Le fluor : ce dangereux poison qu'on nous impose au quotidien


Le fluor est un poison. Il n'a pas sa place dans le métabolisme humain, animal ou végétal. Il détruit les os et les dents, et fait des ravages dans toutes les structures du corps. Le fluor est l'un des éléments les plus répandus dans les remèdes pharmaceutiques, mais aussi dans les produits de consommation de notre quotidien.
 
La société de consommation actuelle ainsi que la médecine moderne à base de médicaments comptent sur le fluor. Les premiers symptômes d'intoxication ne sont en général pas reconnus, car ils sont ressentis communément. Il peut s'agir d'une salivation excessive, de nausées, vomissements, diarrhée et douleurs abdominales. On doit se demander combien de gens pensent avoir la grippe alors qu'ils souffrent en réalité d'un empoisonnement au fluor.
 
Ces symptômes sont insidieux, car ils peuvent indiquer le début de graves troubles métaboliques se terminant en maladies endocriniennes, du genre : hypocalcémie, hypomagnésémie (manque de magnésium, ndt), hyperkaliémie, hypoglycémie. Ces états peuvent avoir des répercussions dans tout l'organisme sous forme de troubles chroniques. Les déséquilibres subcliniques de tous ces éléments essentiels - calcium, magnésium, potassium et sucre - peuvent engendrer des dommages durables et permanents.
 
L'empoisonnement au fluor peut aussi entraîner des dommages neurologiques, dont des maux de tête, des tremblements, des spasmes, des contractions tétaniques, des réflexes hyperviolents, des convulsions et une faiblesse musculaire. En fin de compte, il provoque des troubles tératogènes : des malformations congénitales de la pire espèce.
 
En fait, c'est le fluor qui rend les dioxines si horribles. (Pour plus d'informations à propos de la dioxine en Zunie, avec une galerie de photos montrant les déformations que l'agent orange, son incarnation, a déchaîné au Viêt-nam, et ses effets sur les enfants en Angleterre, voyez ici).
 
L'implication cardio-vasculaire peut provoquer l'accentuation d'anomalies du rythme cardiaque pouvant entraîner la mort subite, des arythmies, un état de choc et l'arrêt cardiaque. Les autres dangers sont plus impressionnants : Diminution de la fertilité, cancer, chute de cheveux, hypercalcification osseuse qui rend les os cassants, hypothyroïdie...
 
Le fluorure abaisse le QI et déclenche la croissance des tumeurs
 
Cela ne devrait pas étonner ceux qui ont suivi la recherche sur le fluorure durant ces dernières années. Dès 1977, par exemple, des études épidémiologiques réalisées par le Dr Dean Burk, chef de la Section Cytochimie de l'Institut national du cancer (wiki), révélaient que l'exposition au fluorure favorise la croissance des tumeurs - même à une concentration aussi faibles que 1 ppm (c'est-à-dire, une partie par million, 1 millionième ou 1 milligramme par kilogramme/litre d'eau, la norme pour l'eau potable en Zunie).
 
Au-delà de révéler l'accélération de 25% du taux de croissance des tumeurs de 25%, une recherche a découvert que le fluorure produit des tumeurs mélaniques, transforme les cellules normales en cellules cancéreuses et augmente le pouvoir cancérigène d'autres produits chimiques (lien). En 1977, d'après ses recherches, le Dr Burk avait estimé que la fluoration était en réalité à l'origine d'environ 10.000 morts.
 
Effets du fluorure sur l'intelligence :
 
Le fluorure & le cerveau
 
De nos jours, l'un des domaines de recherche les plus actifs relativement à la toxicité du fluorure est l'étude de la capacité du fluorure à causer des lésions au cerveau.
 
La recherche a récemment été alimentée par des études chez les être humains effectuées en Chine. Ces études concluent que l'exposition à des taux élevés de fluorure est liée à une habilité cognitive réduite chez les enfants.
 
La découverte d'effets neurotoxiques chez les êtres humains exposés au fluorure est cohérente avec les dernières découvertes issues de plus de 30 études animales publiées depuis 1992. Comme pour les études chez les êtres humains, les études animales rapportent des troubles d'apprentissage et de la mémoire chez les groupes exposés au fluorure.
 
Les études animales ont également fourni un large faisceau de preuves des effets toxiques directs du fluorure sur le tissu cervical, et ce, même à des concentrations aussi faibles que 1 ppm de fluorure dans l'eau (Varner 1998).
 
Lire les études sur le cerveau sur le site fluoridealert.org
 
Le fluorure & la glande pinéale
 
Durant les années 1990, on a découvert que la glande pinéale est un site majeur d'accumulation de fluorure dans le corps - avec des concentrations de fluorure plus élevées que dans les dents  ou dans les os.
 
Des études animales subséquentes ont démontré que l'accumulation de fluorure dans la glande pinéale peut réduire la capacité de celle-ci à synthétiser la mélatonine, une hormone qui agit lors du déclenchement de la  puberté. On a trouvé que les animaux traités au fluorure démontrent un taux réduit de circulation de mélatonine ainsi qu'un déclenchement précoce de la puberté. Les scientifiques qui ont mené ces études ont conclu :
 
« L'utilisation sécuritaire du fluorure est finalement basée sur l'hypothèse selon laquelle l'émail des dents en formation est l'organe le plus sensible aux effets toxiques du fluorure. Les résultats de cette étude suggèrent que les pinealocytes (les cellules de la glande pinéale) pourraient être aussi susceptibles au fluorure que l'émail en formation ».
Le fait est que les effets du fluorure sur la glande pinéale n'ont jamais été étudiés, ni même suggérés avant les années 1990.  Ceci met en évidence le manque flagrant de connaissances qui sous-tend les politiques actuelles en matière de santé et de fluoration.
 
Lire les études sur la glande pinéale sur le site fluoridealert.org
 
Un instrument de manipulation ?
 
D'après de nombreuses sources, la première fois que de l'eau potable a été fluorée, c'était dans les camps de concentration de l'Allemagne nazie. La Gestapo ne pensait pas aux présumés bienfaits du fluor sur les dents des enfants. Du fluorure de sodium était ajouté à l'eau afin de rendre les humains stériles et forcer les prisonniers des camps de concentration à demeurer dociles. ("The Crime and Punishment of I.G. Farben" de Joseph Borkin).
 
Le fluor permettrait un contrôle des populations plus facile, en diminuant « l'esprit de révolte ». Les premiers à le découvrir ont été les médecins des camps nazis qui en mettaient dans l'eau des détenus.
Joseph Borkin le rapporte ainsi :
 
« La Gestapo avait peu de soucis de l'état de la dentition des enfants... leurs scientifiques avaient trouvé que le fluor pouvait rendre stérile et qu'il générait une calme soumission. »
En lire plus à ce sujet sur le site agentssanssecret
 
Oú trouve-t-on du fluor ?
 
D'abord pour commencer par le moins grave dans des produits toxiques pour les animaux : Mort aux rats, insecticides, anti-mammifères nuisibles au jardin, ensuite dans les médicaments (liste plus bas), et aussi dans l'alimentation et les produits du quotidien : Sels de table, eaux, dentifrices, laits maternisés...
 
Depuis 1993, une réglementation impose l'usage de sel fluoré dans les cantines scolaires pour la santé dentaire de nos têtes blondes.
 
 • La majorité des eaux en bouteille contiennent du fluor.
 • La fluoration des sels de table industriels est fortement encouragée.
 • Au Canada, par exemple, l'eau du robinet est systématiquement fluorée.
 • Dans certains pays, les dentifrices sur-dosés en fluor sont interdits aux enfants de moins de 6 ans.
 
De nombreux médicaments ordinaires et infâmes contiennent du fluor : le Prozac, premier inhibiteur sélectif du recaptage de la sérotonine ; le Flonase, un décongestionnant ; le Lipitor et le Baycol, des réducteurs de cholestérol ; le Diflucan, une spécialité antifongique ; le Cipro, un antibiotique ; le Prevacid et le Propulsid, des antiacides... et ainsi de suite. La liste est longue !
 
L'ingestion d'un médicament contenant du fluor est chose risquée. Il se peut que vous pensez que des mises en garde particulières sont placées sur les médicaments préparés avec du fluor, mais rien ne l'indique.
 
Pour vous aider à vous protéger, voici la liste de la plupart des médicaments à base de fluor, classés en fonction de leur usage typique. La liste fournit les noms génériques. Si le médicament a été retiré du marché, l'année de retrait est entre parenthèses.
 
Médicaments contenant du fluor :
 
 • Anesthésiques : Desflurane, Droperidol, Enflurane, Flumazenil, Halophane, Isoflurane, Methoxyflurane, Midazolam, Sevoflurane
 
 • Antiacides : Lansoprazole, Cisapride (2000)
 
 • Anti-anxiété :  Flurazapam, Halazepam, Hydroflumethiazide
 
 • Antibiotiques (Fluoroquinolones) : Ciprofloxacin, Penetrex, Flucloxacillin, Gatifloxacin, Gemifloxacin mesylate, Grepafloxacin HCI, Levofloxacin, Linezolid, Lomefloxacin, Moxifloxacin HCl, Norfloxacin, Sparfloxacin, Temafloxacin (1992), Trovafloxacin mesylate
 
 • Antidépresseurs : Citalopram, Escitalopram, Prozac, Luvox, Paroxetine, Progabide, Antifongiques, Fluconazole, Flucytosine/Voriconazole
 
 • Antihistaminiques : Astemizole, Levocabastine (1999)
 
 • Hypolipidémiant (abaisseurs du Cholestérol) : Atorvastatin, Cerivastatin sodium (2003), Ezetimibe, Fluvastatin sodium
 
 • Antimalarial : Halofantrine, Mefloquine
 
 • Antimétabolites (Chimothérapie) : Aprepitant, Fluorouracil
 
 • Coupe-faim : Dexfenfluramine (1997), Fenfluramine HCl (1997), Fenfluramine/Phentermine(1997)
 
 • Antipsychotiques : Fluphenazine HCI, Haloperidol, Trifluoperazine HCI
 
 • Polyarthrite rhumatoïde : Celecoxib, Diflunisal, Flurbiprofen, Leflunomide, Sulindac
 
 • Stéroïdes : Amcinonide, Betamethosone diproprionate, Clobetasol, Clocortolone, Dexamethasone, Diflorasone, Dutasteride, Flumethasone Pivalate, Flunisolide, Fluocinolone Acetonide, Fluocinonide, Fluorometholone, Fluticasone propionate, Flurandrenolide, Hydroflumethiazide.

Mise à jour :
 
Concernant l'accumulation de fluorure dans la glande pinéale, j'ai trouvé ce petit article qui pourraient aider certains à y voir plus clair (lire « Pourquoi et comment détartrer votre glande pinéale »).



Commentaires

Ajouter un commentaire


Autres articles dans la catégorie « Evènements sociaux Santé »