L'ONU prévoit une crise alimentaire mondiale en 2013


Le veilleur vous avait mis en garde cet été, suite aux fortes périodes de sécheresse de par le monde, particulièrement concernant les Etats-unis et la Russie, deux gros producteurs céréaliers. Cela ne concerne bien sûr pas uniquement les céréales, mais aussi le reste de la chaine alimentaire qui s'en nourrit (bovins, volailles, pisciculture), le prix d'une grande majorité de produits va donc continuer d'augmenter jusqu'à... pénurie !
 
L'ONU a mis en garde la communauté internationale contre l'imminence d'une crise alimentaire mondiale en 2013, écrit le quotidien britannique The Guardian.(lien).
 
Les réserves mondiales de céréales ont atteint des niveaux de production dangereusement bas. Par ailleurs, la sécheresse qui a sévi cet été aux Etats-Unis (lien - lien), la pire depuis plus de 50 ans, a favorisé la hausse des cours du maïs et du soja ces derniers mois et le manque de précipitations en Russie et dans la région de la mer Noire ravive les craintes d'une nouvelle crise alimentaire. Cette hausse si elle se poursuit pourrait provoquer des troubles et des conflits armés dans plusieurs endroits du monde, avertit encore l'ONU.
 
« Les réserves mondiales de céréales sont si dangereusement basses que les phénomènes météorologiques les plus extrêmes des États-Unis ou d'autres pays exportateurs d'aliments pourraient déclencher une crise alimentaire majeure au cours de l'année prochaine »
Ce niveau n'avait jamais été aussi bas depuis 1974, a expliqué Abdolreza Abbassian, économiste senior de la FAO, l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture.
 
« Nous avons moins produit que ce que nous consommons. C'est pourquoi les stocks sont en cours diminuent ». « Les approvisionnements et les réserves à travers le monde sont à un niveau très bas, ce qui ne laissera aucune place pour les imprévus l'année prochaine »
, a déclaré Abdolreza Abbassian. Par ailleurs, la FAO avertit qu'en 2012, plus de 870 millions de personnes souffrent de la faim dans le monde. La crise alimentaire au Moyen Orient et en Afrique s'aggrave de plus en plus.
 
Lester Brown, président du Earth Policy Institute, estime que l'on ne peut plus se fier au climat, et que la demande de nourriture croît tellement vite que la rupture est inévitable, à moins que des mesures urgentes ne soient prises immédiatement.
 
« Les pénuries alimentaires ont détruit des civilisations antérieures. Nous sommes sur la même voie. Chaque pays devra maintenant se débrouiller par lui-même. Le monde vit chaque année comme s'il s'agissait de la dernière »
, écrit-il dans un nouveau livre « Full Planet, Empty Plates ».
 
Cette année, pour la sixième fois en 11 ans, le monde a consommé plus de nourriture qu'il n'en a produite, principalement en raison de conditions météorologiques extrêmes aux États-Unis et d'autres grands pays exportateurs d'aliments. Oxfam a déclaré la semaine dernière que les prix des denrées de base, notamment le blé et le maïs, pourraient doubler dans les 20 prochaines années, entrainant des conséquences désastreuses pour les populations pauvres qui consacrent une part importante de leur revenu à l'alimentation.
 
« Nous entrons dans une nouvelle ère de hausse continue des prix alimentaires et la faim dans le monde va se propager ». « La géopolitique de la nourriture éclipse maintenant la géopolitique du pétrole »
, explique encore Brown qui conclut de la sorte :
 
« Les menaces les plus urgentes de ce siècle sont le changement climatique, la croissance démographique, la pénurie d'eau et la hausse des prix des aliments ».



Commentaires

Ajouter un commentaire


Autres articles dans la catégorie « Etat de la planète Agriculture »