été impliqué.
 
7. Jones, Peter, The Obedience of Australia (l'obéissance de l'Australie), publié à titre privé, 1995. Cet ouvrage couvre en détail les connexions considérables d'affaires maçonniques qui sont dans l'ombre pour en dire le moins.
 
8. Pour plus de détails voir l'article de Fredric Dannen et Ira Silverman, publié dans le New Yorker, 23 Octobre 1995.
 
9. Tatum dit que DeBusia a blanchi cette somme par le biais des banques à Londres. Coïncidences abondent dans cette histoire et ils peut-être pas plus de coïncidences. Cependant, je pense qu'il est utile de citer Gerald James, ancien président d'Astra Plc et l'une des principales figures de l'affaire Scott et les ventes d'armes à l'Irak. Dans son livre, In the Public Interest (Warner Books, 1996), Gerald James a reproduit une note interne de l'entreprise se référant à la masse anglo-Arabie accord Al Yamamah bras dans lequel une somme de 4 milliards $ US est mentionné en relation avec un pot de vin à le prince saoudien Bandar, un neveu du roi Fahd. Le mémorandum a déclaré: «Ce 4 milliards US a été mentionné en relation avec le fils de M. Thatcher." Fait intéressant, la somme de 3,8 milliards de dollars est mentionné dans le rapport Kerry qui s'est penchée sur l'affaire Iran-Contra.
 
10. Un des témoins à charge contre le général Noriega principaux était Gabriel Taboada. On peut dire que, sans le témoignage Taboada (il a été considéré comme le "témoin-vedette") le cas des poursuites contre Noriega pourrait bien avoir échoué. Tatum a accordé cet écrivain avec un certain nombre de lettres privées et d'autres documents rédigés par Tobóada. Ils montrent clairement que Tobóada a été "coachés" par la poursuite dans ce qu'il faut dire et, de façon plus significative, ce qui ne veut pas dire. Correspondance Tobóada établit clairement qu'il était conscient que le cas des poursuites contre Noriega a été gravement entachée par le parjure-un fait connu de l'équipe de la poursuite. Aujourd'hui, Tobóada vit dans la peur de sa vie, un état de choses que le ministère américain de la Justice rejette de la main.
 
11. Suite à l'intervention de la CIA, DeBusia a été acquitté sur tous les plans. En effet discrédité, il va continuer à garder le silence.
 
12. Communication privée avec cet écrivain.
 
13. Voir Alan Friedman's "The Spider's Web" (Faber & Faber, 1993) pour un rôle plus détaillée de BNL dans l'affaire Contragate. J'ai été informé de manière fiable que des parties importantes de manuscrit original de Friedman ont été excisées par un éditeur méfier.
 
14. Il est impossible de juger de la véracité de ce document pour un certain nombre de raisons. Principalement, le nom de la Société n'est pas précisé et le document lui-même est dactylographié sur papier A4 vierge en cours d'exécution à trois pages. Les lecteurs doivent en faire ce qu'ils veulent.
 
15. Une copie du journal de vol initial est en possession de cet écrivain.
 
16. Les Chroniques de Tatum, au format A4, manuscrit broché, peuvent être commandées par carte de crédit en téléphonant au (352) 330 1650 (aux Etats-Unis) ou +1 (352) 330 1652 (en dehors des USA). Il est au prix de USD 19,95 $ plus frais de port et de manutention. Les Chroniques contiennent des reproductions de journaux de bord à puce avec des notes (avant et arrière), ainsi que d'un commentaire révélateur.
 
* NVA North Vietnam Army, soit Armé du Nord Vietnam (enfin je pense)
 
Par David G. Guyatt - A propos de l'auteur :
 
Né en Angleterre, David Guyatt est un journaliste indépendant d'investigation, dont l'ancienne carrière en courtage et dans la banque lui a donné l'arrière-plan qui a inspiré sa recherche dans le monde ombragé du fonctionnement du financement international des armes, de la drogue et du blanchiment d'argent. Ces centres d'intérêts de recherches courants sont centrés sur l'intelligence et le renseignement, le contrôle de la pensée, les armes non létales, ainsi que l'influence cachée des groupes de l'élite à travers le monde.


Vidéos :



Commentaires

Ajouter un commentaire


Autres articles dans la catégorie « Evènements sociaux Actions militaires »