Japon : Regain d'activité volcanique du mont Aso suite aux récents séismes


Ne nous emballons pas pour le moment, mais il semblerait que votre veilleur ait vu juste hier en effectuant la liaison entre la violente série de tremblement de terre survenue au Japon ces dernières 24 heures (plus de 130), et le risque accru d'une activité volcanique dans cette zone à risques.

En effet, après la série de tremblements de terre meurtriers d'hier, un regain d'activité volcanique du mont Aso a été enregistré par l'Agence météorologique japonaise. Cependant, et pour le moment, il a été décidé de maintenir le niveau d'alerte à 2 (sur une échelle de 1 à 5), car il n'est pas clairement établi par les experts que les récentes catastrophes naturelles y soient directement liées.

Des panaches de fumée ont augmenté de quelques centaines de mètres dans le ciel selon les médias et les vidéos capturées par des témoins locaux. Cette nouvelle éruption du mont Aso, située proche des épicentres sismiques au Japon, a été enregistré à environ 23h30 GMT vendredi. L'éruption du volcan fait suite à deux tremblements de terre meurtriers et des dizaines de puissantes répliques qui ont dévasté le Japon plus tôt.

Selon certains, cette activité ne serait pas forcément liée à l’activité sismique actuelle, mais tous ne sont pas de cet avis. L'idée selon laquelle des secousses fortes peuvent perturber l'activité de volcans lointains semble être écartée, mais pas en ce qui concerne les volcans situés à proximité, du moins ceux ayant une activité significative, ce qui est les cas du mont Aso...

Une analyse du site culturevolcan nous en dit plus à ce sujet :

(...) à proximité de l'épicentre de secousses fortes, dans un rayon de quelques dizaines, voire quelques centaines de kilomètres pour les très grandes secousses, un système volcanique peut réagir (ce n'est pas systématique du tout), mais uniquement si sa dynamique interne est déjà suffisamment importante pour le faire.
(...)
Le volcan Aso a un système hydrothermal actif bien développé, qui communique déjà sur l'extérieur puisqu'un panache de gaz permanent s'en échappe. Cela fait déjà plusieurs mois que le volcan est le siège d'une activité interne revenue à sa normale, suite à plusieurs mois d'activité éruptive (novembre 2014-mai 2015 [1]).
(...)
Les premières secousses sismiques importantes (magnitude supérieure à 6) qui ont touché la ville de Kumamoto, située à seulement 30 km du volcan Aso, jeudi n'ont été suivie d'aucune modification particulière de son activité. Il semble par contre que la secousse de cette nuit, d'une magnitude supérieure à 7 (une vingtaine de victimes à déplorer et plus de 1000 blessés au moins), ait été suivie d'une faible émission de cendres sur le volcan, à 08h30 (heure locale).

Et encore, même si le lien parait évident, il pourrait ne s'agir effectivement que d'une apparence car le Japan Meteorological Agency semble avoir déclaré qu'il n'y a pas de lien entre les deux événements et, qu'en tout cas, l'activité globale de l'édifice (sismicité, déformation) ne montre aucune évolution particulière après le passage des ondes sismiques.

La concordance des deux semble toutefois au minimum suspect mais cela n'enlève rien à l'essentiel : le volcan Aso est l'un des plus actifs du Japon et même après au moins 3 secousses d'une magnitude supérieure à 6, dont l'épicentre ne se trouve qu'à une trentaine de kilomètres (autant dire très proche), son système magmatique et hydrothermal n'a pas réagit de manière importante ni immédiate.

Il faudra par contre évidemment surveiller sur le moyen/long terme les réactions de ce système magmatique, et éventuellement d'autres proches [2] car il peut y avoir eu des des modifications structurelles profondes (ouverture/fermeture de fractures, modifications éventuelles des contraintes exercées sur le système magmatique) qui pourraient aboutir plus tard à des changements de l'activité en surface (vers la hausse ou vers la baisse, en l'occurrence).

Comme vous le voyez, difficile de prédire l'activité volcanique à venir dans ce contexte, mais difficile également d'ignorer les risques liés à une potentielle éruption de forte ampleur dans le cas d'une corrélation avérée avec l'activité sismique hors norme de cette région.

Pour information, le mont Aso est le plus vaste des volcans du Japon, mais aussi un des plus actifs. Sa caldeira compte parmi les plus grandes du monde. Du fait de sa fréquentation et de son activité fréquente, il présente un risque géologique majeur. Ce complexe volcanique regroupe en fait une quinzaine de cônes volcaniques au sein d'une caldeira de 25 km sur 18 km. On estime que la population qui habite dans cette zone s'élève à 100 000 personnes (wikipédia)...

Notes

[1] l'explosion de septembre 2015 n'était vraisemblablement que phréatique ou hydrothermale, comme celle de décembre 2015, donc pas "éruptive" au sens propre du terme, c'est-à-dire "avec émission de magma juvénile".

[2] Unzen n'est pas loin, Kuju non plus avec un système hydrothermal actif, voire même Kirishima un peu plus loin au sud-est, qui montrait ces derniers temps une évolution de son activité hydrothermale.

Source photo d'illustration Associated press




Commentaires

Ajouter un commentaire


Autres articles dans la catégorie « Etat de la planète Activité volcanique »