Russie : Volcan, météorite ou ovni, les origines du mystérieux cratère Patomsky restent toujours inconnues


Il s'agit d'une structure géologique unique sur la Terre, situé dans un lointain secteur montagneux recouvert par des broussailles denses de la Sibérie Oritentale. Le nom de cette structure géologique est Patomsky Cratère, qui a été découvert lors de levés géologiques de routine en 1949 par le géologue russe VV Kolpakov.
 
Patomsky cratère est situé à environ 200 km au nord-est du lac Baïkal. Lac qui est dans la partie orientale de la région  d'Irkoutsk. Depuis sa découverte, trois expéditions géologiques en 2005 - 2008  ont été envoyées à la découverte de la nature du cratère. Comme seul un hélicoptère est le transport possible pour cette expédition, les équipements géophysiques ont été très limités. La quatrième expédition menée en août 2010 a emmené 7 ensembles d'équipement AMT (électromagnétique), assez pour fournir en temps bref un profil AMT, qui traverse le cratère Patomsky dans la direction orthogonale à la structure des roches du Protérozoïque qui contiennent le cratère.
 
Des tests d'inversion 2-D des courbes de TE et TM aussi bien que les données du materiau ont été faits. Les données AMT montrent qu'un corps à l'intérieur du Cratère possède une haute résistivité à plusieurs centaines de mètres de profondeur. Ce corps s'est encastré dans les roches hôtes métamorphes du Protérozoïque. Le matériel et les réels vecteurs d'induction de données ont été très utiles pour déterminer la structure 3-D compliquée de la zone... source earthdoc.org
 
Le Cratère Patomsky
 
Il a été découvert en Sibérie en 1949 par le géologue Vladimir Kolpakov et reste toujours parmi les formations naturelles les plus mystérieuses dans le monde. On ne sait pas comment il se leva, et monté au-dessus de la surface environnante, et étrange est le fait que, avec ce mystère exclusif de plus de cinquante ans, personne ne s'y est intéressé. Seul, en 1971, le cratère a été photographié d'un hélicoptère. De hauteur, le tout ressemble à un cratère lunaire.
 
La structure se trouve sur la frontière d'Irkoutsk et de la région de Yakoutsk, à environ 200 km des lieux habités (dans le centre de la zone aurifère près de la ville Bodajbo). Pour l'intérêt - il se trouve à environ 700 km à l'est du point d'explosion de la météorite locale présumée de Tunguzska.

crater_gv_1.jpgAu-dessus de la taïga verte vive s'élève une sorte de montagne grise formée d'un cône tronqué irrégulier, avec des droites, comme s'il était coupé en haut. Il domine toute la zone et est visible de partout. Rien de semblable n'existe dans le monde. Le cratère se distingue au-dessus du terrain environnant, qui descend considérablement. Les dimensions du cratère sont impressionnantes. La hauteur est de 70 mètres et le diamètre extérieur d'environ 180 m, le diamètre de la plate-forme supérieure du cône tronqué de 86 mètres.
 
Le poids approximatif de la structure est estimé à un million de tonnes. Dans le cratère se développe quelques 200 arbres à feuilles caduques centenaires. L'enquête de dendrologie effectuée (voir la figure dans la video) a apporté des résultats plus que déroutant. L'âge des arbres qui poussent dans le cratère devrait être un vieux d'environ 200-250 ans. Dans le même temps, cependant, on a trouvé un très fort champ magnétique autour du cratère qui stimule significativement la croissance des arbres, donc la limite a été réduite plus tard à un âge de 150 ans au maximum.
 
Il existe plusieurs hypothèses sur son origine. Le première dit que c'est le résultat de processus volcaniques, mais il n'y a nulle part les restes de lave, ou de phénomènes post-volcaniques, et d'ailleurs, toute la zone de vastes rochers est entièrement stable et d'origine sédimentaire. La possibilité d'une origine volcanique, bien sûr, serait peut-être le cas réel, s'il il y avait une perforation ou une fissure dans ce secteur stable et ouvrant ainsi la voie à des facteurs volcaniques. La deuxième version permet un impact de grande météorite, mais la forme du cratère sur la Terre est très inhabituelle, et est seulement semblable à des cratères sur d'autres planètes ou la Lune par exemple.

patomskijkrater2.jpgDes scientifiques de l'Académie russe ont exploré systématiquement le cratère depuis 2006. Ces dernières années, et ces derniers mois, ont travaillé ici 70 scientifiques provenant de six instituts de l'Académie russe des sciences. Les scientifiques occidentaux ne sont pas encore un seul ici. Les résultats de l'enquête sont choquants. Il a été constaté que dans les profondeurs du cratère, à une profondeur d'environ 100 à 150 mètres, il y a une forte anomalie magnétique. Qui serait créé par un gros objet ferromagnétiques ?
 
Il a ensuite d'autres mesures de champs magnétiques à l'aide de magnétomètres à protons qui ont constaté que dans la profondeur sous le cratère existe un objet tridimensionnel en forme d'un ellipsoïde. Sa partie supérieure est à une profondeur d'environ 100 m au-dessous du cratère sommital, mais sa profondeur varie de 600 à 700 mètres de profondeur ! Il n'est pas en fer, mais de certains autres métaux magnétiques ou en alliage contenant du titane (Ti). La présence d'un corps mystérieux magnétique a été prouvé hors de tout doute raisonnable ! Les scientifiques ont commencé à développer des modèles mathématiques qui révèlent l'apparition du cratère. Les questions étaient nombreuses, les réponses sont rares.
 
D'où vient cet objet ? Entré par l'espace extraterrestre extérieur ou enterré a une très grande profondeur par une météorite ? De plus, il n'y a même pas de version sous-terraine visible du cratère : sortie de gaz et magma des profondeurs...
 
Certaines mesures avec d'autres magnétomètres ont indiqué que l'objet mystérieux est très probablement une forme cylindrique avec une longueur de 616 mètres et un diamètre d'environ 3 mètres. Igor Jermolajev de l'Institut de Mécanique MGUZ a ensuite essayé de simuler l'impact d'un corps cylindrique avec des mêmes proportions de matières. Les résultats scientifiques l'ont décontenancé. Quand un tel projectile à grande vitesse s'est écrasé dans l'épaisse couche de sable ou de pierres concassées, cela a en fait créé un corps étonnamment similaire au cratère Patomsky. Il y avait aussi généralement une forme de pic central.
 
L'hypothèse est confirmée par de nombreux participants qui ont rapporté leurs expéditions avant : il n'y a pas eu d'explosion. La forme du cratère est créée uniquement par une pénétration extrêmement rapide d'un objet cohérent extrêmement dur dans la roche...
 
Une théorie suggère également que le cratère Patomský pourrait être l'endroit où la météorite est tombée parce qu'il se situe à 700 km de Tunguska et dans la direction du vol estimé. Lorsque la vitesse estimée est à 70 km/seconde, le cratère Patomský est situé à seulement 10 à 15 secondes de vol de l'explosion de Tunguska. Mais c'est un trop vieux cratère qui a été trouvé avec l'âge des arbres. L'âge du cratère a été initialement estimé à plusieurs centaines d'années (mais actuellement d'environ 150 ans) et sa structure est encore « vivante », il y a une évolution spontanée de la hauteur des parties individuelles du cratère, dont la colline centrale.
 
Les travaux exploratoires sur le cratère Patomsky et ses environs jusqu'à présent n'ont pas été achevés, et les scientifiques d'un grand nombre d'institutions scientifiques russes se sont engagés à examiner de près le corps très lourd et dit métallique, qui a récemment creusé profondément la taïga locale. Le fait est que cela pourrait être n'importe quelle manifestation de géologies volcaniques, mais la plupart des russes tiennent compte de la composition géologique locale et admettront seulement  cette possibilité comme un dernier recours ... Nous devrons donc évidemment attendre un certain temps le résultat final du travail d'enquête : volcanisme rare, météore metallique intact, OVNI accidenté ?

Source Yves Herbo - on nous cache tout
 
Les récits des habitants
 
Des récits légués par les habitants du coin - qui connaissaient le « cratère maudit » longtemps avant que Kolpakov ne le révèle au monde extérieur - mettaient en garde contre cet « endroit du diable » dangereux pour les humains.
 
Des questions sont restées sans réponses sur le phénomène qui a été appelé « L'endroit le plus mystérieux de Russie ». Par exemple, pourquoi les arbres ne poussent-ils pas sur les bords de la structure en forme de cône ? Les niveaux de radiations sont aujourd'hui faibles, mais il y a une preuve qu'ils ont été autrefois élevés : pourquoi ?
 
Août 1949, la découverte

Vadim_Kilpakov.jpgEn août 1949, quand Kolpakov a atteint l'extrême nord de la région d'Irkoutsk, le peuple Yakout lui a raconté l'histoire de l'endroit du « diable », caché au fond des bois. Ils le nommaient le Nid de l'Aigle de Feu, et selon eux même les cerfs ne s'y aventuraient pas. Ils lui ont appris de nombreuses légendes à son sujet, le prévenant que les gens commençaient tout d'un coup à avoir des malaises ou même qu'ils disparaissaient, certains n'ayant jamais été retrouvés.
 
Effectivement, il n'y a pas si longtemps, en 2005, le chef d'une mission-cratère est mort soudainement à plusieurs kilomètres de l'endroit. Les légendes n'effrayèrent pas Kolpakov en 1949 mais ce dont il fut témoin à distance en grimpant sur une colline lui créa un choc.
 
« En découvrant pour la première fois le cratère j'ai pensé que j'étais devenu fou à cause de la chaleur »
, nota-t-il. Et il est vrai que découvrir un mont à la forme parfaite d'une hauteur d'un immeuble de 25 étages avec un sommet décapité posé au milieu des bois a de quoi déconcerter.
 
« Ça ressemblait de loin à un terril de mine, simplement de couleur plus claire. J'ai même pensé, Où sont les gens ? Il n'y avait aucun camp de travail dans le secteur. À moins qu'ils soient bien cachés ? (...) J'ai pensé ensuite que c'était un artefact archéologique. Mais les Evenks et les Yakouts, avec tout mon respect à leur égard, ne sont pas d'anciens égyptiens. Ils n'avaient pu construire une pyramide de pierre et n'avaient aucune ressource humaine ni la connaissance scientifique nécessaire. »
Il s'aventura prudemment vers la forme étrange, qui ne ressemblait à aucune autre dans les environs.
 
« En m'approchant je réalisai que la colline mystérieuse n'était pas faite par des humains », a-t-il dit. « Elle ressemblait plutôt à une bouche de volcan parfaitement ronde d'une hauteur de 70 mètres. Mais il n'y a pas eu d'apparition de volcans dans la région de Yakutia et d'Irkoutsk pendant plusieurs millions d'années. Et le cratère était plutôt récent. Il se situe sur la pente d'une colline plantée de mélèzes. »
« Les arbres n'avaient pas poussé sur les pentes et dans le cratère, les vents n'avaient pas encore ramené de terre. J'ai estimé l'âge de cette anomalie à quelques 200 ou 250 ans. Et autre mystère - le dôme semi-circulaire d'un diamètre de 15 mètres au centre du cratère. De tels dômes n'existent pas dans les volcans, même éteints. »

crater_1971.jpgDepuis la découverte de cet endroit mystérieux, nommé plus tard cratère Patomskiy, les scientifiques ont présenté des théories largement différentes pour son origine : depuis, entre autres, une explosion souterraine inconnue jusqu'à la chute en provenance de l'espace d'une substance mystérieuse inconnue de l'homme. Ou même celle d'un OVNI...
 
Mais pas une seule de ces théories n'arrivait à expliquer complètement les anomalies du cratère et les processus qui s'y passent toujours. La première explication et la plus répandue était, non sans surprise, celle à laquelle s'était risqué Vadim Kolpakov, le découvreur russe du cratère. Après son expédition, il postula dans un article scientifique que le cratère était une marque laissée par une météorite.
 
Plus tard d'autres scientifiques, dont le géologue Alexander Portnov, en vinrent à la même conclusion, leur argumentation était qu'il pouvait facilement avoir été formé par un quartier de roche venant de l'espace qui se serait découpé de la fameuse météorite de la Tunguska qui a explosé en 1908 au-dessus de la région de Krasnoyarsk, à l'ouest du cratère Patomskiy.
 
Une autre explication de départ était que le cratère avait une origine volcanique. Sa forme le suggérait superficiellement. Les amateurs observateurs pouvaient l'envisager comme une théorie probable. Ils peuvent aussi avoir raison.
 
Il y a sept ans une autre expédition importante vers le cratère fut conduite par un géologue expérimenté, Eugeny Vorobiev. Le 1er août 2005, il atterrit dans la ville de Badaybo, l'endroit accessible par avion le plus proche du cratère. Depuis Bodaybo, la route ne se poursuit que pendant 200 km : pour la suite du chemin, des chaussures de marche et un bateau sont nécessaires.
 
« Le problème était que le budget de l'expédition ne permettait à ses membres que l'arrivée en avion à Bodaybo et pour le reste, il fallait se débrouiller. Ce n'est pas la manière dont des expéditions devraient être organisées », déplorait le directeur de l'observatoire de l'université d'Irkoutsk, le Pr Sergey Yazev. « Il y avait des passages dangereux sur le trajet mais nous l'avons parcouru heureusement sans encombres. »
Ils furent pourtant frappés par une tragédie. Une fois l'expédition proche du cratère, leur guide, Vorobiev s'écroula soudain. Ses collègues se précipitèrent pour l'aider mais il était trop tard ? Vorobiev était mort. De retour à Irkoutsk, les médecins diagnostiquèrent qu'il était mort d'une crise cardiaque, mais son décès entretint l'association du lieu à la mort, mentionnée par les natifs.
 
« Ce qui s'est passé est terrible », a dit Sergey Yazev. « La grande question était quoi faire après, mais comme l'expédition était presque arrivée au cratère, quatre scientifiques décidèrent de poursuivre en l'honneur d'Eugeny Vorobiev qui comptait tellement y arriver ».
Ils furent stupéfaits en apercevant le cratère
 
« C'était à couper le souffle. Qu'est-ce qui avait pu faire naître cet étrange objet ? 250.000 mètres cube de roche souterraine propulsée vers la surface avec une forme arrondie très régulière (...) Nous pensions qu'une fois atteint le cratère nous allions tout de suite comprendre son origine mais nous avons quitté l'endroit encore plus intrigués que jamais », admit-il.

from_inside_the_crater.jpgEn 2006 et 2008 de nouvelles expéditions furent organisées. Le docteur es sciences en minéralogie géologique, Alexander Dmitriev, de l'université technique d'Irkoutsk, découvrit une anomalie magnétique dans le cratère lors de l'expédition de 2006. Il supposa qu'il pouvait y avoir à 150 mètres de profondeur du fer ou un autre matériau qui lui ressemble par ses propriétés. Ce qui posait la question : le cratère a-t-il été causé par une météorite ?
 
Mais la forme de nid n'est pas du tout celle des autres endroits où l'on a découvert des météorites. Un autre expert, le docteur en sciences physiques et mathématiques, Igor Simonov, de l'institut de Moscou pour les problèmes mécaniques, mena une série d'intrigantes expériences, et établit la preuve que le cratère pouvait s'être formé après la chute d'un objet cylindrique formé d'un matériau super-dense.
 
Ce qu'il dit était séduisant :
 
« Ce matériau n'existe pas sur Terre, mais il peut exister quelque part dans l'espace »
Le Pr Simonov présenta son travail à ses collègues. Et peu après, un ancien collègue de recherche, Igor Yermolaev, de l'institut de mécanique, mena une autre série d'expériences, et prouva que l'objet pouvait ne pas être un cylindre unique, mais deux corps, tombant l'un après l'autre, le premier arrivant à une vitesse supérieure à 6,5 km par seconde.
 
« En touchant la surface, le premier objet a explosé, créant un large cratère », a expliqué Yermolaev, « Et le deuxième a probablement ralenti sa chute à 1,5 km/s en raison de l'explosion et il a ensuite pénétré dans le sol »
Donc deux OVNI ?
 
« Du fait que deux météorites ne peuvent voyager l'une après l'autre en touchant le même endroit, je ne peux imaginer la nature de cet étrange structure. Je ne sais pas ce que c'est. »
D'autres spécialistes ont pourtant eu des idées différentes. Un docteur en sciences biologiques, Viktor Voronin, directeur du laboratoire de l'institut sibérien de physiologie et biochimie des plantes, s'est rendu aussi au cratère Patomskiy et a fait des découvertes importantes.
 
« Lors de l'expédition de l'an passé, un prélèvement a été pratiqué sur un mélèze poussant au pied du cratère », a-t-il révélé. « Comme un seul échantillon n'est pas suffisant, rien de substantiel n'a été défini, sauf l'âge de l'arbre. »
« Mais une étrange anomalie de croissance qui s'est produite au milieu du 19ème siècle a attiré mon attention. Des causes connues, comme un incendie, des insectes et autres nuisances, ne pouvaient l'expliquer. Donc, lors de l'expédition suivante une collection d'échantillons de bois a été rassemblée selon mes plans, en vue d'une analyse dendrochronologique. »
« Quand les sections d'arbres provenant du cratère arrivèrent au laboratoire, j'ai d'abord déterminé l'âge de chaque arbre. Le plus vieux, qui poussait à son pied, datait du début du 16ème siècle. Il avait environ 480 ans. (...) Mais l'arbre le plus vieux des pentes du cratère poussait depuis 1770. Il s'avère que le cratère Patomskiy s'est formé au plus tard à cette dernière date, et, logiquement, un peu plus tôt (...) Un arbre ne peut pousser sur des roches nues, donc il a fallu que du sol se forme, ce qui ajoute encore 20 ans. Cela donne un âge d'au moins 250 ans au cratère. »
par Hélios - source siberiantimes.com - Traduction par le bistrot bar blog




Commentaires

Ajouter un commentaire


Autres articles dans la catégorie « Etat de la planète Géologie »