Trump président : Ni pour, ni contre, bien au contraire...


D'une ampleur similaire à un séisme mondial et souvent relayée de manière dramatique, la victoire de Donald Trump aux élections américaines n'a laissé personne indifférent. Pour le meilleur et aussi pour le pire, les réseaux sociaux se sont vus inondés de commentaires et d'avis, découlants parfois d'une interprétation assez subjective.

J'ai préféré pour ma part attendre un peu, redoutant également un revirement de dernière minute capable de tout remettre en cause, ce qui reste encore possible jusqu'au 20 janvier 2017, date de l'investiture de Trump, Barack Obama restant jusque là seul réel maître à bord. Je tiens également à mettre les choses au clair concernant mon point de vue (et donc celui du veilleur) sur les résultats de cette élection, qui soit dit en passant, ressemble plus à une mascarade qu'autre chose.

Que les choses soient bien claires, je ne fais en aucun cas partie des « pro Trump », et ne fraternise encore moins avec les adorateurs du clan Clinton, mais sur la base de connaissances accumulées lors de nombreuses et variées lectures ou discussions, j'ai choisi de porter plus d'espoir en l'avenir dans la présidence de Trump que celle d'Hillary. Mais ne vous leurrez pas, je suis conscient du fait que dans les deux cas, un chaos s'annonce, et que ce dernier aura un fort impact sur notre pays. Je n'ai pas non plus la prétention de détenir la vérité, et ce que je partage avec vous n'est que mon interprétation d'évènements obtenus auprès de sources que j'estime fiables.

Mon choix n'est en réalité qu'une sanction, à l'image des élections présidentielles françaises de 2012 ou les électeurs n'ont pas réellement « choisi » François Hollande, mais bel et bien boycotté Nicolas Sarkozy. J'ai donc opté pour une maladie grave plus qu'une autre (peste ou choléra), sachant les deux potentiellement mortelles, mais aussi que celle que j'ai désignée offrait une agonie probablement moins douloureuse, et peut être même des possibilités de guérison. Comme on a coutume de le dire « Tant qu'il y a de l'espoir »...

Parmi les nombreuses raisons que l'on peut avoir de craindre la présence d'Hillary à la Maison Blanche, on peut citer son implication dans toutes les interventions et ingérences américaines à l'étranger, tel que la Bosnie (1995), le Kosovo (1999), l'Afghanistan (2001) et l'Irak (2003). Elle a également cautionné le coup d'état au Honduras, et a joué un rôle de premier plan dans le démantèlement de la Libye et de la Syrie, y apportant le chaos. Hillary Clinton savait également que Daesh recevait un soutien de la part de l'Arabie saoudite et du Qatar, tout comme elle a reçu des financements de ces deux pays.

Elle s'est aussi dit prête à décider d'une guerre contre la Russie et la Chine, présentées comme des ennemis mortels des États-Unis, entrainant ainsi les pays de l'Union Européenne dans un conflit mondial dont l'issue pourrait s'avérer très sombre et destructrice. On peut ajouter à cette liste ses accointances douteuses avec le cartel bancaire, tel que Goldman Sachs ou HSBC impliquée dans l'affaire des Panama Papers, ses tricheries tout au long des débats et des votes pendant le cours des élections. Et bien sûr les nombreuses perles découvertes tout au long des révélations de « l'email gate » révélé par Wikileaks.

Je ne vous cache pas que le fait que Trump veuille se rapprocher de la Russie et mettre fin à cette nouvelle guerre froide (devenue plutôt chaude ces derniers temps) au lieu de vouloir entrer dans un conflit militaire (potentiellement nucléaire) comme le prône Hillary, justifie à lui seul ma préférence. Cela signifie aussi la fin des sanctions anti-russes, et donc une logique amélioration de la condition du commerce agricole chez nous. Pour notre plus grande satisfaction également, les projets du nouveau président signifient également la fin de l’odieux traité transatlantique (tafta) qui planifie de nous ôter les derniers restes de souveraineté qui existent encore en France.

Il y a cependant un « MAIS », et pas des moindres, celui de l'autonomie réelle qu'aura Donald Trump. Car si ce sera officiellement lui le « big boss » de la maison blanche au mois de janvier, l'histoire politique américaine nous a montré qu'il y existe un « gouvernement de l'ombre » composé des plus puissants lobbies (armement, banques, agroalimentaire, pharmaceutique) qui imposent leur vision du monde aux marionnettes dirigeantes. On peut aussi imaginer que l'establishment encore en place va accélérer son agenda mondial en toute hâte jusqu'à l'investiture, avec les incertitudes et risques qui en découlent. Même un « accident » n'est pas totalement à exclure d'ici la.

Je vous laisse à la lecture d'un article de Bruno Guigue qui expose selon lui les raisons de la victoire de Trump aux élections, et qui m'a paru plausible et objectif.

Le Veilleur

Trump : les raisons de la victoire

La veille du scrutin, un grand journal américain écrivait : « Trump est dans son bunker comme Hitler la veille de sa mort ». Quel brillant pronostic ! Il résume l’aveuglement impressionnant de ces élites bien-pensantes qui croient que leur monde est le monde tout court. Provoquant un véritable séisme politique, le businessman new-yorkais vient de conquérir la Maison blanche à la hussarde. Il a transformé le camp adverse en champ de ruines. Il a ridiculisé les médias qui n’ont eu de cesse de le vilipender.

Enfin, et ce n’est pas rien, il frappe de stupeur une classe politique européenne qui s’était amourachée d’Hillary Clinton parce qu’elle lui ressemblait. A l’image d’un président Hollande qui bredouille des platitudes faute d’avoir quelque chose d’intelligent à dire sur la déculottée qu’il vient de recevoir, cette classe politique ne sait plus à quel saint se vouer. Elle croyait au mythe de l’Amérique « leader du monde libre », et ce mythe ridicule s’évanouit sous les vivats qui saluent le discours de victoire de ce nouvel élu qu’elle abhorrait. Il va falloir qu’elle s’en accommode.

Pourquoi Donald Trump a-t-il gagné ? On peut formuler trois hypothèses.

Premièrement, de larges couches de la population ont vu dans le candidat républicain un recours contre des politiques libre-échangistes qui les ont appauvries. Les mêmes analystes qui fulminent contre Donald Trump oublient généralement de rappeler qu’aux USA il y a 20 à 25% de pauvres. Les classes moyennes ont encaissé le choc en retour de la crise de 2008 et les travailleurs ont fait les frais de la mondialisation libérale encensée par les démocrates. Après huit années de présidence Obama, ce délabrement de la société américaine peut difficilement être porté au crédit du président sortant. Première leçon de cette élection : quand ceux qui se disent progressistes ne le sont qu’en paroles, le peuple essaie autre chose.

Deuxièmement, Donald Trump a gagné parce qu’il est apparu à tort ou à raison comme un électron libre, sans allégeance particulière, voire étranger au système politique traditionnel. Le milliardaire qui pavoise les gratte-ciel de son nom en lettres géantes, bien sûr, est un pur produit du système capitaliste. Il aime se présenter comme un self-made man qui s’est taillé un empire immobilier dans la jungle new-yorkaise. Évidemment ce n’est qu’une belle histoire enjolivée pour les besoins de la cause, mais peu importe puisque les Américains qui votent pour lui ont follement envie d’y croire.

Représentatif d’une couche de managers chevillée au marché intérieur, il a fait fortune dans l’immobilier, la télé-réalité et les élections de miss. Trump, c’est l’homme qui vend du rêve aux Américains, de préférence « blancs, masculins et peu éduqués », comme disent aimablement les sociologues. Il a choisi son cœur de cible et il s’y est tenu, quitte à caresser dans le sens du poil les tendances xénophobes et islamophobes de l’Amérique profonde, avivées par le climat international et les problèmes liés à l’immigration clandestine.

Du coup, il a pu tenir un discours contre le système oligarchique tout en étant lui-même un parfait oligarque. Contrairement à Hillary Clinton, il n’a pas sollicité le soutien des lobbies qui font et défont les carrières politiques aux USA. Les magnats de l’armement, les financiers de Wall Street et les prête-nom d’Israël lui ont préféré son adversaire. N’étant pas leur débiteur, rien ne le retenait de faire le procès de « l’establishment » comme s’il n’en faisait pas partie. Capitaliste sans complexe, mais franc-tireur, il a su détourner à son profit la vindicte populaire contre les vautours de la finance qui se sont enrichis pendant la crise sur le dos des classes moyennes. Deuxième leçon de cette élection : quand le peuple en veut à l’oligarchie, il vaut mieux montrer qu’on ne dépend pas d’elle, même si on en fait partie.

Troisièmement, Donald Trump doit aussi son succès massif, bien sûr, au climat pestilentiel qui régnait autour de la candidate démocrate. Experte en double langage, Hillary Clinton s’est pris les pieds dans le tapis à force de multiplier les mensonges. Elle s’est mouillée jusqu’au cou avec Wall Street, allant jusqu’à confesser qu’elle se sentait « plus proche des financiers que de la classe moyenne depuis qu’elle et Bill avaient gagné des dizaines de millions de dollars ». Le trucage éhonté des primaires démocrates et l’affaire rocambolesque des emails ont fait le reste. Les ploucs qui se lèvent tôt le matin pour aller nourrir leur famille ou payer les études de leurs enfants viennent de renvoyer l’ascenseur à celle dont ils ne supportaient plus la duplicité. Direction le sous-sol.

On va beaucoup dire, à gauche, que la victoire de Trump est surtout la défaite de Clinton parce que c’était une mauvaise candidate. Mais peu d’observateurs iront jusqu’à admettre que c’était une mauvaise candidate parce que le parti démocrate lui-même est une véritable planche pourrie. C’est pourtant vrai. Et si ce parti est en putréfaction, c’est parce qu’il s’est livré au clan Clinton, cheval de Troie des intérêts capitalistes les plus rapaces au sein du système politique américain.

Pourtant, pour la première fois, le parti démocrate avait un candidat honorable. Bernie Sanders n’était ni menteur, ni corrompu [1]. Il avait des idées sur la société américaine qui séduisaient cette partie de la jeunesse qui ne voulait pas passer sa vie à se prosterner aux pieds du dieu-dollar. Mais il n’avait aucune chance parce que le système n’en voulait pas. Avides de pouvoir, les Clinton l’ont cyniquement descendu en plein vol pour le compte d’une oligarchie cupide. Le symbole des Clinton, c’est la fondation du même nom. Cette pompe à fric financée par les Saoudiens fut l’instrument d’une effroyable corruption et d’une compromission éhontée avec les sponsors du terrorisme. Vaincue, Hillary Clinton ira donc rejoindre le club des conférenciers à 300 000 dollars. Bon débarras.

Par Bruno Guigue [2]

Notes

[1] Je me permet ici de douter du constat de Bruno Guigue, puisque Bernie Sanders qui se revendique socialiste, était le concurrent d'Hillary Clinton au départ. On a pu voir ensuite que Bernie Sanders soutenait Hillary Clinton « sans états d’âme », pour au final offrir à Donald Trump de travailler avec lui ! No comment !

[2] Bruno Guigue, est un ex-haut fonctionnaire, analyste politique et chargé de cours à l’Université de la Réunion. Il est l’auteur de cinq ouvrages, dont Aux origines du conflit israélo-arabe, L’invisible remords de l’Occident, L’Harmattan, 2002, et de centaines d’articles.

Liens connexes




Commentaires 15

avatar de Emilio
  • Par Emilio 1 0
  • Hola Le-veilleur,
    Juste une precision , de taille , les medias ne parlent que des votants , inscrits , et qui ont ce droit, mais jamais des absentionnistes.

    3 elections recentes dans le monde , ont cree la surprise , malgre des matraquages de medias, dominants les ondes et presse papier , mais pas internet.
    1- le brexit anglais, taux d abstentions de 30%
    2- le referendum colombien sur les accords de paix avec la Farc, taux d abstentions 63%
    3- election presidentielle US , taux d abstentions 47%

    Qui a vraiment gagne , suivant les chiffres ?
    Apres le jeu des medias continue , en omettant les non votants , qui restent invisibles pour toujours

    manifestations des opposants a Trump aux USA , devient les soutiens a Hillary Clinton manifestent ..
    Sans blagues ? A Seattle , je vois des black blocks , oui qui sont contre Trump , le blanc oligarque raciste envers les latinos , mais qui ne manifestent pas , non plus , pour Hillary , l oligarque mondialiste du sang des guerres , qui font vivre le vampire US de ses multinationales ..

    Les exclus du systeme , les invisibles , ont peut-etre d autres moyens de crier leur rage .. autrement qu avec un vote bidonne ..
    Les temps changent , et malgre des efforts mediatiques , un pave reste un pave , et ne rentre jamais dans une urne , qui d
    experiences devient du jour au lendemain funeraire ..toujours pour les memes , invisibles .
    L american dream , a restaurer , c etait la carotte commune de ces 2 candidats

avatar de Le-veilleur
  • Le-veilleur a répondu (Admin) 0 0
  • Oui en effet, comme chez nous le taux d'abstention est énorme. J'étais justement en train de lire un post relayant le même constat :https://www.reddit.com/r/pics/com...
    Pour ce qui est des manifestations anti-trump en cours, ça sent le truc organisé par le clan cliton ou quelque chose du genre.

avatar de Emilio
  • Par Emilio 1 0
  • En fait c est complexe et varie. Hillary a fait une joke avec clin d oeil , sur Trump qui ne sera pas president . Obama et Trump en re-union- de maison blanche, calment le jeu et font un consensus de paix, d apres elections. Entre oligarques ..c est bisoux bisoux , toujours au final .Happy end hollywoodien .
    Dans la rue , en opposants manifestants , tu as des legalistes qui n acceptent pas Trump mais veulent Clinton , disons des bcbg , des blacks block noirs anarchistes , valable pour l Oregon et Seattle , des noirs de peau, traditionnels exclus , en France ils seraient baptises « racailles »qui profitent de l incertitude politique pour foutre le bordel , des delinquants a-politiques..
    MAIS , il y a l ombre, l eminence grise du chaos dans le monde , Soros . Les USA sont en crises profondes , l american dream , mythique , a restaurer , c est parce qu il est en panne. Divisions enormes et sociales. La faim aux USA , c est pas nouveau , de la grande depression des annees 30, et un choc qui reste dans les memoires . L effroi de revivre cette tragedie , l espoir qu un sauveur messie evangeliste , viendra pour faire revivre le reve .. le magicien gagne .. et apres ? La croissance forte souhaitee de 4% de Trump , c est vendre un reve impossible ..

avatar de Emilio
  • Par Emilio 1 0
  • parce que , c est le faire sur le dos du monde ,( le truc qui gravite autour des States sanctuaires ) en l appauvrissant, pour enrichir American First .. c est engendre les chaos. Et bloquer ces reves aux frontieres , c est utopique , pas de mur ,sans tunnels lol. La chasse aux immigres, clandestins et delinquants , aux USA ( ce qui orgasme une Marine nationale , qui s identifie en trumpette number one ) il faut necessairement un etat policier fasciste pour le faire.
    Le programme des 100 premiers jours de Trump , d apres le 20 janvier 2017 , c est arrestations de 2 millions de clandestins , classes delinquants , sur 11 millions prevus . Il faudra la garde nationale pour le faire . Et des rafles massives , sur des criteres raciaux de facies .. la chasse aux latinos sera ouverte . La , tu devrais avoir d autres manifestants dans les rues .. et beaucoup plus massifs . Et une confrontation militaire interieure , guerre civile inevitable en cas d application du plan Trump.

avatar de Emilio
  • Par Emilio 1 0
  • Le chaos est en place , avec tambours et meme sans trumpettes . Parce que la division est faite . Soros a gagne , normal quand on joue sur les 2 couleurs a la fois. C est meme tres democratique version 21 eme siecle , ce genre de democraties clownesques. La verite est que le capitalisme mondialiste a ses limites , d extensions. La grenouille (argent dette)a tellement grossit que le bœuf ( argent reel ) est devenu minuscule . Et un discours politique qui proneraient decroissances , c est elus impossibles . Sauf que la realite detruit tous les reves , quand ils sont impossibles .
    Mon intuition est que le programme de Trump n est pas fait pour etre applique , mais pour créer une implosion sociale , qui degenerera en guerres civiles , de partout dans le monde , et finalement en guerre mondiale , plus ou moins nucleaires , ce peut etre bacteriologique , localisee en intensite .. et apres ce reset , un NWO qui s imposera . Un plan fou , mais voulu par des psychopates qui ne savent raisonner qu en interets persos de domination totale .

    On sera bientôt fixe , anyway , les propheties de dernier president noir des USA tiennent toujours , jusqu au 20 janvier 2017 .

avatar de Le-veilleur
  • Le-veilleur a répondu (Admin) 0 0
  • C'est un scénario qui tient la route bien que très sombre. C'est la que ressurgit le plan élitiste de se débarrasser d'une partie de la population, un « assainissement » à grande échelle pour mieux contrôler ce qu'il en restera.

avatar de Emilio
  • Par Emilio 0 0
  • Oui , l eugenisme salvateur . Mais peut-il en etre autrement ? Exemple , valable pour l Amerique latine, l Afrique , l Asie , bref le monde en populations. Previsions pour Medellin , actuellement 2,5 millions d habitants , pour 2030 , le double , Idem Bogota , actuellement 8 millions d hab , le double en 2030 2040 .. est-ce raisonnablement possible ? Le niveau de ressources , d espaces disponibles , d infrastructures, que cela demandent, exigent une croissance forte .. et mondialisation oblige , de tous les pays ensemble . Et , contrairement a l Europe , on ne peut supprimer des aides d allocations procreatives , elles sont inexistantes .
    Et si Trump , plus de possibilites d evacuer le trop plein vers les USA .. Mexico city , aujourd hui 20 millions d habitants .. imaginable avec 40 millions d hab , et dans seulement 15 ans ?

avatar de Le-veilleur
  • Le-veilleur a répondu (Admin) 0 0
  • Il est clair qu'avec le système actuel, ce n'est plus jouable. Bientôt 8 milliards sur cette petite boule, ce n'est pas rien. On a beau dire qu'avec une décroissance monstre et en supprimant ce modèle économique il y aurait à manger pour tout le monde, en l'état actuel, c'est tout bonnement impossible. Dans la nature, une régulation s'opère d'elle même, et les plus faibles en paient le prix, mais nous avons choisis une autre voie et nous en payons maintenant le prix...

avatar de Emilio
  • Par Emilio 1 0
  • Oui , et manger est juste un probleme , qui pourrait etre regle- a la limite- du type du film Soley green ..mais le confort autour , la sante , les hopitaux , l education les ecoles colleges universites, les routes autoroutes ponts etc.. qui doivent accompagner les migrations massives quotidiennes de travail .. et l energie qui va avec , centrales , cables hautes tensions , habitations , materiels electriques informatiques etc.. des ressources enormes ..et qui manqueront . Decroissance voulue ? qui peut refuser ce systeme ?
    pfff le mal de crane . Mais jamais un theme electoral , parce que personne n a de solutions , et donc plus facile de mettre ces poussieres sous le tapis .. pour plus tard .. c est quand le plus tard ? Ces croissances industrielles planetaires se font au detriment de la Nature , et vivre sans la Nature , meme les Trump du monde ne savent pas faire , meme s ils ne manquent pas d air a faire rever des impossibles .

avatar de Le-veilleur
  • Le-veilleur a répondu (Admin) 0 0
  • Je crois bien que nous sommes déjà entrés dans l'ère du « plus tard ». Peut être que dans quelques années les pires scénarios d'exodes de masse vers d'autres planètes que l'on a pu voir dans certains films commenceront à se réaliser. Je plains les générations qui subiront cela.

avatar de Emilio
  • Par Emilio 1 0
  • Les zombies US a la frontiere du Canada , en live Cnn LOL
    Chez nous , en Colombie , c est la paix du prix nobel , plus pacifique tu meurres . Et ça commence fort , exploitation colombien du gaz de schiste , des janvier 2017 .. si les amaricains ont pu faire 100 000 puits , on devrait pouvoir faire plus , surtout que notre ami Chevron est de la partie ..

avatar de Emilio
  • Par Emilio 1 0
  • Salut Le-veilleur.com .
    Petit a-parte , mais je te fais part de ma confusion.. Je suis le blog de Moutons Enrages . Et je lis les commentaires depuis longtemps , mais sans intervenir. Souvent , parfois, je lisais les com de « le veilleur » .. et je croyais que c etait toi , de ton site .. Puis la , sur le sujet de Trump , je vois que« Le-veilleur.com » repond a le veilleur .. et visiblement , n etant pas d accord , ce n est pas le meme le veilleur ... Tant mieux , j ai plus tendance a etre en accord avec toi , de ton site . La confusion , pour moi , est levee ce jour ..mais je tenais a le souligner , pour les autres , qui pourraient faire la meme confusion que moi . Et ce serait dommage , evidemment .
    Ps . J aime beaucoup ton blog , que je considere comme une reference personnelle d infos , interessantes et justes . Gracias amigo

avatar de Le-veilleur
  • Le-veilleur a répondu (Admin) 0 0
  • Salut Emilio.
    En effet, malgré le fait que j'y étais inscrit depuis bien plus longtemps, un petit malin sur les Moutons enragés a eu la « bonne idée » de prendre le même pseudo que moi. Nos avis étant très souvent en totale contradiction sur de nombreux sujets, j'ai préféré opter pour ajouter le « point com » à la fin de mon pseudo pour éviter les méprises. Il est dommage que ce personnage étant arrivé plus tard n'ait pas eu le bon sens et la politesse de modifier le sien Enfin bon, pas très grave...

    Merci pour toutes ces éloges, un bon week end à toi

avatar de Emilio
  • Par Emilio 0 0
  • Eloges tres justifiees si tu veux , etant non participant sur le blog des ME , Mais actif sur son forum .. je peux ouvrir un fil en copiant ses commentaires , une mise au point de non equivoque . Ok ?

avatar de Le-veilleur
  • Le-veilleur a répondu (Admin) 0 0
  • Bonjour Emilio. Désolé de répondre tardivement, j'ai pris quelques distances ces jours-ci au vu d'une actualité déprimante et répétitive... Laisses tomber pour mon « homonyme », tant qu'il n'y a pas d'usurpation manifeste ou de risque réel de nuire à l'image du site, ca ne me pose pas problème. Merci quand même de proposer ton aide

Ajouter un commentaire


Autres articles dans la catégorie « Evènements sociaux Politique »