Syrie : des centaines de terroristes rallient le président Bachar al-Assad


Ne riez pas. Nous avons traduit pour vous un extrait d'un article du journal anglais The Telegraph. Plus le temps passe, plus les soi-disant révolutionnaires comprennent que la solution en Syrie est finalement le président Bachar al-Assad, n'en déplaise aux ennemis de la Syrie.
 
Le très sérieux journal britannique mainstream The Telegraph, passe aux aveux complets, avec toujours une once de dénigrement. Vous le verrez en gras en dessous. Néanmoins, qui peut cacher une vérité irréfragable qui n'atteindra jamais notre chère presse ? C'est vrai que, après avoir chanté sur tous les toits les défections dans l'armée, faudrait maintenant équilibrer, en parlant des désertions inverses... C'est trop leur demander...
 
Dans un article sans équivoque intitulé  « Syrie: désabusés, les rebelles lâchent prise et acceptent l'amnistie prônée par Assad » (Syria: disillusioned rebels drift back to take Assad amnesty), le journal britannique assène le coup fatal à ceux qui souhaitent armer ces gens en refusant de parler de paix. Dans son chapeau, l'article s'introduit avec un violent
 
« Des centaines d'hommes qui ont pris les armes contre le président Bachar al-Assad ont fait défection pour rallier le côté gouvernemental a appris le Telegraph. »
Il poursuit :
 
« Déçus par la tournure islamiste que la « révolution » en Syrie a pris, épuisés après plus de deux années de conflit et sentant qu'ils perdent un nombre croissant de rebelles, ils s'engagent à signer l'amnistie négociée et offerte par le régime Assad.
 
Dans le même temps, les familles des combattants en retraite ont commencé tranquillement se réfugier du côté du territoire syrien contrôlé par le gouvernement et considérée comme un endroit plus sûr pour vivre. Ceci, d'autant plus que le régime continue sa poussée militaire intense contre les zones tenues par les rebelles.
 
Ce mouvement est un signe de la confiance croissante du régime, qui a mis en place un soi-disant « ministère de la réconciliation », qui a  pour tâche d'apaiser les tensions et d'amener d'anciens opposants du côté du gouvernement.
 
Ali Haider, le ministre en charge de l'opération a déclaré : « Notre message est : Si vous voulez vraiment défendre le peuple syrien, posez vos armes et venez défendre la Syrie dans le droit chemin, à travers le dialogue. » »

Bref, un retournement de situation qui en dit long sur la réalité du terrain. Si ceux qui refusent que leur pays devienne un sanctuaire du terrorisme, renoncent pour rallier le président Bachar al-assad, les « qui » seront armés par les Etats-Unis, si ce ne sont ces milices proches d'al-Qaïda ? Nous avons bien dit, ici, que l'ASL n'existe plus. Ils nous donneront raison quand il sera très tard...
 
Publication & traduction Allain Jules - La suite en anglais sur le site du telegraph



Commentaires

Ajouter un commentaire


Autres articles dans la catégorie « Evènements sociaux Actions militaires »