Interdiction des sacs plastiques : Une loi rentable pour la grande distribution


Une nouvelle fois, derrière l'argument « écologique » destiné à obtenir la bienveillance du plus grand nombre se dissimule un business juteux qui ne profite vraiment qu'aux grands groupes et multinationales.

Il est cette fois question de l'interdiction des sacs plastiques à usage jetable, loi entrée en vigueur au 1er juillet 2016, et qui comme vous allez le voir, profitera bien plus à la grande distribution en terme de bénéfices qu'à la nature. Le problème n'est en fait pas le sac plastique en lui même, mais la politique de « greenwashing » qui est menée à l'encontre de tout bon sens.

Il est question ici de loi relative à « La transition énergétique pour la croissance verte », or si l'on prend le temps d'y réfléchir un tant soit peu, on comprend que la « croissance » est incompatible avec « verte », et que toute cette mascarade n'est destinée qu'à permettre aux multinationales d'engranger d'énormes bénéfices sous un prétexte écologique ayant les faveurs du public (ce même public qui se débarrasse de sacs plastiques dans la nature...).

Véhicules électriques, éoliennes, recyclage, commerce équitable, commerce du bio, ne sont que des business dissimulés derrière des idées ou concepts perçus comme positifs par monsieur et madame tout le monde, car prétendument bons pour l'environnement.

S'il en était autrement,

Une fois encore, et pour résumer, tout ce qui suscite l’intérêt des consommateurs est savamment récupéré ou créée pour permettre aux grosses entreprises de générer des bénéfices monstrueux, et tant que tout le monde continuera de tomber dans le panneau, il n'y aura pas de raison que cela cesse ! Attention, je ne dis pas que cette loi est une mauvaise chose, mais il ne faut pas perdre de vue que son existence est aussi et principalement due à un comportement irresponsable d'une grande majorité de consommateurs dont vous faites peut être partie.

Le Veilleur

Interdiction des sacs plastiques : une affaire en or pour la grande distribution

Entre les économies et la vente des sacs réutilisables, les grandes surfaces s'offrent des millions d'euros de chiffre d'affaires.

Les grandes surfaces se gardent bien de crier trop fort contre la suppression légale (article 75 de la loi de transition énergétique) depuis le premier juillet, des sacs de caisse ou des sachets, dits à usage unique, de moins de 50 microns d’épaisseur destinés à emballer les fruits et légumes avant la pesée. Après avoir protesté depuis des années, en concertation avec les fabricants de ces sacs qui parsèment les rues et la nature, elles se sont rendu compte que l’interdiction (déjà souvent observé depuis des mois) constituait une excellente affaire, même si tel n’était pas l’objectif du législateur. De plus les sacs étant importés à plus de 80 % des pays du Sud, leur disparition, contrairement à ce qui a été claironné, n’aura pas d’incidence sur l’emploi.

D’après la revue Linéaires, le magazine qui commente chaque semaine l’actualité du libre-service et n’a pas pour habitude de critiquer le secteur qui la fait vivre, non seulement la suppression des sacs permet aux enseignes de réaliser une économie annuelle de plusieurs centaines de millions d’euros, mais la vente aux clients de sacs réutilisables a représenté un chiffre d’affaires de 177 millions en 2014, rien que pour l’enseigne Leclerc. Ce qui situe actuellement le chiffre d’affaires du sac renouvelable, écologiquement correct, payant et souvent voué à la disparition chez le client, à plus de 500 millions d’euros pour toutes les enseignes réunies.

Chiffre qui va grimper rapidement. Ce qui explique, par exemple, la publicité mensongère qui parait depuis trois jours dans la presse écrite, publicité dans laquelle Leclerc se vante d’appliquer la réglementation depuis 1996 et promeut ses sacs payants à usages multiples, transformant la clientèle en messager publicitaire.

La grande distribution a rapidement compris comment transformer en bonne affaire les récriminations de la clientèle réticente à se passer des sacs gratuits. D’autant plus que les clients rapportent peu fréquemment les sacs réutilisables, les transformant souvent en sacs poubelle bien que les ayant payés entre 3 et 7 centimes à la caisse selon les marques. Un prix « indolore » mais qui rapporte pour un objet dont la biodégradabilité reste d’ailleurs problématique. Tout comme leur origine puisque ils sont majoritairement fabriqués à partir de maïs et de pomme de terre, ce qui représente un indéniable détournement de produits alimentaires.

En attendant que la majorité de consommateurs se munisse de ses propres sacs ou cabas, ce qui est loin d’être gagné tant sont fortes les mauvaises habitudes créés depuis des années par les super ou hypermarchés, la grande distribution va maintenant pleurer sur l’usage obligatoire de sacs en papier ; en expliquant qu’elle devra « probablement » répercuter le coût de leur usage sur les prix des aliments frais. Il y a pourtant longtemps que les magasins spécialisés dans le bio ont instauré leur usage sans être conduits à la faillite…

Par Claude-Marie Vadrot

Note

Je recommande fortement à ceux et celles d'entre vous qui ne l'auraient pas encore vu de visionner l'excellente vidéo ci-dessous de Mr Mondialisation sur le terme du développement « durable » (greenwashing)


Vidéos :



Commentaires

Ajouter un commentaire


Autres articles dans la catégorie « Evènements sociaux Législation »