La formation de la Lune remise en cause par sa composition


De nouvelles questions ont été soulevées concernant la naissance de la lune, suite à une nouvelle analyse qui a trouvé que des échantillons provenant de la Terre étaient pratiquement identique à ceux de la surface lunaire. L'étude (lien) contredit la théorie selon laquelle la Lune s'est formée après l'impact d'un objet de la taille de Mars nommée Théia (impacteur) avec la Terre il y a environ 4,5 milliards d'années.
 
A l'époque à la fois la Terre et Théia étaient encore partiellement fondus, faisant sombrer Théia dans le noyau terrestre, tandis que de plus légers éjectas et débris étaient jetés dans l'espace pour finir par s'amalgamer et former la Lune.
 
La nouvelle étude menée par Zhang Junjun, et ses collègues de l'université de Chicago, a comparé les rapports isotopiques de titane dans des échantillons lunaires et terrestres pour trouver qu'ils étaient pratiquement identiques.

Parce que l'impacteur de la taille de Mars devrait avoir été "isotopiquement" différent, les résultats suggèrent que la lune est soit constituée d'un matériau de la Terre, ou du mélange intense qui a eu lieu après l'impact des deux corps.
 
Selon Zhang et ses collègues, la similitude ne peut pas être expliquée par deux corps se formant dans la même partie du système solaire parce que les échantillons de météorites montrent une très grande diversité dans les rapports isotopiques de titane. Ils concluent que les isotopes sont beaucoup plus susceptibles de provenir de la Terre plutôt que d'une autre planète.

D'après le planétologue Dr Brad Carter de l'université du Queensland (Australie), bien qu'il est peu probable d'avoir deux planètes avec la même composition chimique, cela n'est pas impossible. Malgré ce que dit le document, une planète, se formant très près de la Terre primitive, pourrait avoir une composition analogue et des ratios isotopiques similaires, explique Carter.

Il est également possible que Théia fût essentiellement faite de glace, provenant de la ceinture de Kuiper dans le système solaire externe. Cela aurait donné l'énergie de l'impact, avec la glace s'évaporant et éjectant de la matière de la Terre dans l'espace pour former la Lune.
 
Une autre option, suggérée par Zhang et ses collègues, implique que la proto-Terre tournait beaucoup plus vite qu'on ne le pensait, ce qui permet un plus grand mélange. Pour Brad Carter, la Terre ne tournait pas aussi rapidement pour que cela se produise. Et puis vous avez le problème de ralentir la rotation de la Terre par la suite. Zhang et ses collègues suggèrent qu'un effet de résonance gravitationnelle entre la Terre, la lune et le Soleil pourrait avoir fourni les forces nécessaires pour ralentir le taux de rotation de la Terre.

Malgré les problèmes, Carter estime que l'étude est un bon point au sujet de la nécessité d'une révision de la théorie actuelle. La simple idée de Théia, frappant la Terre, reste correcte, explique Carter, mais les théories actuelles doivent être affinées, car elles n?expliquent pas les similitudes incroyables des rapports isotopiques entre la Terre et la lune.



Commentaires

Ajouter un commentaire


Autres articles dans la catégorie « Faits divers Espace »