Réveil du soleil : 2 éruptions de classe X le même jour et... un séisme de magnitude 7,3 au Japon


Alors qu'une activité solaire intense était annoncée pour 2013, la réalité s'est révélée différente puisque notre astre est resté ces derniers temps d'un calme preque ennuyeux. Mais voila que depuis le 22 octobre, notre étoile montre de nouveaux signes d'activité à la hausse.
 
Curieusement, une recrudescence de l'activité sismique est également constatée depuis cette date, avec entre autres un séisme de faible intensité qui secoue Aceh, des secousses sismiques en Israël, et un puissant séisme de 7.3 au Japon. Si l'« avis officiel » des scientifiques est qu'aucune corrélation n'est prouvée, tous ne sont pas du même avis, et force est de reconnaitre qu'au delà de graphiques déconcertants, les « coincidences » ont bon dos ! Le veilleur
 
Deux puissantes éruptions ont jailli à partir d'un nouveau groupe de taches solaires appelé Région 1882 et ont déclenché les pannes de radio temporaires selon les  fonctionnaires de la National Oceanic and Space (NOAA) et du Weather Prediction Center de Atmospheric Administration (SWPC). Mais, ont-ils ajouté :
 
« aucune d'entre elles n'est susceptible de déclencher de grosses tempêtes géomagnétiques affectant le champ magnétique de la Terre »
Les astronomes classent les éruptions solaires en trois catégories - C , M et X - C étant la plus faible et X la plus forte. Quand elles visent directement la terre , les éruptions solaires de classe X peuvent interférer avec les communications par satellite, les systèmes de navigation et aussi mettre en danger les astronautes en orbite .
 
Cela ne semble pas être le cas avec les éjections de classe X d'aujourd'hui, selon une déclaration  du SWPC, bien que les fonctionnaires attendent des imageries supplémentaires des événements pour voir si ils pourraient être associées à une explosion massive de plasma super- chaud appelé éjection de masse coronale, ou EMC - qui peuvent propulser de la matière solaire dans l'espace à une vitesse supérieure à 1 million de milles par heure.
 
L'éruption solaire X 1.7 de vendredi a eu lieu quelques heures après une éruption plus modérée de classe M et deux jours après une puissante éruption solaire de classe M 9.4, le mercredi (23 octobre). Cette dernière éruption solaire a été associée à une EMC. Source space - Traduction par leschroniquesderorschach
 
Un séisme de magnitude 7.3 au Japon, la centrale de Fukushima évacuée...
 
Un tsunami de faible ampleur a atteint la côte nord-est du Japon, samedi 26 octobre au matin, après un séisme de magnitude 7,1 dans l'océan Pacifique. Aucun dommage ni victime n'a été recensé dans l'immédiat. L'alerte « jaune » au tsunami a été levée par l'agence de météorologie japonaise un peu moins de deux heures après son émission.
 
Une vague de 40 centimètres a atteint la baie de Kuji, dans la préfecture d'Iwate, et la ville de Soma, dans la préfecture de Fukushima, a rapporté la chaîne de télévision publique NHK. Elle s'est élevée à 30 centimètres du côté d'Ishinomaki, dans la préfecture de Miyagi, une ville détruite par le tsunami géant du 11 mars 2011. Les habitants de l'ensemble de cette région se sont vu conseiller de s'éloigner du littoral. (ndv : Curieusement, d'autres sources annoncent : « Le tremblement de terre n'ayant entraîné que de faibles vagues d'un mètre de hauteur »)
 
Restez en alerte
 
La NHK prévenait que des vagues pourraient venir toucher les côtes un peu plus tard et répétaient les consignes de prudence, bien que des images des ports des zones concernées montraient peu de changement du niveau de la mer.
 
« Le tsunami pourrait gagner en puissance, restez en alerte », a conseillé la chaîne aux habitants de la région.
Le personnel de la centrale nucléaire de Fukushima, sérieusement accidentée par le tsunami d'il y a deux ans et demi dans la même région, a reçu un ordre d'évacuation, a indiqué la NHK, citant la compagnie Tepco qui gère la centrale. La caméra qui retransmet en direct l'activité à l'extérieur de la centrale n'a montré cependant aucun événement particulier. Selon la NHK, aucune montée des niveaux de radioactivité n'avait été constatée dans la zone.
 
Aucune réplique d'ampleur
 
Le séisme a eu lieu à une profondeur de 10 kilomètres et à 320 kilomètres au large de la ville d'Ishinomaki, dans la préfecture de Miyagi, et avait initialement été enregistré à une magnitude de 7,3. Le centre américain d'alerte aux tsunamis dans l'océan Pacifique avait publié plus tôt dans la soirée un bulletin affirmant qu'il n'y avait pas de risque général de tsunami après ce tremblement de terre. Aucune réplique d'ampleur n'a été mesurée jusqu'à présent, ni par l'USGS ni par l'agence de météorologie nippone.
 
Le Japon reste traumatisé par le séisme de magnitude 9 déclenché au large du nord-est du Japon le 11 mars 2011, qui avait entraîné un tsunami de plus de dix mètres de haut en de nombreux points du littoral. Plus de 18.000 personnes avaient été tuées dans cette catastrophe, qui avait entraîné de surcroît l'arrêt des systèmes de refroidissement de la centrale de Fukushima Daiichi à 220 kilomètres au nord-est de Tokyo. L'accident avait dégénéré en la plus grave catastrophe nucléaire depuis celle de Tchernobyl (Ukraine) en 1986 et précipité l'évacuation de 160.000 personnes. Source Le monde 
 
Un univers électrique

La thèse défendue par les autorités, les médias et la communauté scientifique dominante est que les séismes ne peuvent être prédits.
 
Il apparait que Gioacchino Giuliani (qui avait prédit le séisme de l'Aquilla) n'a pas été le premier à prédire avec succès la survenue d'un tremblement de terre. Ce fut entre autre le cas lors des séismes qui ont frappé Christchurch, Fukushima ou la Colombie. Chacune de ces prédictions était fondée sur le suivi de l'activité solaire.

climat_dernier_millenaire_spir.jpgDepuis des décennies, de nombreux scientifiques dont James Mccanney, John L. Casey et Mitch Barros étudient l'impact de l'activité solaire sur les phénomènes météorologiques et l'activité tectonique. Leurs travaux démontrent entre autres une forte corrélation entre l'activité du Soleil et les variations climatiques terrestres (graphique : Corrélation entre nombre de taches solaires et températures moyennes).
 
Le problème est que si les autorités reconnaissaient le rôle joué par le Soleil dans ces phénomènes, par le biais des particules et rayonnements électromagnétiques qu'il émet, elles devraient également en accepter le mécanisme sous-jacent : la nature foncièrement électrique de notre univers, y compris le Soleil et ses planètes, et la question corolaire à ce constat : « Quel facteur module l'activité électromagnétique de notre Soleil ? »
 
Comme décrit par James Mccanney, le principal modulateur de l'activité du Soleil (décharge du condensateur sphère que constitue notre système solaire) est le passage de corps célestes à forte charge électrique dans son champ (comme lorsque une mouche entre dans un de ces pièges électriques, passe entre deux fils et provoque une décharge fatale). Lire l'article complet sur Sott
 
Le Soleil montré du doigt par des scientifiques
 
Selon l'astrophysicien britannique Piers Corbyn, ce serait bien l'éruption solaire de classe X (les plus puissantes) du 9 mars et l'éjection de masse coronale du 7 mars signalée par la NASA, qui auraient déclenché le séisme de magnitude 9 au Japon le 11 mars. Le 21 mars est apparue une importante tache solaire que certains pensent être une résurgence plus puissante de celle qui provoqua les éruptions du 7 et du 9.
 
L'activité de cette tache est intense en radiation UV et pourrait émettre des vents violents de protons d'une énergie de 50 Méga electron-volt. Dans une interview avec  Voice of Russia , le directeur adjoint de l'Institut géographique de l'Académie des sciences russe, Arkady Tishkov, a expliqué que
 
« les cycles d'activité sismique de la Terre sont en lien direct avec les évènements solaires. Le soleil éjecte des masses de protons qui affectent l'activité de la terre. »
Dans un communiqué, Corbyn explique :
 
« Les récents évènements sismiques extrêmes dans le monde ont été précédés par des évènements extrêmes sur le Soleil - particulièrement des éruptions solaires de classe X et les jaillissements de protons qui les accompagnent. Il nous apparaît que les évènements météorologiques et sismiques violents sont toujours précédés par des évènements violents sur le Soleil, et historiquement, les jaillissements de protons généralement associés au éruptions de classe X sont un avertissement particulièrement fiable des conditions météo extrêmes, des formations de tempête et des évènements sismiques. Nous n'avons pas d'estimation précise quant à la localisation probable des évènements sismiques, si ce n'est de dire que « la ceinture de feu » Pacifique est très vulnérable et que des évènements sismiques au Japon et/ou dans l'ouest des Etats-Unis sont très possibles. »

Mise à jour
 
D'après une source (ex-skf), il semblerait que les ouvriers n'aient pas étés évacués, mais aient continués à travailler sur le site de Fukushima, et étaient encore présents vers 2 heures du matin (heure locale).
 
Source : ex-skf.blogspot.jp


Vidéos :



Commentaires

Ajouter un commentaire


Autres articles dans la catégorie « Etat de la planète Activité solaire »