Ukraine : Le Boeing 777 de la Malaysia Airlines abattu par un missile, un « false flag » en vue ?


Un Boeing 777 de la compagnie Malaysia Airlines parti d'Amsterdam à destination de Kuala Lumpur s'est écrasé dans la région de Donetsk, à 60 km de la frontière russe. A son bord se trouvaient 280 passagers et 15 membres d'équipage. Selon les premiers éléments disponibles, il n'y aurait pas de survivants. (nouvelles mises à jour en bas de page)
 
L'appareil a disparu des écrans des radars vers 15 h 20 (heure de Paris) alors qu'il volait à 10.000 mètres d'altitude, puis s'est écrasé près du village de Grabove, aux environs de la ville de Chakhtarsk, dans la région de Donetsk, a indiqué l'administration régionale. Selon les sources officielles, il ne semble pas y avoir de rescapés du crash aérien. Des débris de l'avion et des corps ont été découverts près de la ville de Thorez de la région de Donetsk, ont informé les habitants locaux à l'agence RIA Novosti. Selon des témoins, l'avion a été abattu à environ 16 h 00 heure locale et s'est écrasé près du bourg Rassypnoïé de la municipalité de Chakhtersk.
 
Alors que les séparatistes du Donbass sont en train de renverser la situation à leur avantage dans le sud de l'Ukraine dans un silence médiatique qui ne surprendra personne, que penser de ce nouveau drame ? Je m'efforce de rester objectif, mais si vous voulez mon avis, tout cela sent le « false flag » à plein nez ! Les ingrédients sont rassemblés : Un Vladimir Poutine qui ne cède à la pression occidentale, ni ne tombe dans les pièges qui lui sont tendus par l'OTAN, les créations de multiples alliances « anti-dollar » qui vont inévitablement mettre ce dernier à genoux, des résistants qui résistent trop bien, et une opinion publique grandissante commençant à appréhender la réalité de la situation sur le terrain malgré la propagande mainstream...
 
Avant d'aller plus loin, je tiens également à évoquer une information récente, qui m'avait sur le coup paru désuète ainsi que tirée par les cheveux, mais qui au vu de la date évoquée dans l'article et du numéro du Boeing (777) qui s'est écrasé, me perturbe quelque peu. Selon cette information qui implique Christine Lagarde lors d'un discous au National Press Club, cette dernière aurait indiqué que « la période du 20 au 27 Juillet pourrait bien être une période de changements importants pour l'économie mondiale », évoquant à de nombreuses reprises le chiffre 7... Troublant, non ?
 
Pour kiev, « c'est un acte terroriste »
 
Immédiatement après l'annonce du crash, différentes versions des événements sont apparues et les accusations ont fusé entre le gouvernement ukrainien et les séparatistes, chacun démentant être à l'origine de la catastrophe et accusant l'autre. Le président ukrainien, Petro Porochenko, qui a dénoncé « un acte terroriste », a déclaré « ne pas exclure » que l'avion ait été « abattu », tout en affirmant que « les forces ukrainiennes » n'étaient pas impliquées.
 
« C'est le troisième cas tragique ces derniers jours, après les avions An-26 et Su-25 des forces armées ukrainiennes abattus depuis le territoire de la Russie. Nous soulignons que les forces armées ukrainiennes n'ont pas effectué de tirs susceptibles d'atteindre des cibles dans les airs. »
, a déclaré Petro Porochenko. Plus tôt, un conseiller du ministère de l'intérieur ukrainien, Anton Guerachtchenko, avait ouvertement accusé les séparatistes d'être responsables du drame, sans pour autant avancer de preuves...
 
« Nous n'avons pas les armes pour toucher un avion à cette altitude »
 
Plusieurs responsables séparatistes ont pris la parole dans les médias internationaux pour assurer que leurs missiles étaient incapables d'atteindre une cible au-delà des 4000 mètres, pointant de fait la responsabilité de l'armée ukrainienne. « Nous n'avons pas les armes pour toucher un avion à cette altitude [10.000 mètres] », a assuré au New York Times Andrei Purgin, vice-premier ministre de la « république populaire » de Donetsk.
 
Alexandre Borodaï, son supérieur, a accusé « l'armée de l'air ukrainienne » d'avoir abattu l'avion sur la chaîne russe Rossiya 24, sans davantage de preuves. Selon lui, l'avion qui s'est écrasé était plus petit qu'un Boeing. De plus, le Premier ministre a rappelé que Kiev a fermé l'espace aérien au dessus des Républiques Populaires de Donetsk et de Lougansk pour les vols d'avions civils.
 
Sur le site officiel de la « République » autoproclamée de Louhansk, une autre thèse, non-vérifiée, apparaît : l'avion malaisien a été abattu par un avion ukrainien, lui-même abattu ensuite par les forces prorusses :
 
« Des témoins ont vu le Boeing 777 attaqué par un avion de chasse ukrainien. Après quoi, l'avion de ligne s'est brisé en deux et est tombé sur le territoire de la ?République de Louhansk?. Après l'attaque, l'avion ukrainien a été abattu et est tombé lui aussi. »
Précédemment, un représentant du ministère de l'Intérieur ukrainien, Anton Gerashchenko, a dit que l'avion avait été abattu par des missiles anti-aériens de type « bouk ». Il sont conçus pour les troupes de défense aérienne et peuvent atteindre des cibles jusqu'à une altitude de 25 km.
 
Une division ukrainienne de systèmes sol-air « bouk » se trouve près de Donetsk...
 
Curieusement, une division de système sol-air Bouk de l'armée ukrainienne se trouve depuis mercredi dans la région de Donetsk (est de l'Ukraine) où le Boeing de Malaysia Airlines s'est écrasé aujourd'hui, a appris RIA Novosti d'une source digne de foi à Moscou.
 
« Selon un système de contrôle objectif, une division de systèmes bouk des Forces armées ukrainiennes est arrivée mercredi dans la région de Donetsk. Une autre division de ces armes s'apprête à quitter Kharkov »
, a indiqué l'interlocuteur de l'agence. D'après lui, seuls les systèmes sol-air bouk ou S-300 sont capables d'abattre un avion volant à 10.000 m d'altitude. Le conseiller du ministre ukrainien de l'Intérieur Anton Guérachtchenko a estimé jeudi que l'avion serait abattu par un système sol-air bouk. L'administration du président ukrainien Piotr Porochenko a aussi reconnu cette hypothèse.
 
L'armée ukrainienne mène depuis le 15 avril une opération spéciale d'envergure dans les régions de Donetsk et de Lougansk (sud-est) en vue de réprimer une révolte populaire. Les militaires utilisent des blindés, des armes lourdes et des avions, causant de nombreuses victimes civiles.
 
Poutine et Obama ont abordé le sujet
 
Le président russe Vladimir Poutine a abordé jeudi au cours d'une conversation téléphonique avec son homologue américain Barack Obama le crash de l'avion de Malaysia Airlines, a annoncé le Kremlin dans un communiqué.
 
« Le président russe a informé le président des États-Unis d'un rapport des contrôleurs aériens qui est arrivé juste avant leur conversation téléphonique et qui indique qu'un avion malaisien s'est écrasé en Ukraine »
, est-il écrit dans le communiqué. Le Premier ministre néerlandais s'est dit « choqué » par la nouvelle. Le gouvernement français a demandé aux compagnies aériennes d'éviter l'espace aérien ukrainien. Wall Street est parti dans le rouge jeudi peu avant la mi-séance, après l'annonce du crash, les investisseurs craignant les conséquences sur l'économie mondiale d'une nette escalade des tensions dans cette région en crise.
 
« C'est franchement une très mauvaise nouvelle, bien plus que les sanctions occidentales annoncées par Washington »
, mercredi soir, a réagi Grégori Volokhine, de Meeschaert Financial services.
 
Une propagande anti-russe de Kiev
 
Kiev utilise des méthodes de propagande propres aux régimes totalitaires et fascistes en affirmant que la Russie a abattu un chasseur ukrainien Su-25, estime Igor Korottchenko, directeur du Centre d'analyse du commerce mondial d'armes (Moscou). Le Conseil de sécurité et de défense nationale de l'Ukraine (SNBO) a annoncé jeudi qu'un missile tiré par un avion russe avait abattu un chasseur ukrainien Su-25 dans le ciel de l'Ukraine.
 
« La Russie n'est pas impliquée dans le conflit interne qui se déroule dans l'est de l'Ukraine et n'envisage pas d'y prendre part. Il est regrettable que les responsables du SNBO aient repris le principe de Goebbels: plus le mensonge est gros, plus il passe. En appliquant ce principe de la propagande totalitaire, l'Ukraine s'est discréditée en tant qu'Etat civilisé »
, a déclaré M. Korottchenko à RIA Novosti. L'expert est persuadé que les allégations des dirigeants ukrainiens au sujet de la destruction du chasseur ukrainien par les forces aériennes russes sont propagées délibérément « en vue de noircir et de calomnier la Russie ».
 
Un acte qui pose plusieurs questions...
 
Vous vous en doutez, la plupart des médias officiels diffusent l'information tout en mettant en avant une forte probabilité que cela découle d'un acte malveillant de la part des insurgés de l'est. Toutefois, le point reste plutôt objectif dans son article, et en arrive à poser des questions pertinentes :
 
« Quoi qu'il en soit, si l'avion a été abattu, cet acte de piraterie internationale pose plusieurs questions. Le Boeing n'a pas été abattu par une arme légère mais par un missile assez sophistiqué pour atteindre l'altitude de 11.000 mètres. Ce n'est probablement pas un Sam-7 russe ou son équivalent Stinger américain, dont disposent des groupes terroristes, capables de détruire un avion seulement à moins de 4000 mètres. L'altitude de croisière des avions de ligne les met hors de portée de ces armes. Heureusement, sinon, de nombreux pays où sévissent des guérillas en Asie, en Afrique ou en Amérique latine ne pourraient être survolés. Il s'agit vraisemblablement d'un missile sol-air beaucoup plus sophistiqué, mis en oeuvre avec un système de poursuite radar. On ne peut pas exclure non plus, en l'état des informations connues, que le tir du missile ait été effectué par un avion de chasse. Mais là une trace radar aura été laissée, permettant d'identifier l'agresseur. »
Bien évidemment, The French Saker se pose également les bonnes questions :
 
« Pourquoi une compagnie aérienne maintient-elle ses vols au dessus d'une zone de guerre dont l'espace aérien est devenu si dangereux que même l'aviation de combat ukrainienne hésite à s'y aventurer ? Le lui a-t-on conseillé ? Enjoint ? Pourquoi n'avoir pas modifié sa route ?
 
« Qui bono ? » (à qui cela profite-t-il ?) Il est vrai que le Boeing volait haut (à au moins 10.000 mètres d'altitude), et pouvait se croire à l'abri. Il était en tout cas hors de portée des rares systèmes anti-aériens dont disposent les forces de défense de Novorossia. S'il a bien été abattu, il a fallu alors un missile d'un tout autre genre pour l'atteindre à son altitude de croisière. Pourquoi la Russie, qui a jusqu'à présent résisté à la tentation d'intervenir ouvertement au Donbass, aurait-elle cédé à la tentation (au demeurant stupide) d'abattre sans raison un avion civil étranger - et neutre par rapport au conflit ? Cela n'aurait guère de sens. D'autant que certains ne vont pas manquer de l'accuser de l'avoir fait, ce qu'elle n'ignorait évidement pas. »

Bien entendu, je mettrais à jour cet article dès que de nouveaux éléments apparaitront...

Mises à jour
 
[maj le 17/07/2014 à 15h00] Merci à S. Thierry pour avoir déniché une information supplémentaire provenant du site lalibre.be, et pour le moins intéressante :
 
« La thèse la plus extraordinaire a été avancée par une source anonyme au sein de l'agence fédérale russe du transport aérien Rossaviatsia cité par l'agence russe de presse Interfax : l'appareil malaisien a été abattu par un missile sol-air ukrainien ou un missile tiré par un avion qui pensait toucher l'avion du président Vladimir Poutine qui revenait à peu près au moment du sommet des BRICS à Brasilia. »
[maj le 18/07/2014 à 14h05] Selon plusieurs sources officielles (dont l'agence de presse Interfax), c'est l'avion de Poutine qui aurait été visé comme nous venons de le voir. Par contre, selon d'autres sources l'avion de Poutine ne passe plus par l'espace aérien ukrainien, mais par l'espace Polonais. Voir commentaires sur les crises.
 
Les médias russes pensent que Poutine était la cible
 
Moscou (Russie) - Un haut responsable de l'aviation civile russe Rosaviatsiya a déclaré qu'il pensait que l'avion du Président Vladimir Poutine pouvait avoir été la cible visée lors de la catastrophe qui a touché l'appareil de la compagnie aérienne Malaysia Airlines qui a, semble-t-il, été abattu par un tir de missiles.
 
L'homme, dont l'identité n'a pas été révélée, se base sur le trajet que faisait l'Illioutchine IL96 présidentiel, qui volait une heure auparavant dans les environs de Varsovie (Pologne) et le Boeing 777-200ER de la Malaysia Airlines qui serait passé à moins de 100 kilomètres de la même position, une heure plus tard. Sa théorie met clairement en cause des avions de chasse ukrainiens qui auraient alors survolé cette zone et auraient donc confondu les deux appareils dont les marquages sont ressemblants et peuvent être confondus à grande distance, et tiré un missile sur l'avion, croyant abattre l'appareil présidentiel.
 
Les deux avions se ressemblent fortement par leur taille et leurs marquages faits avec des couleurs identiques. L'un dispose toutefois de quatre réacteurs alors que l'appareil de Malaysia Airlines n'en avait que deux. Cette thèse, évidemment en provenance du camp russe, permettrait ainsi de rejeter la balle et l'erreur du côté des ukrainiens qui auraient voulu envoyer un message plus que clair au Président Poutine en abattant son avion. Ce qui permet également de démontrer à l'opinion publique que c'est la Russie même qui est en danger. Les ukrainiens, de leur côté, accusent les séparatistes pro-russes d'avoir tiré un missile Bouk, pensant descendre un avion de chasse ukrainien. source crash-aerien
 
[maj le 18/07/2014 à 14h10] Selon le service de presse du ministère de la Défense russe, le système de missiles ukrainiens était actif le jour du drame.
 
Le système de missiles ukrainiens était actif le jour du crash de l'avion malaisien
 
Moscou - Le système de missiles ukrainiens était actif jeudi, le jour du crash de l'avion malaisien, qui transportait près de 300 personnes, dans l'est de l'Ukraine, a indiqué vendredi le service de presse du ministère de la Défense. Les moyens de détection radio russes ont enregistré le 17 juillet une activité au niveau de la station radar Koupol, travaillant en liaison avec les systèmes de missiles Bouk-M1, a indiqué le ministère, cité par les agences russes.
 
Selon le ministère, cette station radar se trouvait à une trentaine de kilomètres de Donetsk, grande ville de l'est ukrainien, située non loin du lieu du crash, dans une zone où des combats opposent les forces loyalistes aux rebelles prorusses. Par ailleurs, les particularités techniques du Bouk-M1 lui permettent d'échanger des informations sur les objectifs aériens avec les autres éléments d'un même système, ajoute cette même source.
 
Dès lors, des tirs de missiles peuvent être effectués de plusieurs endroits. Le ministère ne précise cependant pas si des tirs ont concrètement eu lieu.
 
Après le drame, les autorités de Kiev et les rebelles se sont aussitôt accusés réciproquement d'être à l'origine d'un éventuel tir de missile, sans qu'aucun élément matériel ne permette d'en attribuer solidement la responsabilité à l'une parties en conflit. Source romandie (afp)
 
[maj le 18/07/2014 à 14h15] D'après un contrôleur aérien, des chasseurs ukrainiens ont abattu l'avion de la Malaysia Airlines. La aussi, il y a polémique sur la véracité des dires dudit contrôleur...
 
Un contrôleur aérien du plus grand grand aéroport d'Ukraine dit que l'avion de la Malaysia, qui s'est écrasé dans l'est avec 295 personnes à bord, a été escorté par deux chasseurs ukrainiens jusqu?à quelques minutes avant de disparaître du radar. L'utilisateur de Twitter Carlos, qui prétend travailler dans l'aéroport international de Borispol, situé à 29 kilomètres de Kiev, écrit que « dès que l'avion B 777 de la Malaysia Airlines a disparu, les autorités militaires de Kiev » les ont informé du crash.
 
« Comment le savaient-ils ? » demande-t-il. Carlos, de nationalité espagnole, indique que c'est à peine sept minutes après l'accident que leur a été notifié le crash. « Plus tard, la tour de contrôle a été prise par du personnel étranger qui est toujours ici », dit-il. Selon lui, l'armée a confirmé que ce sont les autorités de Kiev qui ont organisé l'attaque. « Mais il ne sait toujours pas d'où l'ordre est venu », dit-il, ajoutant que le ministre de l'Intérieur « lui savait ce que faisaient les avions de combats dans la région », tandis que « le ministre de la défense ne le savait pas. ». En mai de cette année Carlos a donné une interview à RT après avoir été menacé par des partisans du Maidan, alors qu'il indique ne défendre aucun intérêt politique.
 
Juan Antonio Aguilar, militaire et de gestionnaire du site « el espia digital », rappelle que l'avion a disparu des écrans radar 10 minutes avant d'entrer dans l'espace aérien russe. « La situation est sous contrôle pour le moment afin que ne filtre qu'une seule version, celle qui convient à Porochenko (président de l'Ukraine) », a dit Aguilar à RT. Il rappelle que les deux stations de contrôle radar, la points de contrôle des radars militaires et les satellites de l'OTAN « ont surveillé l'espace aérien de l'Ukraine ». « Il est impossible de cacher la vérité, sauf s'il y a l'intention malveillante d'attribuer ce crash à quelqu'un », dit Aguilar, ajoutant qu'il est essentiel que les recherches soient effectuées par des organismes internationaux pour « connaître la vérité ».
 
Ce jeudi, un avion avec 295 personnes à bord s'est écrasé près de Donetsk, où se déroulent les combats entre l'armée et les autodéfenses. Selon une source dans le vol des milieux ukrainiens, l'avion a été abattu alors qu'il était à une altitude d'environ 10 km. Pendant ce temps, le Premier ministre de la République populaire de Donetsk, Alexander Borodaï a rejeté la possibilité que les autodéfenses aient un lien avec la chute du Boeing-777. « Nous n'avons pas d'armes capables d'abattre un avion volant à 10 kilomètres de haut », a déclaré le fonctionnaire. Le service de presse de la République populaire de Lugansk  indique que le Boeing-777 a été abattu par un avion de chasse Su-25 de la Force aérienne ukrainienne. Source fawkes news (rt)

Par Le veilleur - Article libre de reproduction à condition de laisser le lien pointant vers cette page.

Sources de l'article
 
 • Crash d'un Boeing à la frontière entre l'Ukraine et la Russie
 • La RPD n'a pas d'armes capables d'abattre un avion à une altitude de 10 mille mètres
 • Ukraine/crash: une division de systèmes sol-air se trouve près de Donetsk
 • Kiev ment en accusant la Russie d'avoir abattu un avion ukrainien (expert)
 • Crash du Boeing en Ukraine: suivez les dernières informations
 • Crash d'un Boeing malais dans l'est de l'Ukraine



Commentaires

Ajouter un commentaire


Autres articles dans la catégorie « Evènements sociaux Attentats »