Propagande : L'Otan accuse les opposants aux gaz de schiste d'être soutenus par des agents russes


C'est désormais récurrent, dès lors qu'on s'oppose aux intérêts des multinationales, ou même aux idées que l'establishment tente de nous imposer par le truchement de rapports généralement biaisés, on se voit rapidement affublé d'une étiquette destinée à nous discréditer (conspirationniste, négationniste, complotiste, terroriste, etc.).
 
Dans le contexte qui nous intéresse aujourd'hui, les représentants de l'Otan - qui rappelons-le ne sont bien sûr nullement acoquinés avec les lobbyistes d'entreprises pétrolières -, tentent de diaboliser les militants anti gaz de schiste auprès de l'opinion publique, sous prétexte que ces derniers seraient infiltrés et manipulés dans le but de servir les intérêts de Gazprom, et donc du méchant tsar Poutine. Bien évidemment, cela n'a aucun rapport avec les tentatives d'isoler l'axe sino-russe, ni bien sûr de permettre à l'empire américain de nous fourguer leur excédent énergétique dans un contexte ou leur économie est vouée à s'effondrer, et que l'enlisement de la situation en Ukraine ne leur permet toujours pas de faire main basse sur les ressources énergétiques du pays...
 
Le veilleur
 
Des anciens agents du KGB recyclés en militants anti-gaz de schiste ? C'est le secrétaire général de l'Otan qui l'affirme :
 
« La Russie, dans le cadre de leur information de pointe et d'opérations de désinformation, est engagée activement avec les organisations dites non gouvernementales - qui oeuvrent contre le gaz de schiste - pour maintenir la dépendance européenne au gaz russe importé »
, déclare le danois Anders Fogh Rasmussen lors d'une conférence à Londres, le 20 juin. « Les rangs des militants anti-gaz de schiste largement infiltrés par des agents russes », titre de son côté le site Atlantico, sans apporter, à l'instar du secrétaire général de l'Otan, le moindre élément factuel sur cette infiltration massive (lire ici). Dans Les Echos, un « expert » avance lui aussi « les possibilités d'un lobby russe ». Du Larzac à la Pologne, en passant par le Royaume-Uni, faut-il voir la main manipulatrice de Vladimir Poutine ou du géant russe de l'énergie Gazprom dès qu'une manifestation contre les gaz de schiste s'organise ?
 
Dans une lettre ouverte, environ 130 organisations et collectifs européens opposés à l'exploitation des hydrocarbures de schiste demandent au secrétaire général de l'Otan de s'expliquer : soit d'apporter « la preuve de ces accusations », sinon « de procéder à des excuses publiques pour cette fausse déclaration ». Les signataires de la lettre considèrent que ce type de propos « sape le débat public » et « porte atteinte à nos institutions démocratiques ».
 
De telles allégations ne sont pas nouvelles, mais aucune preuve n'a jamais été apportée pour les corroborer. Rappelant les conséquences environnementales et sanitaires de l'utilisation de la fracturation hydraulique, les organisations anti-gaz de schiste en appellent à « un débat sérieux et informé au sujet de la sécurité énergétique », jugeant qu'il est inexact d'affirmer qu'un usage massif de la fracturation hydraulique en Europe réduirait la dépendance de l'Europe à la fourniture de gaz russe, et entraînerait la baisse du prix du gaz à la consommation. Quant à l'infiltration des mouvements écologistes, ce sont plutôt les démocraties occidentales qui y ont recouru ces dernières années (lire notre enquête).
 
Par Maxime Combes

Pour en savoir plus sur le gaz de schiste, n'hésitez pas à consulter le site stopgazdeschiste.org



Commentaires 3

avatar de PH7
  • Par PH7 0 0
  • Et si au lieu de nous emmerder avec tout ça, le gouvernement autorisait et encourageait les inventeurs français à distribuer les produits de leur recherche pour que nous puissions nous passer à la fois du gaz, mais aussi du pétrole et du nucléaire, nous n'en serions pas là ! Bon, j'aime mieux entendre ça qu'être sourd mais cela fait froid dans le dos quand on comprend bien les sous-entendus de ce type de déclaration. Quoi qu'ils décident aujourd'hui, et à moins d'une volte face spectaculaire conduisant à leur suicide collectifs, nos dirigeants sont acculés et n'auront d'autre solution que de s'entredéclarer la guerre en y envoyant leurs pions sur le terrain, histoire de faire oublier leurs turpitudes. Le point de non retour est dépassé depuis longtemps.

avatar de Le-veilleur
  • Par Le-veilleur (Admin) 0 0
  • Des alternatives commencent à émerger, mais faire tomber le lobbyisme actuel n'est pas une mince affaire ! Pour ma part, je pense malheureusement que ce qui fera bouger réellement les choses sera une catastrophe du genre Fukushima, qui se concrétise en ce moment même par la construction de réacteurs de nouvelle génération (iter, Astrid, etc). Voir http://www.le-veilleur.com/artic...

avatar de PH7
  • Par PH7 0 0
  • Je suis d'accord avec toi, mais ne risque-t-on pas de retomber dans le même schéma ? Prendre la solution la plus pourrie, la bâcler encore un peu plus juste pour gagner quelques sous de plus, en faire un monopole et au final passer devant d'autres solutions plus viables et pérennes. Mais attention, il ne faudrait pas cautionner non plus toutes les inventions (je pense au système proposé par les russes pour utiliser la tour de Tesla) qui pourraient fort bien être pires que le nucléaire. Une bonne invention est celle qui est à la fois réversible, ouverte et respectueuse de la vie.

Ajouter un commentaire


Autres articles dans la catégorie « Evènements sociaux Environnement »