France : Risques bancaires en hausse, un analyste financier tire la sonnette d'alarme


Ne croyez pas votre banquier si il vous confie le sourire aux lèvres que tout va bien et que votre argent ne risque rien. Cet interview révèle qu'il n'en est rien, que les banques mentent sur leur réel état de santé, et que le risque de vous faire « chyprioter » votre compte est tout sauf un conte de fées !

Merci à Thomas de goldbroker.com pour le partage de cette information ;-) Le veilleur

Fabrice Drouin Ristori (FDR): Bonjour Mr Chevallier, merci d'avoir accepté cette interview. Avant d'aborder la situation des banques en France, pouvez-vous vous présenter rapidement ?
 
Jean-Pierre Chevallier : En tant que professeur agrégé, j'ai enseigné, en particulier l'analyse financière à l'Université de Nice. Étant maintenant en retraite, je continue à travailler en toute liberté en tant que business économiste monétariste behavioriste, contrarian et je poursuis les analyses financières que j'ai mises au point en toute indépendance.
 
FDR: Vous avez rédigé une série d'articles ces dernières semaines sur votre site Chevallier.biz analysant les résultats financiers publiés par certaines grandes banques françaises, et révélant un risque quant à leur stabilité, pouvez-vous nous dire sur quels indicateurs/ratios vous vous basez pour arriver à cette conclusion ?
 
Jean-Pierre Chevallier: Je me base sur les instruments d'analyse retenus par Alan Greenspan qu'il avait fait adopter par la BRI dans les années 80, à savoir le ratio Core Tier 1 ou son inverse, connu sous le nom de leverage qui est le multiple du total des dettes sur le montant des capitaux propres.
 
Dans les années 80, Alan Greenspan considérait que les banques devaient avoir un ratio Core Tier 1 supérieur à 8 % soit un leverage inférieur à 12,5 (le total des dettes d'une banque ne doit pas dépasser 12,5 fois le montant de ses capitaux propres).
 
À la suite des turbulences financières de ces dernières années, il a relevé ses exigences à un ratio Core Tier 1 de 10 % soit un leverage inférieur à 10.
 
FDR: Votre remise en cause de la solvabilité des banques n'est pas nouvelle puisque vous avez commencé à aborder le sujet en 2011 ce qui a eu pour conséquence votre condamnation, avec un autre analyste financier Américain Mike Shedlock, par l'AMF le 7 Novembre 2013. Condamnation pour, je cite, « diffusion d'une information inexacte sur le niveau d'endettement de cet établissement bancaire ». Étant donné que vous continuez à publier sur le sujet, malgré votre condamnation, avez-vous des précisions et/ou éclaircissements nouveaux à apporter concernant cette décision et le niveau de solvabilité des banques françaises ?
 
Jean-Pierre Chevallier: L'AMF m'accuse d'avoir osé publier en 2011 que la Société Générale avait un ratio Core Tier 1 dans les 2 %, c'est-à-dire un leverage dans les 50, ce qu'elle considère comme étant une information inexacte alors que la banque prétendait qu'il était alors supérieur à 10 %. Mais dans son dernier rapport 2013, la Société Générale a publié pour la première fois son véritable ratio de levier de 3,5 %, ce qui confirme parfaitement que le chiffre que j'avais retenu en 2011 donnait une image fidèle de la réalité, ce qui n'était pas le cas des chiffres publiés par la banque qui diffusait donc une information inexacte sur son niveau d'endettement.
 
FDR: Pensez-vous que les règles prudentielles d'endettement sont respectées par ces banques ?
 
Jean-Pierre Chevallier: Non : aucune des grandes banques mondiales présentant des risques systémiques ne respecte les règles prudentielles d'endettement préconisées par Alan Greenspan. Seules certaines s'en rapprochent, en particulier les grandes banques aux Etats-Unis.
 
FDR: Pourquoi ces règles ne sont pas appliquées ?
 
Jean-Pierre Chevallier: L'application des règles prudentielles d'endettement préconisées par Alan Greenspan obligerait toutes les grandes banques à se recapitaliser considérablement ou à céder d'énormes quantités d'actifs, ce que refusent d'admettre leurs dirigeants.
 
FDR: Quelles sont, selon vous, les banques Françaises les plus exposées et pourquoi ?
 
Jean-Pierre Chevallier: La pire des banques françaises est la Société Générale avec un leverage réel de 38 correspondant à un ratio Core Tier 1 de 2,6 % d'après les chiffres publiés dans son dernier rapport annuel de 2013 car elle est très fortement sous-capitalisée.
 
FDR: Puisque l'on parle de plus en plus de faillite bancaire préventive, pensez-vous que la ponction des comptes bancaires des épargnants représente un risque réel pour les déposants en France ?
 
Jean-Pierre Chevallier: Oui : c'est ce qui a déjà été fait à Chypre. Dans la mesure où des banques sont loin de respecter les règles prudentielles d'endettement, cette éventualité est de plus en plus probable.
 
FDR: Comment conseilleriez-vous aux déposants de se protéger face à ce risque ?
 
Jean-Pierre Chevallier: Une seule banque française d'envergure nationale respecte presque les règles prudentielles d'endettement : la Banque Martin-Maurel. HSBC est une des banques les plus sûres avec BBVA Bilbao et Standard Chartered qui ont l'inconvénient d'avoir peu d'agences.
 
Le risque est très élevé pour tout dépôt supérieur à 100 000 €. Il ne faut pas oublier qu'en droit français, les banques ont beaucoup de pouvoir. En particulier, les titres possédés par leurs clients ne leur appartiennent pas en propre : ce sont les banques qui considèrent qu'elles en sont les véritables propriétaires. En cas de ventes forcées, la banque serait amenée à vendre les titres de leurs clients qui n'en obtiendraient que la contrepartie financière pour la valeur de ces titres lors de leur cession.
 
FDR: Merci d'avoir pris le temps de répondre à mes questions.
 
Par Fabrice Drouin Ristori
 
Note
 
La reproduction, intégrale ou partielle, est autorisée dès lors que « GoldBroker.com tous droits réservés » est mentionné accompagné d'un lien vers cette page.



Commentaires

Ajouter un commentaire


Autres articles dans la catégorie « Evènements sociaux Economie »