Stargate : de vraies « portes des étoiles » trouvées ?


L'explication est un peu complexe même si elle est vulgarisée au maximum dans cet article, mais les possibilités sont fascinantes ! Il existerait des « portes des étoiles » autour de notre planète qui interagissent avec le soleil. Chaque jour de multiples découvertes sont faites, reste à savoir si elles seront exploitées un jour, si oui comment...
 
Qui n'a jamais rêvé de traverser un portail ? Les scientifiques ont découvert des téléporteurs dans l'espace et comptent bien les étudier de près. Ceux-ci ont plus d'une ressemblance avec la Porte des Etoiles.
 
C'est la NASA qui dévoile les travaux du chercheur Jack Scudder, à plus forte raison car elle compte lancer une mission pour les poursuivre. Elle se prépare à donner le feu vert à la mission Magnetospheric Multiscale Mission (MMS). Une fusée placera 4 sondes autour de la Terre afin d'étudier un phénomène hors du commun.
 
Car notre homme a découvert des portails cachés au sein du champ magnétique de la Terre et ils sont animés par des dizaines d'ouvertures et de fermetures par jour. Certains d'entre eux restent même ouverts pendant de longs laps de temps.
 
Scudder explique que ces portails créent un chemin ininterrompu allant de notre propre planète à l'atmosphère du soleil, soit quelques 150.000.000 km ! Leur présence est due à un processus de reconnexion magnétique. En somme, la force magnétique de notre planète croise et recroise celle du soleil, ce sont ces interactions qui forment le phénomène.
 
Appelées « régions de diffusion des électrons » ou X-points, ils sont particulièrement difficiles à comprendre et à observer. En effet, il est impossible de savoir à quel moment ils vont s'animer. En revanche lorqu'ils s'ouvrent, ils transportent des particules énergétiques à une vitesse folle, provoquant ainsi de gigantesques tempêtes magnétiques.
 
X-points ou Porte des Etoiles, il y a de quoi se poser des questions. C'est pourquoi en étudiant la magnétosphère, il sera possible d'en apprendre plus. La NASA compte bien s'occuper dès 2014.
 
Dans leur projet, les ingénieurs et techniciens du MMS vont intégrer le système de propulsion de vol et le tube de poussée à l'engin spatial pour l'Observatoire n° 1. L'intégration du bloc d'instruments est prévu pour Septembre 2012.
 
Juste un problème : les trouver, ces portails. « Les Portails magnétiques sont invisibles, instables, insaisissables. Ils s'ouvrent et se ferment sans avertissement et il n'y a pas de panneaux pour nous guider », remarque Scudder.
 
En fait, il y a des panneaux, et Scudder les a trouvés.
 
Les Portails se forment via le processus de reconnexion magnétique. Mêlant lignes de force magnétique du Soleil et de la Terre qui se croisent et se joignent pour créer des ouvertures. Les « X-points » sont là où l'entrecroisement a lieu. L'impact où se rejoignent les champs magnétiques peut propulser des jets de particules chargées provenant du X-point, la création d'une « région de diffusion des électrons ».
 
Pour apprendre à repérer ces événements, Scudder a examiné les données provenant d'une sonde spatiale en orbite de la Terre depuis plus de 10 ans.
 
« Dans les années 1990, le vaisseau spatial Polar de la NASA a passé des années dans la magnétosphère terrestre », explique Scudder, « et il a rencontré de nombreux « X-points » au cours de sa mission. » Parce les capteurs polaires portés (par le satellite) sont similaires à ceux de MMS, Scudder a décidé de voir comment un X-point a été regardé par Polar.
 
« En utilisant les données polaires, nous avons trouvé cinq combinaisons simples de champ magnétique et des mesures de particules énergétiques qui nous disent quand nous avons rencontré un X-point ou une zone de diffusion d'électrons. Un seul engin spatial, bien instrumenté, peut prendre ces mesures. »
 
« C'est ce qu'on appelle un événement de transfert de flux ou ETP », dit David Sibeck, physicien au Goddard Space Flight Center. « Il y a dix ans, j'étais à peu près sûr qu'ils n'existaient pas, mais maintenant, la preuve est irréfutable. »
 
« Nous avions l'habitude de penser que la connexion était permanente et que le vent solaire pourrait s'infiltrer dans l'environnement proche de la Terre à tout moment dès que le vent était actif », explique Sibeck. « Nous avons eu tort. Les connexions ne sont pas stables du tout. Elles sont souvent de courtes durées, en rafales et très dynamiques. »
 
Plusieurs intervenants ont souligné comment se forment les ETP : Sur le côté diurne de la Terre (le côté le plus proche du soleil), le champ magnétique terrestre est pressé contre le champ magnétique du soleil. Environ toutes les huit minutes, les deux champs fusionnent brièvement ou se « reconnectent », formant un portail à travers lequel les particules peuvent circuler.
 
Le portail prend la forme d'un cylindre magnétique presque aussi large que la Terre. Quatre satellites Cluster de la flotte de l'Agence spatiale européenne et cinq sondes THEMIS de la NASA ont traversé et entouré ces cylindres, ont mesuré leurs dimensions et detécté des particules qui jaillissent à travers. « Ils sont réels », explique Sibeck.
 
Jimmy Raeder, physicien de l'espace à l'Université du New Hampshire a présenté une simulation. Il a dit à ses collègues que les portails cylindriques ont tendance à se former au-dessus de l'équateur terrestre, puis à rouler au-dessus du pôle d'hiver de la Terre. En Décembre, les rouleaux d'ETP sont au-dessus du pôle nord, en Juillet ils roulent au-dessus du pôle sud.
 
Sibeck estime que cela se passe deux fois plus souvent qu'il ne le pensait. « Je pense qu'il y a deux variétés d'ETP : Actives et passives ».
 
Cela signifie que seul un membre de la constellation MMS, à l'aide des diagnostics, peut trouver quelques indices de portail et alerter d'autres membres de la constellation. Les planificateurs de la mission ont longtemps pensé que le MMS pourrait avoir à passer un an ou plus pour apprendre à trouver les portails avant qu'ils ne puissent les étudier. Le travail plus court de Scudder coupe le processus, ce qui permet à MMS d'aller au travail sans délai.
 
C'est un raccourci digne des meilleurs Portails de la Science-Fiction, mais cette fois les Portails sont bien réels. « Et avec les nouveaux panneaux découverts, nous savons comment les trouver ».
 
La mission magnétosphérique multiéchelle va utiliser quatre satellites identiques, espacés de manière variable en orbite de la Terre, pour faire des mesures tridimensionnelles des régions limitrophes de la magnétosphère et d'examiner le processus de reconnexion magnétique...



Commentaires

Ajouter un commentaire


Autres articles dans la catégorie « Etat de la planète Activité solaire »