Islande : Des signes précurseurs à une nouvelle éruption volcanique


Un séisme mineur de magnitude 3.7 s'est manifesté sur l'île volcanique d'Islande ce dimanche. cette secousse ne présage pourtant rien de bon, car il pourrait être causé par une intrusion de magma à faible profondeur, ce qui signifie un évènement potentiellement précurseur à une nouvelle éruption du volcan.

Détails du séisme
 
Magnitude : ML 3.7 depth 3 km
Région : Iceland
Date : 2014-05-04 01:24:14.0 UTC
Localisation : 65.10 N ; 16.37 W
Distances : 285 km NE of Reykjavík, 94 km W of Egilsstaðir
 
Ce séisme a eu lieu entre les volcans Askja et le Herðubreið. Ces deux volcans sont étroitement liés puisqu'ils font partie de la fracture d'une centaine de kilomètres, qui est à leur origine.

Le Askja est le premier, sa formation a débuté il y a de ça plus de 200.000 ans. La plus importante de ses éruptions, se situe vers 10.000 ans lors d'une poussée basaltique. Plus proche de nous, en 1875 suite à une nouvelle fissure, le Askja entre à nouveau en éruption, l'activité sismique augmente en mars et à la fin de ce mois-là, il y eu deux explosions au sein même de la caldeira, l'affaissement de la partie de cette chambre magmatique qui s'en suivit, permis de former le Viti (l'Enfer).

La dernière éruption remonte à 1961 suite à une nouvelle petite fissure au nord-est, sans aucune gravité, jusque... En 2007, et depuis lors l'activité sismique a à nouveau augmenté de façon très significative (plusieurs milliers de secousses) entre les deux volcans, les spécialistes craignent une éruption prochaine, mais cette fois entre eux voire les deux, ensemble.

Suivant l'analyse de ces dernières années de séismes sur et autour de cette île, il n'est plus permis d'exclure que des évènements comme en 2010 avec l'Eyjafjoll, se produisent encore. Pire, et ce n'est pas de l'alarmisme, c'est un constat plus qu'évident, nous sommes suivant le retard sur les calendriers éruptif de plusieurs volcans, et pas seulement islandais entre nous soit dit, nous arrivons à une période critique. Cette période laisse craindre non plus des phases éruptives simples et ordinaire, mais plus de phases explosives.

Le séisme de ce matin, avec les milliers d'autres dans cette région d'Islande ne présage rien de bon, plusieurs des volcans que compte l'île, sont de véritables monstres au potentiel dévastateur surdimensionné. Dévastateurs, dans le sens de projection de masses importantes de cendres pouvant perturber bien des activités humaines (vu en 2010), mais aussi climatiques (refroidissement). Ces deux volcans sont également situés sur la même faille que le Katla et l'Eyjafjöll et d'autres encore.

Depuis plusieurs mois, c'est toute la région qui est sous surveillance étroite, du nord Svalbard à la crête de Reykjavík en passant par celle de Jan Mayen. Des anomalies thermiques aperçues en surface ont été considérées en un premier temps comme liées aux courants du Gulfstream mais, in fine, déclarées comme liées à l'activité géologique sous-marine.

Cette conclusion fut dernièrement approuvée par le fait que les écarts de températures de surface (0 > -5m) ne variaient pas sur les sites d'observation alors qu'à 1 km de là les températures s'en trouvaient nettement négatives, qu'elles ne se déplaçaient pas non plus, alors que le contraire est souvent observé par l'effet des courants, du vents et des conditions climatiques régionales.
 
Source Les moutons enragés
 
De son coté,  Carl Rehnberg écrit dans le blog Volcanocafé :
 
« Les signaux sismiques combinés avec les données GPS éparses de la zone semble suggérer qu'une éruption  peut très bien se produire à tout moment maintenant, la période de temps pourrait être quelque chose d'une semaines à plusieurs années. Nous ne savions pas vraiment jusqu'à ce que nous ayons vu un essaim persistant mobile, de la profondeur actuelle de 5 km vers le haut, jusqu'à 2 km ou moins.
 
Au cours des derniers jours, un essaim de séisme lent a fonctionné à environ 5 km de profondeur, les tremblements de terre étaient petits mais persistants. Pendant la nuit, un bref pic d'activité est survenu vers minuit heure locale et à 05h38 un essaim important de tremblement de terre a commencé avec l'amplitude maximale de M3.2 survenant 11 minutes plus tard. Jusqu'à présent, l'essaim a compté environ 100 tremblements de terre et continue.
 
La profondeur n'est pas encore vérifiée manuellement par le Met Office islandais et pourrait très bien  être ramenés vers la ligne de profondeur de 5 km, plusieurs des tremblements de terre au cours de la dernière semaine avaient été fixés à faible profondeur par le système automatique et ont été plus tard corrigé manuellement à environ 5 km. Ne soyez pas surpris si ce sera le cas pour les tremblements de terre de cet essaim. »

Source volcans vanuatu éruptions
 
Les principales éruptions volcaniques en Islande
 
14 avril 2010 : L'éruption du volcan Eyjafjöll situé sous le glacier Eyjafjallajokull crache un nuage de cendres qui s'élève jusqu'à 9.000 m. Il sèmera pendant un mois le chaos dans le ciel européen, avec plus de 100.000 vols annulés et plus de huit millions de passagers bloqués.
 
21 mars 2010 : Le petit volcan Fimmvorduhals, sous le glacier Eyjafjallajokull à environ 150 km au sud-est de la capitale islandaise Reykjavik, se réveille, entraînant une brève évacuation de 600 riverains, dans une zone isolée et peu peuplée proche de la côte sud.
 
1er novembre 2004 : Une éruption se produit sous le lac glaciaire de Grimsvoetn dans la partie occidentale du glacier Vatnajokull, provoquant un jaillissement de matières volcaniques atteignant jusqu'à 13 km de hauteur.
 
26 février 2000 : A 120 km de Reykjavik, le volcan Hekla, culminant à 1400 mètres dans une région désertique, entre en éruption faisant apparaître un nuage de fumée et de cendres de 10 km de hauteur et provoquant une coulée de lave de près de 4 km.
 
18 décembre 1998 : Le Grimsvoetn se réveille de nouveau. L'éruption creuse dans la roche une fissure de 1.300 mètres. De très grosses quantités d'eau provenant de la fonte de la calotte glaciaire recouvrant le volcan sur 450 mètres d'épaisseur, s'écoulent par cette fissure.
 
9 septembre 1996 : Le plus gros et le plus actif volcan sous-glaciaire d'Islande, le Grimsvoetn, qui culmine à 1.400 m sous le glacier Vatnajoekull, expulse quelque 500 millions de m3 de lave, soit cinq fois plus que lors de ses précédentes éruptions, en 1934, 1938 et 1983.

Source Nouvelobs



Commentaires 2

avatar de Magn3tik
  • Par Magn3tik 0 0
  • Je suis amoureux de cette île depuis que j'ai eu la chance d'y aller à 14 ans. C'est hyper sauvage et la nature est plus présente que l'homme. Geyser, cascades, volcans c'est magnifique mais également dangereux.
    Les volcans sont hypers actifs donc une nouvelle éruptions ne serait pas étonnant surtout vu l'activité sismique des temps qui courent.

avatar de Le-veilleur
  • Le-veilleur a répondu (Admin) 0 0
  • Arghhh, je rage, parce que j'aimerais bien y aller. De ce que j'en ai vu, ca semble magnifique en effet ! Mais comme tu le dis, la situation volcanique la bas... Faut être sûr de son coup

Ajouter un commentaire


Autres articles dans la catégorie « Etat de la planète Activité volcanique »