Nouveau-Mexique : un policier tase un enfant de 10 ans qui refusait de nettoyer sa voiture de patrouille


Les abus et autres bavures policières n'en finissent pas. Corruption et trafic d'influence pour plusieurs brigades de la Bac, matraquages en rêgle sur des manifestants pacifiques, gazages lacrymogènes sur des enfants, (vu de mes yeux - carnaval alternatif, nice, 2012), meurtre (je ne vois pas comment on peut nommer autrement le fait de tirer dans le dos d'une personne non-armée), homicide « involontaire » contre un manifestant tué à grands coups de rangers... Ici, il est question d'un enfant de 10 ans tasé pour avoir refusé de laver la voiture de patrouille du flicard !
 
Un officier de police de l'état du Nouveau-Mexique est poursuivi pour avoir utilisé son pistolet Taser sur un enfant dans une cour d'école pour aucune autre raison qu'il aurait refusé de nettoyer la voiture de patrouille.
 
Le tuteur légal de l'enfant, Rachel Higgins, affirme que l'agent Chris Webb a tiré sur le garçon (appelé « RD »), avec un pistolet paralysant 50.000 volts lors d'un carrefour d'orientation  à l'« Intermediate School » de Tularosa, Nouveau-Mexique le 4 mai.
 
La plainte relève que l'agent s'est approché d'un groupe de garçons et a demandé qui parmi eux voulait nettoyer sa voiture. Quand RD a dit qu'il n'avait aucun désir de nettoyer le véhicule de patrouille, l'officier Webb aurait déclaré :
 
« Permettez-moi de vous montrer ce qui arrive aux gens qui n'écoutent pas la police. »
Il a ensuite pointé son pistolet Taser sur l'enfant et tiré deux pointes directement dans sa poitrine, l'électrocutant et lui faisant perdre connaissance. Webb a ensuite extrait les pointes de la poitrine de l'enfant, en laissant des cicatrices « qui ressemblent à des brûlures de cigarettes ».
 
Selon la plainte :
 
« Au lieu de faire appel au personnel médical d'urgence, l'officier Webb a sorti les pointes et a emmené le petit garçon dans le bureau du directeur de l'école ».
La plainte affirme que le garçon a subi un traumatisme mental créant des terreurs nocturnes et a maintenant peur d'aller dormir la nuit de peur de ne pas se réveiller.
 
Mme Higgins a déclaré à la cour du comté de Santa Fe :
 
« qu'Aucun officier raisonnable face à une situation où le besoin de la force est à son plus bas, sur une aire de jeux avec des enfants d'école primaire, aurait déployé le Taser d'une façon imprudente provoquant des blessures physiques et psychologiques. »
Mme Higgins ajouta des poursuites sur le défaut de donner des soins médicaux d'urgence, une force excessive, des saisies abusives, des négligences d'embauche, de formation, de supervision et de rétention.
 
Selon les lignes directrices du règlement de la police, les armes Taser ne doivent être utilisées qu'en dernier recours lorsque l'agent est sous une menace directe. L'idée selon laquelle un garçon de 10 ans pesant moins de 50 kilos poserait toute forme de danger pour un agent de police est une plaisanterie.
 
De nombreuses études ces dernières années ont prouvé que les pistolets paralysants Taser peuvent causer des problèmes cardiaques et même induire une mort soudaine par arrêt cardiaque.
 
La remarque présumée que Webb aurait fait au garçon résume la façon dont de nombreux policiers se considèrent comme de grands suzerains qui ne peuvent pas être remis en question ou contestés. Pour ces personnes, toute personne qui réagit d'une manière qu'ils trouvent désagréable est une cible potentielle pour une attaque, peu importe qu'elles soient des enfants, une femme enceinte ou une personne handicapée.
 
Plus tôt ce mois-ci, deux policiers du Texas ont électrocuté un homme de 50 ans qui faisait une crise, provoquant un arrêt du coeur et des lésions cérébrales permanentes. Les flics sont si mal équipés pour faire face à la situation, qu'ils ont tasé et choqué un homme qui était pris de convulsions.
 
Comme nous l'indiquions aux nouvelles du soir d'Infowars, il a fallu 11 minutes pour que les ambulanciers puissent ranimer l'homme et faire battre son pouls. C'est un miracle qu'il soit encore vivant, mais il va désormais devoir vivre avec une grave incapacité pour le reste de sa vie.
 
Plus tôt en octobre, un policier britannique a utilisé un Taser sur une personne aveugle (Colin Farmer, 61 ans). Le gardien de la paix avait confondu sa canne avec... un sabre. Colin, qui a déjà fait deux attaques a failli y rester !


Vidéos :



Commentaires

Ajouter un commentaire


Autres articles dans la catégorie « Evènements sociaux Juridique »