Syrie : Utilisation d'armes chimiques par Bachar el-Assad, la nouvelle opération de propagande de la presse mainstream


L'incroyable monopole de l'OSDH (organisation syrienne du droit au mensonge) pour désinformer sur la situation en Syrie se poursuit. Toute honte bue, la presse mainstream, qui refuse de parler de la découverte d'un vaste charnier dans la campagne de Lattaquié où, leurs poulains ont tué des villageois sans défense, s'accroche à un nouveau mensonge : l'utilisation des gaz neurotoxiques.
 
Visiblement, la presse mainstream et son agent informateur Rami Abdel Rahmane, de son vrai nom Oussama Ali Suleiman, ne savent plus où donner de la tête puisque leurs protégés reculent de plus en plus... Selon donc cette affirmation gratuite, refusant la défaite, les terroristes affirment :
 
« Après minuit, les forces du régime ont intensifié leurs opérations militaires dans les zones de la Ghouta orientale et la Ghouta occidentale, dans la région de Damas, en ayant recours à l'aviation et aux lance-roquettes, ce qui a causé plusieurs dizaines de morts et de blessés ». 
Pire, ajoutent-ils, avec l'utilisation d'armes chimiques. Pour quel intérêt la presse peut-elle reprendre ce genre d'affirmation mensongère et en faire ses UNES ?
 
Quel intérêt aurait le Gouvernement syrien d'utiliser des armes chimiques au moment même où des observateurs de l'ONU viennent justement enquêter à propos ? Cherchez l'erreur. Pourquoi la presse ne fait pas état de la présenc de ces gens actuellement sur le terrain en Syrie ? C'est pourtant simple : c'est une tentative désespérée des terroristes pour qu'on leur viennent en aide. Ce genre d'escroquerie dont les titres de la presse font croire qu'il y a danger, n'est pas/plus du journalisme.
 
 • Le Nouvel Obs: « SYRIE. Attaque meurtrière aux gaz neurotoxiques dans la région de Damas » (désinformation 8h34)
 
 • Le Nouvel Obs: SYRIE. A Damas, « un massacre commis par le régime à l'aide de gaz toxiques » (désinformation 10h37)
 
 • Le Nouvel Obs « Syrie: au moins 100 morts dans des bombardements près de Damas » (changement de braquet, plus d'armes chimiques 10h51)
 
 • Le Nouvel Obs: « SYRIE. Plus de 1.300 morts dans une attaque à l'arme chimique, affirme l'opposition »
 
 • Le Parisien: « L'armée aurait utilisé des gaz toxiques ce matin près de Damas ». (équilibré)
 
 • L'Express: « Syrie: de nouveaux bombardements meurtriers à l'arme chimique » ...(désinformation)
 
 • BFMTV: « Syrie: une attaque au gaz neurotoxique fait au moins 213 victimes »(désinformation)
 
 • Le Monde: « Syrie : des opposants dénoncent une attaque chimique sur Damas » (prudence)
 
 • Le Monde: « Syrie : l'armée accusée de bombardements massifs et d'attaques chimiques » (prudence)

Ce qui est grave dans certains de ces titres, c'est de faire croire qu'on a des preuves. Mais, dès que vous lisez juste les premières phrases, vous tombez sur la sempiternelle phrase, « selon l'OSDH » du frère musulman revendiqué, Rami Abdel Rahmane.
 
Le Gouvernement syrien est tellement bête que, alors que les émissaires onusiens sont sur leur sol, à Damas, organise une série d'attaques au gaz innervant, à quelque encablures de Damas, à Douma. La presse mainstream prend vraiment ses lecteurs pour des demeurés... Le plus risible étant que, une arme de destruction massive ne peut seulement tuer 231 personnes mais des milliers. Soit, ces gens sont tellement aux abois qu'ils ne savent plus à quels saints se vouer, soit, c'est juste pour amuser la galerie...
 
Par Allain Jules
 
Pourquoi est-il impossible que Damas ait utilisé du gaz sarin à rif de Damas ?
 
Le régime Assad vient d'être accusé d'usage de l'arme chimique à rif de Damas par ses opposants... Mais cette accusation est-elle plausible ? Militairement non ! Selon al alam qui s'intéresse de plus près à cette accusation, cette nouvelle campagne d'intoxication s'explique par de fulgurants succès de l'armée syrienne dans la banlieue de Damas ces dernières semaines où les terroristes sont en désarrois et de font éliminer par dizaines voire par centaines.
 
Cette nouvelle et grande victoire de l'armée syrienne a plongé le camp arabo occidental dans des plus grandes incertitudes. La diffusion de la fausse rumeur qui accuse l'armée arabe syrienne d'avoir utilisé du gaz sarin contre les rebelles fait pendant en réalité à ces incertitudes. L'Europe, la Ligue arabe ont aussitôt fait sienne cette fausse information et mobilisé tous leurs moyens pour relayer l'intox. Al Hadth News ne croit pourtant pas à ce qu'une telle attaque soit mathématiquement possible :
 
1) le gaz sarin tout comme toute substance chimique ou microbiologique ne pourrait pas être utilisé dans des localités résidentielles puisque le vent répand ces substances trop vite et contamine l'environnement à dans un vaste périmètre de 10 kilomètres. La zone où les opposants accusent Assad d'avoir utilisé du sarin , en l'occurrence Al Moazamiya, est située à 5 kilomètres des zones résidentielles , de la base militaire Al Mezah. Est-il concevable que l'armée syrienne utilise cette substance contre elle-même ?!!
 
2) la zone exposée au gaz chimique est inaccessible pendant 36 heures à compter du moment où l'attaque est lancée. Toute personne désirant s'y rendre devra porter une combinaison spéciale. La question qui se pose dès lors est la suivante comment se fait-il que les médias dominants aient pu tourner des reportages sur les lieux supposés du crime ?!!
 
3) la commission d'enquête de l'Onu se trouve en Syrie à la demande même de Damas. Est ?il raisonnable que Damas recourt à l'arme chimique contre ses opposants à l'heure où les enquêteurs onusiens sont sur place pour examiner l'usage des substances chimiques à Khan Assal ?!!
 
4) les preuves imagées qu'avancent les opposants relèvent presque de la fantaisie. Sur des sites takfiris, l'allusion est faite aux « officiers alaouites » à qui « Assad aurait fait hommage » . ces supposés « écrits et photos » sont extraits des  sites hackés ou inexistants et sont utilisés par les opposants à titre de preuve de la culpabilité des soldats syriens. N'est-il pas infantile de prendre des images et des textes « truqués » pour l'argent comptant et s'y référer afin de prouver une accusation aussi grave ?
 
Source french irib
 
Une nouvelle opération de propagande
 
Selon l'Armée syrienne libre, les autorités syriennes ont bombardé au gaz sarin la ghoutta, en banlieue de Damas, le mercredi 21 août 2013, faisant au total 1 700 morts. Cette annonce a immédiatement été commentée par les autorités allemandes, britanniques et françaises qui ont appelé à une réunion d'urgence du Conseil de sécurité afin que les observateurs des Nations Unies soient autorisés à enquêter sur place. L'ensemble de ces informations est reprise par la presse atlantiste comme une certitude, le conditionnel n'étant de rigueur que pour laisser aux enquêteurs le temps de rapporter des preuves en Occident.
 
Cette opération de propagande est pourtant grossière : comme chacun peut l'observer sur YouTube, les vidéos attestant du massacre du 21 août ont été mises en ligne par le compte « Majles Rif »... la veille, le 20 août. Sur ces vidéos (voir en bas de page), choquantes à première vue, on décèle rapidement une mise en scène : les enfants blessés, qui paraissent hagards ou drogués, n'ont pas de parents qui les accompagnent. Les garçons sont souvent nus, tandis que les filles sont toutes habillées. On ne voit aucune structure hospitalière, même clandestine, hormis des paravents et des poches de sérum.
 
Certaines photographies diffusées par la presse atlantiste ont déjà été utilisées pour accuser l'Armée égyptienne d'avoir massacré un campement des Frères musulmans au Caire. Depuis l'aube et durant toute la journée du mercredi 21 août, l'Armée arabe syrienne a bombardé les positions de l'Armée syrienne libre qui s'étaient regroupée au Sud-Est de la ghoutta (la bande d'agriculture vivrière qui entoure la capitale). Cette zone de combat avait été évacuée par la population civile depuis plusieurs mois. Il semble que les pertes des groupes jihadistes soient considérables. Il n'a pas été fait usage de gaz qui ne s'emploie que dans des guerres de tranchées.
 
Les autorités russes ont dénoncé une campagne de propagande planifiée à l'avance comme le montre l'unanimisme des médias atlantiques qui ont tous repris à l'unisson la version de l'Armée syrienne libre, sans aucune vérification. Les autorités iraniennes ont souligné que le recours de la Syrie à des armes chimiques dans ce type de guerre était absurde et injustifié au vu de ses succès militaires actuels.
 
Le Conseil de sécurité des Nations Unies a exprimé son inquiétude
 
En 2003, les États-Unis avaient utilisé l'accusation de détention et d'usage de gaz de combats par l'Irak pour l'attaquer. Le secrétaire d'État Colin Powell avait ainsi brandi une fiole de gaz liquéfié au Conseil de sécurité et infligé la projection d'un montage PowerPoint pour étayer ses allégations. En définitive, il a reconnu, après la destruction de l'Irak, que toutes ces preuves étaient des faux et qu'il avait menti à l'ensemble de la communauté internationale.
 
Source voltairenet
 
Selon le chef de la diplomatie iranienne, l'armée syrienne n'a pas utilisé l'arme chimique
 
Le chef de la diplomatie iranienne Mohammad Javad Zarif a rejeté jeudi les accusations de l'opposition syrienne sur un recours par ce régime à des armes chimiques dans une attaque près de Damas.
 
« Si l'information concernant l'utilisation d'armes chimiques est exacte, très certainement elles ont été utilisées par les groupes terroristes et takfiris qui ont montré qu'ils ne reculaient devant aucun crime »
, a déclaré le ministre des Affaire étrangère. Il a souligné que l'armée syrienne n'avait aucune raison d'utiliser l'arme chimique parce qu'elle arrive à combattre les rebelles.
 
Source La voix de la russie
 
Les dirigeants Francais complices de cette escroquerie
 
« Le porte-parole de l'opposition syrienne a confirmé l'utilisation du gaz sarin », a déclaré aujourd'hui le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius (ndv : il n'en est pas à son coup d'essai concernant les génocides... Rwanda, Arménie, affaire du sang contaminé...) , à propos d'une nouvelle utilisation éventuelle de l'arme chimique en Syrie.
 
Il a précisé qu'au cours d'une conversation téléphonique le responsable des rebelles syriens lui avait communiqué que les troupes gouvernementales avaient mené des bombardements massifs et utilisé des gaz de combat. Selon Laurent Fabius,
 
« si l'utilisation d'armes chimiques est avéré, il devra y avoir une réaction de la France. Une réaction de force », a précisé le ministre, refusant de parler de réaction militaire. « Pas question d'envoyer des troupes au sol », a-t-il assuré.
Source La voix de la russie




Commentaires

Ajouter un commentaire


Autres articles dans la catégorie « Evènements sociaux Conspirations »