Philippines : Le président se sépare des Etats-Unis au profit de la Chine et de la Russie


C'est un nouveau camouflet pour les États-Unis qui voit un de ses alliés lui tourner le dos au profit de ses « ennemis », et ce à un moment ou les tensions diplomatiques qui les opposent à l'alliance Sino-Russe sont très élevées.

De retour de Chine où il a annoncé sa nouvelle alliance avec Pékin et « sa séparation d'avec les États-Unis », le président philippin Rodrigo Duterte a cependant précisé en bon diplomate qu'il n'était pas question de « rompre les relations diplomatiques » avec Washington pour autant.

Va-t-on assister prochainement à une diabolisation en règle du président Philippin, comme c'est le cas à chaque fois qu'un représentant souverain ose s'opposer à la doctrine américaine ? Peut-être sera-t-il bientôt lui aussi amené à être considéré à la hauteur du président nord coréen Kim Jong Un, un « dictateur fou » ?

Le Veilleur

Le président des Philippines annonce sa « séparation » avec les États-Unis et son alliance avec la Chine

Rodrigo Duterte, président des Philippines, a annoncé sa « séparation » avec les États-Unis lors d'une visite officielle à Pékin, et a déclaré qu'il alignait son pays dans une alliance avec la Chine. Les deux pays ont annoncé leur intention de résoudre leur dispute territoriale au sujet de la Mer de Chine méridionale par des pourparlers.

Dans ces lieux [...] j'annonce ma séparation avec les États-Unis

, a-t-il déclaré devant un parterre de dignitaires et hommes d'affaires chinois et philippins.

Dans le domaine militaire, peut être pas social, mais économique également, l'Amérique a perdu

, a-t-il ajouté, enfonçant le clou avec son légendaire franc-parler.

Je me suis réaligné dans votre courant idéologique et peut être que je vais aussi aller en Russie et parler à Poutine et lui dire qu'il y a nous trois contre le monde : la Chine, les Philippines, et la Russie. C'est le seul moyen.

Les Philippines ont toujours eu une relation privilégiée avec les États-Unis ; l'archipel était une colonie américaine jusqu'en 1946. Sous la direction de Xi Jinping, la Chine a affirmé de plus en plus ses ambitions, notamment dans la Mer de Chine méridionale, face à des petits pays d'Asie du Sud-Est, remettant en cause l'influence des États-Unis dans la région.

Peu après son élection, Barack Obama avait promis un « pivot vers l'Asie » de la politique américaine, se désengageant du Moyen-Orient qui avait accaparé l'Administration Bush, et se concentrant sur la Chine, pays ascendant. Entre les crises liées au Printemps arabe et la posture plus agressive de la Chine, le « pivot » n'a jamais vraiment eu lieu.

Le département d'État américain s'est déclaré « perplexe » face à la déclaration du président Duterte.

Nous allons chercher une explication de ce que le président voulait dire, exactement, lorsqu'il a parlé de séparation des États-Unis. Nous ne voyons pas exactement ce que ça veut dire dans toutes ses ramifications.


Commentaires

Ajouter un commentaire


Autres articles dans la catégorie « Evènements sociaux Politique »