Le pesticide Cruiser interdit : son producteur saisit la justice


La France a annoncé vendredi l'interdiction du pesticide Cruiser OSR, soupçonné de contribuer au déclin des abeilles, une mesure saluée par des associations écologistes mais contestée par la société productrice Syngenta, qui saisit la justice.
 
Le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, a décidé de retirer l'autorisation de mise sur le marché du Cruiser OSR, utilisé pour l'enrobage des semences de colza, à la suite d'un rapport de l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses), qui évoque des risques pour les abeilles.
 
"Il faut avoir la volonté de porter le débat à l'échelle européenne pour essayer de le faire avancer. C'est un vrai sujet", a-t-il expliqué lors d'une conférence de presse, soulignant qu'un avis négatif des autorités européennes ne modifierait pas son choix.
 
La France est le premier pays à interdire ce produit en Europe, mais plusieurs pays mèneraient des réflexions sur l'interdiction de pesticides. Interrogée par Reuters, la nouvelle ministre de l'Ecologie Delphine Batho a jugé cette décision très positive.
 
"C'est l'application du principe de précaution au regard des informations sur la dangerosité de ce produit. Donc, c'est une décision qui est un signal fort", a-t-elle déclaré.
 
Les producteurs ont désormais l'interdiction d'utiliser des semences contenant du Cruiser OSR pour le colza, dont la période des semis va débuter au mois d'août. La société suisse Syngenta, qui produit et commercialise ce produit, a annoncé son intention de contester cette décision en procédure d'urgence, avec l'espoir de la faire annuler avant la fin de l'été.
 
"Nous considérons que c'est une décision pénalisante pour l'agriculture française, qui utilise comme seul argument une seule expérience non-validée et très éloignée de la pratique", a déclaré Laurent Péron, directeur de la communication de Syngenta en France.
 
"On va déposer dans de très brefs délais un recours en référé-suspension devant le tribunal administratif", a-t-il ajouté.
 
Près de la moitié de la surface de colza cultivé en France est traitée au Cruiser OS, selon la société.
 
"Ce n'est qu'un début"
 
"Le colza, c'est la première plante butinée par les abeilles (...). Donc c'est une très bonne nouvelle, mais ce n'est qu'un début", a dit à Reuters Benoît Hartmann, porte-parole de France Nature Environnement, une fédération qui regroupe 3.000 associations environnementales.
 
D'autres versions du Cruiser, qui existe notamment pour le maïs, ne sont pas concernées par cette interdiction et devraient être elles aussi évaluées afin de protéger totalement les abeilles, selon France Nature Environnement.
 
Les populations d'abeilles ont fortement et mystérieusement décliné ces dernières années dans le monde, un phénomène déstabilisant pour l'écosystème qui a renforcé les critiques contre l'utilisation massive des pesticides.
 
Le rapport de l'Anses avait fait état en juin d'effets néfastes du Cruiser OSR sur ces espèces, notamment sur leur capacité à s'orienter et à retrouver leur ruche. Le ministère de l'Agriculture avait alors souligné que les abeilles sont indispensables pour 80% des plantes cultivées (lien).
 
Interrogé sur l'impact possible des pesticides sur la santé humaine, Stéphane Le Foll a estimé que d'autres produits que le Cruiser suscitaient des interrogations et qu'une réflexion sur les modèles de production devait être menée.



Commentaires

Ajouter un commentaire


Autres articles dans la catégorie « Etat de la planète Environnement »