Nouvel Ordre Mondial : Comment Barack Obama est devenu l'homme de Monsanto


Quand les groupes activistes anti-OGM vont-ils arrêter d'être « choqués et déçus » par le président ? Choqués et déçus sont trop polis et c'est une réaction de politiquement correct. Foutaise !
 
N'avez-vous pas encore compris ? Obama n'a jamais été de votre côté, jamais. Il n'a jamais mérité votre confiance. Être déçu implique qu'il ait été votre pote et qu'il ait changé de camp.
 
L'homme est un politicien, donc un menteur professionnel. Les politiciens ont des façons différentes de mentir. Certains prétendent qu'ils sont vos amis avant de vous baiser et vous laisser dans la poussière. J'ai publié précédemment l'historique d'Obama comme étant le soutien politique n°#1 de Monsanto en Amérique.
 
Rencontrez le tout premier lobbyiste de Monsanto, Barack Obama :
 
Après sa victoire aux élections de 2008, Obama a submergé les postes clef avec des gens de chez Monsanto, dans les agences fédérales qui ont un gros pouvoir sur les affaires alimentaires comme le ministère de l'agriculture (USDA) et la FDA (Food and Drugs Administration) :
 
 • Au ministère de l'agriculture, il mit Roger Beachy un ancien directeur du Centre Danforth de Monsanto à la tête du National Institute of Food and Agriculture.
 
 • Comme commissaire-adjoint à la FDA, nouveau tsar pour la sécurité alimentaire, le tristement célèbre Michael Taylor, ancien vice-président de la politique publique de Monsanto, Taylor a été instrumentalisé pour obtenir l'accord pour l'hormone de croissance bovine OGM de Monsanto.
 
 • Comme commissaire au ministère USDA, le gouverneur de l'Iowa, Tom Vilsack. Vilsack avait créé un groupe national, le Governor's Biotechnology Partnership et avait reçu une récompense du meilleur gouverneur de l'année par l'organisation de l'industrie biotech, dont un des membres est Monsanto.
 
 • Comme nouveau représentant du commerce agricole, qui pousserait pour les exportations d'OGM, Islam Siddiqui, un ancien lobbyiste de Monsanto.
 
 • Comme nouveau conseiller au ministère, Ramona Romero, qui a été conseillère d'un autre géant de la biotechnologie, DuPont.
 
 • A la tête de l'USAID, Rajiv Shah, qui travailla précédemment dans des postes clef pour la fondation Bill & Melinda Gates, un très gros financier de la recherche sur l'agriculture OGM.
 
 • Nous devons aussi nous rappeler que la ministre des affaires étrangères d'Obama, Hillary Clinton, a travaillé auparavant pour la firme légale Rose. Cette firme est une conseillère légale de Monsanto.
 
 • Obama nomma Elena Kagan à la cour suprème des Etats-Unis. Kagan, une ancienne vice-ministre de la justice en charge des rapports à la cour suprême, avait déjà pris la défense de Monsanto dans l'affaire Monsanto contre les semences Geerston devant la cour suprême.
 
Les dés étaient pipés. Obama n'avait pas simplement fait d'honnêtes erreurs, Obama n'avait pas juste échoué dans l'exercice d'une bonne supervision de nominés. Il empiétait sur des plates-bandes délicates au profit de Monsanto et d'autres entreprises géantes dans le domaine.
 
Maintenant, jetons un oeil sur ce que ces officiels appointés ont enveloppé dans du papier doré pour leurs véritables patrons. Voyons un peu quelles cultures OGM sont passées par les portes grandes ouvertes de la présidence d'Obama :
 
 • La luzerne OGM Monsanto.
 • La betterave sucrière OGM Monsanto.
 • Le soja Bt OGM Monsanto
 
Et bientôt :
 
 • Le maïs doux OGM Monsanto.
 • Le maïs OGM Syngenta pour l'éthanol.
 • Le maïs entassé OGM Syngenta.
 • Le soja OGM Pioneer.
 • Le coton Bt OGM Syngenta.
 • Le coton OGM Bayer.
 • L'ATryn, un agent anti-coagulant pour le lait des chèvres transgéniques
 • Une variété de papaye OGM
 • Et bientôt des saumons et des pommes GM
 
Ceci est un incroyable défilé de monstres de cirque. Obama est et a été tout au long, un agent secret agissant pour les intérêts de Monsanto, de la biotechnologie, des OGM et des entreprises qui contrôlent le futur de l'agriculture. Il n'a pas nommé autant de personnes politiques clef, ni permis autant de cultures OGM de passer au travers les contrôles et d'entrer dans la chaîne alimentaire par un manque de bon jugement.
 
Ce n'est pas non plus une coïncidence si deux des plus gros soutiens d'Obama, Bill Gates et George Soros, ont respectivement acheté 900.000 et 500.000 actions de Monsanto en 2010. Les archives ne montrent pas Monsanto ou d'autres géants de la biotechnologie, inonder visiblement de fric la campagne d'Obama en comparaison avec d'autres donneurs.
 
Goldman Sachs fut le premier donateur de la campagne d'Obama et Goldman Sachs commerce des contrats de commodité OGM, Goldman Sachs a ses mains dans tous les tas de frics importants de Nome à Tierra del Fuego. « L'énigme Obama » est aussi évidente que le nez au milieu de la figure du mondialisme, l'agenda de Monsanto, celui de monopoliser le stock alimentaire mondial, est essentiel au plan des mondialistes. Ce plan, ultimement vise à la redistribution de la nourriture au monde au moyen d'une planification centrale.
 
En tant que président, Obama a juré de servir la mondialisation. Son serment serait de protéger la constitution ? Vous voulez rire ? Tous les présidents récents ont eu une loyauté sans faille au mondialisme. Obama signant la loi de protection de Monsanto, faisant de cette entreprise une puissance majeure dans le système judiciaire américain, ne fut pas un accident. Ceci fut fait en toute connaissance de cause de ses fonctions et devoirs de globaliste.
 
Vous ne verrez bien sûr rien de tout cela dans le journal d'info du soir... Voici un président, qui, comme Bush, n'a absolument aucun plan pour un monde meilleur. La notion de « meilleur » pour Obama est directement liée à l'agenda mondialiste :
 
Une bureaucratie gérée et contrôles par une « élite », faisant la promotion de l'égalité et de la justice, réduisant toutes les populations à leur plus simple expression, écrasant la liberté et la prospérité. Les supporteurs d'Obama ne verront jamais la vérité, parce qu'ils sont aveuglés par la lumière qu'il projette sur la personne du président. Obama est parfaitement au courant de l'escroquerie, puisqu'il l'a initié et il s'en sert de levier. Tout est en forme de clin d'oeil.
 
« oui, bien sûr, on va vous aider, et vous et vous et vous aussi, bien sûr que nous le ferons. »
Il se peut qu'il vous aide si vous faites une déclaration de dépendance. Si vous vous sacrifiez sur l'autel du désespoir, alors vous aurez peut-être gagné le droit d'être nourri. Lorsqu'Obama était en campagne en 2008, il promettait la transparence dans son gouvernement, il proclamait que chaque personne a le droit de savoir ce qui est dans sa nourriture (étiquetage des OGM).
 
Mais bien évidememnt, tout cela n'était que bluff et poudre aux yeux. Il mentait comme un arracheur de dents et il le savait. Il avait été programmé pour la présidence et il savait que le boulot voulait qu'il rejoigne Monsanto et le plus vaste agenda mondialiste comme son représentant, sa devanture. Il n'a pas changé ces quatre dernières années. Il a été un agent secret de la cause depuis le départ.
 
Imposteur, charlatan, ces mots vont comme un gant à Obama. Il a fait semblant, comme Clinton, de se préoccuper, mais il s'en fout. Cela n'a aucune importance pour lui que la nourriture OGM envahit le pays et le monde. Il veut que cela se passe. Il a toujours voulu que cela se passe. Le président en exercice des Etats-Unis, de Monsanto, de DuPont et de Dow, parmi bien d'autres, est prêt à faire quoi que ce soit de nécessaire pour que la nourriture OGM domine en Amérique.
 
Ils ont l'intention, au travers de la dissémination des gènes Monsanto parmi des millions de plantes dans les champs, au travers d'une augmentation incessante des cultures OGM et par l'introduction de toujours plus de cultures OGM, d'envelopper les Etats-Unis dans la nourriture génétiquement modifiée.
 
Obama est a bord de ce navire, il a toujours été à bord. Il est le président des OGM. Si demain, les Rockefeller globalistes de ce monde décidaient que toute nourriture cultivée aux Etats-Unis devait être injectée au Prozac, Obama trouverait une façon d'aider cet agenda. Arrêtez de donner des excuses à ce mec. Il n'est pas la victime de forces du mal entourant sa présidence. Il a signé pour cette turpitude les yeux grands ouverts.
 
Par Jon Rappoport - Traduction par Résistance 71



Commentaires

Ajouter un commentaire


Autres articles dans la catégorie « Evènements sociaux Politique »