Japon : le gouvernement a réactivé deux réacteurs nucléaires


Après avoir complètement fermé son parc nucléaire il y a un mois, le Japon vient de rallumer deux réacteurs nucléaires.
 
Passant outre la volonté de millions de ses concitoyens et de nombreuses entreprises de sortir définitivement du nucléaire, le gouvernement remettra finalement en route deux réacteurs en prévision de l'été, les numéros 3 et 4 de la centrale d'Ohi. En prévision des habituelles chaleurs de l'été et donc d'une consommation accrue d'électricité, même si les Japonais ont démontré qu'ils sont capables d'économiser substantiellement l'énergie lorsque les circonstances l'exigent, le Premier ministre Yoshihiko Noda a pris le risque d'éroder passablement sa cote de popularité et de se voir accuser de plier devant les exigences du lobby de l'atome.
 
Rappelons que le parc japonais, constitué de cinquante-quatre réacteurs, était depuis un mois entièrement à l'arrêt soit à cause des risques naturels, soit pour maintenance, et qu'il représentait avant l'accident de Fukushima près de 30 % de la production nationale d'électricité.

Des mesures contre un éventuel tsunami
 
La pétition  « Au revoir le nucléaire », qui a déjà recueilli 7 millions de signatures, les manifestations et l'opposition de cent-dix-sept députés n'ont donc pas pu empêcher son redémarrage partiel. Les inquiétudes des élus locaux quant à l'avenir économique de la région d'Ohi et les conséquences d'une fermeture prolongée sur l'emploi semblent en revanche avoir eu un impact déterminant sur la décision gouvernementale. Ce même si les Nations Unies, pléthore d'économistes et les écologistes assurent de concert que les énergies renouvelables sont un vivier d'emplois qui, à terme, deviendra incontournable.
 
Précisons tout de même que des mesures ont été prises pour éviter un nouveau Fukushima, notamment en matière de protection des réacteurs en cas de catastrophe naturelle. Il faut également rappeler qu'un retour à l'atome limite l'utilisation d'énergies fossiles plus polluantes et qui mettent à mal la lutte contre le réchauffement climatique. Or, celles-ci sont revenues en grâce depuis l'accident précité. Il reste à espérer que cette réactivation n'en entraîne pas d'autres et favorise au bout du compte la mise en place d'un panache énergétique dominé par les technologies vertes.



Commentaires

Ajouter un commentaire


Autres articles dans la catégorie « Evènements sociaux Nucléaire »