Scandale : Les banques veulent vendre vos données personelles ! Les conseils d'un banquier...


Hier, j'évoquais dans l'un des articles du Contrarien Matin la dernière volonté de la banque ING (lien ci-dessous) qui, comme toutes les banques, toujours à la recherche de profits supplémentaires, avait décidé de revendre les informations disponibles concernant les habitudes de ses clients. Je vous l'expliquerai en détail un peu plus bas, mais sachez qu'un banquier sait absolument tout de vous et c'est effrayant !
 
Si les banques se lancent dans ce que l'on appelle l'exploitation du « big data », alors on lira en vous comme dans un livre ouvert, on saura vous localiser, vous cibler, vous faire parvenir les bonnes sollicitations commerciales. Exploiter les données bancaires est le rêve absolu de toutes les entreprises de marketing car ces informations sont capitales.
 
Avant de vous expliquer ce que peut savoir un banquier et comment se protéger de cette intrusion dans votre vie privée, je voulais revenir sur un article du jour concernant la BNP !
 
BNPP Fortis s'autorise à transmettre les données de ses clients
 
C'est un article paru dans L'Écho belge :
 
« Les « conditions générales bancaires » qui régissent les relations avec ses clients ont été adaptées par la banque au début 2014. La banque conteste avoir des projets visant à faire usage de cette possibilité. La Commission de la vie privée a ouvert un dossier.
 
Alors que la banque ING, aux Pays-Bas, est en train de faire marche arrière quant à ses projets visant à transmettre les données personnelles de ses clients à des opérateurs extérieurs et/ou partenaires commerciaux, on apprend que BNP Paribas Fortis, en Belgique, a ouvert la porte à ce genre d'opérations pourtant fortement critiquées au nom du respect de la vie privée.
 
BNPP Fortis, la plus grande banque de Belgique, a en effet revu, fin de l'année dernière, ses « conditions générales bancaires », qui régissent les relations avec ses clients.
 
La nouvelle version de ces conditions générales est d'application depuis le début de l'année. Et le plus frappant est qu'une série d'articles évoquant l'utilisation et la transmission de données personnelles des clients ont été modifiés, au profit des partenaires commerciaux de la banque « avec lesquels a été conclu un engagement de confidentialité, dans le but exclusif de proposer des services et produits avec la banque ». Vis-à-vis de tels partenaires commerciaux, ne s'impose donc plus l'interdiction de transmettre des données personnelles des clients de la banque. Notamment pour des opérations de direct marketing, précisent les nouvelles conditions générales.
 
BNPP Fortis conteste toutefois avoir de tels projets dans ses cartons. »

Alors ne soyons pas naïfs, ce n'est que partie remise et, comme à chaque fois, cela se fera de façon insidieuse, douce, progressivement afin de vous faire accepter petit à petit des changements qui pourraient sembler mineurs mais qui, en s'additionnant, vous livreront aux mains du grand « marketing » !
 
Pourquoi ? Tout simplement parce que l'enjeu commercial est monumental, que les informations que détiennent les banques valent des milliards d'euros, et aussi parce que c'est le « sens de l'histoire ». Ainsi évolue notre monde, encore plus de consommation de masse pour accumuler encore plus de masses de profits ! C'est la logique de notre système, que vous l'aimiez ou pas, que vous y adhériez ou pas... c'est la logique, et un système pousse toujours sa logique propre jusqu'au bout et cela c'est l'histoire qui nous l'enseigne.
 
Que peut savoir votre banquier ?
 
Tous les banquiers le savent, et je suis un ancien banquier « repenti », nous pouvons tout savoir et presque tout déduire de vos prélèvements et de vos dépenses. Voici quelques exemples qui vous permettront de comprendre comme cela marche... pour de vrai ! Et pas comme on vous l'explique avec des fleurs dans les belles brochures commerciales sur papier glacé.
 
Si vous avez des paiements de nuits d'hôtel à intervalle régulier tandis que votre métier consiste à rester assis dans un bureau sans avoir à vous déplacer pour raison professionnelle... alors vous avez vraisemblablement une maîtresse. C'est un facteur de risque car un divorce qui se passe mal est en général un divorce qui appauvrit. À surveiller avec attention.
 
Si vous avez l'habitude de jouer au poker en ligne et quelles que soient les sommes engagées, alors vous êtes un joueur, ce qui est financièrement encore plus risqué que de vous voir être alcoolique. À surveiller de façon très étroite, baisser progressivement les plafonds de dépenses des cartes bleues détenues par le client. En cas de problème, parler de soucis informatiques ou encore d'une nouvelle politique des risques de la banque liée à l'augmentation inquiétante des fraudes. Idéalement, le pousser gentiment vers la sortie, ne jamais lui répondre, oublier systématiquement ses demandes, etc.
 
Vous payez régulièrement un péage le vendredi soir à la sortie du travail ? Vous avez certainement une résidence secondaire ou une maison de campagne. Proposer avec le plus grand sourire à votre client une assurance multirisques habitations pour sa maison à la campagne ainsi qu'une alarme... un cambriolage est si vite arrivé de nos jours ma brave dame...
 
Beaucoup de restos ? Monsieur est sans doute célibataire et n'aime pas les plats surgelés, il préfère le sous vide des restaurateurs. Monsieur est donc assez jeune, assez dépensier. Découverts réguliers. Va avoir un problème après les vacances d'été pour payer ses voyages, ses sorties, ses restos... penser à lui coller un prêt personnel avant les grandes vacances... sinon mon brave Monsieur, cela va vous coûter très cher en frais à la rentrée... hein ! Allez signez là, c'est pour votre bien ! Et hop ! un p'tit crédit en plus !
 
Monsieur fait des virements permanents à une dame qui n'est pas sa fille ? Maîtresse probable. Faire comprendre que vous avez compris. Proposer à ce client le produit le plus moisi de votre gamme que personne n'arrive à vendre. Évidemment, votre client, en position de faiblesse, veut absolument vous être agréable, vous n'allez pas non plus l'en dissuader ! Vous vendez votre produit pourri et vous allez crâner dans le bureau de votre chef en faisant bisque-bisque-rage à vos collègues lors de la séance de lobotomisation générale (heu pardon, lors de la réunion commerciale du lundi matin).
 
Vos remboursements de Sécu viennent d'augmenter brutalement et sont importants ? Vous êtes sans doute malade et pas assurable... vous risquez de mourir et de me planter un découvert... supprimer le découvert, ne plus accorder de crédit, baisser les plafonds de la carte bleue... Penser à proposer une assurance obsèques... sans préciser à votre client qu'il ne doit pas mourir avant 12 mois avant que l'achat de son cercueil soit pris en charge (franchise de temps).
 
Vous êtes solvable et je vois passer des crédits à la consommation d'autres organismes ? Je vous appelle en vous proposant de venir étudier avec votre gentil conseiller une proposition de rachat de crédit.
 
Vous percevez des loyers ? Je vous propose une assurance « propriétaire non occupant » ou PNO dans le langage des banquiers. Vous avez des enfants ? Super, génial ! Là j'ai tout plein de trucs pour vous, du Livret A classique, jusqu'à l'assurance décès... Ben oui mon brave, imaginez qu'il vous arrive quelque chose... comment vos gosses vont faire pour vivre, pour se payer des études ? Je vous fais très peur avec la Sécu qui ne verse que 7000 euros en cas de décès... eh oui, ça fait pas lourd hein... Allez, signez là ! Pour 5 euros par mois, vous avez un capital de 50.000 euros ! Oui Monsieur, 50.000 !! C'est pour le bien de vos enfants. Culpabilisé, un client signe beaucoup plus vite. Bref, on oublie juste de préciser et d'insister sur le fait que cela n'assure que les accidents accidentels... pas la maladie. Ce n'est pas de ma faute à moi si les gens ont l'indécence de mourir dans 90 % des cas de maladie et pas d'accident...
 
Bref, je sais tout de vous, absolument tout, où vous passez vos vacances, avec qui, où vous faites vos courses, quel est le montant moyen de votre Caddie, ce que vous donnez à votre concierge lors des étrennes et bien sûr vos vices et si vous aimez vraiment votre épouse... Pour bien connaître quelqu'un, regardez comment il se comporte avec l'argent. C'est très révélateur ! Évidemment, tout cela est cynique au plus haut point et sans aucune moralité, sans bienveillance et sans humanité.
 
Comment se protéger de cette intrusion massive ? Conseils pratiques !
 
Tout d'abord, on voit bien à quel point les banques sont en premier lieu à la recherche de tous les nouveaux revenus possibles mais, surtout, on visualise à quel point nous sommes sensibles car nos banques savent absolument tout de nous. Vous avez néanmoins la possibilité de lutter contre ce type d'intrusion dans votre vie privée. Pour réussir à perdre vos espions, voici quelques conseils :
 
 • Avoir plusieurs banques et répartir vos dépenses ainsi que vos rentrées entre différents comptes. Par exemple, vos remboursement de sécurité sociale sur un compte dans une banque, cette banque ne vous fera jamais de crédit... vous le savez. Pas de problème.
 
 • Vos dépenses gênantes, comme vos parties de poker en ligne qui dégradent systématiquement votre scoring bancaire, sur un autre compte avec une carte bleue spécifique et souvent gratuite (Boursorama banque, Fortunéo, etc.). Cette banque ne vous fera jamais de crédit... vous le savez. Pas de problème.
 
 • Vos revenus sur un autre compte. Nous appellerons ce compte le Compte Principal ! C'est sur cette banque qui vous donnera vos crédits aux meilleurs taux car vous veillerez à ne jamais être à découvert, à être toujours aimable avec votre banquier et à prendre la totalité des produits gratuits (type livret A, PEL, CEL, compte épargne, etc.). Vous aurez sur ce compte uniquement vos dépenses courantes. Si vous n'avez pas de dépenses, alors le banquier saura que votre compte qui ne mouvemente pas en cache un autre... Et si vous avez besoin d'un crédit, il vous demandera la copie des 3 derniers mois de relevés bancaires...
 
 • Vos prélèvements obligatoires doivent être répartis sur plusieurs banques (téléphone, assurance, EDF, loyer, etc.). Sur votre compte principal seront logés tous les prélèvements liés à votre résidence principale. Pour le reste, répartissez entre plusieurs banques.
 
 • Ne soyez jamais dépendant d'un seul banquier, la fidélité n'est de toute façon plus du tout récompensée. Vous ne représentez qu'un objectif de rentabilité, vous n'êtes là que pour vous faire coller le maximum de produits inutiles et trop souvent redondants, par exemple ces multiples assurances que l'on tente désespérément de vous coller à chaque passage dans votre agence.
 
 • Vous pouvez utiliser la VeraCarte qui coûte moins de 20 euros par an désormais et vous permet de payer sans passer par un compte bancaire et avec votre or ! Vous avez les avantages d'une carte bleue, sans limitation ni de retrait ni de paiement (uniquement dans la limite de votre solde créditeur). L'or servant à alimenter votre compte est physiquement dans des coffres hors système bancaire en Suisse (lien ci-dessous pour plus de renseignements). Comme notre VeraCarte ne vous fera jamais de crédit bancaire... vos dépenses de casinos, d'hôtels ou encore de poker en ligne y seront parfaitement à l'abri des regards indiscrets !!
 
 • Vous pouvez désormais aussi utiliser le compte Nickel (le nouveau service accessible chez les buralistes), même si je le trouve cher et qu'il existe de nombreuses banques en ligne totalement gratuites pour ceux qui ne sont pas interdit bancaire... Donc il est vrai que si vous êtes un client non fiché par la Banque de France, autant aller vers les banques en ligne dont les opérations courantes et les moyens de paiement (CB, etc.) sont totalement gratuits, mais cette alternative a le mérite d'exister. À vous d'étudier les choses.
 
 • Enfin, vous pouvez aussi utiliser les CB prépayées ou encore, tant que cela est possible, payer le maximum de choses en espèces en particulier... vos transactions intimes et privées.
 
 • Pensez toujours à cocher les cases où vous refusez que vos informations personnelles soient revendues et que vous vous opposez à toutes les sollicitations commerciales de votre banque comme des tiers.
 
 • N'hésitez pas à prendre, pour 2 euros par mois, un forfait Free dont la puce ira dans votre vieux téléphone. Ne communiquez à tous ces organismes que cette ligne. C'est cette ligne qui sera à terme géolocalisée et vous pouvez laisser tranquillement ce vieux portable sur le bureau ou à la maison et ne l'écouter qu'une ou deux fois par semaine ! Vous serez donc à l'abri des sollicitations commerciales qui seront de plus en plus agressives. D'une façon générale, vous donnerez ce numéro à toutes les entreprises avec lesquelles vous serez amené à être en contact. Il faut évidemment faire la même chose avec son adresse e-mail. Une adresse réelle... et une adresse pour tous vos contacts avec une entreprise à vocation commerciale.
 
Bref, il y a de nombreuses façons de s'en sortir, mais cela se prépare et il faut être organisé. Alors, prêts à entrer en résistance passive ? La semi-clandestinité légale est en plus, pour un contrarien, un sport intellectuellement très stimulant à pratiquer ! Bonne chance à toutes et tous, préparez-vous !
 
Par Charles Sannat
 
Liens connexes
 
 • Article du Contrarien sur ING
 • Article de l'Echo sur BNP Paribas Fortis
 • En savoir plus sur le fonctionnement de la Vera Carte, ses avantages, ce qu'elle permet... et son prix!



Commentaires 3

avatar de PH7
  • Par PH7 0 0
  • Saleté de banquiers, rien de plus que des épiciers. D'un autre côté je suis à l'abri, je n'ai plus de compte bancaire par choix personnel depuis assez longtemps pour avoir appris à vivre sans !

avatar de Le-veilleur
  • Par Le-veilleur (Admin) 0 0
  • Mon crédit bancaire étant bientôt terminé, je serais en mesure de faire de nouveaux choix dans ce domaine très prochainement et me passer à mon tour de leurs services J'ai reçu récemment de la pub d'offres de la part de services de recouvrement en ligne dans la boite mail du veilleur (démarchage illégal, puisque cette adresse ne sert que pour la correspondance des lecteurs), je leur ait envoyé un courrier très clair sur mes intentions, accompagné d'un rappel sur les lois anti-spam, plus de nouvelles d'eux depuis

avatar de PH7
  • Par PH7 0 0
  • Donc tu sais maintenant que ce qui valait 100 francs t'en a coûté au moins 180 en passant par le crédit. Bien sûr tu as eu ce que tu voulais plus vite, mais il devient obsolète plus rapidement encore. La prochaine fois, essaye de provisionner l'objet de tes désirs puis négocie une bonne remise pour paiement cash, ce qui fera que ce qui vaut 100 francs peut être obtenu pour 80 francs . C'est le secret d'une saine gestion sans risques.

Ajouter un commentaire


Autres articles dans la catégorie « Evènements sociaux Economie »