Sables bitumineux et pétrole de schiste : Une « onde de choc » mondiale est en vue


La surproduction de pétrole est une mauvaise nouvelle pour l'environnement. L'augmentation de la production pétrolière nord-américaine est telle qu'elle provoque une véritable « onde de choc » planétaire, qui aura pour conséquence de freiner la hausse du cours de l'or noir au cours des prochaines années.
 
Un scénario qui tranche avec ce qu'on prévoyait il y a à peine quelques années. Mais cette ruée vers l'énergie fossile risque aussi de mettre à mal la recherche de sources énergétiques moins destructrices.

« L'Amérique du Nord a déclenché une onde de choc qui se répercute dans le monde entier »
, a résumé mardi la directrice exécutive de l'Agence internationale de l'énergie (AIE), Maria van der Hoeven, dans un communiqué présentant le dernier rapport semestriel de l'organisation sur l'évolution du marché pétrolier.
 
L'AIE prévoit ainsi que la capacité de production de pétrole brut planétaire augmentera de 8,3 millions de barils par jour entre 2012 et 2018, pour atteindre 103 millions de barils, des projections globalement plus élevées que dans son précédent rapport semestriel. Parallèlement, la demande devrait augmenter de 6,9 millions de barils par jour, à 96,68 millions.
 
Uniquement en Amérique du Nord, la croissance de la production devrait atteindre 4 millions de barils sur une base quotidienne. Au cours de la présente décennie, les pétrolières exploitant les ressources canadiennes comptent pour leur part doubler leur production quotidienne, à 3,5 millions de barils. Ce nouveau boom d'exploitation d'énergies fossiles est essentiellement le fait des multinationales qui tirent profit du pétrole de schiste - notamment dans le Dakota du Nord - et des sables bitumineux de l'Ouest canadien. L'extraction de ces deux types d'or noir est réputée plus polluante que celle du pétrole conventionnel, et on en connaît encore mal les impacts environnementaux à long terme.
 
Les projections de l'AIE s'inscrivent dans les tendances déjà relevées dans ses précédents rapports, et notamment dans sa grande étude annuelle sur le marché pétrolier, présentée en novembre dernier. Elle y avait prédit que les États-Unis deviendraient le premier producteur de brut de la planète vers 2017, dépassant les champions actuels, la Russie et l'Arabie Saoudite, grâce aux hydrocarbures dits « non conventionnels ».
 
Un frein aux énergies propres
 
Selon Maria van der Hoeven, ce bouleversement des prévisions de production des dernières années pour le marché pétrolier mondial est comparable dans ses effets à la hausse de la demande chinoise pour l'or noir. Sauf que cette fois, l'accroissement significatif de l'offre pétrolière mondiale menée par les États-Unis et le Canada devrait « aider à calmer un marché pétrolier qui était relativement tendu depuis plusieurs années ».
 
Peu avant le début de la crise financière de 2008, le baril de brut avait atteint 147 $. Certains économistes prévoyaient même que celui-ci grimperait à plus de 225 $ en 2012. La hausse devait être telle qu'elle aurait pu compromettre, à terme, l'importation de produits de consommation comme le café. Or, le prix du pétrole tourne plutôt autour des 100 $ ces jours-ci. Et à moins de chambardements majeurs sur l'échiquier géopolitique mondial, il est probable que les prix se maintiennent à ce niveau au cours des prochaines années, selon Pierre-Olivier Pineau, professeur à HEC Montréal et spécialiste des politiques énergétiques.
 
Une mauvaise nouvelle pour ceux qui espéraient que la hausse continue des prix de l'or noir sur les marchés contribuerait à rendre plus attrayant le développement d'énergies moins polluantes.
 
« Au prix actuel, il n'y a pas d'incitatif économique, donc pas de changement. Une stabilité de prix signifie en fait qu'il y a une baisse des prix, parce que le monde devient plus riche par ailleurs, donc le pétrole devient plus abordable »
, a fait valoir M. Pineau. Il est donc clair, selon lui, que « rien ne semble vouloir détrôner le pétrole à court terme ».
 
« Ce qui est déprimant, pour ceux qui s'intéressent aux conséquences climatiques de l'exploitation pétrolière, c'est que tous les scénarios de frein de la hausse du climat à 2 °C sont incompatibles avec une consommation de pétrole qui continue de croître à ce rythme », a ajouté cet expert du domaine énergétique. « La concentration de CO2 dans l'atmosphère terrestre a atteint 400 particules par million, un sommet historique qui semble indiquer que la Terre se dirige désormais vers une hausse de 3 à 5 °C au cours du présent siècle. Une situation qui pourrait déclencher des « changements cataclysmiques », selon la Banque mondiale.
Mauvais pour le Canada
 
La stabilisation des prix du brut risque par ailleurs de désavantager les producteurs canadiens, qui souhaitent obtenir plus pour leur pétrole. Qui plus est, le ministre conservateur de l'Environnement, Peter Kent, a soutenu dimanche qu'une croissance des prix était nécessaire pour permettre aux pétrolières d'investir dans les technologies de lutte contre les changements climatiques.
 
Une logique tout simplement « tordue », a répété Pierre-Olivier Pineau.
 
« Ce ne sont pas les prix plus élevés qui permettent de diminuer les gaz à effet de serre. Évidemment, les producteurs pétroliers s'enrichissent, donc ils pourraient être tentés de mener quelques activités de réduction des gaz à effet de serre. Mais la logique du ministre Kent est déficiente. En fait, il faudrait baisser le prix du pétrole pour diminuer les émissions de gaz à effet de serre, parce qu'il y aurait moins de production. Et la meilleure façon de baisser les prix, c'est d'imposer des contraintes sur les émissions de gaz à effet de serre, qui rendent le produit moins attrayant. Le prix baisse alors de lui-même. »
Le gouvernement Harper, qui a qualifié les sables bitumineux d'« énergie renouvelable » dans un document officiel, tente au contraire de trouver des débouchés pour le pétrole canadien. Certains ministres mènent d'ailleurs une intense campagne en faveur de la construction de pipelines, qui permettraient d'exporter quotidiennement des millions de barils de brut.
 
M. Pineau estime que le projet d'inversion du flux dans un pipeline d'Enbridge pour acheminer du pétrole jusqu'au Québec est le plus susceptible de se réaliser à court terme. L'Office national de l'énergie étudie déjà ce projet. Le gouvernement Marois, qui s'est montré ouvert à l'inversion, a toutefois promis de mener sa propre évaluation environnementale. Rien n'a encore été annoncé.
 
« Les modalités de la consultation devraient satisfaire les attentes des citoyens, et être annoncées dans quelques jours »
, a simplement indiqué mardi au Devoir le cabinet du ministre Yves-François Blanchet.
 
Par Alexandre Shields



Commentaires

Ajouter un commentaire


Autres articles dans la catégorie « Etat de la planète Environnement »