Ressources énergétiques : Le grand effondrement ne sera pas seulement économique


Bien que le titre puisse vous paraître aussi alarmiste que racoleur, vous comprendrez à la lecture de ce qui suit qu'il n'est en rien exagéré, et que exception faite des pays sous-développés du tiers monde, tout le monde sans la moindre exception en subira les conséquences.

Comme vous l'avez compris, il est question de ressources énergétiques, et plus particulièrement de la dernière ligne droite concernant l'épuisement de ces dernières, et c'est un article de Charles Sannat paru aujourd'hui qui m'a incité à publier à mon tour cet avertissement, puisqu'il indique que l'Arabie Saoudite, premier exportateur de brut, se prépare à l’après-pétrole en 2020.

Bien que ce danger ait déjà été sporadiquement évoqué par certains médias, il n'en reste pas moins réel, alors que les contraintes que le système capitaliste dans lequel nous vivons nous obligent insidieusement à adopter le comportement de l'autruche et à consommer toujours plus.

Force est de constater que nous avons d'un coté une économie mondiale basée sur les ressources pétrolifères qui sont aux origines de tous les objets et comportements de notre quotidien, et de l'autre un tarissement en phase terminale de ces mêmes ressources qui ne sont pas infinies, alors qu'aucune initiative tangible et durable n'a été faite pour les remplacer.

1461672872_declin-petrole.png
On estime qu’au rythme de consommation actuelle, compte-tenu des connaissances sur l’état des stocks, il reste encore 40 ans de production de pétrole.

En effet, cet or noir si convoité, à l'origine de nombres de conflits militaires et d'ingérences politiques sur la planète, ne souffre d'aucun rival susceptible de le remplacer complètement en vue de l'échéance prévue. La question de savoir si la production de véhicules électriques va décoller ou non est totalement hors sujet, puisque à l'heure actuelle, sans pétrole, pas moyen d'en construire. Oubliez !

1461673879_ressources.jpg Regardez autour de vous, votre habitat, votre mobilier, vos vêtements, les emballages en tous genres, les produits pharmaceutiques et cosmétiques, les routes, les machines outils ou autres ordinateurs, télés, etc. Les dérivés du pétrole sont partout, et s'ils ne sont pas présents dans un produit, ils le sont dans les machines qui servent à le fabriquer, quant au recyclage de ces dérivés, il ne reste malheureusement que très marginal.

Du coté de la fourniture énergétique, que ce soit du coté de l'éolien ou du solaire, les rendements ne sont pas au rendez-vous, et les tarifs exorbitants, faute d'un manque recherches sérieuses dans le domaine. Bien que controversées car vieillissantes et mal conçues, nous avons encore les centrales nucléaires me direz-vous ?

Pas si sûr, puisque la fin de l’uranium est prévue pour 2040, ce qui est probablement la raison pour laquelle les nouvelles générations de centrales se tournent vers le MOX (plutonium - voir centrales EPR), bien plus dangereux en cas de problème. Seul le charbon tire son épingle du jeu puisque son épuisement n'est pas prévu avant les années 2150 (bye bye les engagements de la cop 21).

1461673685_reserves-ressources.png Il va aussi falloir sérieusement repenser les appareillages électriques et électroniques, puisque l'épuisement de l'étain et du cuivre sont respectivement attendues pour 2028 et 2039. Le gaz naturel tire son épingle du jeu jusqu'aux années 2070, quant au fer, tout ira bien jusqu'à environ 2085.

Mais la aussi, le pétrole reste le point commun à l'utilisation et l'extraction de ces ressources, et l’échéance de rareté d’une substance n’est pas seulement liée à sa quantité résiduelle sur Terre. Elle peut être raccourcie par effondrement des capacités industrielles permettant d’y accéder à un coût raisonnable.

Ne vous y trompez pas, l'effondrement du prix du pétrole constaté depuis plusieurs mois soit largement interprété comme le signe d'une nouvelle ère d'abondance énergétique, il n'en est rien, c’est au contraire le symptôme d'une crise et des limites physiques à la croissance.

« Oui mais nous avons encore quelque décennies devant nous pour trouver une solution » allez-vous me dire ? Certes, mais nous avons face à cela un empire mondial bâti sur cette ressource, et cet empire semble bien décidé à exploiter ce filon jusqu'à sa dernière goutte sans pour autant démontrer une volonté palpable d'y trouver une alternative future viable.

Si l'on se base sur l'évolution actuelle des marchés, on peut prédire sans trop de risque de se tromper que les prix de nombreux objets du quotidien vont subir de fortes hausses, au point d'en devenir des objets de luxe. Pour indication, voici un échéancier publié par le site fondation-2019 en août 2011. Ce dernier précise que

Ces données son bien entendu théoriques. Elles sont basées sur les connaissances du moment, et en tenant compte d’une croissance régulière de la demande comparable à la situation d’aujourd’hui. Elles peuvent très sensiblement varier en fonction de nouvelles découvertes, ou de variations significatives de la demande suite à des ruptures technologiques.
  • 2018 : fin des modérateurs de réacteurs nucléaires, lampes à incandescences classiques ;
  • 2021 : fin de la bijouterie, de composants électronique, de l’argentique (photo traditionnelle) ;
  • 2022 : fin de l’ignifugation des matières plastique, des semi-conducteurs, des dernières lampes à incandescence ;
  • 2023 : fin des pots catalytique, de composants électronique ;
  • 2025 : fin de la joaillerie des constructions métalliques en acier galvanisé, des écrans plats, des verres spéciaux ;
  • 2028 : fin des soudures électroniques ;
  • 2030 : fin des batteries au plomb et au lithium, des munitions ;
  • 2038 : fin des condensateurs électroniques ;
  • 2039 : fin des lignes électriques ;
  • 2040 : fin des centrales nucléaires ;
  • 2048 : fin des casseroles inoxydables (la fin des haricots n’est plus très loin …) ;
  • 2050 à 2150 : rideau, changez de planète !

Pas très réjouissant, non ?




Commentaires 13

avatar de PH7
  • Par PH7 0 0
  • Quel pessimisme mon ami !
    Bon, je suis d'accord, tout est basé autour du pétrole, cette énergie qu'ils font tout pour faire consommer coûte que coûte, quitte à éradiquer la moitié de la population pour gagner le petit sou de plus.
    La fin du pétrole est cependant à modérer dans la mesure où l'on sait que l'on est capable d'en fabriquer un substitut et que les compagnies s'écharperont pour nous vendre leur pétrole de substitution.
    Paasé ce cap, nous sommes capables de résoudre en grande partie le problème et ce en moins de trois mois (pour le territoire français), rien qu'en exploitant intelligemment les ressources naturelles renouvellables et certaines technologies qui nous sont cachées actuellement à cause du pétrole.
    Pour ce qui est de la raréfaction du cuivre et autres métaux, il se créera donc un nouveau marché du recyclage, quitte à réouvrir les anciennes décharges pour y récupérer les métaux, et filtrer un peu mieux les boues chargées afin d'en extraire le moindre atome de métal. Oui, cela a un coût, mais qu'est-ce que le coût lorsque la ressource devient rare ?

avatar de Le-veilleur
  • Le-veilleur a répondu (Admin) 1 0
  • Peut être pessimiste, c'est vrai, et c'est l'existence du veilleur qui m'a poussé à le devenir chaque jour un peu plus au fil de mes découvertes. Que penser des « pessimistes » en leur temps, qui avaient tenté de nous avertir de futurs scandales ou tragédies qui se sont révélées fondées plus tard ? J'admire de mon coté ton optimisme, mais ne peut y adhérer en regardant concrètement les situations passée et présente.

    Dans le contexte énoncé ici, et bien que comme tu le soulignes, des technologies existent, elles ne sont pas encore au point, ou ne peuvent qu'être répandues à de petites dimensions, faute de ressources (encore) insuffisantes, ou de coûts de production trop élevés. Sans vouloir te froisser, je pense que le délai de 3 mois est risible, quand on sait qu'un délai similaire est nécessaire dans une grande société pour migrer d'un système à un autre, ou pire encore pour changer le parc informatique, et il n'est question ici que de quelques centaines d'éléments.

    Alors oui, tu as raison sur le point que, dans un monde idéal non piloté par les intérêts financiers et autres bénéfices, « nous » en sommes capables, tout au moins la capacité humaine à s'adapter à toute situation. Mais c'est bien ce système ou tout doit être monnayable, ou même la faim dans le monde est coté en bourse, qui nous en empêche...

avatar de PH7
  • Par PH7 0 0
  • Tu as raison, je suis optimiste et ne crains pas le changement qui pour certains peut paraître douloureux, et il le sera, mais pour ceux qui ont anticipé en douceur, prévu plusieurs scénarios et surtout poussés par le système actuel à devoir changer leur mode de vie, alors tout devient plus aisé.
    Quand à ce système moribond, il ne pourra pas s'opposer eternellement aux mécanismes parallèles qui se mettent en place aujourd'hui et ce qui est hors norme deviendra la normalité de demain.
    Toi qui a des doutes, essayes quand même de faire tes propres provisions deshydratées que tu conditionneras en doses d'un repas, du savon naturel et de quoi filtrer et purifier de l'eau. Si cela ne te sert à rien pour le moment, tu auras au moins appris des techniques qui demain t'aideront grandement. Apprends à faire sans grands moyens mais fais le tant que tu as le temps d'apprendre, de comprendre et d'essuyer les erreurs car ce n'est pas en temps de crise que tu auras ce temps et les moyens d'apprendre à faire. Une fois que tu sauras, alors tu redeviendras confiant et tu développeras naturellement d'autres techniques pour d'autres choses car tu auras formé ton esprit à penser autrement.

avatar de Le-veilleur
  • Par Le-veilleur (Admin) 0 0
  • J'ai déjà commencé, mais il me reste encore à apprendre. J'ai malgré tout déjà des méthodes de réflexion adaptées à différentes situations et de bons réflexes. Déjà en vue aussi quelques « zones de repli » au cas ou, mais j'ai une lacune à reconstituer quant à mon stock de denrées

avatar de PH7
  • PH7 a répondu 0 0
  • Commence par te faire des pâtes fraîches que tu laisseras sécher.
    Regarde comment sont fabriqués les deshydrateurs d'appartement et d'extérieur.
    Collecte des graines commestibles et des graines à replanter et fait les sécher.
    Même le fromage peut être deshydraté.
    Pour le dosage de préparation repas : cela dépend de la teneur en eau des produits frais. L'avantage des produits deshydratés tient dans le volume, le poids et la durée de conservation. Après c'est une question de l'aspect reconstitué, mais même en miettes, une fois réhydraté c'est bon quand même. Tu peux même deshydrater des plats cuisinés que tu réhydrateras.

    Une fois empaqueté en dose repas, essaye de ne pas tout manger tout de suite, prépare une caisse étanche et entrepose cela dans tes lieux de replis. En cas de coup dur, tu seras bien content de ne pas avoir à te préoccuper de trouver de quoi manger. Si tu as des copains ou copines qui font la même chose, vous pourrez alors échanger et alimenter plusieurs points de repli. Ça s'appelle un réseau ...

avatar de Le-veilleur
  • Le-veilleur a répondu (Admin) 0 0
  • Oh, pour les pâtes, je ne vais pas me compliquer la vie, je fais un stock avec celles déshydratées du commerce. J'aviserai pour le reste, mais ce qui fait aussi défaut, c'est un bon 4x4 qui serait très utile ou je suis situé afin de gagner rapidement les points de repli que je connais...

avatar de PH7
  • Par PH7 0 0
  • La rapidité ne sert pas à grand chose si ton point est éloigné. Il vaudrait mieux te préparer des points intermédiaires avec un hâvre à chaque escale pourvu de provisions et te permettant les pauses qui peuvent s'imposer. Par exemple pour aller de Bretagne dans le Lot, j'ai préparé plus de 30 escales possibles sur 4 voies différentes. Les escales non utilisées peuvent êtres utilisées par d'autres.

avatar de Le-veilleur
  • Le-veilleur a répondu (Admin) 0 0
  • Non, les points en question ne sont pas très éloignés, ils sont par contre inaccessibles pour un véhicule ordinaire, la est le dilemne. Ça se situe légèrement en altitude, hors de toute vue (y compris aérienne) et en pleine forêt avec sources d'eau potable. Les points d’accès sont proches, et ce sont d'anciennes voies romaines uniquement praticables en véhicule tout terrain ou à pied

avatar de PH7
  • Par PH7 0 0
  • Alors, il te reste la solution de la tyrolienne ou de l'ascenseur. Pas de technologie, seulement câbles, poulies et nacelles à planquer à proximité. Pour rappel, les anciennes voies romaines devaient permettre le passage de chariots puisqu'elle ont été adaptées de voies Celtes et améliorées. Cela veut aussi dire que ces coins doivent être connus par d'autres personnes, donc tu risques la concurrence. Pour ce qui est de l'invisibilité, j'ai un doute avec les technologies modernes, ils sont capable de détecter une personne vivante enterrée ou une cache creusée par simple survol de la zone.

avatar de Le-veilleur
  • Le-veilleur a répondu (Admin) 0 0
  • Euh, non, la tyrolienne n'est pas envisageable ici. Difficile de décrire l'endroit et ses points d'accès ici, je l'avais découvert lors d'une de mes anciennes randonnées moto en montagne avec des amis.

avatar de PH7
  • Par PH7 0 0
  • De toutes façons, le gros 4x4 c'est te désigner comme cible, d'autant que laisser ton véhicule à proximité de ton refuge fera que la zone sera explorée. Fais en sorte que ton refuge soit équipé, nourriture, vêtements, etc ...

avatar de Le-veilleur
  • Le-veilleur a répondu (Admin) 0 0
  • Non au contraire, c'est d'un petit 4x4 dont il est question (santana, niva, ou autre petit gabarit), mais il est impossible ici de décrire la situation et les accès très particuliers de l'endroit en question.

avatar de PH7
  • Par PH7 1 0
  • Mieux vaut conserver le secret sur le lieu, mais cela ne change rien au fait qu'il faut que ton refuge soit équipé afin qu'en cas de départ précipité, tu puisses avoir tout le nécessaire sur place.

Ajouter un commentaire


Autres articles dans la catégorie « Etat de la planète Prédictions & théories »