Ukraine : La Russie va « répondre » aux nouvelles sanctions américaines


Notre brave Obama a décidé aujourd'hui au nom des États-Unis d'imposer de nouvelles sanctions à la Russie, en ciblant sept responsables russes ainsi qu'à 17 entreprises de l'entourage proche du président Vladimir Poutine, et ce en représailles à ce qu'il qualifie d'« actes de provocation » en Ukraine, on croit rêver !
 
Selon la presse américaine (New York Times), la Maison Blanche envisage de frapper de sanctions les patrons des groupes pétrogaziers russes Rosneft et Gazprom [1], Igor Setchine et Alexeï Miller, des proches du président Poutine. A ce stade, deux déductions peuvent être faites : Soit Obama est un crétin fini, soit il est décidé à pousser Poutine à fermer les vannes du gaz russe pour forcer l'Europe à accepter le gaz de schiste américain.
 
En plus de ces attaques aux groupes gaziers russes, le sénateur républicain Bob Corker propose de son coté d'infliger des sanctions contre les quatre plus importantes banques commerciales russes. Jusqu'à présent, la banque Rossia est la seule société russe visée par des mesures de rétorsion occidentales, et c'est aussi celle ou Poutine a récemment ouvert un compte officiel ou il se fait verser son salaire [2] (Dans le même temps, Obama a précisé que ce nouveau train de sanctions ne concernerait pas le chef du Kremlin en personne).
 
Parmi les sanctions évoquées figurent des gels d'avoirs, des interdictions de visas, l'annulation du sommet Russie-UE de juin à Sotchi, mais aussi la suspension des négociations sur le régime des visas et un nouvel accord-cadre.
 
Selon des informations en provenance de l'AFP, Washington semble vouloir également revoir les conditions d'autorisation concernant l'exportation en Russie de certains équipements high-tech voués à un usage militaire, d'après une déclaration d'Obama en visite d'Etat à Manille. Cela inclue-t-il le million de munitions d'origine américaine (Federal Premium Ammunition) saisie par le SBU à Kiev [3] ?
 
« Les Etats-Unis ont décidé de nouvelles actions aujourd'hui en réponse à la poursuite de l'intervention illégale de la Russie en Ukraine et à ses actes de provocation qui sapent la démocratie dans le pays, et menace la paix, la sécurité, la stabilité, la souveraineté et l'intégrité territoriale », a déclaré Jay Carney, porte-parole de la Maison Blanche.
Vers une escalade des sanctions
 
« Ces nouvelles sanctions visent à faire comprendre à la Russie que les actes de déstabilisation qui se déroulent en Ukraine doivent cesser », avait expliqué dimanche Barack Obama. Il ajoute que « Tant que la Russie suivra la voie des provocations plutôt que d'essayer de résoudre cette question par des moyens pacifiques et (de favoriser) une désescalade, il y aura des conséquences et ces conséquences iront crescendo »
 
L'Ong Freedom House veut se la jouer « en solo »
 
David J. Kramer, président de l'ONG Freedom House, a soumis à la Maison Blanche son projet de sanctions économiques visant la Russie. Dans son projet, il estime que
 
« Il serait bien d'introduire des sanctions conjointement avec l'UE, mais les Etats-Unis doivent être un leader et ne pas perdre de temps en attendant une approche unique »
Il est vrai qu'Obama nous a déjà prouvé récemment en Syrie qu'il pouvait se passer de l'aide d'autres nations, et même se passer de l'autorisation de l'Otan [4][5], tout comme ce fût la cas au Kosovo en 1999 [6], et ce totale violation des règles de cet organisme !
 
Des sanctions également européennes ?
 
Selon certains diplomates, évoqués par le quotidien Ouest-France, du côté de l'Union Européenne, les ambassadeurs des 28 pays se seraient mis d?accord à Bruxelles sur l'ajout de 15 noms à la liste des personnalités visées par des sanctions dans le cadre des mesures prises à l'encontre de la Russie pour son attitude à l'égard de l'Ukraine. L'identité des personnes visées ne sera pas rendue publique avant sa parution mardi au Journal officiel.
 
Toutefois, l'UE ayant des liens économiques plus importants avec la Russie (370 mds USD d'échanges commerciaux en 2012), plusieurs experts et hommes politiques doutent que l'Europe adopte facilement des mesures de rétorsion contre la Russie. Le volume des échanges commerciaux entre la Russie et les USA sur la même période se chiffre à 26 milliards de dollar US [7].
 
Le business US aussi affecté
 
Les sanctions visant la Russie affectent également certaines sociétés américaines et européennes, a reconnu samedi le secrétaire américain au Trésor Jacob Lew. il déclare dans une interview à la radio Marketplace
 
« Quand vous cessez les affaires avec un pays aussi grand que la Russie, l'effet ne s'en limite évidemment pas à ses frontières. Certaines sociétés américaines et européennes en pâtissent déjà »
Il ajoute également que le but des sanctions décrétées par Washington à l'encontre de la Russie en raison de la situation en Ukraine consistait justement à affecter l'économie russe [8].
 
En effet, outre le fait que la Russie a déjà averti qu'elle pourrait couper les vannes du gaz en Europe en signe de représailles [9], elle est aussi capable de transferts de fonds conséquents qui peuvent déstabiliser l'économie américaine [10]. De même, la récente adoption par le parlement Russe (douma) du projet visant à créer un système national de paiement par carte inquiète sérieusement les géants Mastercard et Visa [11], d'autant plus que ce projet semble comme nous l'avons déjà vu, pouvoir bénéficier d'une mise en place assez rapide.
 
La Russie va « répondre » aux nouvelles sanctions américaines
 
La Russie « va répondre » aux nouvelles sanctions prises contre les responsables et les entreprises russes par les Etats-Unis, a déclaré ce lundi le vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Riabkov [12].
 
« Bien sûr, nous allons répondre (...) Nous sommes certains que cette réponse aura un effet douloureux pour Washington »
M. Riabkov n'a pas donné de détails sur la réponse russe, mais a indiqué que la Russie disposait d'une « large » gamme d'options. Il ajoute que
 
« Chaque mot utilisé par le porte-parole de la Maison-Blanche (...) témoigne du fait que les États-Unis ont complètement perdu le sens des réalités et mènent les choses vers une aggravation de la crise »
Visiblement, les avertissements lancés par la Russie aux Etats-Unis et aux pays membres de l'Union Européenne suites aux sanctions précédentes, aussi absurdes qu'injustifiées, n'ont pas suffit à alerter ces nations de l'envergure des ripostes qui pouvaient s'ensuivre. De son coté, Obama semble bien décidé à mener sa politique répressive jusqu'au bout, quoiqu'il en coûte, mais gageons que la réponse à venir de Poutine calmera ses ardeurs.
 
USA-Russie : Une deuxième « guerre froide » a commencé
 
Dans un article de Ria Novosti daté du jour, Fedor Loukianov, président du Conseil pour la politique extérieure et de défense, évoque le sujet d'une deuxième « guerre froide » :
 
Une deuxième « guerre froide » a éclaté entre la Russie et les Etats-Unis, mais elle ne sera pas menée « à deux », car le monde n'est plus divisé en deux blocs opposés, estime le président du Conseil pour la politique extérieure et de défense Fedor Loukianov.
 
« Il est désormais inutile de parler d'une dégradation des relations entre la Russie et les Etats-Unis: nous sommes entrés dans une nouvelle réalité qui s'appelle « deuxième guerre froide ». Il s'agit d'une réalité caractérisée par un nouveau type de relations fondées sur des sanctions, des contre-sanctions et des tentatives de nuire à l'adversaire »
, a déclaré lundi M. Loukianov à RIA Novosti. Il n'en reste pas moins que la deuxième guerre froide sera sensiblement différente de celle qui a eu lieu avant la chute de l'URSS: le monde étant devenu plus ouvert et plus diversifié, une confrontation « à deux », c'est-à-dire entre deux superpuissances, est désormais impossible.
 
« Il est peu probable qu'il se trouve des pays désireux de rejoindre la position russe, la question est de savoir si les alliés des Etats-Unis accepteront de se plier docilement à leurs exigences et combien il y aura de pays qui resteront neutres ou refuseront de soutenir les mesures dirigées contre Moscou »
, a précisé l'expert. Selon lui, une guerre froide consiste en premier lieu à contenir l'adversaire, à l'empêcher d'élargir sa sphère d'influence. (Source Ria Novosti)
 
La « ligne rouge » russe
 
En décrétant de nouvelles sanctions contre Moscou, Washington se montre impuissant face à une Russie déterminée à faire tout son possible pour empêcher l'Ukraine d'adhérer à l'Otan, a déclaré lundi Vlad Sobell, analyste indépendant et professeur de l'Université de New York, dans une interview à RIA Novosti.
 
Selon M. Sobell, Washington n'est pas tout à fait conscient que l'adhésion de l'Ukraine à l'Otan constitue une sorte de « ligne rouge » pour les autorités russes et que ces dernières sont prêtes à endiguer ce processus coûte que coûte, y compris en engageant un conflit militaire avec l'Alliance. Dans ce contexte, les sanctions ne servent qu'à irriter le Kremlin.
 
L'histoire montre que la Russie n'acceptera aucun compromis si sa sécurité et son indépendance sont menacées.
 
L'expert estime que le lobby des grandes sociétés européennes fera pression sur les parlementaires pour les dissuader d'appliquer ces sanctions, car l'économie de l'Europe ne s'est toujours pas remise de la crise. La Russie, quant à elle, cherchera d'autres partenaires économiques capables de remplacer l'Union européenne. Dans une certaine mesure, les sanctions profiteront au Kremlin, car elles lui permettront de réduire le poids des sociétés offshore dans l'économie russe.
 
Les sanctions pourraient en outre provoquer une vague de patriotisme en incitant  les milieux d'affaires à faire plus souvent appel aux ressources russes et les consommateurs à soutenir les producteurs nationaux, a conclu Vlad Sobell. (Source Ria Novosti)
 
Comme vous le voyez, la situation s'envenime, mais ne profite pas forcément à son propre instigateur qui semble vouloir isoler la Russie à tout prix, et qui risque contre toute attente de se retrouver piégé lui même à son propre jeu ! Pour finir, j'aimerais partager avec vous un commentaire provenant de nos amis des moutons enragés, publié suite à un titre similaire. Cela se passe de commentaires...
 
« domisyl - 28 avril, 2014 à 15 h 32 min
 
Ma femme est d'origine russe. Elle a habité 15 ans à Odessa et a vécu aussi à Bendery (Transnistrie-ex Moldavie).Elle est titulaire d'une licence en Psychologie.
 
Donc, pour toutes ces raisons, j'ai tendance à l'écouter car elle me semble bien plus de bon sens que n'importe quel politicien.
 
Elle m'a juste dit : le sport national américain c'est le football, pareil en Europe même si c'est un autre foot. En Russie par contre, ce sont les échecs. Elle promet bien du plaisir à Obama avec l'ami Vlad.
 
Perso, je pense qu'en plus, les russes ont un atout majeur : tous les ennemis que les States (et leurs toutous européens) se sont fait au fil des années pour assoir leur suprématie mondiale.
 
Les américains pensent leur dollar tout-puissant, pourtant il suffirait que la Chine et la Russie se serrent la main pour serrer les bollocks de l'économie transatlantique. je serais Obama, je commencerais à pleurer car il va comprendre sa douleur. »

Par Le veilleur - Article libre de reproduction à condition de laisser le lien original pointant vers ce dernier.

Notes
 
[1] Russie: les PDG de Rosneft et Gazprom visés par des sanctions US
 
[2] La banque Rossia sanctionnée : Poutine deviendra client de cet établissement
 
[3] Ukraine: Le SBU saisit un million de munitions d'origine américaine à Kiev
 
[4] Attaque chimique en Syrie: comment contourner un véto russe à l'ONU ?
 
[5] Syrie: l'exemple du Kosovo pour justifier une intervention militaire américaine
 
[6] Kosovo : Le Piège de Rambouillet
 
[7] Sanctions/Russie: les USA pourraient faire cavalier seul
 
[8] Sanctions contre la Russie: le business US aussi affecté
 
[9] Russie : Poutine met en garde les dirigeants européens sur l'arrêt d'approvisionnement en gaz
 
[10] Etats unis : La Russie retire 100 milliards de dollars d'obligations de la Fed
 
[11] Russie : Le parlement adopte un nouveau système national de paiement, MasterCard commence à trembler !
 
[12] Ukraine: nouvelles sanctions pour la Russie



Commentaires

Ajouter un commentaire


Autres articles dans la catégorie « Evènements sociaux Politique »