Scandale du Libor : premières arrestations au Royaume-Uni


Une information dénichée sur le site Crashdebug de mon ami Folamour et qui se veut réjouissante à la base, mais qui va certainement une fois de plus tourner en règlement de comptes en interne, avec un blâme à la clé ! Soyons réalistes, le gouvernement Obama ainsi que d'autres ont été élus grâce aux financements des banquiers, il ne vont pas se tirer une balle dans le pied en risquant de se les mettre à dos !
 
Il est pour le moment trop tôt pour faire un pronostic, mais gageons que ces parasites vont encore s'en tirer par une pirouette, alors que j'ai pu lire aujourd'hui que les Etats-unis vont intensifier le débit de leurs planches à billets, et qu'ils projettent de relever automatiquement le plafond de la dette qui comporte bien plus de zéros que je n'en ai jamais eu à l'école !
 
L'enquête sur la manipulation du taux interbancaire a été ouverte en juin
 
Trois personnes ont été arrêtées mardi au Royaume-Uni, dans le cadre de l'enquête sur la manipulation du taux interbancaire Libor, une première qui fait monter la pression d'un cran dans ce scandale touchant de nombreux poids lourds de la finance.
 
Assisté de la police de la City de Londres, le centre financier de la capitale britannique, l'Office britannique de lutte contre la délinquance financière (SFO) a « exécuté trois mandats de perquisition » aux domiciles de trois hommes, âgés de 33, 41 et 47 ans, dans le Surrey (sud de Londres) et l'Essex (est de Londres), a-t-il indiqué dans un communiqué. Ces hommes, de nationalité britannique,
 
« ont été arrêtés et amenés à un poste de police de Londres pour être interrogés en relation avec l'enquête sur la manipulation du Libor »

, a ajouté le SFO. Un porte-parole du SFO a précisé que c'était « la première fois » que des personnes étaient arrêtées, ce qui marque une nouvelle phase dans l'action des autorités face à ce scandale. Il a en revanche refusé de donner d'autres détails sur les personnes interpellées et sur les banques qui pourraient être impliquées.

Enquêtes ouvertes dans plusieurs pays
 
Le scandale du Libor a éclaté fin juin, lorsque Barclays a révélé qu'elle allait payer 290 millions de livres pour mettre fin à des enquêtes des régulateurs britannique et américain sur la manipulation des taux interbancaires britannique Libor et européen Euribor entre 2005 et 2009. Une enquête pénale avait été ouverte peu après par le SFO.
 
Cette affaire, qui a décapité Barclays en entraînant la démission de son président et de son directeur général, a rattrapé depuis d'autres grandes banques alors que des enquêtes ont été ouvertes dans plusieurs pays, dont la France, où le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire après la plainte d'une actionnaire de la Société générale. Aux États-Unis, une quinzaine d'établissements de divers pays ont été assignés à comparaître, dont JPMorgan, Citigroup, Barclays, UBS ou Deutsche Bank.
 
Taux central dans le monde de la finance, le Libor, qui est fixé sur la base de taux communiqués par un panel de banques internationales, conditionne plus de 300.000 milliards de dollars de produits financiers et a une incidence sur les prêts aux ménages et aux entreprises. Après Barclays, la banque suisse UBS serait proche d'un accord avec les autorités américaines et britanniques et pourrait payer une amende de 450 millions de dollars, avait affirmé la semaine dernière le New York Times. Royal Bank of Scotland (RBS), autre poids lourd de la City, s'attend, elle, à payer des amendes représentant « beaucoup d'argent », avait indiqué fin septembre son patron, Stephen Hester.

« Système cassé »
 
La fixation de l'Euribor, équivalent en zone euro du Libor, est également dans le collimateur et Bruxelles s'apprête à mettre en cause de son côté des banques pour collusion après une enquête de plusieurs mois, selon le Wall Street Journal.
 
Montées au créneau après ce scandale alors que la City traîne de nombreuses casseroles et n'a jamais eu aussi mauvaise réputation auprès de l'opinion, les autorités britanniques vont réformer le Libor afin d'éviter les dérives. Dénonçant un « système cassé », Martin Wheatley de l'Autorité britannique des marchés financiers (FSA), chargé par le gouvernement de dessiner la réforme du Libor, avait recommandé fin septembre un « complet remaniement » de la fixation du taux qui ne sera plus du ressort de l'Association des banquiers britanniques (BBA).
 
Il avait en outre jugé que les personnes coupables de manipulation devraient être passibles de poursuites et condamnées à des peines de prison. Reprises par le gouvernement, ses recommandations ont été incluses dans la loi sur les services financiers, en cours d'examen au Parlement.



Commentaires 2

avatar de Golden Awaken
  • Par Golden Awaken | site 0 0
  • Suivant cette affaire de très près, il semblerait enfin que les exactions des banksters ne soient pas impunies. Il existe une théorie développée par Nassim Taleb formulant que si un certain événement imprévisible se réalise, les conséquences peuvent avoir une portée considérable et exceptionnelle. Si vous êtes intéressé par cette théorie, je vous invite à visiter le lien suivant : Nassim Taleb et la théorie du cygne noir (http://ledormeur.forumgratuit.or... De plus, vous trouverez une vidéo que j'ai sous titrée parlant de cette théorie : La théorie du Cygne Noir et les Banquiers (http://www.dailymotion.com/video... Bien Amicalement, Golden Awaken.

avatar de Le-veilleur
  • Par Le-veilleur (Admin) 0 0
  • Une fois encore, merci à toi Golden Awaken pour ces liens complémentaires et enrichissants ! J'ai malgré tout du mal à croire que cette bande de vautours intouchables aient du mourron à se faire pour leurs petites affaires... Wait and see

Ajouter un commentaire


Autres articles dans la catégorie « Evènements sociaux Juridique »