Ukraine : Porochenko commence son « mandat » par une grosse erreur


Le nouveau président Porochenko « démocratiquement élu », ou si vous préférez, le nouveau pion occidental au service de l'Otan, commence très mal son mandat en défiant la Russie !
 
L'oligarque Piotr Porochenko, qui « semble avoir remporté la présidentielle en Ukraine » a évoqué lundi devant les journalistes à Kiev le règlement du « problème criméen » parmi les grandes priorités de sa future présidence.

Il a déclaré à cette occasion
 
« qu'il ne reconnaissait pas la Crimée comme partie intégrante de la Russie », et a annoncé son « intention de créer un ministère spécial pour la Crimée en charge de la restitution de la péninsule à l'Ukraine par le biais des textes internationaux »
Il ajoute que
 
« La résolution du « problème criméen » figurera parmi les priorités de travail du président et des autorités de l'Ukraine. Il s'agit de restituer la Crimée à l'Ukraine, de défendre les Ukrainiens habitant en Crimée »
Le dossier de la Crimée est un dossier définitivement classé pour le Kremlin, quoi que fasse ou dise Kiev et l'OTAN. La Crimée est désormais russe, elle le restera ! Porochenko semble donc faire la sourde oreille face à Moscou qu'il défie dans un geste stupide, et qui pourrait ne pas rester sans conséquences. Le porte-parole du président russe Dmiri Peskov a tenu à lui rappeler lors d'une intervention à la radio RSN, que
 
« La Crimée ne pourra plus revenir au sein de Ukraine, car elle fait à présent partie de la Russie (...) La Crimée est une région de la Fédération de Russie, et il n'est plus question, par conséquent, de son retour dans le giron de l'Ukraine »
Peuplée en majorité de russophones, la Crimée a proclamé son indépendance vis-à-vis de l'Ukraine et sa réunification avec la Russie au terme d'un référendum tenu le 16 mars, validé par une mission internationale indépendante d'observateurs organisée par EODE, lors duquel 96,7% des votants se sont prononcés en faveur de cette décision.
 
Pourtant, les nouvelles « autorités ukrainiennes » issues du putsch armé du 21 février, soutenues par l'Occident, ne reconnaissent pas la légitimité du référendum criméen et dénoncent son rattachement à la Russie comme une annexion. Le 28 avril, le président ukrainien par intérim Alexandre Tourtchinov avait signé une loi proclamant la péninsule de Crimée et la ville de Sébastopol territoires ukrainiens « provisoirement occupés ».
 
Porochenko, qui d'ordinaire est un politicien opportuniste et rusé, semble pourtant très mal avisé sur ce dossier, et pourrait très vite être frappé au coeur de sa puissance économique. En effet, les produits du « roi du chocolat » ont pour principal débouché... la Russie. Où l'oligarque a aussi une partie de ses usines...
 
Une présidence qui pourrait être brève
 
Le séjour au pouvoir du milliardaire Piotr Porochenko, donné gagnant de l'élection présidentielle du 25 mai selon les résultats préliminaires, pourrait s'avérer éphémère s'il ne réglait pas les problèmes urgents du pays, estime le politologue Alexandre Konkov. Parmi ces priorités : le désarmement des combattants, la tenue d'élections législatives, la réforme constitutionnelle et la sortie de crise économique.
 
Selon le politologue, Porochenko ne pourra pas éviter la réforme constitutionnelle.
 
« On ignore quels seront les pouvoirs du nouveau président car la Constitution a été changée à plusieurs reprises. Elle redéfinit notamment la séparation des pouvoirs et on ignore comment est aujourd'hui répartie l'autorité entre le parlement et le président », relève-t-il.
« Après la réforme, quels que soient les pouvoirs octroyés au président, de nouvelles élections de tous les pouvoirs constitués seront nécessaires », pense Alexandre Konkov. « Dans ce sens Porochenko pourrait être le « calife d'un jour », un président forcément provisoire », souligne-t-il.
Alexandre Konkov estime que Porochenko pourrait prématurément quitter son poste s'il ne réglait pas les problèmes prioritaires pour la population ukrainienne : le désarmement des combattants dans l'est du pays, les législatives anticipées, la sortie de crise économique et la réforme constitutionnelle.
 
« S'il ne prenait pas de décisions rapides dans ce sens, de nouvelles manifestations citoyennes pourraient avoir lieu et entraîner son départ. Il ne faut pas oublier qu'il est oligarque. Les Ukrainiens ont donné à cet individu un mandat temporaire pour régler les problèmes immédiats du pays »
, rappelle le politologue. Alexandre Konkov pense également que l'Ukraine ne pourra pas sortir de la crise économique sans coopérer avec la Russie.
 
« Porochenko sera forcé de chercher des mécanismes de solutions rapides pour l'économie, l'occupation des entreprises, l'emploi et renforcer la solvabilité de la monnaie nationale, la hryvnia. Dans ce sens rien ne sera possible sans la Russie. Le président ne réussira à prendre aucune décision sérieuse aussi bien au niveau national qu'à l'étranger sans dialogue avec la Russie »
, conclut l'expert.
 
Des prétextes pour faire pression sur Moscou
 
« L'Occident recherche des prétextes pour poursuivre sa pression sur la Russie, mais ces prétextes sont dérisoires »
, a estimé lundi devant les journalistes à Moscou le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov. Le ministre déclare également que
 
« Les Occidentaux recherchent manifestement n'importe quel prétexte pour continuer la pression contre nous. Mais tout d'abord, tous ces prétextes sont dérisoires et ridicules. Et ensuite, jamais encore les tentatives de faire pression sur la Russie n'ont abouti »
Par ailleurs, M. Lavrov a souligné que la Russie souhaitait le règlement de la crise en Ukraine, et était disposée à coopérer avec tous ceux qui le souhaitent également.
 
Le veilleur - Article libre de reproduction à condition de laisser le lien pointant vers cette page.



Commentaires 2

avatar de PH7
  • Par PH7 0 0
  • Observe bien le-veilleur et prépare-toi ! Tu verras que l'échéance annoncée sera au rendez-vous ! Peut-être pas à la date exacte annoncée mais elle arrive. Amicalement

avatar de FredZ
  • Par FredZ 0 0
  • @ PH7 : quelle « 'échéance annoncée » ?

Ajouter un commentaire


Autres articles dans la catégorie « Evènements sociaux Politique »