Russie : violent séisme de magnitude 7,7 en mer d'Okhotsk


Un puissant séisme de magnitude 7,7 s'est produit mardi matin en mer d'Okhotsk, dans l'Extrême-Orient russe, n'entraînant aucune alerte au tsunami, ont annoncé les météorologues américains et japonais.
 
Le séisme, enregistré à 4h59 heure de Paris, a été localisé à 158 km à l'est de Poronaysk, ville portuaire de l'île russe de Sakhaline, et à une profondeur de 625 km, a précisé l'Institut géophysique américain (USGS).
 
L'agence météorologique japonaise a pour sa part indiqué que la secousse avait été ressentie dans l'île d'Hokkaido (nord de l'archipel). Le centre d'alerte au tsunami dans le Pacifique a de son côté indiqué qu'aucun tsunami destructeur n'était à craindre.
 
A titre d'information, la mer d'Okhotsk est liée à la plaque tectonique du même nom, qui est en contact avec les plaques de l'Amour, eurasienne, nord-américaine, pacifique et des Philippines.
 
Cette plaque se situe dans l'est de l'Asie. Elle couvre une petite partie de l'est de la Sibérie, la péninsule du Kamtchatka, la plus grande partie de la mer d'Okhotsk, les îles Kouriles, l'île de Sakhaline, l'île d'Hokkaido, le nord de l'île de Honshu et l'est de la mer du Japon.
 
Ses frontières avec les autres plaques sont notamment formées des fosses de subduction du Kamtchatka sur la côte est de la péninsule du Kamtchatka, des Kouriles sur la côte est des Kouriles et du Japon sur la côte est du Japon.
 
Le déplacement de la plaque d'Okhotsk se fait à une vitesse de rotation de 0,845° par million d'années selon un pôle eulérien situé à 55°42' de latitude nord et 82°86' de longitude ouest (lien wiki).

Une note présente sur le site de l'IPGP (lien) détaille que dans les deux jours avant le séisme du 11 Mars au Japon, une importante activité sismique avait été enregistrée dans la zone proche de son épicentre, dont un évènement de magnitude 7.2, que l'on peut considérer a posteriori comme un séisme précurseur. Ce séisme a rompu une portion de l'ordre de 500km de la zone de subduction plongeant sous le Japon, entre la plaque Pacifique et la micro-plaque d'Okhotsk...
 
A mon humble avis, il y a de fortes chances que la micro-plaque d'Okhotsk et sa région fasse à nouveau parler d'elle très prochainement, à suivre.

Mise à jour : le tremblement de terre russe provoque de faux rapports de secousses en Californie
 
Le séisme de magnitude 7,7 dans la mer d'Okhotsk près de la côte de Russie orientale a causé des nombreux rapports de « faux positif » de tremblements de terre en Californie, a déclaré lundi soir un fonctionnaire du Geological Survey aux États-Unis.
 
Leslie Gordon, porte-parole de l'USGS à Menlo Park, dit que les faux rapports de tremblements de terre de Gerber, la région de Monterey et Gilroy ont été déclenchés par le tremblement de terre russe. Ces rapports ont été rentrés dans les minutes, a déclaré Gordon. Un copie des rapports ont été réédités par erreur, puis retirés une fois de plus.
 
« De faux rapports sont parfois enregistrés par capteurs automatiques de tremblement de terre USGS », dit-elle. « Ces rapports de capteur sont automatiquement transmises aux abonnés du système de notification pour le tremblement de terre de l'Agence. En quelques minutes, les sismologues examinent chaque rapport et en retirent quelques uns qui sont faux », a déclaré Gordon.
 
« En de rares occasions, nous aurons ces faux positifs, » dit-elle. « Nous pensons que le risque en vaut la peine. »
 
L'autre option, dit-elle, est de retenir chaque séisme jusqu'à ce qu'un sismologue examine.
 
« Nous ne voulons pas bloquer chaque avis unique jusqu'à ce il soit examiné par un sismologue. Cela ajouterait de 10 à 20 minutes d'attente pour chaque avis, » dit-il.

Article du Los Angeles Times (lien)



Commentaires

Ajouter un commentaire


Autres articles dans la catégorie « Etat de la planète Activité sismique »