Grèce : Le référendum sur le droit à l'eau a été interdit !


Le 18 mai, Thessalonique, dont l'agglomération dépasse un million d'habitants, devait voter pour ou contre la privatisation de son eau. Ce référendum populaire consultatif devait se tenir en même temps que les élections locales. Son organisation était soutenue par onze maires de l'agglomération, dont celui de Thessalonique. Qu'importe ! Le gouvernement grec du conservateur Antònis Samaràs a déclaré la consultation illégale.
 
C'est la « Troïka » - FMI, Banque centrale européenne et Commission européenne - qui exige de la Grèce de privatiser la gestion de l'eau dans les deux plus grandes villes du pays, Athènes et Thessalonique. L'entreprise qui gère la distribution de l'eau à Thessalonique (EYATH) est déjà une société anonyme. Elle reste cependant contrôlée par l'Etat à 51%, qui doit donc vendre sa participation. Plusieurs municipalités de l'agglomération ont proposé de racheter les parts de l'État grec. En vain.
 
Un collectif de syndicats et de citoyens ont tenté de participé à l'appel d'offre, via un réseau de coopératives d'usagers : chaque habitant de la ville aurait acquis une part du service de l'eau, pour un montant de 136 euros par logement connecté au réseau. D'où le nom donné à cette mobilisation, « l'initiative 136 ». L'appui d'« investisseurs éthiques » internationaux et des acteurs de la finance solidaire pour aider les résidents à acquérir leur part était même envisagé. En vain.
 
« Right2Water » : la Commission européenne méprise les citoyens
 
Ce sont au contraire deux entreprises privées qui sont, pour l'instant, sur les rangs : la société israélienne Mekorot et la française Suez environnement, associée à un groupe de BTP grec. Suez détient déjà 5% des parts d'EYATH. Les entreprises sont en négociation avec l'agence spéciale en charge du programme de privatisations grecques, qui n'est soumise à aucune forme de supervision parlementaire (lire ici).
 
« Thessalonique a des besoins en infrastructures d'eau et d'assainissement importants nécessitant des investissements chiffrés par le management de Thessalonique. Des chiffres de l'ordre de 250 millions d'euros sont évoqués »
, fait valoir la direction de Suez, contactée par notre Observatoire des multinationales. Par la voix de Diane d'Arras, directrice adjointe Eau Europe de Suez, l'entreprise promet la création de 2000 à 4000 emplois et de transformer EYATH en « opérateur de premier rang au niveau mondial ». Les opposants à la privatisation craignent une augmentation drastique de l'eau.
 
En attendant, comme s'il fallait justifier sa privatisation, le service de l'eau est laissé quasiment à l'abandon. Selon les syndicats, l'effectif d'EYATH serait passé de 700 à 235 employés, faute de remplacement des départs à la retraite. La compagnie ne disposerait plus aujourd'hui que de onze plombiers pour plus de 2300 kilomètres de canalisations !
 
A l'automne dernier, l'initiative citoyenne européenne sur le droit à l'eau et contre la privatisation, « Right2Water », annonçait avoir recueilli suffisamment de signatures - 1,9 million dans toute l'Union - pour obliger les institutions européennes à se saisir du dossier. C'est la première fois que cette nouvelle procédure participative, introduite par le traité de Lisbonne, est mise en oeuvre avec succès (lire aussi ici).
 
La Commission a donc été obligée de reconnaître que l'eau est un « bien public » et qu'il revient aux collectivités locales d'assumer la responsabilité ultime de ce service. En totale contradiction avec ce qui se passe aujourd'hui à Thessalonique. Malgré l'interdiction du ministère de l'Intérieur, le référendum a malgré tout été organisé, devant les bureaux de vote. Les municipalités ont fourni les listes électorales. Selon les premiers dépouillements, le résultat serait de 98% contre la privatisation de l'eau (voir les résultats ici).
 
Lire également notre enquête : Privatisations forcées en Grèce : Suez convoite l'eau d'Athènes et de Thessalonique.
 
Par Ivan du Roy



Commentaires 2

avatar de PH7
  • Par PH7 0 0
  • Suez, Saur, Lyonnaise des eaux, ... (pour ne citer que quelques fournisseurs français) TOUS DES VOLEURS, ESCROCS, MENTEURS. S'il existe de très bons techniciens du traitement des eaux, ceux-ci sont malheureusement court-circuités par les financiers à la tête de ces entreprises qui n'hésitent pas à empoisonner les eaux et à gaspiller cette précieuse ressource juste pour faire le petit sou de plus à distribuer à leurs actionnaires ! Et les compagnies étrangères ne valent pas mieux que nos compagnies nationales. L'eau ne devrait être gérée que par les collectivités locales utilisatrices et surtout il faudrait interdire les systèmes de surpressions qui vous fournissent beaucoup plus d'eau que vos besoins réels, donc vous font dépenser de l'eau qui va directement à l'égout. Et je sais de quoi je parle, je suis, entre-autre, technicien en traitement des eaux et les pratiques de ces sociétés me font vomir !

avatar de Le-veilleur
  • Par Le-veilleur (Admin) 0 0
  • Eh oui, toujours ce système consumériste qui pousse à toujours plus de gaspillage... Les biens tels que l'eau, l'air, etc ne devraient en aucun cas être privés ni soumis à spéculation ! Merci pour ton témoignage Philippe

Ajouter un commentaire


Autres articles dans la catégorie « Evènements sociaux Crise humanitaire »