Obsolescence programmée : Seb décide de rendre réparables tous ses produits


Je ne vais pas vous faire un cours sur l'obsolescence programmée, vous devez malheureusement tous connaître ces diverses techniques utilisées sciemment par les constructeurs pour vous contraindre à remplacer régulièrement votre matériel par du neuf.

Tel un pavé dans la marre, le groupe Seb, société française et leader mondial dans le domaine du petit équipement domestique, a décidé d'aller à contre courant face à ses confrères industriels en rendant réparables tous ses appareils à la vente. Une résolution qui devrait normalement concerner les nombreuses marques que possède le groupe, à savoir Krups, Moulinex, SEB, Rowenta, Lagostina, All-Clad, WMF, Tefal ou encore Calor pour l'Europe.

Le groupe annonce que tous leurs nouveaux produits doivent être pensés pour être conçus pour être réparables de façon simple. Pour l'heure, nous ne savons pas si cela concerne également les techniques de défectuosité programmée, ces défauts de conception volontaires destinés à rendre l'appareil inopérant passé un certain délai, mais ça reste malgré tout une excellente nouvelle.

D'autant plus que face à cette initiative qui doit être saluée, il n'est pas impossible que d'autres marques se mettent à leur emboîter le pas dans un mouvement de décroissance. Il est cependant à noter que le groupe évoque un label « produit réparable 10 ans », ce qui est encore loin de nos anciens appareils qui bien souvent fonctionnaient 20, ou parfois 30 ans avant de défaillir. A suivre...

Le Veilleur

Seb va réparer tous ses produits

La politique d'innovation du groupe Seb se tourne résolument vers la réparabilité du petit électroménager. Un engagement culotté, qui concerne tous les produits, toutes les marques et tous les pays.

C'est un pari. Proposer à ses clients de les aider à réparer leur électroménager en panne pourrait être une manière de perdre des ventes supplémentaires. Dès lors qu'un fer à repasser, un grille-pain, un aspirateur ou une cocotte-minute rendrait l'âme, le consommateur le donnerait à réparer, voire le réparerait lui même. Une démarche d'autrefois totalement oubliée à l'ère de la surconsommation. Pourtant, le groupe Seb a choisi de prendre cette tendance à rebours. Et d'investir lourdement dans la réparabilité de tous ses produits. Pour le groupe industriel français, c'est au contraire une promesse de ventes futures.

Chaque produit réparé c'est une vente qui ne va pas chez nos concurrents

, confesse Alain Pautrot, le directeur de la satisfaction client et de l'après-vente du groupe SEB.

En investissant cette année massivement dans la conception de produits réparables, le groupe estime anticiper une véritable demande des clients, aujourd'hui conscients de la nécessité de protéger la planète. Pour l'équipe de développement, c'est un investissement du quotidien. Le patron y tient: tous les nouveaux produits - il en sort 300 chaque année - doivent être pensés pour être réparables de façon simple. Les innovations non réparables sont retoquées par le comité exécutif « ou alors il faut savoir le justifier », confie Alain Pautrot. Une équipe de 20 ingénieurs s'attelle à la conception de ces lignes de produits intégrant ces exigences.

6 millions de pièces détachées

Pour accompagner cette démarche, Seb stocke à Faucogney-et-la-Mer (en Franche Comté) 6 millions de pièces détachées. Elles sont destinées à réparer à prix acceptable les pannes de 97% des produits durant une dizaine d'années. Elles seront toutes vendues à prix coûtant, pour que la réparation reste accessible au consommateur.

Le client est prêt à dépenser jusqu'à 30% du prix d'achat pour réparer son produit, calcule le directeur. Nous vendrons donc au prix plancher et laisserons le reste de la rémunération que nous voulons forfaitaire aux 6500 réparateurs partenaires que nous avons dans le monde entier

Une fois le stock de pièces détachées épuisé, le fabricant proposera un relais avec des pièces imprimées en 3D. Dans la mesure de leur faisabilité bien sûr. Pour ce faire, Seb a déjà investi dans deux machines. Une troisième s'y adjoindra très bientôt. À terme, deux autres seront installées à Hong Kong et au Brésil, au plus près des consommateurs. En vitesse de croisière, elles permettront de réduire la durée de stockage de pièces de quelques années. Une limitation des coûts immobilisés pour l'entreprise qui ne devrait pas affecter la promesse faite au consommateur sur le logo « produit réparable 10 ans » qui sera apposé sur tous les produits à compter de fin septembre. Selon Seb, cet argument devrait augmenter de 8% les intentions d'achat.

Pour Seb, qui prévoit de réparer 500.000 produits en 2016, cette stratégie novatrice est aussi un gage de qualité. En connaissant mieux les parties défaillantes de ses produits, l'entreprise peut améliorer les fabrications futures. Et offrir à ses clients des appareils de plus grande qualité encore.



Commentaires

Ajouter un commentaire


Autres articles dans la catégorie « Evènements sociaux Technologie »