Naissance de l’Hydre à deux têtes : Quand Bayer et Monsanto fusionnent


L’entreprise allemande Bayer a annoncé l’achat de la firme américaine Monsanto en vue d’une fusion, et pour le montant astronomique de 59 milliards d’euros (66 milliards de dollars). Le géant de l’industrie pharmaceutique et chimique dont les pesticides dits « tueurs d’abeilles » sont controversés engloutit ainsi le fabricant - tout aussi controversé - de pesticides et de semences OGM Monsanto.

Si nous nous réjouissions en début d’année de la dégringolade des bénéfices du géant Monsanto, le constat est aujourd’hui amer, et comme je l’avais annoncé alors à l’époque « ne perdons pas de vue que le lobby de l’agro-alimentaire a le bras long et peut encore nous réserver certaines surprises ». La surprise est en effet au rendez-vous, bien qu’en y réfléchissant, cette acquisition était prévisible, et le groupe Bayer a probablement du observer avec satisfaction la chute en bourse des actions chez Monsanto. On peut même envisager que Bayer ait pu d’une manière ou d’une autre (trollage, rumeurs, etc.) contribuer à alimenter la controverse affectant Monsanto. C’est de bonne guerre dans ce milieu.

Quoiqu’il en soit, c’est un monstre qui vient de naître, ou plus précisément un Hydre à deux têtes, capable du pire comme du pire ! A ce titre, il est peut être utile de rappeler que pendant la seconde Guerre mondiale, Bayer s’est livré au trafic d’êtres humains en achetant des déportés du camp d’Auschwitz pour servir de cobayes dans le cadre d’expérimentations. Le groupe a été également impliqué dans le scandale du sang contaminé, et accusé d’avoir sciemment écoulé des produits sanguins afin d’augmenter son profit. On peut également ajouter à son palmarès la création du célèbre gaz moutarde, une arme chimique utilisée pendant la Première Guerre mondiale...

Mais Bayer n’en est pas à sa première acquisition, et ne cesse de grossir depuis plusieurs années :

  • Mars 2006 : Bayer AG lance une OPA sur Schering AG. La fusion est effective le 2 juillet 2007.
  • Octobre 2012 : Bayer annonce avoir racheté l’entreprise de complément vitaminé Schiff pour 1,2 milliards de dollars.
  • Novembre 2013 : Bayer acquiert l’entreprise norvégienne Algeta pour 2,4 milliards de dollars.
  • Février 2014 : Bayer acquiert Dihon une entreprise spécialisée dans la médecine traditionnelle chinoise, pour un montant inconnu mais estimé à plus de 500 millions d’euros.
  • Mai 2014 : Bayer acquiert les activités de médicament en vente libre de Merck & Co pour 14,2 milliards de dollars.

Source wikipédia

De son coté, Monsanto n’est pas en reste, puisqu’en 1940 il devient partenaire de l’armée américaine, et effectue des recherches sur l’uranium dans le cadre du projet Manhattan qui vise à la construction de la première bombe atomique. Il détient également la paternité avec Dow Chemical de l’« agent orange » fourni à l’armée des États-Unis lors de la guerre du Viêtnam, entre 1961 et 1971, et qui est à l’origine de graves maladies et de la naissance de 150 000 enfants au Viêtnam souffrant de sévères malformations. Monsanto est actuellement plus connu et critiqué pour ses multiples OGM et son désherbant tristement célèbre, le Roundup (glyphosate). Monsanto fait aussi l’objet de critiques concernant la commercialisation d’une hormone de croissance impliquant que les vaches soient traitées en permanence avec des antibiotiques, qui se retrouvent au final dans le lait vendu pour la consommation.

Source wikipédia

Comme vous le voyez, le terme de « monstre » utilisé pour désigner cette fusion est tout sauf usurpé, et le pire est à craindre puisqu’avec cette acquisition, Bayer va littéralement dominer le marché européen et mondial. De leur coté, Michèle Rivasi et Eva Joly, députées écologistes au Parlement européen, dénoncent aussi ce dangereux monopole :

Bayer, qui est déjà un grand producteur de pesticides et de médicaments, va pouvoir ainsi dominer le marché des semences OGM, qui a fait la richesse de Monsanto. Toute la chaine, de notre alimentation à notre santé, sera sous le contrôle de ce duo infernal. Un peu de Bayer-Monsanto dans nos champs, dans notre assiette et dans nos médicaments. Partout !

1473959971_14344817_1189399407800253_6497629841013921577_n.jpg

Reste à savoir si les futures campagnes de boycott qui ont su infliger de lourdes pertes à Monsanto sauront atteindre le nouveau géant aux deux tête, car après tout, voyons y un aspect positif ; Nous n’avons désormais plus deux monstres à combattre, mais un seul. J’ai d’ailleurs retenu un commentaire pertinent sur Facebook qui ne demande qu’à être appliqué :

c’est au moment d’exploser que les ballons grossissent le plus... soyons les aiguilles !

Le Veilleur

Un monstre est né : Bayer achète Monsanto pour 59 milliards d’euros

L’annonce a été faite ce matin même. Le chimiste allemand Bayer a annoncé l’achat de l’entreprise le plus controversé au monde : Monsanto. Le géant des semences OGM vient d’être acquis pour 66 milliards de dollars soit 59 milliards d’euros. C’est l’acquisition la plus chère jamais réalisée par un groupe allemand. Cela faisait cinq mois que ce dernier tentait d’acquérir l’inventeur de Roundup. Bayer devient aujourd’hui le numéro un mondial à la fois des pesticides et des semences.

Nous ne pouvons laisser un opérateur plus puissant qu’un État aux portes de Bruxelles ! - Eric Andrieu

L’eurodéputé Eric Andrieu s’alarme de l’accord de fusion entre Bayer et Monsanto et appelle la Commission européenne à empêcher cette fusion. Pour le Vice-Président de la Commission Agriculture du Parlement européen,

cette fusion va se traduire par une hausse des prix et va fortement limiter les agriculteurs dans leur choix produits phytosanitaires. Rien de bon ne peut venir d’un monde où une multinationale vendrait un paquet complet - semences OGM, engrais et pesticides chimiques.

L’eurodéputé socialiste du Sud-Ouest ajoute qu’il faut :

empêcher cette fusion économiquement dangereuse pour les agriculteurs mais aussi désastreuse pour la sécurité alimentaire de tous les européens. Nous ne pouvons laisser un opérateur plus puissant qu’un État aux portes de Bruxelles !

Chiffres clés

Le nouveau groupe créé pèsera 95 milliards d’euros de chiffre d’affaires annuel. Pour ne parler que du mastodonte de l’agrochimie, selon les derniers chiffres publiés dans son rapport annuel de 2015, Monsanto c’est :

  • 22.500 employés, dans 66 pays
  • Un chiffre d’affaires de 15 milliards de dollars
  • Un bénéfice net de 2,3 milliards de dollars

1473960256_INF537c642c-1e8f-11e6-9b24-f9e266413d60-805x518.jpg

Le géant, bien que convoité, évolue dans un environnement instable. Le secteur de l’agrobusiness est en crise suite à la chute des cours des matières premières. Les résultats net de l’entreprise ont baissé de 15% l’année dernière, ce qui a engendré une suppression de 3.600 postes sur 3 ans. De plus, une restructuration était vue comme nécessaire par certains et la complicité d’un chimiste s’avère nécessaire pour continuer à vendre le package semences-pesticides.

Mais combien de temps encore cette entreprise arrivera-t-elle à vendre ses produits ? Peut-être le temps qu’il faudra pour que les consommateurs identifient facilement les produits à boycotter ou mieux… que tout le monde consomme des produits issus de l’agriculture biologique. On ne vous refait pas le discours, lecteur de Bio à la Une, vous êtes déjà convaincus.

L’agrochimie, un monde en fusion

Il y a quelques mois, l’entreprise chinoise ChemChina a acquis le Suisse Syngenta pour 43 milliards de dollars. Syngenta n’est autre que l’ancien numéro un mondial des pesticides que Monsanto a déjà tenté d’acheter deux fois sans succès.

De l’autre côté de l’Atlantique, les gros bonnets du secteur sont actuellement en train de fusionner. Nous parlons des Américains DuPont et Dow Chemical (spécialistes des pesticides) et des Canadiens Potash Corp et Agrium qui deviennent numéro un mondial des engrais.

Tribunal, marches mondiales : une opposition grandissante

Plus que jamais, les citoyens du monde entier se mobilisent contre l’univers de l’agrochimie avec Monsanto comme bouc émissaire. Exemple bien connu, tous les ans se tient la marche mondiale contre Monsanto dont la dernière édition a été organisée dans 400 villes du monde (une trentaine de villes en France).

Le 14 et 16 octobre prochain se tiendra à La Haye aux Pays-Bas un tribunal international baptisé “Tribunal Monsanto”. L’entreprise sera jugée pour “écoide” ou destruction de l’environnement. Cette initiative est fondée par un collectif de juristes, d’avocats, d’ONG et de célébrité comme Vandana Shiva, Corinne Lepage, Marie-Monique Robin, Gilles-Eric Séralini, Olivier de Schutter. Véritable mobilisation de la société civile, les juges entendront des témoignages de victime et livreront une opinion juridique suivant les procédures de la Cour Internationale de Justice.

Par Mathieu Doutreligne - Introduction par le-veilleur.com



Commentaires

Ajouter un commentaire


Autres articles dans la catégorie « Evènements sociaux Economie »