France : Un prêtre poursuivi pour avoir hébergé des personnes en difficulté


Le droit à l'hébergement d'urgence va t-il être bafoué ? Ce 11 juin, le prêtre Gérard Riffard comparait au tribunal de police de Saint-Étienne pour avoir enfreint un arrêté municipal qui « interdit l'hébergement dans les locaux de l'église Sainte-Claire pour des raisons de sécurité », explique le diocèse.
 
Ce dernier soutient depuis treize ans l'association Anticyclone présidée par le curé, qui accueille et accompagne les demandeurs d'asile, tout en organisant un certain nombre d'ateliers pour faciliter leur intégration. L'association a également accueilli dans les locaux de l'église Sainte-Claire située à Montreynaud, un quartier populaire de Saint-Étienne, des mineurs isolés ainsi que des familles avec des jeunes enfants.
 
« C'est même parfois les services de l'État qui aiguillent ces sans abris vers ce refuge inespéré »
, pointe le Réseau éducation sans frontières de la Loire (RESF). En août 2012, les lieux sont contrôlés par la commission municipale de sécurité. Un avis défavorable est alors émis pour toute activité d'hébergement. Malgré la contestation de la décision par l'association qui prend des mesures pour poursuivre l'accueil, l'arrêt de fermeture est confirmé en février 2013.
 
« L'accueil pour le sommeil n'est pas une utilisation normale des locaux de l'Église »
, précise l'arrêt. L'association décide néanmoins de ne pas mettre à la rue les personnes hébergées. En septembre 2013, les membres du conseil d'administration sont convoqués au commissariat de police, à la demande du procureur de la République. Avant que ne tombe la convocation au Tribunal de police pour Gérard Riffard. Il risque une amende et une peine privative ou restrictive de droit.
 
« Prêter assistance à des personnes en danger devient un délit »
 
Les présidents d'Emmaüs International et d'Emmaüs France apportent leur soutien au prêtre en rappelant que

« la pratique de l'accueil inconditionnel (...) est une conséquence des carences des pouvoirs publics en matière d'hébergement des plus pauvres. »
Dans leur lettre, ils soulignent que la législation exclut les actions humanitaires et désintéressées du délit d'aide au séjour irrégulier [1].
 
« Les conditions d'hébergement ne sont pas idéales mais entre la rue et l'église, il n'y a aucune hésitation »
, assure RESF 42, qui a lancé une pétition de soutien.
 
« Prêter assistance à des personnes en danger devient ainsi un délit et les laisser à la rue serait la légalité »
, dénoncent les signataires. Un rassemblement est également prévu devant le Palais de Justice le 11 juin à partir de 8h30 pour demander l'arrêt immédiat des poursuites et réclamer « que de véritables réponses soient apportées à ces personnes sans logement ».
 
 • Plus d'infos sur le site des Réseaux citoyens de Saint-Etienne
 
 • Pour aller plus loin, notre dossier : Garantir l'accès au logement
 
Par Sophie Chapelle
 
Notes
 
[1] La loi n° 2012-1560 du 31 décembre 2012 a modifié le délit d'aide au séjour irrégulier pour en exclure les actions humanitaires et désintéressées.



Commentaires 7

avatar de PH7
  • Par PH7 0 0
  • Qui doit être condamné ? Le prêtre ou l'État qui n'assure pas sa mission ni ses obligations . Je me dois aussi de modérer mes propos dans la mesure où certaines personnes se mettent volontairement dans des situations les amenant au plus grand dénuement afin de profiter sans vergogne du système sans apporter de contrepartie au développement du pays dans lequel ils vivent. Il y a donc des coupables dans les deux cas mais que celui qui aide son prochain à se sortir d'une condition indigne ne soit ni condamné ni même présenté devant des juges. C'est une fois de plus gaspiller les deniers de nos impôts mais aussi faire de l'argent le Maître de l'humanité.

avatar de Le-veilleur
  • Par Le-veilleur (Admin) 0 0
  • Quand l'état tente de cacher la misère en l'interdisant... Il faut se dire que les démunis et autres sdf ne sont plus « rentables » dans le système économique, il faut donc les éradiquer, à défaut de vouloir les aider, ce qui pourtant comme tu le dis fait partie de certaines prérogatives du gouvernement. Ce monde me donne envie de gerber !

avatar de PH7
  • Par PH7 0 0
  • Erreur, la misère est utile au sens économique du terme, puisqu'elle permet d'afficher la validité et la cohérence d'un système. Et c'est ce baromètre social que l'état tente de masquer car il indique qu'il fait fausse route. Encore et toujours la manipulation !!! Quand on a des pauvres, l'état se justifie en disant il faut les aider et perçoit donc des taxes et des impôts pour aider les pauvres, mais dès lors que l'État a failli à ses obligations et qu'il existe trop de pauvres, ses ressources ne suffisent plus et pour conserver son « Pouvoir » doit donc masquer cette pauvreté en la criminalisant. Il y a déjà eu un article similaire sur la pauvreté en Espagne et dans d'autres pays où les mendiants sont condamnés à de lourdes amendes et la prison.

avatar de Le-veilleur
  • Par Le-veilleur (Admin) 0 0
  • Il y a pire encore, maintenant on interdit aux citoyens bienveillants d'apporter une aide aux sans abris, ce qui me semble pourtant totalement en contradiction avec le principe de « non assistance à personne en danger ». Combien de sdf morts chaque hiver ?

avatar de PH7
  • Par PH7 0 0
  • Il y a pourtant des solutions mais peu sont prêts à les mettre en ?uvre, surtout chez les plus démunis que l'on assiste en leur fournissant des allocs, mais jamais assez pour qu'ils puissent vivre et trop pour qu'ils prennent leur vie en mains. Il ne faut pas oublier que le citoyen a le devoir de s'élever contre la loi si cette loi ne respecte pas les principes humanitaires et l'esprit de la constitution.

avatar de Le-veilleur
  • Par Le-veilleur (Admin) 0 0
  • En effet, pourtant on remarque toujours que chacun est trop occupé à tenter de joindre les deux bouts pour s'attarder sur le sort des autres. Ce système est conçu pour que les « déchets » de la société s'auto-éliminent par l'abandon de cette dernière, et sous couvert des lois légitimant ce rejet. C'est triste, mais ca se résume une nouvelle fois à « diviser pour mieux régner ».

avatar de PH7
  • Par PH7 0 0
  • Normal, si nul n'est sensé ignorer la loi, tout a été fait pour que la loi reste inconnue aux yeux de tous et j'oserai même dire aux yeux même des juges et autres personnels dépendants de cette administration. Quoi qu'il en soit, tu remarqueras que les déchets envahissent de plus en plus nos villes et nos campagnes et que ces déchets sont pourtant la source même des revenus des « Nantis ». S'il ne reste plus que des déchets, la norme sera au plus grand nombre et les nantis devront se démerder avec leur argent.

Ajouter un commentaire


Autres articles dans la catégorie « Evènements sociaux Juridique »