Tu fais quoi dans la vie ? J'ai quitté mon travail, j’explore le monde et découvre la magie qui nous entoure


Je sors aujourd'hui un peu des sentiers battus et tiens à partager avec vous le témoignage d'une jeune femme qui a décidé un beau jour de « quitter le moule » en même temps que son travail pour aller à la rencontre d'elle même et de ses rêves d'enfant. Des rêves qui, comme vous allez le voir, ne demandent qu'à devenir réalité et bouleverser votre existence à tout jamais.

Alors oui, les pessimistes et autres grincheux chez qui le système est ancré trop profondément vont sûrement avancer que cette belle histoire n'est qu'un cas isolé qui tient du conte de fées, qu'il faut beaucoup d'argent de coté, être jeune avec une santé de fer, et qu'en dehors de ces considérations rien n'est envisageable, ou encore que les risques sont inconsidérés et qu'il est plus prudent de rester bien au chaud dans ce moule que la société a conçu pour nous.

Bien que certains de ces arguments ne soient pas totalement faux, la vie peut être... ce que vous décidez d'en faire ! Quels que soient vos choix, une constante préfigure : La vie est courte, et le temps qui vous est « attribué » défile rapidement, sans retour possible ni acompte sur l'avenir. Nul ne vient au monde dans le but d'être le rouage au sein d'engrenages que d'autres ont conçus pour eux-mêmes ou pour le soit disant « bien du plus grand nombre », et il n'existe pas de classe ou d'apprentissage scolaire de la vie, la vraie.

Dès votre plus jeune âge, on vous inculque les bonnes manières, on vous apprend à lire et écrire, compter, le tout dans le but implacable d'apprendre un travail pour devenir le maillon d'une chaîne, être utile à la société et vous y dévouer corps et âme, quoiqu'il en coûte, et sans le moindre égard à vos réelles ambitions qui ne doivent en aucun cas s'écarter des possibles chemins que l'on vous a tracé.

Voyagez au cœur de vous-même et renouez avec vos vieilles passions... Vous savez, celles que vous aviez enterrées quand vous étiez trop occupé à passer à côté de votre vie...

Le Veilleur


1465241220_12507123_10153383027700866_5562918128013317074_n.jpgMoi, avant d’être backpackeuse à plein temps, j’étais … cadre. Oui, cadre. Mais attention hein, pas n’importe quel cadre ! J’étais un « cadre » dans une grande « boîte » internationale. Donc si je décortique, j’étais une « bordure rigide, réelle ou métaphorique, qui borne, limite l’action ou l’espace de quelqu’un ou de quelque chose » dans « un contenu rigide, avec ou sans couvercle, dans lequel on maintient des objets divers ». Accessoirement, je m’étais retrouvée là car j’avais sauté à pieds joints et pleine d’entrain dans un « moule ». (Je vous passe la définition du mot « moule », on sait d’avance qu’il va y avoir à nouveau le mot « rigide »).

Donc, j’étais un cadre dans une boîte dans un moule. Et fière de l’être en plus. Waouw !!!! Comme on disait dans ma « boîte », c’est super « aspirationnel » tout ça ! La preuve c’est que si tu demandes à n’importe quel enfant (sain d’esprit l’enfant j’entends) sur cette planète ce qu’il veut faire quand il sera grand … aucun ne te répondra « Moi je serai cadre dans une boîte dans un moule ». Ou alors, il faut faire checker l’enfant, il a un défaut de fabrication.

Alors moi, comment je suis passée de « hôtesse de l’air pour voyager partout et parler plein de langues / magicienne / astrologue-cartomancienne / dessinatrice / écrivain » à « cadre dans une boîte dans un moule » ? Et ben, plutôt facilement en fait ! J’ai tout simplement gagné au grand jeu de la vie tiens. Ça se passe comme ça : Mention TB au bac ? Génial, avance directement jusqu’à la case « Classe Prépa ». Après 2 tours de travail acharné et un passage par la case « Concours », c’est enfin ton jour de chance : tu gagnes ton sésame pour la case « Grande Ecole » ! Fabuleux, c’est un raccourci ! Tu vas faire de « Grandes Etudes » et ensuite direct une « Grande Carrière ».

Mais en chemin, passe par la case Banque quand même et emprunte plusieurs dizaines de milliers d’euros. Ça va vite dis donc, tu lances deux fois le dé que ça y est ta vie est déjà toute tracée. T’as même pas eu le temps de te demander si tu l’aimais vraiment ce jeu que t’es déjà endettée, à faire un truc qui au final, ne te correspond pas tant que ça … Bref.

Et si cette foutue question sur l’avenir, on la posait un peu moins aux enfants et un peu plus aux adultes ? Vous avez déjà remarqué comment eux ils répondent du tac au tac (« Astrologue ! Vétérinaire ! Cow-Boy ! ») quand nous on met mille ans à répondre à côté de la plaque ? Parce qu’on a oublié ce qui nous faisait vraiment vibrer, parce qu’on se limite tout seul, parce qu’on s’est autocensuré pour rentrer dans un beau moule … chacun son propre « parce que ».

1465241133_13315622_10153661004115866_2351254274431013364_n.jpg La vérité sort de la bouche des enfants. Oui, tout à fait. Sauf qu’on ne les écoute pas. On trouve ça trop mignon, mais on ne les prend pas au sérieux. Cosmonaute, c’est pas réaliste ! Magicienne, y’a pas de débouché ! En attendant, à force de faire la chasse au « débouché », c’est nous qu’on bouche. Et puis l’enfant qui répond à cette question, il ne vous parle pas de métier, de cursus universitaire et encore moins du salaire qui va avec … depuis son cœur, il vous parle juste sans inhibition de ses vraies passions, ses vrais centres d’intérêt. C’est ça qu’il faut savoir décoder !

Je viens d’entrer dans ma 30ème année et je réalise que depuis que j’ai décidé de ne plus être un cadre dans une boîte, je suis en train de réaliser tous les métiers que je voulais faire entre mes 7 et 10 ans. Et tous à la fois, parce que l’enfant lui n’a pas de limite. Et moi aujourd’hui non plus.. Alors OK, c’est pas moi qui sert les jus d’orange et indique les issues de secours, mais j’ai toujours le goût des avions qui décollent, de l’aventure. J’ai la bougeotte.

A ma manière, je parcours et j’explore le monde, Je me reconnecte au cœur, à l’énergie universelle, je découvre la magie qui nous entoure, maintenant que mes yeux et mes sens se sont aiguisés et me laissent voir l'invisible. A ma manière, je deviens magicienne. Je découvre mes pouvoirs. Je soigne les âmes, j’apprends à manier le pendule, je fais des rêves toujours plus prémonitoires. Je vois le futur sans avoir besoin de lire dans les cartes.

Je lis en moi, dans les gens, dans l’univers. A ma manière, je deviens cartomancienne. Je dessine et j’écris mon voyage. Je noircis et colorie des pages et des pages de carnets, que je vous partage, parfois. A ma manière, je deviens dessinatrice et écrivain. Voilà. Et toi, avant de devenir ce que tu es vraiment, tu faisais quoi ? Il en dit quoi le gosse en toi ?

PS : Juste pour le plaisir …. « Moule : modèle imposé selon lequel on façonne quelqu’un, sa personnalité, son caractère. Exemple : le moule de l’école primaire. » CQFD. Et dire que j’avais un Larousse sur ma table d’écolière dès le CP. C’était écrit noir sur blanc !!! Mais à l’époque j’ai pas compris, j’étais trop occupée à vouloir être magicienne.

Par Margaux Hmn

Note

Margaux est actuellement au Costa Rica et voyage depuis un an et demi, suivez là sur sa page Facebook.



Commentaires

Ajouter un commentaire


Autres articles dans la catégorie « Vie hors réseau Divers »