Russie : Snowden invoque le principe de Nuremberg lors de sa conférence de presse à Moscou


Le lanceur d'alerte Edward Snowden a rencontré le 12 juillet, à l'aéroport Sheremetyevo de Moscou, plusieurs organisations de défense des droits de l'homme, incluant Amnesty International et Human Rights Watch (HRW).
 
Avant la conférence de presse prévue pour l'occasion, l'ambassadeur américain à Moscou avait demandé à HRW de transmettre un message à Snowden, disant que le gouvernement américain ne le reconnaissait pas comme un lanceur d'alerte mais comme un simple criminel.
 
Voici les remarques faites par Snowden lors de la conférence de presse, au cours de laquelle il en appelé à la Constitution américaine, à la déclaration des droits de l'Homme et au principe du tribunal de Nuremberg pour juger de la criminalité de l'administration Obama.
 
« Bonjour,
 
Je m'appelles Ed Snowden. Il y a un peu plus d'un mois, j'avais une famille, un foyer au paradis, et je vivais dans un grand confort. J'avais aussi la capacité de faire des perquisitions sans mandat, de saisir et de lire vos communications. Les communications de quiconque, à n'importe quel moment. C'est-à-dire le pouvoir de changer le destin des gens.
 
C'est également une violation majeure de la loi. Les 4ème et 5ème amendements à la Constitution de mon pays, l'Article 12 de la Déclaration universelle des droits de l'Homme, ainsi que plusieurs traités interdisent de tels systèmes de surveillance massive et étendue.
 
Tandis que la Constitution américaine préscrit ces programmes comme illégaux, mon gouvernement prétend que des ordonnances de justice secrètes, que personne n'a le droit de regarder, confère une certaine légitimité à cette affaire illégale. Ces ordonnances ne font que corrompre les notions de justice les plus fondamentales. Ce qui est immoral ne peut être rendu moral par le recours à des lois secrètes.
 
Je crois aux principes affirmés à Nuremberg en 1945 : 'Les individus ont des devoirs internationaux qui transcendent les obligations nationales d'obéissance. Par conséquent, les citoyens ont à titre privé le devoir de violer les lois domestiques pour empêcher des crimes contre la paix et l'humanité d'avoir lieu.'
 
Ainsi, j'ai fait que je croyais être juste et j'ai commencé une campagne visant à corriger ces méfaits. Je n'ai pas cherché à m'enrichir. Je n'ai pas cherché à vendre des secrets américains. Je ne me suis allié à aucun gouvernement étranger pour garantir ma sécurité. Au lieu de cela, je pris ce que je savais pour le mettre à la disposition du public, afin que ce qui nous affecte tous puisse être discuté par nous tous au grand jour, et j'ai demandé au monde la justice.
 
Cette décision morale de dire au public comment cet espionnage nous affecte tous m'a coûté cher, mais c'était la bonne chose à faire et je n'ai aucun regret.
 
Depuis ce jour, le gouvernement et les services de renseignements des Etats-Unis d'Amérique ont cherché à faire de moi un exemple, un avertissement à tous les autres qui pourraient parler comme je l'ai fait. On m'a rendu apatride et ont et m'a pourchassé pour un acte d'expression politique. Le gouvernement des Etats-Unis m'a inscrit sur une liste d'interdiction de vol. Il a demandé à Hong Kong de me renvoyer en dehors du cadre de ses lois, en directe violation des principes de non-refoulement - la Loi des nations. Il a menacé de sanctions les pays qui respecteraient les droits de l'Homme et le système d'asile de l'ONU.
 
Il a même pris l'initiative sans précédent d'ordonner à des alliés militaires de forcer l'atterrissage d'un avion présidentiel dans sa recherche d'un réfugié politique. Cet escalade dangereuse représente une menace non seulement à la dignité de l'Amérique latine, mais aux droits humains partagés par tout individu, toute nation vivant en liberté contre la persécution, et cherchant à bénéficier de l'asile.
 
Pourtant, confronté à cette agression hors de proportion d'un point de vue historique, des pays à travers le monde m'ont offert soutien et refuge. Ces pays, incluant la Russie, le Venezuela, la Bolivie, le Nicaragua et l'Équateur, ont ma gratitude et mon respect pour être les premiers à tenir tête aux violations des droits humains perpétrées par les plus puissants plutôt que par les plus faibles. En refusant de compromettre leurs principes face à l'intimidation, ils ont gagné le respect du monde. J'ai l'intention de me rendre dans chacun de ces pays pour faire part de ma gratitude à leur peuple et à leurs dirigeants.
 
Je vous fais part aujourd'hui de mon acceptation formelle de toutes les offres d'asile que j'ai reçues et de celles qui peuvent m'être faites à l'avenir. Avec, par exemple, le droit d'asile qui m'a été accordé par le Président du Venezuela Maduro, mon statut de réfugié est maintenant officiel, et aucun autre Etat n'a le droit d'interférer dans mon droit de bénéficier de cet asile. Comme nous l'avons toutefois constaté, certains gouvernements en Europe de l'ouest et en Amérique du Nord ont démontré leur volonté d'agir en dehors du droit, et leur comportement persiste jusqu'à ce jour. Cette menace illégale m'enlève la possibilité de me rendre en Amérique latine pour bénéficier du droit d'asile qui m'a été accordé là-bas, en accord avec les droits que nous partageons.
 
Cette volonté des Etats puissants d'agir en dehors du droit représente une menace pour nous tous, et nous ne devons pas lui permettre de triompher. Ainsi, je demande votre assistance dans ma requête de garanties pour un sauf conduit à l'égard des pays concernés, afin que je puisse me rendre en Amérique latine, ainsi que dans ma requête d'asile en Russie, jusqu'à ce que ces Etats agissent selon le droit et que mes voyages légaux soient permis. Je vais soumettre ma requête à la Russie aujourd'hui, et j'espère qu'elle sera reçue favorablement. »

Note du veilleur
 
Quatrième amendement de la Constitution des États-Unis :
 
« Le droit des citoyens d'être garantis dans leur personne, leur domicile, leurs papiers et effets, contre les perquisitions et saisies non motivées ne sera pas violé, et aucun mandat ne sera délivré, si ce n'est sur présomption sérieuse, corroborée par serment ou déclaration, ni sans que le mandat décrive particulièrement le lieu à perquisitionner et les personnes ou les choses à saisir. »
Cinquième amendement de la Constitution des États-Unis :
 
« Nul ne sera tenu de répondre d'un crime capital ou infamant sans un acte de mise en accusation, spontané ou provoqué, d'un grand jury, sauf en cas de crimes commis pendant que l'accusé servait dans les forces terrestres ou navales, ou dans la milice, en temps de guerre ou de danger public ; nul ne pourra pour le même délit être deux fois menacé dans sa vie ou dans son corps ; nul ne pourra, dans une affaire criminelle, être obligé de témoigner contre lui-même, ni être privé de sa vie, de sa liberté ou de ses biens sans procédure légale régulière ; nulle propriété privée ne pourra être expropriée dans l'intérêt public sans une juste indemnité. »
Article 12 de la Déclaration universelle des droits de l'Homme :
 
« Nul ne sera l'objet d'immixtions arbitraires dans sa vie privée, sa famille, son domicile ou sa correspondance, ni d'atteintes à son honneur et à sa réputation. Toute personne a droit à la protection de la loi contre de telles immixtions ou de telles atteintes. »

Lire aussi « Les USA empêcheront l'attribution du Nobel de la Paix à Snowden »



Commentaires

Ajouter un commentaire


Autres articles dans la catégorie « Evènements sociaux Législation »