Identification biométrique : vers une imposition mondiale pour tous les citoyens


Dénoncé depuis des mois par les médias alternatif, ce qui apparaissait pour certains comme un « canular », et par d'autres de « cas isolé », est en train de prendre de l'ampleur et ainsi supprimer notre perspective de pouvoir garder un relatif anonymat. Sous le pretexte de systèmes de paiement plus pratiques, ne vous y trompez pas, nos chers dirigeants n'ont qu'un seul but, celui de tous nous ficher et ainsi connaitre toutes nos habitudes, achats, déplacements, enfin bref... Vous ne serez plus jamais vraiment « seuls » !
 
Ceux et celles qui dépendent de l'aide sociale, du salaire minimum garanti par l'État, devront très bientôt se soumettre à ce type d'identification dans à peu près tous les pays du monde. Notez que l'Inde procède, depuis quelques mois, au recensement biométrique de sa population.

Vous voulez manger ? Soumettez-vous à l'identification biométrique
 
L'USDA, département de l'agriculture, qui gère le programme de coupons alimentaires pour les personnes démunies, se tourne vers l'identification biométrique obligatoire pour les citoyens qui voudront obtenir de l'aide alimentaire. La technologie d'identification biométrique sera obligatoire pour identifier toute personne qui veut se prévaloir des coupons alimentaires qui servent à nourrir des millions de personnes aux États-Unis à chaque mois.
 
L'identification s'effectue par les empreintes digitales, par le scan de la paume de la main, par les caractéristiques des yeux et du visage, ainsi que par les caractéristiques de comportement, incluant la signature et la voix. Ces systèmes d'identification sont actuellement opérationnels, à certains niveaux, en Arizona, en Californie, au Connecticut, dans l'Illinois, Massachusetts, New Jersey, New York et Texas.
 
Le scan du doigt est la principale forme de technologie utilisée dans les huits États, bien que d'autres technologies sont à l'essai, dont la reconnaissance faciale et le balayage de la rétine de l'oeil. D'autres États sont en voie de se prémunir de ce système biométrique pour contrôler les bénéficiaires des coupons alimentaires.

Dans une école texane, c'est la puce ou la porte
 
Une école secondaire du Texas oblige ses 4200 élèves à porter une puce électronique qui permet de déterminer leur position, une nouvelle politique qui soulève les critiques des groupes de défense des libertés individuelles, rapporte notre correspondant. La puce est minuscule, plus petite que l'ongle de l'auriculaire. Insérée dans une épinglette, elle émet un signal qui permet à la direction de l'école secondaire John Jay High, à San Antonio, au Texas, de savoir où chacun de ses 4200 élèves se trouve dans le campus.
 
Implanté cet automne, le système est obligatoire. Plus tôt ce mois-ci, Andrea Hernandez, une élève de l'école, a été expulsée après avoir refusé de porter la puce sur elle pour des motifs religieux. Selon John W. Whitehead, avocat et président-fondateur de l'Institut Rutherford, qui défend les libertés civiles et religieuses, le système baptisé Student Locator Project viole le droit à la vie privée des élèves.
 
« Obliger les élèves à porter une puce sur eux est un concept orwellien, a-t-il dit à La Presse. Et le refus de porter la puce est puni par l'expulsion. C'est incroyable. C'est comme si on venait d'entrer dans un univers parallèle. »

Une question d'argent
 
La raison de cette innovation est simple : augmenter les revenus de l'école. Les écoles du Texas reçoivent du financement en fonction du nombre d'élèves présents en classe chaque jour. Les présences sont prises chaque matin, mais des élèves peuvent parfois être ailleurs dans l'établissement ou en retard. Avec la puce, on peut prouver que chaque élève est à l'école durant la journée, et donc recevoir les fonds.
 
Actuellement à l'étude dans une seule école, le projet pourrait bientôt s'étendre à l'ensemble des 112 établissements de la commission scolaire Northside Independent et toucher ainsi 100.000 élèves texans. Les coûts du projet sont évalués à 500.000 $. La commission scolaire estime pouvoir recevoir 1,7 million en fonds supplémentaires grâce à la prise de présence plus précise que permet le système.
 
Après avoir refusé de porter la puce, Andrea Hernandez s'est d'abord vu interdire l'accès à la bibliothèque et à la cafétéria. Son renvoi de l'école a été contesté en cour par Me Whitehead, qui a obtenu sa réinsertion temporaire.
 
Passage de la Bible
 
Pour Mlle Hernandez et sa famille, des chrétiens évangéliques, le port d'une puce contrevient à un passage du Livre de l'Apocalypse, dans lequel il est question du diable qui inscrit un numéro sur « la main droite ou le front » des gens. La direction de l'école a offert à Mlle Hernandez de retirer discrètement la puce de son épinglette pour régler la question. L'élève a refusé. La direction de l'école n'a pas rappelé La Presse, hier.
 
Mme Whitehead note que les écoles de la commission scolaire sont déjà munies de caméras de surveillance, dont certaines transmettent des images en direct aux postes de police de la ville. Ses recherches lui ont montré que c'est l'entreprise texane AT&T qui fabrique les puces et qui obtiendrait le contrat d'une éventuelle production à grande échelle. Il s'agit d'un exemple de la façon dont les fonds publics sont redirigés pour profiter au secteur privé, affirme-t-il.
 
Il est prêt à faire la démonstration que le programme viole la liberté religieuse du Texas, de même que le premier et le quatrième amendement de la Constitution américaine, qui portent sur la liberté d'expression et la liberté d'être à l'abri des perquisitions.
 
« La commission scolaire dit que c'est pour la sécurité et le bien-être des élèves. Or, les écoles secondaires de San Antonio sont extrêmement sûres, plus sûres que la ville en général. Mon opinion, c'est que tout ça n'est finalement qu'une question d'argent. »



Commentaires

Ajouter un commentaire


Autres articles dans la catégorie « Evènements sociaux Surveillance & sécurité »