L'intrigue de Mars ou le silence de Grotzinger


Une intrigue vient de Mars où travaille le robot « Curiosity » . Il a obtenu des données choquantes, dignes « d'être inscrites dans les manuels d'histoire », a déclaré le directeur scientifique de la mission John Grotzinger.
 
Il n'a plus rien ajouté en disant que le résultat doit être vérifié plusieurs fois. Pourtant, il a laissé entendre que le mystère sera dévoilé à la séance de l'Union géophysique des Etats-Unis qui aura lieu du 3 au 7 décembre prochains à San-Francisco.
 
Ces derniers temps, « Curiosity » se trouvait dans une vallée de sable dans le cratère gigantesque Gale. Il y a plus d'une semaine, les premières analyses chimiques du sol y ont commencé. Une poignée de sable prise par le robot a passé deux jours à son intérieur, étant étudiée par deux instruments.
 
Si le mystère qui n'est pas encore dévoilé par l'équipe terrestre de « Curiosity » consiste dans la découverte de la matière organique sur Mars, certes, il s'agit là d'une découverte la plus importante, est à supposer la biologiste de l'université de Moscou Eléna Vorobyova.
 
Jusqu'à présent, personne n'y a trouvé de matière organique. Je ne suis pas tout à fait persuadée que les appareils installés sur le robot sont à même de la déceler de façon fiable. Des blocs, peut-être, mais pour l'ensemble, rien n'est clair.
 
Il paraît que les gens de l'Institut de recherches spatiales près l'académie des sciences de Russie connaissent les détails. Et pourtant, le chef du labo de gamma-spectroscopie dont le groupe a conçu pour le robot le détecteur à neutrons (DAN) pour la recherche de l'eau, Igor Mitrofanov, refuse de dire quelque chose de concret.
 
« Je ne peux pas commenter les paroles du directeur scientifique de la mission. C 'est à lui de le faire. »
Igor Mitrofanov a raconté à La Voix de la Russie que « Curiosity » a été créé par les chercheurs de différents pays. Les premiers 90 jours après son aterrissage toutes les équipes se trouvaient aux USA, y compris l'équipe russe qui vient de revenir dans le pays. Selon Igor Mitrofanov, le secret de la trouvaille sera révélé début décembre, non seulement aux USA, mais aussi à Moscou où une conférence de presse est prévue.
 
C'est la prudence qui explique le silence de John Grotzinger, car, il n'y a pas longtemps, il s'est trouvé dans un embarras : une information a apparu selon laquelle les appareils du robot auraient trouvé le méthane, un des marqueurs biologiques. Mais il s'est trouvé que le méthane provient de notre Terre : il est venu sur Mars avec les restes des autres gaz.
 
Donc, John Grotzinger va garder le silence en repoussant tant les journalistes que ses chefs de NASA. Ces derniers se sont déjà adressés à lui, car les USA sont en train de préparer le projet du budjet pour l'exercice suivant. Et avoir un atout aussi triomphal dans sa poche serait profitable pour NASA.



Commentaires

Ajouter un commentaire


Autres articles dans la catégorie « Faits divers Espace »