Japon : Le nouveau gouvernement prêt à relancer le nucléaire... Et la centrale de Fukushima !


C'est tout simplement hallucinant ! Alors que les constats de la contamination radioactive à Fukushima sont accablants et ne cessent de mettre en évidence la sous estimation des zones irradiées, que le nombre de malformations et décès, que ce soit chez les adultes ou les nouveaux nés ne cesse d'augmenter, que la contamination aérienne et océanique est gigantesque, le Japon s'apprête à recproduire ses erreurs au mépris de la vie !!!
 
Le nouveau gouvernement libéral-démocrate souhaite redémarrer les réacteurs jugés sûrs et revenir sur l'objectif de sortie du nucléaire annoncé par ses prédécesseurs après la catastrophe de Fukushima.
 
Sur la sortie du nucléaire, le Japon fait marche arrière. Le nouveau gouvernement libéral démocrate arrivé au pouvoir le 16 décembre, souhaite réviser l'objectif défini par son prédecesseur de centre-gauche, Yoshihiko Noda, de fermer progressivement les centrales au cours des années 2030.
 
Le ministre japonais de l'Industrie, Toshimitsu Motegi, a annoncé jeudi son intention de relancer les réacteurs atomique à l'arrêt à partir du moment où l'autorité indépendante de la régulation le jugera sûr « sur la base de connaissances scientifiques ».
 
Une faille sur les seuls réacteurs actifs
 
Après la catastrophe nucléaire de Fukushima, provoquée par le tsunami du 11 mars 2011, le Japon avait mis à l'arrêt la quasi-totalité de ses centrales pour réaliser des examens complémentaires de sûreté et assurer des maintenances. Près de deux ans après, seules deux unités, à Oi, sont actives, sur les 50 réacteurs du parc nippon.
 
Mais l'autorité de régulation a entrepris ce vendredi de nouveaux examens sur ce site, qui pourrait se trouver sur une faille sismique active. Les milieux économiques saluent la décision du gouvernement de Shinzo Abe.
 
« Il est tout à fait naturel de revenir sur l'objectif d'abandonner l'énergie nucléaire »
, a réagi Yasuchika Hasegawa, dirigeant de l'organisation patronale, Keizai Doyukai, qui évoque « des questions de compétitivité », alors qu'« on ne sait pas à partir de quand on pourra garantir un approvisionnement suffisant grâce aux énergies renouvelables ».
 
28,5 milliards pour indemniser les victimes
 
Conscient toutefois du traumatisme encore présent après la catastrophe de Fukushima, le Premier ministre, Shinzo Abe, se rendra samedi à la centrale accidentée et devra s'expliquer face aux habitants de la zone contaminée par les retombées radioactives. Plus de 160.000 personnes ont dû quitter la région.
 
La compagnie Tepco, à l'origine du désastre, a demandé jeudi une aide supplémentaire de 698,6 milliards de yens (plus de 6 milliards d'euros) à l'Etat afin de dédommager les victimes. C'est la quatrième rallonge réclamée par l'entreprise, ce qui porte à 28,5 milliards d'euros les sommes réclamées par Tepco pour l'indemnisation du préjudice.
 
La centrale de Fukushima sera reconstruite
 
Le premier ministre japonais Shinzo Abe a visité la centrale nucléaire accidentée de Fukushima et a déclaré que les travaux de démantèlement de la centrale auraient pour effet sa reconstruction. Quelque 1000 ouvriers sont mobilisés sur le site.
 
Après l'accident de la centrale de Fukushima en 2011 le gouvernement japonais a décidé de renoncer à l'énergie nucléaire. Pourtant le nouveau gouvernement s'est déclaré prêt à revoir les projets du cabinet précédent...



Commentaires

Ajouter un commentaire


Autres articles dans la catégorie « Evènements sociaux Nucléaire »