Syrie : La CIA prépare une offensive d'envergure pour le mois d'Août


Transfert d'armes lourdes, mouvements de troupes américaines, renforcement de la flotte navale Russe dans le golfe, évacuation du personnel militaire et diplomatique Russe de la zone... On vous fait un dessin ?
 
The Wall Street Journal rapporte aujourd'hui que la CIA est en train  de transférer des armes depuis des caches secrètes en Jordanie et ce en anticipation d'une grande offensive en Syrie au mois d'Août. Le plan secret a été autorisé par Obama plus tôt ce mois-ci, nous dit le journal. Des nations arabes et européennes sont aussi impliquées dans cet effort.
 
L'Arabie Saoudite prévoit de fournir des missiles d'épaule sol-air Manpads à un nombre sélectionné de mercenaires terroristes spécialement entraînés, d'après des officiels américains. Le journal rapporte que :
 
« Les Etats-Unis vont superviser cet effort afin d'essayer de réduire le risque que ces missile Manpads ne tombent entre les mains des islamistes ». 
(NdT: Islamistes d'AL CIAda de la légion mercenaire arabe de la CIA... quelle vaste foutaise ! Ces missiles sont déjà entre leurs mains...). En fait, les Etats-Unis et leurs collaborateurs arabes et européens ne peuvent compter quasi-exclusivement que sur des mercenaires salafistes. La CIA planifie de passer environ deux semaines à entraîner un groupe initial de combattants salafistes et de les entraîner à l'utilisation des armements lourds et de missiles.
 
Les mercenaires les plus efficaces sponsorisés par la CIA sont les terroristes d'Al Qaïda, un fait qui vient juste d'être souligné lorsque le Sheikh Nabil Naiim, qui fut le leader d'un camp d'entraînement d'Al Qaïda en Egypte, a dit que le front Al-Nousra est contrôlé par la CIA (NdT: Excellente vidéo dans le lien précédent, interview en arabe avec sous-titres anglais...)
 
« Je pense personnellement que le leader du front armé Al-Nousra qui a déclaré son soutien à Ayman al-Zawahiri, est un agent de la CIA au sein d'Al-Nousra »
, a dit Naiim. Il a également dit que le patron d'Al Qaïda Ayman al-Zawahiri est un agent-double travaillant pour les Etats-Unis (NdT: dans la lignée d'Oussama Ben Laden qui fut toute sa carrière un agent de la CIA... visité par le chef d'antenne de la CIA de Dubaï en Juillet 2001 alors que Ben Laden était hospitalisé pour des soins rénaux à l'hôpital américain de Dubaï et la liste est longue...). Le front Al-Nousra et ses groupes affiliés salafistes sont financés par la CIA et le gouvernement sunnite du Qatar. Ils sont la force de frappe derrière l'effort de battre militairement le leader syrien Bachar Al-Assad.
 
« Ces groupes extrémistes sont devenus les mieux équipés, les mieux organisés, les mieux financés et de manière importante, ceux ayant le plus de succès sur le terrain », écrit Phil Greaves. « Alors que les Etats-Unis et leurs alliés du Golfe clâment n'avoir armé, entraîné et supporté que des « rebelles modérés », la réalité en Syrie ne ressemble en rien à ce qu'ils disent. »
Malgré le fait avéré que le gouvernement de Bachar al-Assad ne peut pas être délogé sans Al-Nousra et Al Qaïda en Syrie, les Etats-Unis insistent que l'offensive d'Août va favoriser le général Salim Idriss et son commandement militaire. Idriss a admis que l'ASL et les autres forces séculières en Syrie ne peuvent pas être comparées en matière de puissance de combat avec les mercenaires salafistes soutenus par les régimes wahabites d'Arabie Saoudite et du Qatar.
 
Le gouvernement Obama n'a pas publié d'autres détails sur cette offensive soutenue par la CIA. Bernadette Meehan, la porte-parole du conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche a refusé de commenter sur ce plan.

Par Kurt Nimmo - Traduction par Résistance 71
 
La Russie évacue son personnel militaire et diplomatique de Syrie
 
Moscou a annoncé, mercredi 26 juin, que l'évacuation, qui a débuté vendredi dernier, de tous son personnel militaire et diplomatique de Syrie, était désormais achevé, y compris, en ce qui concerne la base navale russe de Tartous.
 
« La Russie a décidé de retirer son personnel, à cause des risques liés au conflit en Syrie, autant que la peur d'un incident impliquant l'armée russe, qui pourrait avoir des conséquences bien plus graves »
, a déclaré un officiel du Ministère de la Défense, à Moscou. Il a insisté sur le fait qu'une force de frappe de 16 navires demeure en position à l'Est de la Méditerranée et que des cargaisons d'armes, dont des armements anti-aériens, continueront de parvenir au gouvernement syrien, en conformité avec des contrats passés antérieurement.
 
A travers un autre signe d'escalade imminente en Syrie, la brigade israélienne présente sur le Golan, a mis sur pied de nouvelles manoeuvres sans préavis sur le Golan, auxquelles ont assisté le Premier Ministre Binyamin Netanyahou et les principaux chefs de l'armée. A Londres, le Premier Ministre David Cameron a convoqué le Conseil de Sécurité National du Gouvernement, en session extraordinaire sur la Syrie, à Downing Street. Le dirigeant de l'opposition Ed Millibrand était invité à assister aux délibérations, une coutume uniquement observée lorsque des sujets de la plus haute importance sont en discussion.
 
La confrontation maussade entre les Présidents Vadimir Poutine et Barack Obama, au Sommet du G8, en Irlande du Nord, la semaine dernière, a condamné la Syrie à cinq mois d'escalade, de guerre insoluble et cruelle, jusqu'à ce que les deux dirigeants se revoient à nouveau en Septembre. Pour le moment, les tempéraments sont en train de chauffer, entre Washington et Moscou, au sujet de la Syrie et d'autres problèmes encore, notamment, à propos du fugitif américain insaisissable, Edward Snowden.
 
Les observateurs des renseignements américains et israéliens perçoivent la crise syrienne comme en train d'entrer dans sept nouvelles phases particulièrement sinistres :
 
1. Un bain de sang durant cinq mois, centré autour de la bataille d'Alep, une ville de 2, 2 millions d'habitants. L'armée syrienne et ses alliés, d'un côté, l'opposition pleinement mobilisée, de l'autre, vont jeter toutes leurs compétences humaines et leur armement dans la bataille pour remporter cette ville. Les experts militaires ne prévoient pas que les rebelles puissent résister aux forces d'Assad au-delà de la fin août.
 
2. Aucun des deux camps ne dispose de suffisamment de ressources humaines ni d'armements suscpetibles de changer la donne pour emporter la victoire de manière retentissante et absolue. Ceci, à moins que les Présidents Obama ou Poutine n'interviennent pour faire pencher la balance.
 
3. Les Etats-Unis et la Russie sont disposés à intervenir indirectement dans le conflit jusqu'à un point assez proche d'un affrontement armé sur le sol syrien - ou n'importe où ailleurs au Moyen-Orient. Les analystes américains ont jugé que Poutine est prêt à aller, par tous les moyens, à l'encontre des Etats-Unis en Syrie - et que tous les coups sont permis. Le Président américain se plaît, en même temps, à piquer Washington et à faire monter la température, en jouant au chat et à la souris, à propos de l'ancien contractant de la NSA, Edward Snowden, accusé d'espionnage pour avoir dérobé et diffusé des renseignements classifés.
 
Aux Etats-Unis, il est, invariablement considéré, soit comme un traître, soit comme un courageux donneur d'alerte. Durant plusieurs heures, Snowden s'est évanoui entre Hong-Kong et Moscou ? jusqu'à ce que le Président russe admette qu'il s'était terré dans la zone de transit de l'aéroport de Moscou et qu'il ne serait pas extradé par la Russie vers les Etats-Unis.
 
4. L'Iran, le Hezbollah et l'Irak feront, graduellement, monter en puissance leur présence sur le champ de bataille.
 
5. Une confrontation violente est en cours, entre les Chiites du Moyen-Orient qui arrivent en masse en Syrie, pour sauver le régime Assad, aux côtés de la Russie, et les forces rebelles à dominante sunnite, appuyés par les Etats-Unis. Elle pourrait saborder la tentative de négociation secrète américano-iranienne sur le programme nucléaire de l'Iran, rassérénée par l'élection du pragmatique Hassan Rouhani en tant que Président iranien.
 
6. La Conférence de Genève 2, en vue d'une solution politique à la crise syrienne est tombée à l'eau. Moscou et les Etats-Unis sont divisés par des problèmes infranchissables, par principe, tels que de savoir si Bachar al Assad devrait rester ou partir, ou concernant la représentation iranienne à cette conférence.
 
7. Aussi longtemps que la voie diplomatique demeurera sclérosée, les perspectives de guerre régionale débordant du conflit syrien continueront de s'accroître. L'Iran, Israël, la Jordanie et le Liban peuvent être entraînés à tout moment ? s'ils ne le sont pas déjà, comme le Liban.
 
Une simple petite erreur de l'une des parties belligérantes en Syrie pourrait, par exemple, déclencher des représailles israéliennes et des débordements de violence systématiques...
 
Par sentinelle du peuple



Commentaires 1

avatar de PH7
  • Par PH7 0 0
  • Bon sang de bon soir ! A quoi jouent-ils ? Ils savent bien que la situation peut leur échapper à n'importe quel moment. Alors d'un côté : « Nous sommes les sauveurs du monde » et de l'autre ils font tout pour le foutre en l'air ! Ils feraient mieux de s'interroger et intervenir sur leur propre territoire juste histoire de trouver les moyens de réparer leurs grandes Conn...ies en trouvant de quoi alimenter en eaux les régions en voie d'assèchement provoquée par leur insatiable gourmandise en ressources naturelles. voir articles sur le-veilleur.com sur l'état de la terre. C'est une des raisons pour lesquelles je n'aime pas les USA, à part eux je ne vois pas de plus grands terroristes qui agissent même à l'encontre de leur propres populations.
    Mais s'il existe une chose à déterminer de toute urgence et en priorité : A qui profite le crime ? Certainement à une portion congrue et extrêmement minoritaire de la population visant à la destruction de la terre, cette force noire décrite par Jimmy Guieu Auteur de Science fiction décédé en 2000 Mais qui sont-ils exactement ? Et surtout comment les terroriser en attaquant leurs points faibles ? On sent derrière tout ça une force dont les mobiles doivent échapper aux donneurs d'ordres visibles en l?occurrence Mr OBAMA actuellement. La lutte ne doit pas être faite entre les nations mais par l'union des nations contre cette put..n de force occulte ! afin que les peuples puissent enfin vivre en bonne intelligence.
    Ah si, j'oubliais : puisque l'argent est leur arme favorite, usons d'un autre moyen d'échange et laissons les se nourrir de leurs billets de banque et leur pétrole remplaçable par l'hydrogène naturel Sciences et Avenir de mai 2013. Personnellement je préfère un bon steak aux petits légumes !

Ajouter un commentaire


Autres articles dans la catégorie « Evènements sociaux Actions militaires »