France : Pains au levain, vins naturels et fromages fermiers bientôt interdits ?


Alors que nous, Français, portons dans nos coeurs une importance particulière à ce qui est communément appelé la « bonne bouffe » de par nos traditions ancestrales, allons nous rester impassibles face à une généralisation d'aliments chimiques et/ou modifiés dans nos assiettes ? Allons nous laisser ces politicards fantoches nous interdire un  bon fromage accompagné d'un bon pain à l'ancienne et d'un verre de vin rouge sans pesticides ? Le veilleur
 
Boulets aux pieds, habillés en bagnard, une cinquantaine de paysans se sont symboliquement rendus à la direction des douanes, à Lyon, le 5 avril. Dans leurs mains, des pains au levain, un plateau de fromages fabriqués avec un ferment de ferme, une bouteille de vin vinifié à partir de levures naturelles, un bidon de purin d'ortie...
 
« La Loi sur les contrefaçons, adoptée en février 2014, qualifie de potentielles contrefaçons les produits que nous fabriquons à partir de matière vivante, souligne la Confédération paysanne Rhône-Alpes. Tous ces produits sont susceptibles de contenir des micro-organismes brevetés, et donc d'être saisis et détruits par les douanes » (voir ce précédent article).
« Je prends les consommateurs à témoins, lance Vincent Rouzé, secrétaire de la Confédération paysanne du Rhône et producteur de fromages. 80 % des cultures dans le monde sont des cultures sauvages. Vous comprenez bien l'intention des multinationales qui se cachent derrière la loi. S'ils peuvent réussir à obtenir que c'est une contrefaçon d'utiliser une semence indigène, c'est 100 % de la production mondiale qui est sous contrôle et qui est payable ». 
Une semence ou une levure indigène ? Ce sont des micro-organismes issus d'un milieu naturel, à distinguer des levures et semences sélectionnées par des entreprises de l'agro-industrie.
 
« Le vin est un produit de terroir dans lequel il y a des micro-organismes qui n'ont besoin de personnes pour vivre, ajoute un vigneron du Beaujolais présent dans le cortège. En tant que paysans, nous ne faisons qu'accompagner la reproduction gratuite du vivant et cela est interdit. »
Exception agricole générale
 
Tous les manifestants présents souhaitaient aussi marquer leur opposition à la logique du brevet sur le vivant.
 
« La première personne qui a utilisé une mule ne l'a pas inventée mais a croisé un âne et un cheval », illustre Vincent Rouzé. « Les paysans font cela depuis des millénaires. On croise, on sélectionne, ça fait la richesse du vivant. On organise l'appauvrissement du vivant en les réservant à des industriels qui auront le monopole. (...) C'est inadmissible d'être hors la loi en faisant ce que nous avons toujours fait, lance Claire, jeune paysanne en polyculture-élevage dans le Sud-Isère. Nous refusons de devenir des bagnards ! »
Suite à l'occupation du Groupement national interprofessionnel des semences, la Confédération paysanne a obtenu la sortie des semences de ferme du champ d'application de la loi contrefaçon (voir cet article).
 
« Mais nous exigeons plus, souligne la Confédération paysanne Rhône-Alpes. C'est l'ensemble du paquet agricole qui doit sortir de cette loi ». 
Alors que le Sénat examine le projet de Loi d'Avenir agricole à partir du 8 avril, plusieurs amendements ont été proposés par le Collectif Semons la biodiversité qui regroupe 22 associations et syndicats, et promeut le respect absolu du droit des agriculteurs de réutiliser et échanger ses semences, ses plants et ses animaux. Mais aussi ses ferments, levains, levures et autres préparations naturelles à base de micro-organismes...
 
Par Sophie Chapelle - bastamag
 
Note du veilleur
 
Tout aussi inquiétant et dans la même veine, le viticulteur bio Emmanuel Giboulot a été condamné pour avoir refusé de traiter ses vignes aux pesticides !
 
L'être humain ne semble décidément pas être enclin à se projeter dans l'avenir pour y percevoir les désastres issus des dérives d'aujourd'hui et ainsi les prévenir, seule une minorité semble s'en préoccuper...



Commentaires 6

avatar de Magn3tik
  • Par Magn3tik 0 0
  • Ca devient assez incroyable, je ne sais pas ce qu'on va laisser à nos enfants...

avatar de Le-veilleur
  • Le-veilleur a répondu (Admin) 0 0
  • Le problème est bien la ! Raison de plus pour que tout cela change, ou plus précisément que nous le fassions changer. Autrement, ils mangeront de la merde, boiront de la merde, et devront respirer avec un masque à gaz comme en Chine.

avatar de Pobs
  • Par Pobs 0 0
  • Vraiment à côté de la plaque, la question qui se pose, ils mangent quoi les personnes qui décide de notre soi-disant bien-être ?

avatar de Le-veilleur
  • Le-veilleur a répondu (Admin) 0 0
  • Ce qu'ils mangent ? Est ce nécessaire de se poser la question puisque nous avons les réponses ? Rien que chez nous, les « frais de bouche » de l'Elysée donnent le ton : 12.000 ?/jour ! Et qui paie ? Nous ! Savoir ce qu'ils mangent nous indigne, mais l'important c'est ce que nous mangeons nous, ou du moins, ce que l'on nous autorise à manger... C'est clair, il faut que ca change, et vite !

avatar de Pockito
  • Par Pockito 0 0
  • Salut, Quand on sais qu'on nourris les vaches avec des moutons que ca donne la vache folle, les cochons avec des antibiotiques, les saumons avec des pesticides, la majorités des animaux avec des OGM ... Les francais pouvait être content d'avoir une législation très surveillée sur la boulangerie. Chez nous en Belgique, la ou il est écrit « artisanal » on achete du pain fait en pologne, précuit ensuite congelé, et recuit a dans un four électrique... c'est d'un triste !!! Je me rappel avoir vu un documentaire sur les contrôles FOOD and NON FOOD en provenance de Chine au port d'Anvers, le douanier expliquait qu'il renvoyait près de 50 % des containers car n'étant pas aux normes CEE, il précisait également qu'il ne controlais qu'un petit 5% de ce qui rentrait dans le pays car le trafic était tellement important que c'était du plic ploc au hasard et qu'il était totalement impossible de tout vérifier... En sortie de port tout ca recoit une agrégation CEE... Est ce vraiment un label ?! Chez nous on peux légalement ajouter de la cole alimentaire au poulet pour en augmenter le poid et donc le profit... de l'eau dans la viande... et toute sorte d'enzimes dans les farines...c'est tout à fait légal !... Je penses honnêtement que le profit est devenu un argument tellement important que nos dirigents sont prêt à tout et n'importe quoi pour une pièce d'or, quite à nous intoxiquer !

avatar de Le-veilleur
  • Par Le-veilleur (Admin) 0 0
  • Salut Pockito. EH oui, mais le pire, c'est que nous sommes en partie responsables, car nous voulons toujours plus, et toujours moins cher, donc au final... L'argent, toujours l'argent... Pour ma part, je me tourne le plus possible vers mes petits producteurs locaux, pas plus cher, mais produisant des aliments terriblement meilleurs

Ajouter un commentaire


Autres articles dans la catégorie « Evènements sociaux Manifestations »