Russie : La riposte de Poutine aux sanctions de Washington


Moscou menace Washington de représailles ! Brusque montée de fièvre entre la Russie et les États-Unis suite au blocage du virement d'un ambassadeur russe, mesure prise dans le cadre des sanctions liées au rattachement de la Crimée.
 
La Russie va prendre des mesures de représailles contre les diplomates américains après le blocage d'un transfert d'argent d'un ambassadeur russe par la banque américaine JP Morgan, a déclaré le porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Alexandre Loukachevitch. La Russie considère comme
 
« inacceptable, illégale et absurde la décision de la banque JP Morgan Chase de bloquer le transfert de l'ambassadeur russe à Astana vers la compagnie d'assurances Sogaz sous le prétexte de sanctions contre la Russie »
, souligne-t-il dans un communiqué publié mardi soir.
 
Sogaz est partiellement détenue par la banque russe Rossia, qui fait partie de la liste des sociétés et individus ciblés par les sanctions américaines décrétées en réponse au rattachement de la Crimée à la Russie.

« Washington doit comprendre que toute action hostile envers des diplomates russes ne représente pas seulement une violation grossière du droit international mais est un prélude à des mesures de représailles qui ne vont pas manquer d'avoir un effet sur le travail de l'ambassade et du consulat des États-Unis en Russie », avertit-il. « JP Morgan Chase a donc rendu un mauvais service à l'administration américaine », souligne le ministère. 
La banque, qui a une présence importante dans le secteur financier russe, a souligné que
 
« comme toutes les institutions financières américaines qui ont des activités à l'international », elle était « soumise à des exigences réglementaires spécifiques », dans un communiqué transmis par sa représentation à Moscou. « Nous allons continuer à suivre les recommandations du gouvernement américain sur l'application des sanctions récentes »
, a-t-elle poursuivi. La société d'investissement Abros, une filiale de la banque Rossia, est actionnaire à 48,5% de Sogaz, a indiqué une porte-parole de la société d'assurance.
 
Source L'essentiel
 
Poutine prêt à lâcher le dollar...
 
La Russie, « contrainte et forcée » par les sanctions internationales, crée un système indépendant du dollar. Moscou annonce qu'elle vendra (et achètera) ses produits et matières premières, comme le pétrole, en roubles et non plus en dollars. Cela fait un certain temps que Poutine prépare cette transition, avec la création d'un système de paiement en roubles complètement indépendant et protégé du dollar et des spéculations meurtrières des grandes institutions financières occidentales.
 
Après avoir sanctionné plusieurs banques russes pour punir Moscou suite à l'affaire e la Crimée, les dirigeants de Washington ont reçu un ordre du pouvoir financier leur intimant de faire marche arrière, puisqu'évidemment, les vampires de Wall Street comprennent bien que mettre les banques russes hors de portée de leurs griffes n'est en aucun cas une bonne idée. [...]
 
Pour Wall Street et les organisations financières de la City, des pays comme la Russie devraient toujours conserver une porte financière ouverte, à travers laquelle leur économie réelle puisse être périodiquement saccagée. Ainsi Washington a annoncé que cela fut une erreur d'appliquer des sanctions à l'ensemble des banques russes, mais qu'une seule d'entre elles, la Banque Rossija, devait être frappée de sanctions, pour des raisons de propagande et aussi pour faire un exemple.
 
Cela a suffi à Poutine, qui cherchait depuis au moins 2007 à lancer un système indépendant basé sur le rouble, un système financier qui s'appuiera sur l'économie réelle et les ressources de la Russie, garanti par ses réserves d'or. Aucune tolérance pour le saccage et la spéculation financière : une manoeuvre discrète, mais aussi une déclaration d'indépendance que Wall Street prendra [très certainement] comme une « déclaration de guerre. »
 
Comme le veut la stratégie en judo, l'attaque menée au travers des sanctions a créé la situation idéale pour une mesure « défensive » qui renvoie la force brute de l'adversaire contre lui-même. C'est ce qui se passe actuellement. La Banque Rossija deviendra la première banque russe à utiliser exclusivement le rouble russe.
 
La manoeuvre n'est pas un secret. Bien au contraire. Un énorme symbole d'un rouble en or sera érigé face à la Banque Rossija à Moscou, « afin de symboliser la stabilité du rouble basé sur les réserves d'or du pays, » explique l'agence Itar-Tass, citant les fonctionnaires de la banque. En réalité, les fonctionnaires se montrent clairs quant à la volonté de punir les spéculateurs occidentaux qui ont mis à sac leur pays pendant une si longue période :
 
« La Russie, à son stade actuel de développement, ne devrait pas dépendre de valeurs extérieures. Ses ressources internes rendront sa propre économie invulnérable aux manigances politiques. »
Et ce n'est que la première étape, a déclaré Andrej Kostin, président de la VTB, une autre banque déjà sanctionnée :
 
« Nous nous dirigeons depuis déjà quelque temps vers un large usage du rouble russe comme valeur de règlements. Le rouble est devenu pleinement convertible depuis longtemps. Malheureusement, nous avons vu les conséquences essentiellement négatives de cette mesure, sous la forme de fuite des capitaux du pays. L'afflux d'investissements étrangers en Russie fut motivé par la spéculation et a grandement déstabilisé nos marchés d'actions. » 
D'après l'agence Itar-Tass, Kostin s'est montré très précis et concret :
 
« La Russie devrait vendre à l'étranger ses produits nationaux, des armes au gaz en passant par le pétrole, en roubles, et acheter les marchandises étrangères également en roubles. Alors seulement nous pourrons utiliser les avantages du rouble en tant que monnaie d'échange internationale. » 
Poutine lui-même a poussé pour l'adoption de ce nouveau système lors des réunions au sommet le 28 mars devant les députés de la Chambre haute de la Douma, le Parlement, effaçant les derniers doutes et controverses :
 
« Pourquoi ne le ferions-nous pas ? Il est certain que c'est la chose à faire. Nous devons protéger nos intérêts, et nous allons le faire. Ces systèmes fonctionnent, et ils rencontrent un grand succès dans des pays comme le Japon et la Chine. À l'origine il s'agissait de systèmes exclusivement nationaux limités aux seuls marchés et territoires internes, et à la seule population du pays, mais progressivement, ils sont devenus de plus en plus populaires. » 
Par Umberto Pascali - mondialisation.ca
 
Mastercard et Visa dans le viseur de Poutine
 
Les deux géants américains des cartes de paiement sont dans le collimateur de Vladimir Poutine. Le président russe a annoncé, jeudi, qu'il voulait un système de paiement concurrent. Plus facile à dire qu'à faire ?
 
Vladimir Poutine s'est trouvé une nouvelle cible : les géants américains des cartes de paiement Visa et Mastercard. Le président russe a déclaré, jeudi 27 mars, que la Russie allait créer son propre système de paiement électronique. Ce service deviendra une alternative à l'offre des multinationales américaines qui contrôlent, pour l'instant, 85% des transactions par cartes de crédit et de débit effectuées en Russie.
 
« Nous devons défendre nos intérêts et nous le ferons »
, a martelé le chef de l'exécutif russe devant le Conseil de la Fédération (chambre haute de la Douma). Visa et Mastercard ont appliqué les sanctions occidentales contre la Russie en cessant de fournir leurs services aux clients de sept banques russes en fin de semaine dernière. Plusieurs de ces établissements appartiennent en effet à des oligarques cités dans la liste américaine de personnalités russes visées par les sanctions occidentales. Le service a progressivement repris depuis le 23 mars. Seule la banque Rossia, propriété de Iouri Kovaltchouk, ami intime de Vladimir Poutine, reste au ban des systèmes de paiement made in Visa & Mastercard.
 
Le retour à la normale n'a pas calmé la fureur de Vladimir Poutine. L'épisode de vendredi dernier ne serait, en fait, que « le goutte d'eau qui a fait déborder le vase », affirme la radio russe Voice of Russia. Moscou juge, depuis quelques années déjà, que ces deux géants américains sont bien « capricieux ».
 
Cette sévérité des autorités russes remonte à la crise financière de 1998. Visa et Mastercard avaient, alors, bloqué leurs services pendant plusieurs mois pour les clients des banques russes. À cette époque, l'État russe était en quasi-faillite et plusieurs banques avaient dû mettre la clef sous la porte : les deux géants américains avaient donc eu peur de perdre quelques plumes dans l'affaire. Pour le Kremlin et une partie des Russes, la décision des deux groupes n'avait fait qu'empirer les choses et ce comportement leur est resté à travers de la gorge.
 
Solution russe ou chinoise ?
 
La vengeance est donc un plat que Vladimir Poutine mange froid. Reste à savoir avec qui il va le partager.
 
« Nous devons créer un système qui assure sans accroc les paiements internes »
, a déclaré la présidente de la Banque centrale russe Elvira Nabioullina, citée par l'agence Ria Novosti, indiquant qu'environ 95% des paiements par carte en Russie se faisaient via des systèmes étrangers. Plusieurs candidats sont en lice pour venir faire de l'ombre à Visa et Mastercard en Russie. En 2010, la banque russe Sberbank a mis en place un système de paiement concurrent à celui des Américains. Baptisé PRO100, il n'a jusqu'à présent pas séduit beaucoup de clients. Mais la crise ukrainienne pourrait inciter Vladimir Poutine à donner un coup de pouce à cette solution 100% russe.
 
Il pourrait également faire une fleur à la principale puissance économique concurrente des États-Unis : la Chine. Pékin utilise depuis 12 ans un système de paiement national appelé UniPay. Le régime a tout fait pour que les banques du pays passent par les cartes de paiement UniPay au grand dam des États-Unis qui ont même déposé plainte devant l'OMC en 2010 contre les pratiques anti-concurrentielles et obtenu gain de cause.
 
Vladimir Poutine a ouvertement cité la Chine comme modèle à suivre. Il ne veut pas pour autant bouter les Visa et Mastercard hors de Russie. Mais, Moscou pourrait essayer de mettre en place une cohabitation faussée :
 
« Un nouveau système de paiement nécessiterait un régime préférentiel pour devenir rapidement aussi populaire que Visa et Mastercard, tandis que des obligations administratives supplémentaires seront probablement imposées aux groupes américains »
, explique au site « East-west Digital News » Victor Dostov, président de l'Association de la monnaie électronique.
 
Par Sébastian Seibt - France24
 
L'ultime sanction américaine : McDonald's ferme ses restaurants en Crimée !
 
On pourrait penser à une mauvaise blague, voir même à un article sorti tout droit du gorafi, mais non, l'info est bien réelle : La filiale ukrainienne de la chaîne de restauration rapide McDonald's a suspendu le fonctionnement de ses établissements en Crimée, a annoncé la compagnie jeudi. Nul doute que ces pauvres habitants de Crimée doivent êtres dépités de ne plus pouvoir savourer les délicieux burgers et autres nuggets de l'oncle Sam...
 
« Pour des causes indépendantes de McDonald's, l'activité des établissements se trouvant à Simféropol, Sébastopol, et Yalta est temporairement suspendue. Nous espérons être en mesure de relancer leur fonctionnement dès que nous en aurons la possibilité », annonce le communiqué.
La compagnie fournit à ses employés la possibilité de travailler dans n'importe quel autre restaurant de la chaîne situé en Ukraine en conservant leur poste et leur salaire. McDonald's financera le voyage et trois mois de logement aux volontaires. Même si aucune déclaration officielle n'a été émise à ce sujet, cette décision pourrait être en liaison avec les sanctions décrétées par les Etats-Unis suite à l'intégration de la Crimée à la Fédération de Russie.
 
Source Ria novosti
 
Liens connexes
 
 • Forcer à la guerre contre le dollar ?
 • Furious Russia Will Retaliate Over "Illegal And Absurd" Payment Block By "Hostile" JPMorgan



Commentaires 9

avatar de Magn3tik
  • Par Magn3tik 0 0
  • Les Américons vont ramasser leurs dents... Et l'UE va se retrouver seule et éclater !

avatar de Le-veilleur
  • Le-veilleur a répondu (Admin) 0 0
  • Les usa sont en train de prendre conscience qu'ils n'effraient plus tout le monde, et Poutine est en train de leur montrer ce que sont de vraies représailles en achevant un dollar à l'agonie ! A ce propos, je te recommande de lire cet article édifiant sur dedefensa.org : http://www.dedefensa.org/article...

avatar de Golden Awaken
  • Par Golden Awaken | site 0 0
  • Bonjour le veilleur, la tactique de Poutine aura-t-elle plus de succès que celle utilisée par Kadafi pour détruire le pétrodollar? Je n'en doute pas un instant... Et je ne suis pas le seul : Paul Craig Roberts le pense haut et fort (La Russie ne joue plus au « Monopoly » avec Washington? : http://resistance71.wordpress.co... Ayant cru que le simple fait d'avoir fourni $5Milliards de dollars pour renverser un gouvernement, l'administration américaine pensait tenir la plus forte main face à Poutine. Ceci était sans compter sur les ressources de ce dernier (et des BRICS). Malheureusement, comme dans tout conflit, les personnes les plus touchées ne sont pas ces pseudo élites, et ça, les gens n'en sont plus dupes... D'ailleurs je vous invite à lire le billet de Ch. Sannat sur cette situation catastrophique que vivent les ukrainiens (Quand la crise géopolitique devient crise monétaire ! : http://www.lecontrarien.com/quan... Bien Amicalement, Golden Awaken.

avatar de Le-veilleur
  • Par Le-veilleur (Admin) 0 0
  • Salut Golden Awaken. Eh oui, et je pense justement que ce sont les BRICS qui inquiètent les usa, ce qui explique en partie cet acharnement à vouloir déstabiliser les pays qui en sont membres ! Et Poutine n'est pas « Jo l'rigolo », et je reste persuadé qu'Obama n'est pas prêt à aller à l'affrontement. Merci pour ces liens pertinents. mes amitiés à toi, et au plaisir de te relire

avatar de Pockito
  • Par Pockito 0 0
  • Cette fois c'est du sérieux... Hier au JT de la RTBF (oui un soupcon de vérité sur les médias publiques nationales belge) Une lettre aurait été écrite par Poutine à l'UE mettant en demeure l'europe de payer la dette Ukrainiène et la menace de fermer la vanne à gaz pour ce pays... Il va plus loin en ajoutant que l'UE aussi pourrait se retrouver avec la même sanction. Effrayant ! Si cela arrivait en hiver, j'ose à peine immaginer le nombre de victime que une telle sanction pourrait additioner...http://www.rtbf.be/info/monde/de... de bien entendu, nous devons cette montée créchendo à notre ami Obama Hell (ou Satan Obama c'est comme on préfere)... http://www.rtbf.be/info/economie... C'est facile pour les USA de menacer la Russie, il ne dépendent en rien de ce pays côté énergétique, c'est bien sur nous qui payons les pots cassés !....PS :Veilleur, si je peux me permettre, un nouvel article sur ceci s'impose ! Amicalement,
    Thi.

avatar de Le-veilleur
  • Par Le-veilleur (Admin) 0 0
  • Salut Pockito. Ca nous pend au nez en effet Sinon, on dirait bien qu'il y a un bug dans les liens ajoutés aux commentaires :-s

avatar de Pockito
avatar de Pockito
  • Par Pockito 0 0
  • Ca ne nous pend pas au nez, dézo de te contredire c'est en cours ... Plus de marche arrière possible tant que nos « amis » US continueront leurs provocation en se fichant du sort de l'europe ! Poutine dit cequ'il fait, et fait ce qu'il dit... la c'est une info officielle, un courrier de mise en demeure a bien été envoyé par les russes.

avatar de Le-veilleur
  • Par Le-veilleur (Admin) 0 0
  • Non, ce n'est pas toi qui ajoute les points de suspension, c'est ajouté automatiquement au lien qui est raccourci volontairement. Le coup d'avant ca a buggé, peut être qu'il n'y avait pas d'espace entre chaque... Ton commentaire 11h04 et ses liens fonctionnent correctement Je dis que ca nous pend au nez, dans le sens ou les répercussions sont tellement grosses que l'UE va comme à son habitude se calmer et faire marche arrière devant les sanctions Russes, étant donné qu'ils n'ont aucun « plan B » pour remplacer ce gaz, et qu'il est vital. Par contre, je pense que Poutine lui, ne plaisante pas...

Ajouter un commentaire


Autres articles dans la catégorie « Evènements sociaux Politique »