Jurassic park : La résurrection des mammouths, ou quand la fiction devient réalité


Cette publication fait suite à un article paru vers la fin 2012, ou des scientifiques russes affirmaient avoir découvert en Sibérie avec des collègues sud-coréens des cellules de mammouth au noyau apparemment « vivant », et annonçaient que cette découverte allait peut-être pouvoir permettre le clonage de ce pachyderme disparu il y a des millénaires de la surface de la Terre.

Quatre années se sont écoulées depuis, et la situation semble avoir considérablement avancé puisque la première phase de clonage du mammouth vient d'être lancée, propulsant au rang de réalité le concept de clonage d'animaux préhistoriques qui fût à l'origine de la série cinématographique américaine de science-fiction « Jurassic park ».

Fini donc les amusements tel le clonage de la brebis Dolly, on passe ici aux choses sérieuses, mais à l'image du problème soulevé à propos de la fiction, au delà de la prouesse scientifique, on peut se questionner sur les motivations de ce projet, et des conséquences positives ou désastreuses que cela pourrait entrainer par la suite, et pour reprendre une citation issue du film

Le pouvoir génétique est la force la plus terrible que la planète ait connu, mais vous la maniez comme un enfant qui a trouvé le flingue de son père !

Le Veilleur

Lancement de la première phase de clonage du Mammouth

Une équipe composée de chercheurs russes et sud-coréens a lancé la première phase d’un grand projet baptisé « La Résurrection des mammouths et d’autres animaux préhistoriques », visant à cloner le mammouth, disparu il y a quelque 40 000 ans.

Ce sont les chercheurs russes de l’Université fédérale du Nord-Est (Iakoutie) et les employés de la Fondation de recherche en biochimie sud-coréenne SOAAM, qui ont entamé, en 2012, un grand projet commun baptisé « La Résurrection des mammouths et d’autres animaux préhistoriques ». Comme son nom l’indique, ce projet vise à redonner vie à des espèces disparues par le biais du clonage, et une première phase vient d’être lancée pour le fameux Mammouth.

À l’étape actuelle, des vérifications scientifiques rigoureuses sont en cours. Une fois terminées, nous publierons les résultats dans des revues scientifiques. La deuxième étape et les recherches ultérieures sont déjà programmées

, a déclaré à ce sujet Huang Woo-suk, professeur sud-coréen membre de l’équipe scientifique. Si cette expérience est réalisable, c’est parce qu’en octobre 2015 avait été annoncée la découverte d’une peau de mammouth en Iakoutie, dans un état de conservation suffisamment bon pour cloner l’animal, c’est en tout cas ce qu’affirmaient des scientifiques.

Par ailleurs, Egor Borissov, chef de la république de Iakoutie, avait déclaré qu’il était nécessaire de créer dans cette région un Centre mondial du mammouth, démarche destinée à améliorer la compétence concurrentielle de la science russe dans le domaine de la paléontologie. Ce Centre aurait donc une portée scientifique, mais également touristique, où les visiteurs pourront découvrir des laboratoires et des cryostorages dans le pergélisol, un attrait certain du grand public pour les mammouths existant.

Enfin, le fait que cela se déroule en Iakoutie n’est dû en rien au hasard, puisque c’est dans cette région qu’en 1799, un premier mammouth congelé avait été mis au jour. Depuis cette date, nombre de fossiles du mammouth ont été découverts.

La société sud-coréenne SOAAM avait déjà fait parler d’elle en octobre dernier, c’est elle qui propose un service de clonage de chiens pour les personnes qui ont perdu le leur.



Commentaires 2

avatar de Emilio
  • Par Emilio 0 0
  • Ça va vite dis donc , l Argentine est deja en train d empaqueter les restes d adolphe Hitler , des clones par centaines et par milliers , valls pas content prepare deja un discours a hurler , sur la concurrence deloyale , qui menace ses frontieres .

avatar de Emilio
  • Par Emilio 0 0
  • En fait et obligatoire de partout sur la planete , on les a deja les hilter genociaires clones , avec pale copie conforme anecdotique , de valls and co.

    Ce sont les SEMENCES F1 , des clones hybrides , programmes en degenerescence au bout d 1 annee . Meme le bio sera (et est deja ) concerne .
    C est le plus grand crime genocidaire de l histoire humaine . Et impose par les ordures qui dirigent nos vies !

    Je prefere les mamouths en clone .. moins de risques

Ajouter un commentaire


Autres articles dans la catégorie « Evènements sociaux Science »