Ukraine : Des militaires ne veulent pas se battre contre le peuple du Donbass et désertent


Au début de Mars le Chef de la junte Tourtchinov a signé un décret de mobilisation partielle selon lequel environ 20 mille hommes ont été rappelés sous les drapeaux. Dans la région de Jitomir 102 réservistes mobilisés ont volontairement quitté leur unité militaire...
 
Ceci est indiqué dans un rapport publié par la mairie de la ville de Jitomir. D'après le document, le commandant d'une des unités militaires de la ville demandé aux autorités locales de publier la liste des noms des déserteurs.
 
« Dans une situation politique et militaire difficile ces soldats ont volontairement quitté l'emprise des unités militaires, démontrant leur indifférence à la situation dans le pays » 
, est-il déclaré dans le communiqué. Au début de Mars, le président par intérim de l'Ukraine, chef de la junte a signé un décret de mobilisation partielle selon laquelle 20.000 hommes de troupes réservistes ont été rappelés. Puis dans les commissariats militaires (équivalent ukrainien des bureaux de service national) on a assuré aux citoyens qu'ils seraient démobilisés après 10 jours, mais ils continuent d'être obligés de servir dans les unités militaires.
 
Il faut ajouter qu'hier 3 militaires (2 natifs du Donbass et 1 natif d'Odessa) d'une unité militaire de la région d'Odessa ont déserté, emportant avec eux leur équipement, armes et munitions comprises. À la fin Avril, les médias ont rapporté des mutineries dans la 93e brigade mécanisée des Forces armées ukrainiennes stationnées dans la région de Dniepropetrovsk. Les réservistes mobilisés étaient mécontents des mauvaises conditions de service, du manque d'hygiène personnelle et d'une nourriture de mauvaise qualité.
 
Selon le procureur militaire adjoint de la région Vadim Arakelian, l'incident n'est pas une mutinerie.
 
« Parmi les mobilisés il y a plusieurs personnes qui sont fatigués de servir. Ils veulent rentrer chez eux et le commandant de l'unité a essayé de les calmer, mais il a échoué et il a utilisé l'arme de service et a tiré par terre », a déclaré Arakelian.
Ces cas montrent le peu d'entrain et de combativité des troupes de l'armée ukrainienne et explique le recours aux milices politisées, appelés « bataillons spéciaux du ministère de l'intérieur », « bataillon militaire spécial de réserve ». Autant de mots pompeux pour désigner des militants de maïdan auxquels on a donné un semblant d'uniforme et une kalashnikov et qui, comme à Marioupol et à Krasnoarmeïsk n'hésitent pas, contrairement aux berkout, à tirer sur les manifestants un peu trop remuants.



Commentaires

Ajouter un commentaire


Autres articles dans la catégorie « Evènements sociaux Actions militaires »